Un corps, ça parle énormément... - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

12 décembre 2009

Un corps, ça parle énormément...

Le corps...
Etre consciente de ce que vit mon corps alors que je suis prise par une colère (surtout intérieure), une angoisse, un grand désir, un ennui profond, un découragement, une excitation...
Quand un sentiment prend naissance en moi, je peux me demander comment et où il se traduit physiquement...

Bien de fois, je ne le sais pas, je suis incapable de le conscientiser
Mais parfois, oui, et c'est alors que ça devient intéressant: ça se passe dans ma tête, dans mon épaule qui me fait souffrir pour le moment, dans mon dos, dans mon estomac, dans le ventre...

Et ce qui est vraiment amusant, c'est que la sagesse populaire sait tout cela depuis belle lurette...

- on se prend la tête, on se met martel en tête (et le marteau cogne, provoquant des maux de crâne sans raison précise, enfin... c'est ce qu'on croit!
- on a un chat dans la gorge... mais que fait-il là ce chat? C'est quoi cette pénible sensation de picotement dans la gorge, qui nous oblige à toussoter au moment de prendre la parole, comme pour expulser un corps étranger, qui dérange, dont on voudrait absolument se débarrasser?
- on se fait de la bile... en général, pour un rien, certains sont passés maîtres dans cette fabrication de bile, moi par exemple qui m'en fait bien trop vite pour un petit tracas qui va se révéler anodin... ou même inexistant! Ou alors on se fait du mauvais sang, ce qui n'est guère mieux, je vous l'accorde. Mais au fait, qu'est-ce qui fait qu'un sang est mauvais? Hein? Répondez à cette question SVP? Un mauvais sang, c'est quoi exactement? Serait-ce un sang d'encre? le sang veineux? le lourd, celui qui est impur de toutes les crasses qui se sont accumulées et pas expulsées...
- Et quand on a le coeur gros, est-il réellement plus gros que la normale. Pèse-t-il si lourd dans la poitrine,  ce coeur, qui nous fait soupirer à fendre l'âme...
- Bon alors, que dire de mes jambes coupées  une fois par mois au moins, ou de mes bras qui tombent sans que je leur en ai donné la permission? Et quand j'en ai plein le dos.... c'est quoi qu'il y a sur mon dos? des paquets de quoi trop lourds à porter ? Et pourquoi je m'obstine à porter des trucs qui me cassent le dos? On se le demande, hein!
- alors quand on est mal dans sa peau, il est temps de faire peau neuve...d'accord? Juste pour être bien dans sa peau...

Ce qui est intéressant, c'est d'écouter les gens quand ils parlent de leurs découragements ou soucis... ils utilisent leur corps pour en parler, et l'expression employée en apprend long sur l'objet de leur malaise
Charpentier
Peinture Charpentier


Commentaires

    "Un corps, ça parle énormément..." et si on veut bien l'écouter, on peut le comprendre et se faire du bien!

    Posté par fabeli, 12 décembre 2009 à 21:37
  • Hum, hum et si tu veux "entendre" le sens préféré qu'utilisent les gens, écoute les parler.

    Il y a ceux qui voient pour tout, même quand il faut écouter ( tu vois ce que je veux dire...)
    et inversement... C'est marrant aussi.

    Posté par Catherine, 12 décembre 2009 à 21:49
  • Il faut souvent écouter ce que dit ''la sagesse des nations''! Les peines où les joies de notre âme se répercutent sur notre corps... Est-ce que nous saurons que nous sommes mort quand il n'y aura plus d'écho?... Donc qui mourra verra... En attendant on tombera toujours sur les fesses de surprise!!
    Amitiés.
    PS: Demain je poserai sur mes ''Farfeluseries'' un petit article pas sérieux que je te dédie.

    Posté par Papa de Lili, 12 décembre 2009 à 21:52
  • Et aussi en faire une jaunisse ou, ça me donne des boutons, et tant d'autres encore de ces petites phrases qui, si l'on y fait bien attention, prennent toute leur valeur.
    Je suis de celles dont le corps réagit aux moindres soupirs de l'âme. C'est ainsi.
    La peinture de Charpentier soutient on ne peut mieux ton texte. J'en vois un qui est vert de peur.
    Bon week-end Coum'

    Posté par Fanzesca, 12 décembre 2009 à 22:37
  • @fabeli... on est bien d'accord)

    @Catherine...exact... et dans le même genre, cette expression
    ECOUTE VOIR...

    @Papa de Lili...merci déjà...suis curieuse et j'irai lire...

    @Fanzesca...ouiiiiiiiiiii... tu ajoutes plein d'exemples parlants...merci!!!

