Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 87 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

11 juillet 2005

Je suis une imbécile heureuse

Les choses sont simplissimes (oui, ça c'est très Italien comme formule!) La vie, ce n'est pas une partie de plaisir! Ca veut dire que: si tu es ultra occupé (agenda rempli jusque 2006), plongé dans l'effort jusqu'au cou, dans l'insomnie toutes les nuits à force de penser à tout ce qu'il faut faire encore, si tu es préoccupé, sérieux, combattif (incisif et agressif) efficace, rapide...il y a de fortes chances que tu sois UN type (ou une typesse) INTELLIGENT, SERIEUX ET CONSCIENT DES PROBLEMES du monde si tu es un peu... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

09 juillet 2005

Je préfère rire que faire des abdos...

Il y a de ces moments... Fous rires incontrôlables, évidemment pas toujours au bon moment, ni au bon endroit, ni avec la ou les bonnes personnes Quand ça se déclenche...ça peut me prendre comme ça, pour quelques longues minutes Et quand ça se calme...rhooooooooo, suffit d'un rien pour que ça me reprenne...et ça fait maaaaaaaaaallllll Parfois autour de moi, on ne sait pas pourquoi je ris...moi-même parfois je ne le sais pas, Parfois je le sais trrrrrrrèès bien mais je ne peux pas le dire...oh! non...paske ...euh, je... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:28 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
05 juillet 2005

La Terre sacrée

Quand je vais moins bien... Quand je suis bateau ivre, secouée par les vagues de la vie, déracinée de mes espérances, percutée par des petits ou gros chocs, ballotée par ce tout qu'on dit, ce qu'on ne dit pas, ce qu'on me dit, ce qu'on ne me dit pas, ce que je lis, ce que je perçois, par tous les bruits du journal qui martèlent sans pitié, sans arrêt... Alors je sais Je sais qu'il est temps, plus que temps Temps de me recontacter avec la Terre, avec l'eau, avec l'air Non pas la Terre promise, celle de demain, celles des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:32 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
03 juillet 2005

Ecran total 05

A Bruxelles, se tient pour le moment une manifestation de cinéma qui s'appelle L'écran Total Durant tout l'été dans un cinéma du centre de la ville, se jouent des films classiques (et pour certains très anciens), des reprises de 2004 qui n'ont pas eu le succès qu'il méritaient, et aussi des rétrospectives de réalisateurs connus C'est ainsi que cet après-midi, je suis allée voir un film faisant partie du cycle Fassbinder ce cinéaste allemand mort à 36 ans. "MARTHA" (1973) C'est un film réalisé en 25 jours entre deux... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:37 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
02 juillet 2005

Les enfants muets

Les histoires d'enfants muets me touchent particulièrement Il y a un mois... je suis allée voir "Les mots bleus"...je crois en avoir parlé ce soir, j'ai vu "Dear Frankie" Touchée, coulée...jusque très profond, là où la parole est muselée, et s'étouffe de ne pouvoir parler, ou crier, ou chanter, ou aimer Je suis incapable de dire si ces films sont valables en temps que films. Incapable d'en faire une critique "raisonnable" Je suis trop concernée, trop impliquée... C'est dingue.
Posté par Coumarine à 23:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 juillet 2005

La danse inconvenante

La fourchette danse dans l'assiette blanche une danse incongrue presque inconvenante. Elle pique et cliquette claque et claquette. Les couverts à côté se sont tus depuis longtemps et regardent atterrés l'audacieuse qui s'attarde. Sait-elle seulement qu'il lui faudra payer cher cette danse solitaire ces pas de liberté? Voilà qu'on l'empoigne qu'on la mate, qu'on la frotte. On gomme jusqu'au coeur son élan coupable. Le maître est satisfait! La voilà domptée ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 juillet 2005

Est-ce que ton âme te suit?

Un jour Carl Jung, en Afrique... Voilà qu'il remarque que les Africains se reposent plus souvent qu'il ne lui semblait nécessaire. Il se garda bien de penser que c'était là paresse, et leur demanda le pourquoi de ce repos fréquent "Lorsque nous marchons sur ces pistes, nous nous arrêtons de temps à autre quand nous nous apercevons que nos âmes n'arrivent plus à nous suivre. Lorsque nous les avons distancées, nous attendons un peu, dans le silence, pour leur permettre de nous rattraper. Sans nos âmes nos idées... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
30 juin 2005

Vite vite, un procès!!!

J'm'disais...qu'est ce que je pourrais bien écrire qui me fasse rire ce soir Je pourrais parler du procès du pape Jean-Paul 2 Non non, pas un procès pour le punir d'avoir joué au docteur quand il était petit (c'est très vilain ça mon petit garçon on ne joue pas avec son petit robinet, et on ne soulève pas les jupes de sa petite cousine) Mais de son procès en béatification Et hop! que cela saute! Des fois qu'on pourrait changer d'avis, vite vite il faut des preuves d'un ou deux bons gros miracles (trois ou quatre, ça serait... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 juin 2005

Des bulles d'humanité

Ce matin, beaucoup d'émotions quand je vais me promener dans  certains blogs de mes préférés Beaucoup se sont mis à raconter des choses de leur passé...Je les lis avec avidité: naissent sous mes yeux, au delà de leurs mots, des images, des sensations, des odeurs, de celles qui vous prennent l'âme et le corps...de celles qui impriment dans la chair de la chair des empreintes fortes, définitives, parfois magiques et lumineuses, parfois noires comme l'enfer Ce ne sont pas simplement des souvenirs, bien racontés, qui font... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
27 juin 2005

Toucher la (les) voix...

C'est fascinant... Assise là derrière l'écran de mon ordinateur encore muet, plat, noir. Je lève les yeux vers le velux au dessus de moi, qui m'ouvre un coin de ciel, de vent s'il y a du vent, de pluie s'il pleut, de rêve peut-être Je décroche le téléphone qui s'impatiente...puis une voix, réelle, chaude ou pointue, tendre ou indifférente, peu importe,  mais vraie, réelle, tangible, que je peux toucher du bout de ma voix à moi, pour tempérer des propos, apporter le moeilleux d'un sourire, d'une parole qui console, qui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:47 - - Commentaires [11] - Permalien [#]