Billet en forme de bilan - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

04 décembre 2009

Billet en forme de bilan

Je suis frappée par la diversité de vos commentaires sur mon billet précédent
En lisant combien parmi vous me souhaitent des pensées plus légères, je me suis demandé si je donnais dans ce billet (et sur le blog ces derniers temps) l'impression que je pourrais avoir des idées sombres.
Serais-je un peu déprimée? Je me pose la question...
Peut-être ne devrais- je pas tout de suite répondre par la négative... je me surveille ;-)) je m'observe et je vous dirai quoi dès que j'ai la réponse à cette question ;-))

La réflexion de Alain sur ma façon d'écrire ici m'interpelle...
J'aime écrire "littéraire", l'écriture est mon truc, ça c'est certain, et donc je prends soin d'exprimer du mieux que je peux ce dont je parle
Ce dont je parle...c'est la plupart du temps à propos des mille et une petites choses de la vie qui me font réfléchir ou qui m'ont touchée, me disant que cela vous toucherait peut-être aussi. Mon envie de partager ressentis et expériences est très grande... tout en m'efforçant évidemment de les écrire de façon "littéraire" , dans le beau sens du terme (pas dans le sens prétentieux). Alors oui, j'use (parfois j'abuse) de métaphores, ou j'écris de manière symbolique, j'aime cela tout en réalisant que cette démarche me fait courir le risque de ne pas être comprise dans le sens que je pensais.

Or, j'aime être comprise dans ce que j'écris... c'est là une aspiration légitime, je crois: je n'ai nulle envie d'écrire "hermétique" sinon de temps en temps quand je me laisse aller à l'écriture spontanée (qui cependant révèle la plupart du temps son sens, pour moi en tout cas). Écrire de façon hermétique, (je parle ici pour moi!) c'est écrire de façon un peu égocentrique, pour moi toute seule, en me fichant de ce que les autres pourraient comprendre... Or, ce n'est pas mon but, je ne cherche pas à écrire dans ma tour d'ivoire.

Écrire est  (et peut-être avant tout!) communication pour moi...Et qui veut communiquer, prend garde à être compris... ça me semble évident.
Et pour moi, être lue (et de préférence appréciée ici sur ce blog) est un bonheur que je ne boude pas... (comme je ne boudais pas de recevoir un prix quand autrefois je participais à des concours de nouvelles. C'est encourageant et permet de se rendre compte que ce qu'on écrit a sa valeur... Ces concours de nouvelles m'ont permis de croire en moi qui me suis mise à écrire sur le tard)

Un autre élément qui a son importance: je suis lue ici par des gens de toutes sortes. Les blogueurs sont des lecteurs qui la plupart me sont bienveillants... c'est agréable d'échanger avec vous, à partir de mes Petites Paroles Inutiles
Mais il y a des lecteurs du réel, ceux-là constituent un petit problème pour moi
Il y a les proches... j'entends les respecter et j'ai pris l'option de ne pas parler d'eux. Cela me limite forcément beaucoup: ma famille est nombreuse et remplie de péripéties, joyeuses mais aussi tristes parfois... ici c'est donc motus, ce qui rend Coumarine assez insaisissable: vous n'apprendrez pas grand chose de mon univers très concret...

Parmi les lecteurs du réel, il y en a aussi quelques uns qui ne sont pas spécialement bienveillants et qui attendent à l'affut le faux pas que je pourrais faire...
Le "faux pas" étant de raconter les incidents de ma vie qui me rendent vulnérable... j'ai souffert de recevoir certains mails qui m'ont incendiée... cela m'a rendu (à tort ou a raison) prudente à l'extrême. Il faut du courage pour ignorer les blessures que ces "attaques" m'ont faites et sans doute que je n'ai plus le courage pour le moment de passer outre à ce risque

Voilà donc un billet en forme de justification à ce que je fais ici, et tout en l'écrivant je prends conscience que je n'ai à me justifier de rien du tout, vous me prendrez comme je suis...