    Posté par Coumarine, 12 décembre 2009 à 22:46
  • Ben moi, je n'ai juste "pas de veine", au propre comme au figuré !!
    Bon dimanche

    Posté par teb, 12 décembre 2009 à 22:47
  • Voilà une contribution qui n'est pas casse-pieds...

    Posté par papet Croûton, 13 décembre 2009 à 05:14
  • ça me fait mal au coeur de ne pas y avoir pensé. Je devais avoir le regard dans les nuages.

    Posté par le pèlerin, 13 décembre 2009 à 06:19
  • Qui n'a pas rêvé d'avoir un jour, un matin, quelques heures, une heure seulement un corps silencieux...

    Posté par mab, 13 décembre 2009 à 06:38
  • C'est quoi les "farfeluseries" du papa de Lili?
    Moi je ne suis pas d'accord avec toi Mab, Moi je rêve d'avoir un corps qui me parle énormément. Eh oui, moi j'ai appris sur le tard à écouter, à entendre mon corps et qu'est-ce que je suis contente quand il me parle. J'ai été élevée dans une famille où seules les paroles verbales avaient du sens et de la valeur. Et paradoxalement dans une famille où des milliers de non-dits pèsent tellement lourds. ALors quand il y a peu, j'ai lu, j'ai écouté, j'ai appris que seulement 20% de la communication passait par le verbal, et 80% par le corps, qu'est-ce que j'ai été soulagée et heureuse!!!! Quand mon corps est silencieux, je panique. Peut-être que ça passera ! C'est très intéressant d'écouter son corps. Et comme tu le dis Coumarine, ça fait belle lurette que la sagesse populaire le sait et tente de l'oublier. C'est parfois bien difficile de décripter ce langage, mais parfois on y arrive. C'est souvent bien plus facile de soulager par la chimie et de clore la relation. Voilà. Bon dimanche à tous.

    Posté par Chris, 13 décembre 2009 à 10:08
  • mon corps est un grand mystère pour moi et pour la science et pourtant il a tendance à être plus que bavard.
    bisous à toi, prends soin de toi, corps et âme.

    Posté par claire, 13 décembre 2009 à 10:42
  • Parce que les cris du corps sont les messages de l'âme, j'ai toujours à proximité le bouquin "Dis moi où tu as mal", je te dirai pourquoi de Michel Odoul !!

    Posté par didine, 13 décembre 2009 à 11:20
  • @teb, Papet et Le pélerin... merci de rajouter des expressions très "parlantes"

    @mab...je suppose que qd tu parles de corps silencieux, tu parles d'un corps que la douleur laisse en paix. Et je te comrpends dans la mesure où la douleur est inconfortable évidemment
    Je voulais surtout évoquer les remous qui ont lieu dans le corps qd on est par exemple en colère: pouvoir localiser cette émotion dans le corps. Quel est l'organe qui répercute cette colère? Dans la tête? dans la poitrine? dans le ventre? Souvent qd on prend conscience de cela, on peut commencer à relâcher la pression, par ex on respirant consciemment...

    Posté par Coumarine, 13 décembre 2009 à 12:32
  • @Chris...voici le lien de l'article de Papa de Lili (Alain)
    http://farfeluseries.canalblog.com/archives/2009/12/12/16123814.html#
    Pour le reste, je te rejoins complètement: je suis quant à moi, et cela depuis des problèmes de santé assez sérieux, TRES attentive à ce qui se passe en moi, corps et âme, pour pouvoir agir sans attendre, ne fût-ce que en me relaxant, ou en offrant à mon corps qui rouspète ce dont il a besoin, par ex de faire une marche rapide...
    Je pense en effet qu'il est plus facile de taire un malêtre par une pillule que par une écoute de soi et de l'autre, attentive

    @Claire... j'embrasse la mystère que tu es )

    @didine... bienvenue chez moi, merci d'apporter ta contribution à cette "discussion"
    Ce genre de livres, je m'en méfie... parce que je n'aime pas lire des considérations et recettes générales , qui peuvent valoir pour tout le monde concernant les petits et grans boboss du corps
    Par une VRAIE écoute de soi-même, (il faut en prendre le temps!) on peut comprendre bien des choses et agir en conséquence
    Mais chacun cherche où il veut ses outils de transformation...)

    Posté par Coumarine, 13 décembre 2009 à 12:44
  • J'ai eu, ces derniers temps, quelques couleuvres à avaler, ça passait mal, j'aime mieux te le dire, ça me restait même en travers de la gorge ; et bien j'ai trainé pendant trois semaines, une laryngite, puis une angine, jusqu'à ce que je réalise ce qu'il m'arrivait. Depuis ça va mieux. C'est passé. Je digère.( comme ces pythons qui après avoir avalé un bœuf restent des mois sans rien manger)

    Posté par Berthoise, 13 décembre 2009 à 13:44
  • Je vais avoir une médaille de la SPA, j'ai un chat dans la gorge.

