Une fenêtre...une porte... - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

24 octobre 2005

Une fenêtre...une porte...

Fenêtre ouverte sur l'extérieur, sur la nature, sur le temps, sur les gens...appel à l'ouverture, la curiosité.

Et porte fermée sur l'intimité, le "pouvoir être soi-même", le "ne pas déranger"...

Ou bien le contraire?

Fenêtre fermée parce que dehors, il y a les virus, les ouragans, les mauvaises influences, les cacophonies, les bruits et les gens qui perturbent.

Et la porte ouverte parce que en famille on se dit tout, on ne cache rien, on est bien ensemble, on cherche la sécurité du cocon.

Ou alors tout est fermé: portes et fenêtres, tout est recroquevillé, ramassé, peut-être que cela sent le moisi, les toiles d'araignées

Ou alors tout est ouvert, rien n'est à personne, la vie et les gens sont de passage, ne s'arrêtent pas, s'en vont pressés vers d'autres chemins...

Je vais vous dire: dans la pièce où je travaille la fenêtre s'ouvre sur les arbres du jardin, et tant pis s'il pleut (les larmes font partie de la vie) et la porte  est fermée, j'ai grand besoin de solitude, pas pour m'isoler, mais pour me retrouver, me rassembler...


Commentaires

    toujours difficile l'équilibre, dans tous les domaines, quant au privé-public, à l'ouverture, fermeture, protection, don... encore plus, indispensable en tout cas de se retrouver avec soi d'abord, que cela te fasse le plus grand bien chère coumarine, pensées, malisan

    Posté par malisa, 24 octobre 2005 à 14:17
  • Etre seul face à soi-même, dérangeant quelquefois, mais si important! Alors, il faut fermer portes et fenêtres, tirer les rideaux sur l'extérieur, les ouvrir sur ce qui bat dans le coeur, dans le sang, dans la tête.
    Nous avons tous besoin de ces moments sincères qui égratignent parfois, mais remettent à l'heure la pendule de la vie.
    Comme je te comprends, Coumarine!

    Lorraine

    Posté par Lorraine, 24 octobre 2005 à 17:05
  • ô que je ressens aussi parfaitement cette sensation. Je sais que pour mon équilibre, il me faut fermer la porte temporairement. J'en veux parfois à ceux qui tentent de la forcer. Mais à moi de mettre un verrou.
    Ma fenêtre est toujours ouverte, parce qu'elle permet à mon imagination de voler à son aise..

    Posté par Miss Line, 24 octobre 2005 à 19:10
  • Bonsoir,

    je ne comprends pas ton "pas pour m'isoler, pour me retrouver" : n'est-ce pas dans l'isolement que tu te retrouves ? même si cet isolement est temporaire ?

    Bisous

    Posté par telle, 24 octobre 2005 à 21:03
  • fenêtres ouvertes et portes aussi.. ou mieux pas de portes.. mais on peut s'y arrêter.... et même y rester... Non seulemement le contraire de mon enfance où tout était fermé !!

    Posté par ilescook, 25 octobre 2005 à 00:21

Poster un commentaire