Ou pas.


Commentaires

    Bonjour

    N'exprimes tu pas justement ce que je vais résumer sous le mot "surprise" que l'on peut parfois avoir lorsque le lecteur interpéte à sa manière avec son ressenti? Et si le lecteur l'interprète et que cela lui fait ressentir des choses peut être contraire à ce que l'on désirais exprimer, c'est une belle réussite de l'écriture non pour soi, mais pour les autres?

    Sur le net, on ne peux tout dire.

    J'ai toujours plaisir de visiter ton blog.

    Posté par Béné, 04 décembre 2009 à 15:28
  • "vous me prendrez comme je suis..."

    Et voilà qui est dit...
    C'est à prendre ou à laisser!
    N'as tu pas voulu dire: "vous me lirez comme je suis ou comme vous voulez que je sois". Et que m'importe , je suis ici chez moi et je n'ai pas à me justifier.

    Posté par charlotte, 04 décembre 2009 à 17:16
  • Bien dit, ma gamine !

    Posté par papet Croûton, 04 décembre 2009 à 17:59
  • la question est surtout : « est-ce que tu te sens BIEN dans ton blog...? ou pas ! ».
    je veux dire : libre d'aborder tous que tu envies d'aborder... Ou pas !!

    Je dis cela, parce que pour ma part, si j'avais l'entourage hostile que tu décris, à l'affût de tes faux pas ici, il y a bien longtemps que j'aurais fermé mon blog !!
    mais,... Je ne suis pas toi !!!

    Posté par alainx, 04 décembre 2009 à 18:07
  • La liberté ne sera jamais donnée mais toujours à conquérir. Simone de Beauvoir.

    Je le trouve sympa ton billet, je trouve que dans la vie, il y'a déjà assez de difficultés pour pas qu'on se mette la pression, si on a envie, on le fait, si on le sent pas, on le fait pas. Pourquoi se forcer? pourquoi cette culture de l'auto-flagellation, qui veut tjs....et surtout si l'on est une femme...que l'on soit aussi critique envers soi, perpétuellement en train de vouloir atteindre une perfection (souvent tissée par d'aures !) qui font finalement bon marché de nos difficultés...faisons selon nos envies et l'avis des autres hein....;o).
    On ne m'ôtera pas de l'idée qu'il ya tout de même dans l'anonymat, un certain manque de courage ( oh !bien modeste le courage, hein !) et même une certaine forme de schizophrénie. Du genre : Je me bats pour mes idées mais surtout ne dites pas à ma mère que c'est moi.
    Version plus désagréable : cela relève du même processus mental que les lettres anonymes : je dénonce au nom de la vertu, mais je ne veux pas d'emmerdes avec mes voisins.
    Je note que bcp ont un pseudo pour exprimer leurs opinions mais que si qqu'un les agresse à propos d'un dire sur leur blog, ils le ressentent à titre personnel. Je trouve que c'est un peu paradoxal.
    L'anonymat permet une résistance aux attaques familiales etc..
    Peut-on écrire intime ou intimiste tout en demeurant confidentiel?
    La vraie liberté, ce serait de choisir anonymat ou signature à sa guise, sans que l'un t'apparaisse plus "libre" que l'autre !
    Je pense que l'anonymat devient une seconde identité.
    Pourquoi, tant d'anonymes, tant de masques sur la toile?
    Un jour, on finira par tous vous reconnaître à travers vos diffèrents loups...de satin et de dentelle. Le bal est déjà à demi-démasqué...)

    Posté par bernie.83, 04 décembre 2009 à 18:45
  • bernie: nom, adresse, date de naissance, profession, sinon tes commentaires anonymes ne valent pas tripette !!

    signé : alainx -blogueur anonyme- sain d'esprit - non encore schizophrène (mais il se trompe sans doute sur son état !!)

