octobre 2005 : Tous les messages - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

28 octobre 2005

Classement vertical impossible

J'ai décidé de ranger mon bureau, je voudrais pouvoir y voir clair, avancer méthodiquement dans mon travail, trouver mes documents immédiatement parce qu'ils sont rangés à la bonne place. Si rien ne traîne, si tout est rangé à la bonne place...mes idées seront plus claires aussi, je perdrai moins de temps à chercher les choses introuvables, les documents égarés. Et si le bureau et ce qu'il contient est net, le travail sera rapide et efficace! enfin...c'est ce que je me dis. Mais peut-être est-ce justement le cafouillis, le... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

27 octobre 2005

Armel Job, prix du jury Jean Giono 2005

Envie d'annoncer une nouvelle qui me remplit de joie: Mon ami et écrivain Armel Job a remporté le Prix du Jury Jean Giono 2005 pour son dernier roman: "Les fausses Innocences" (Robert Laffont) Sylvie Giono, Eric Orsenna, Françoise Chandernagor faisaient partie du jury qui entend récompenser un art de raconter des histoires passionnantes, à la manière de Giono Le Belge Armel Job est assurément un écrivain de cette trempe ...
Posté par Coumarine à 23:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 octobre 2005

C'est quoi ton nom?

Mais qui c'est? Je le connais mais je sais plus où je l'ai vu? C'est pas la personne que j'ai rencontrée la semaine dernière au théâtre? ou alors à la librairie? Mais non, je crois que c'est au restaurant, ou alors elle participait au dernier séminaire...? Si la personne s'appoche de moi pour me saluer comme une vraie connaissance, je m'affole un peu, faut que je donne le change, que je fasse semblant de ne pas être en recherche éperdue de son nom. C'est un peu la panique, faut que je m'en sorte honorablement sans que il ou elle ne... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 octobre 2005

Comment se fausser compagnie...

Pouvoir un instant ME fausser compagnie... A chaque instant, je suis pour moi-même une compagne obligatoire...et pas toujours de compagnie agréable Ceux qui m'entourent...sont là, et puis plus là. Parfois cela me chagrine, parfois cela me soulage... Moi je suis toujours avec moi, la nuit, le jour. Je me regarde dans un miroir et je me dis: ah oui! c'est toi...c'était toi hier, ce sera toi demain, avec le même visage, les mêmes émotions qui se sont imprimées, c'est bien toi, pas moyen de te fausser compagnie, ne fut-ce qu'un... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:52 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
25 octobre 2005

Un sujet tres tabou

Tiens, c'est étonnant, on ne parle guère d'argent dans les blogs en général... En ai-je assez? trop? en voudrais-je davantage? suis-je envieuse de ceux qui semblent vivre plus largement que moi? est-ce que je suis du type économe? ou dépensière? Ai-je des angoisses par rapport à l'argent? ou suis-je une je m'en foutiste en pensant que chaque jour m'apportera ce dont j'ai besoin? Est-ce que j'ai un compte séparé si je suis mariée? ou fait-on tout en commun? Ai-je hérité? est-ce que j'attends (avec impatience) d'hériter? est-ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 00:02 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
24 octobre 2005

Une fenêtre...une porte...

Fenêtre ouverte sur l'extérieur, sur la nature, sur le temps, sur les gens...appel à l'ouverture, la curiosité. Et porte fermée sur l'intimité, le "pouvoir être soi-même", le "ne pas déranger"... Ou bien le contraire? Fenêtre fermée parce que dehors, il y a les virus, les ouragans, les mauvaises influences, les cacophonies, les bruits et les gens qui perturbent. Et la porte ouverte parce que en famille on se dit tout, on ne cache rien, on est bien ensemble, on cherche la sécurité du cocon. Ou alors... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

23 octobre 2005

La Femme, l'Amour et la Musique

L'ivresse de tenir un public en haleine... Les yeux que tu vois accrochés à tes phrases, les bouches un peu entrouvertes dans l'attente des mots suivants, le corps tendu dans une attitude de gourmandise...Tu les vois qui attendent tes Petites Paroles Inutiles,  les visages vibrent au gré de tes déplacements...c'est magique! Et toi, tu te donnes tout entière, et parfois tu joues de ton pouvoir, oh! juste ce qu'il faut...tes mots doivent se "mériter", donc tu les laisses couler, s'égrèner, parfois lentement, à pas... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 octobre 2005

Fière de ma Belgitude

Envie de vous faire découvrir un auteur belge. Incroyable. Une écriture à la Breughel, puissant, tour à tour ironique, caustique, drôle, puis sensible, émouvant... Patrick Virelles: "Un puma feule au fond de ma mémoire" 2004 chez Labor Je vous mets ici un extrait que j'ai particulièrement savouré L'auteur parle de la gravure de "La tentation de Saint Antoine" de Jacques Callot "Et je m'abîmais dans la contemplation de cette estampe fabuleuse peuplée de créatures monstrueuses [...]. On les croit... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
20 octobre 2005

L'artiste est dans les étoiles..

"I would like to die flying off".... C'est fait...il est parti, il y a quelques heures Jean-Michel Folon...un artiste sans concessions, un lutteur, un doux rêveur, un idéaliste Un ami...
Posté par Coumarine à 14:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
20 octobre 2005

Encore une histoire de porte...

La porte est bleue. La porte bleue est fermée. Elle est fermée depuis longtemps. Ça va faire cinq ans maintenant que je ne suis plus venue dans cette maison. Il y a des toiles d’araignées sur cette porte bleue et fermée. Surtout dans le coin gauche là en haut. Le côté des charnières. Le bleu s’est écaillé en longs filaments lamentables, les gonds se sont empêtrées dans la rouille. Les rideaux aux fenêtres grisaillent d’ennui et de solitude. Et partout le silence. Pas n’importe quel silence. Le silence de l’absence, le... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]