    Posté par alainx, 04 décembre 2009 à 19:27
  • je viens de rentrer, un peu inquiète de vos réactions
    JE TIENS à ce blog!
    Je tiens aussi à mon pesuedo Coumarine
    L'entourage hostile ne se compte que sur les doigts d'une main... je n'ai donc pas de raison de fermer mon blog à cause de trois ou quatre personnes qui guettent ma vulnérabilité
    Je regrette la perte de mon anonymat, c'est clair
    (et je ne partage pas ta vision des choses Bernie))
    Mais je me suis "révélée"...parce que c'était pour moi une chance de faire connaître plus largement mes livres
    En cela mon blog a rempli sa mission..
    Pour le reste, à moi à gérer ça au mieux
    Demain est un autre jour...)

    Posté par Coumarine, 04 décembre 2009 à 19:41
  • Moi, je prends telle qu'elle mais je souhaite commenter, tel quel.

    Bleck

    Posté par Bleck, 04 décembre 2009 à 19:48
  • Couma!

    On t'aime comme tu es, et c'est un fait qui ne se discute pas. qu'on interprétrelle mal à propos les écrits, on est là et on revient et c'est parce qu'on a beaucoup d'amitié non seulement pour l'image blogueresque.
    Certains jours la vie est rude et propose quelques assauts du plus dur ou au contraire, elle est voluptueusement en train de se lover dans la soir pendant que l'on écrit.
    Ecrire c'est bon c'est beau et parfois on est étonné de voir que les lecteurs n'ouvrent pas les même tiroirs que soi. Le texte est pourtant, il dit tant de chose et voilà que le lecteur n'est pas seulement un lecteur anonyme mais en plus un lecteur avec son propre vécu et ses ses sensations, il y trouve autre chose que ce que l'on a voulu exprimé, c'est déroutant mais signe qu'on n'écrit pas que pour soi.

    Il y a deux jours, j'ai tenté de faire une visite sur un blog connu et dans les 5 minutes qui ont suivi, je suis entrée dans une colère parce que je prenais pour moi quantité de commentaires, sans doute que la plupart des gens n'avaient rien à voir avec moi mais j'avais le nez dans le guidon comme on dit et rien ne suffisait à calmer ma colère et m'éloigner de cette ambiance agressive et délétère, rien. Je pouvais m'exprimer en vrac et dans tous les sens, de toutes les façons, j'étais tant persuadé que l'on ne saurait pas me comprendre et considérer que je n'avais aune idée préconçue, plongée dans ma colère et le nez dans la guidon, je ne savais plus m'arrêter. Mes interloccuteurs voulaient faire de moi une fachite-nazzi. J'avais beau m'écouler en tous sens rien à faire, et plus cette étiquette contraire à moi m'était collée plus je luttais. Une fois dans ma vie de blogueuse, j'ai fait cette expérience. Il me fallait la faire sans doute. Mais j'en ai conclu que s'âbimer dans des trucs qui ne sont pas les siens, c'est anti créatif.

    Moi il me faudra quelques jours encore pour m'en remettre. Mais j'ai bien une fois considérer à quel point écrire n'était pas tous les jours s'écrire soi-même. Il peut y avoir une telle violence dans les écrits si le lecteurs en est tout disposé. Les écrits sont reçu par le lecteur. Dans mon anecdote, c'était comme en 40. Je n'étais ni armé ni prédisposée à m'attendre à cela; j'étais juste là pour dire que j'avais lu un livre en rapport à la note. Et bigre de violence, j'ai été dépassée et je n'ai fait que traité tout le monde de sale con.
    Parfois les écrit ne sont pas trop bien compris et c'est drôlement rude ensuite de faire le tri.

    Coumarine, je crois qu'il ne faut pas se morfondre rop longtemps. Parfois on écrit selon et les lecteurs comrennent et vont dans ce sens, parfois on écrit et les lecteurs interprètent selon, et plus les interprétations divergent, plus le texte est réussi. Et c'est justement ce qui la différence entre les textes.

    Coumarine on t'aime bien, et même moi qui ne suis qu'une lectrice silencieuse, aujourd'hui, je commente, c'est pour dire!

    Posté par Béné, 04 décembre 2009 à 19:59
  • Ben, tu as bien raison, le blog est un espace, "son" espace de liberté. Pas possible de se plier à une règle pré-établie. Etablie par qui ? Pour qui ? Pas de censure personnelle, surtout pas !

    Posté par brigitteGiraud, 04 décembre 2009 à 21:30
  • C'est justement pour pouvoir écrire ce que je veux que je ne donne pas l'adresse de mon blog aux gens que je connais...
    Je veux pouvoir "sortir" ce que je veux )

    Posté par teb, 04 décembre 2009 à 21:36
  • Chère Coumarine,
    Comme je te comprends et comme j'aime ce billet où tu exprimes finalement toute une partie de toi sans vraiment la dévoiler, où tu reviens en arrière pour refaire un pas en avant... Le déchirement entre la sincérité et la pudeur surtout face à des millions de lecteurs potentiels, inconnus pour la plupart, trop connus pour d'autres!
    Personnellement j'ai démarré mon blog dans l'anonymat, puis mon mari m'a mise dans ses liens. Le souci, c'est qu'il rédige son blog en publiant son nom de famille... COnclusion, comme toi, je ne peux que dévoiler très très prudemment le fond de ma pensée, mais finalement, je pense que c'est bien comme ça. Es-tu satisfaite de cette situation, tout bien réfléchi?

    Posté par delphine, 04 décembre 2009 à 22:44
  • Je te réponds Delphine, mas aussi aux autres en même temps
    Un journal intime tel que j'ai commencé ici n'est pas (plus)intime, mais bien public dès lors qu'il est publié sur la Toile
    Le vrai journal intime s'écrit dans un cahier secret qui se cache tout au fond d'un tiroir. (ou dans le disque dur de l'ordi)
    Si on publie sur le Net, C'est bien dans le but de lancer le processus de communication: être lue par des lecteurs silencieux, néammoins fidèles, être commentée par les habituées d'aujourd'hui et de demain
    Mon livre "Tout d'un blog" parle abondamment de tous ces sujets: intime? extime? écrire pour qui? pour soi? pour être lue? pour exister qq part? autres raisons?
    L'anonymat? oui? non?
    En ce qui me concerne j'ai rompu l'anonymat dès lors que j'ai été publiée
    Je crois que j'ai de la matière pour écrire un tome 2 de Tout d'un blog: le sujet est inépuisable. Et pour le moment, je reconnais que je ne vois pas clair
    Parce que, ne pas pouvoir aborder le simplement quotidien (enfants et mari compris) ne me simplifie pas la tâche... me faut une sacrée palette de sujets possibles à aborder pour ne pas m'essouffler
    Heureusement cela ne manque pas, et je ne suis jamais à court de sujets

    Posté par Coumarine, 04 décembre 2009 à 23:09
  • Eh bien, moi qui ai découvert ton blog voilà peu, et qui laisse ici mon premier commentaire, je te prends comme tu es !

    Effectivement, à quoi sert d'exprimer quelque chose, si on ne parvient pas à atteindre à une certaine universalité, qui permet la rencontre et le partage d'une part d'humanité avec les personnes qui lisent ?

    Posté par Tinuviel, 04 décembre 2009 à 23:39
  • Moi en te lisant j'éprouve toujours le plaisir de la découverte. Par ton regard, tu fais d'un sujet parfois anodin, un outil de notre réflexion. Tu invites à modifier notre angle de vue. Ton blog est un de ceux qui me font "grandir". Et les commentaires de tes lecteurs aussi. C'est souvent un très beau partage. Et je te dis merci pour tout cela.

    Posté par Incertaine, 05 décembre 2009 à 10:14
  • " vous me prendrez comme je suis "
    Bai, volontiers mais j'ai un peu mal au dos, il faudra quand même être prudent avec certaines positions

    Posté par Prax, 05 décembre 2009 à 10:37
  • Coucou Coum,

    Tu n'as pas besoin de te justifier. Tu me l'avais écrit un jour, je m'en souviens.

    Souvent je ne commente pas chez toi, parce qu'il y a des commentaires avec lesquels je ne suis pas d'accord et que je sais que dans une "polémique" (même blogotique) je serais perdante car je ne suis pas forte avec les mots.

    Reste comme tu es Coum (avec tes gris, tes sombres et tes multicolores, tes lumières) c'est comme cela que je t'apprécie.

    Un jour on m'a dit que j'étais vaniteuse car je voulais "sauver" les gens. Tes lecteurs auraient-t'ils la prétention de te "sauver de toi-même" ?

    Un autre fois (quand j'écrivais beaucoup sur une autre plate-forme de blog) on m'a reproché d'être trop mystérieuse.
    Sur cette même plate-forme de blog on m'a traité de "gentille" avec tout ce que ce mot peut avoir de péjoratif quand il est employé par des gens mal intentionnés ou jaloux.

    C'est vrai que j'ai fuis tout ça et que je me contente maintenant de partager mes images.

    Mais toi, Coum, continue à écrire. Tu écris si bien. Tes mystères, tes métaphores me plaisent.

    Tendresses.

    Posté par Annick, 05 décembre 2009 à 10:53
  • Mais, amie, nous t'aimons comme tu es! La naissance t'as donné un don! La vie, telle un sculteur, a façonné ce don! Et ta façon d'être. Si tu écris bien c'est parce que tu as l'esprit clair: "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement... etc, etc!" Ne change rien! Tu ne serais plus Coum...
    Amitiés.

    Posté par Papa de Lili, 05 décembre 2009 à 11:27
  • Là, sincèrement au plus tu te justifies , au moins je te comprends . Sans doute parce que cela ne rentre pas dans ma logique . Je rejoins sur ce coup plus facilement Alainx dans son premier commentaire , parce que la liberté est importante pour moi .
    Mais dois je nécessairement te comprendre pour prendre du plaisir à venir te lire , voilà la question que je me suis posée ? Non, au contraire , tu me surprends à chaque fois et c'est ça que j'aime tout compte fait : être surprise . Parfois être d'accord, parfois être agacée , parfois ne rien comprendre du tout . Au moins , il y a de l'ambiance ici et matière à réflexion .
    Et figure toi que cela m'apprend à ne pas vouloir toujours avoir besoin de comprendre l'autre pour l'apprécier quand même ... et à accepter que ce soit comme ça pour toi et que tu te sentes bien avec ça .
    Dans ce sens tes billets me font grandir aussi , comme te dit Incertaine .
    Je t'embrasse et continue de nous surprendre si le coeur t'en dit , Coumarine . Tu fais ça très bien .

    Posté par julie, 05 décembre 2009 à 12:28
  • C'est toi aussi ça!

    Moi aussi je rejoins Alainx et Julie. Après tout si on te lit, c'est qu'on aime ce que tu écris, c'est qu'on t'aime. As-tu tellement besoin de te l'entendre dire? De le lire plusieurs fois? Mais oui, Coum on t'aime! On t'aime, même si, comme dit Julie, on ne te comprend peut-être pas toujours, à moins que chacun te comprenne à sa manière ce qui est sans doute encore mieux! Allons, continue, je ne viens pas souvent visiter ton blog, mais comme tu peux voir, je ne suis pas tout à fait morte... malgré quelques coups durs ces derniers temps!

    Posté par eneri, 05 décembre 2009 à 15:26
  • Moi je te comprends, surtout ne change rien.
    C'est chez toi ici.
    Tu es comme dans la vraie vie.

    Posté par NarB, 05 décembre 2009 à 17:54
  • Quitte à passer pour un "lâche ou un "corbeau", je resterai anonyme, du moins pour tous ceux qui ne demanderont pas expressément à ce que je ne le sois plus (il es facile pour quelqu'un de demander à quelqu'un d'autre de "lever l'anonymat" à titre privé, sans que la totalité de la planète soit au courant.)
    D'abord, tu as dit toi-même, qu'il ne fallait pas donner son adresse e-mail sur un blog...
    Tu dis :"en ce qui me concerne, j'ai rompu l'anonymat dès lors que j'ai été publiée." mais, ton livre est signé N. Versailles et non Coumarine...comment a-t-on fait le lien si tu n'en as-pas parlé?
    Ce n'est pas uniquement l'écrivain qui fait le livre mais aussi le lecteur. Sans lecteur, point d'écrivain. Bien entendu, il est un lecteur qui existe toujours : l'auteur lui-même. Mais c'est un lecteur très particulier, puisqu'il reste dans l'intimité de la création. Un écrivain qui n'écrit que pour le plaisir des mots peut n'agir que pour son bon plaisir, celui de son lecteur n'étant qu'accessoire.
    Alors,La Coumarine de la vraie vie n' est pas la même femme que sur le blog !
    Apparemment, la famille, les ami(e)s, la religion, la politique ne sont pas "admis" sur ton blog...
    Mais la famille, qu'est ce qu'on leur cache sur le blog qu'on ne puisse leur dire en face, ça, je comprends pas...
    Mais, au fond, comme tout le monde l'a si bien dit, si l'on vient ici, c'est pour prendre un bon chocolat chaud..Et si mes commentaires ne valent pas "tripettes" puisque je suis moi-aussi une anonyme, je m'en fous...

    Posté par abeille, 05 décembre 2009 à 18:23
  • moi, je veux bien donner mon adresse, mon nom, mon âge etc...si Alainx le souhaite....))

    Posté par annie du 06, 05 décembre 2009 à 18:39
  • a tous

    merci pour vos commentaires
    je les lis tous avec attention
    certains commentaires m'énervent je le dis franchement
    Mais comme j'ai le droit d'être moi-même ici, vous avez le droit de commenter comme vous le sentez, et de revenir me lire demain ou après...)
    Pour abeille: j'ai donné ici mon identité civile pour avoir une chance de diffuser mes livres en France
    Ce qui a été le cas... grâce aux lecteurs de mon blog...)
    Sans cela... mes livres n'auraient pas franchi la frontière ;-((et vous auriez manqué quelque chose!!! )

    Je souhaite la bienvenue à Tinuviel qui vient ici pour la première fois, ainsi d'ailleurs qu'à Béné (hier)

    Posté par Coumarine, 05 décembre 2009 à 20:11
  • Comme je te suis très bien dans ce que tu écrits ....
    le blog est parfois piegeant , certains lecteurs , avides parfois d'émotions , interpretent nos propos , et quand on choisit au départ de ne pas vivre cachés , il faut se préserver
    Pas de détails de ta vie , chaque blog est unique , l'essentiel c'est de rester fidèle à son projet , et tu y parviens
    Ton écriture est accéssible à tous , tu prends aussi ce temps de répondre à chacun , ça pour moi c'est l'essentiel aussi dans la communication

    Faire un billet bilan , ça fait du bien , ça pose les choix
    Les blogs doivent être des lieux paisibles , bien loin des contraintes lourdes que la vie nous apporte souvent
    je t'embrasse

    Posté par Jeanne, 06 décembre 2009 à 08:32
  • Jeanne...oui c'est cela, je pose mes choix ici dans ce blog.. et tu as raison faire un bilan de ces choix dans un billet comme celui-ci est nécessaire, du moins pour moi...

    Posté par Coumarine, 06 décembre 2009 à 09:14
  • Moi j'aime vraiment beaucoup ton style d'écriture, qui est travaillée tout en restant spontanée.

    C'est vrai que les avis hostiles sont difficiles à supporter, je n'en ai pas encore eus, mais ça ne saurait tarder - hélàs. Mais ça n'a pas vraiment de poids.

    Continue ton blog! J'y viens avec plaisir!

    Posté par Edmée De Xhavée, 06 décembre 2009 à 15:46
  • Liberté

    Libre d'écrire
    Libre de lire
    Ne sont-ca pas là les deux fondamentaux de tout blog? Si ce que tu écris ne plait pas, on zappe. Si ton écriture plait, on reste et on attend avec impatience le pochain billet. Et ça, c'est mon cas. Tu es dans mes favoris et quel plaisir de venir lire tes écrits. Parfois je les trouve moins intéressant parce qu'ils me parlent moins, ils ne résonnent pas en moi (c'est normal, n'est-ce pas?). Parfois, je les imprime et je les relis plusieurs fois. Alors juste un grand merci à ta liberté d'écriture et à ton grand respect de tout ceux qui t'entourent.
    J'ai lu à mes élèves ton texte sur la méditation du jardinier. Je t'envoie sous peu un petit condensé des réactions. C'était très chouette et très intéressant. Ce soir, je suis trop fatiguée pour rédiger un joli compte rendu.
    Bonne soirée.

    Posté par Chris, 06 décembre 2009 à 20:18
  • @Edmée... les deux ou trois avis hostiles viennent de proches qui sont furieux à cause de mon roman autobio...
    Oui, cela n'a l'air de rien, mais je ne publie aucun billet sans l'avoir travaillé. Pourtant je veille à ce qu'il reste "naturel", c'est là mon objectif...

    @Chris...alors à ce que tu m'écris là me fait un très très grand plaisir...et je suis curieuse de lire les réactions de tes élèves...
    De même que je suis flattée que tu imprimes afin de les relire, certains de mes billets...

    Posté par Coumarine, 06 décembre 2009 à 22:30
  • Ce sont toutes des questions auxquelles j'ai réfléchi depuis le lancement de mon blog il y a trois ans... Après mûre réflexion, j'ai décidé de garder mon pseudonyme du Petit Belge et de ne pas parler de ma vie privée sur mon blog (il y a tellement d'autres choses à parler). Mais, par contre, la quinzaine de lecteurs fidèles de mon blog, qui mettent plusieurs commentaires par semaine (donc, pas les lecteurs de passage), connaissent mon nom, ont mon adresse email et savent deux ou trois choses de ma vie. Et le virtuel passe parfois au réel, car j'ai déjà rencontré certains de mes lecteurs.

    Bon vent pour la suite de ton blog!

    Posté par Un petit Belge, 07 décembre 2009 à 19:58
  • C'est ton blog, tu es libre d'écrire ce que tu veux, et comme tu veux, de manière littéraire ou pas, même en courant le risque d'être mal comprise. Tu es libre d'aborder les sujets que tu veux... et si finalement depuis le début tu ne nous donnais à voir qu'un personnage totalement inventé, une fiction de toi, comme ces usurpateurs dont tu parles dans ton livre, qui se racontent, se mettent en scène sur leur blog et avouent un jour que tout cela n'était qu'une fiction? Ce serait drôle.... (moi aussi, certains des commentaires que tu as reçus m'énervent...)

    Posté par Pascale, 08 décembre 2009 à 09:11
  • le blog est une place publique secrète...tu déballes ce que tu veux mais en masquent les mots. Valable aussi pour l'homonyme pluriel.

    moi zaussi je te prends telle qu'aile !

    Posté par Bérangère, 08 décembre 2009 à 11:02
  • Bien sur que l'on te prend comme tu es, c'est d'ailleurs pour cela que l'on vient te lire!

    J'aime beaucoup ton style d'écriture. Peut être n'interprétons nous pas toujours de la même façon les métaphores que tu emploies, mais au moins cela a l'avantage d'élargir la discussion, tu ne crois pas?

    Quoi qu'il en soit (je le répète), j'aime beaucoup ce style d'écriture. Peut être parce qu'il évoque des souvenirs ou respire la poésie, je ne sais pas...

    Posté par Louloute, 09 décembre 2009 à 14:06

Poster un commentaire