    Nos émotions sont nous. Un homme sans émotions n'est qu'un robot. Corps et âme c'est un tout car l'être humain pas deux fonctions. La relation corps-esprit est indissociable et le bien-être de l'un, je crois, dépend intimement de celui de l'autre.

    " Les cris du corps sont l'écrit de l'âme." Et je pense que la volonté de l'âme peut guérir un corps qui souffre, tout comme un corps en excellente santé peut aider l'âme dans son développement.
    Les deux vont main dans la main.
    Est-ce nos émotions qui nous contrôle ou est-ce nous qui contrôlons nos émotions?
    n fait, le degré "réflexion" de notre cerveau nous donne (en qq sorte) le mode d'emploi, ça doit être grâce à lui que nous prenons l'initiative de contrôler nos émotions mais après....qu'est-ce qui nous donne la force d'esprit de les contrôler vraiment???
    Il y'a des gens qui réfléchissent avec leurs émotions, d'autres avec leurs raisons.
    L'angoisse, la peur sont affaire d'imagination plus que de réalité, d'interprétation des événements plus que des événements eux-mêmes.
    Notre corps se met à réagir alors que notre esprit reste calme.
    Franck Herbert, le célèbre auteur de Dune :" je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l'esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale. J'affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon oeil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien. Rien que moi."

    Posté par bernie.83, 13 décembre 2009 à 14:13
  • @Berthoise...voilà c'est vraiment ça!
    Moi je vis pour le moment un truc qui me reste sur l'estomac
    Et depuis quelques jours, j'ai REELLEMENT mal à l'estomac
    Ce matin en, allant à la bib...j'ai réalisé que je n'avais pas encore digéré l'événement en question
    Et mes maux d'estomac m'ont mis la puce à l'oreille. Cosncientiser ce qui se passe, est la première étape. La deuxième est d'arriver à "digérer"
    Je m'y emploie...
    Merci pour ton témoignage qui illustre bien mon propos...

    @bernie...tu écris:
    "Est-ce nos émotions qui nous contrôlent ou est-ce nous qui contrôlons nos émotions?"
    Question importante...si nous ECOUTONS nos émotions, (il n'est pas question de les faire taire!) nous serons à même d'écouter notre vie dans son entièreté
    Comme tu le dis, le corps est indissociable de l'âme. C'est la morale Xtienne qui a diabolisé le corps et quel dommage!

    Posté par Coumarine, 13 décembre 2009 à 14:23
  • "J'ai un papillon dans le ventre" je ne suis pas complètement certain de la signification mais je trouve cela joli.

    Posté par Prax, 13 décembre 2009 à 14:25
  • pile d'actualité pour moi: sans voix pendant une semaine,( tremblement de taire m'a diagnostiqué une bloggeuse) suivie d'une gastro (faire de la bile, avoir mal au coeur, ne plus digérer). mon corps a toujours parlé quand je l'ai trop longtemps ignoré. pauvre machine à laquelle je ne prête attention que lorsu'elle ne répond plus comme je veux...

    Posté par sobiblou, 13 décembre 2009 à 14:40
  • De mon côté, j'ai "la peur au ventre" et bien souvent les émotions "me prennent aux tripes".

    Et bien entendu, quand le mental ne va pas, mon ventre s'exprime lui aussi!

    Posté par Louloute, 13 décembre 2009 à 16:22
  • On vit dans un corps et on se supporte...
    Je viens d'apprendre à m'évader de mon corps pendant deux jours! C'est une expérience intéressante! Heureusement que j'avais en stock, dans ma petite mallette bien cachée dans mon cœur et ma cervelle,des images et des visages très chers.
    C'est fou ce qu'on peut voir par une fenêtre fermée!

    Posté par TJ, 13 décembre 2009 à 17:22
  • Chez moi ce sont les couleurs qui se mettent en branle suivant mes ressentis. Ainsi quand je suis broie du noir, je ris jaune, je vois rouge ou encore je suis verte de rage et en cas d'émotion très ou trop forte je deviens blanche comme une morte !
    Il me faut alors que je me réanime en tentant de voir la vie en rose!
    Très très beau texte mais dis moi,qu'as-tu mal digérer, Coumarine?C'est qui ou quoi le méchant ?

    Posté par charlotte, 13 décembre 2009 à 17:56
  • @Prax... oui j'ai aussi des papillons dans le ventre des fois...j'adore cette expression si imagée...

    @sobiblou... ben voilà! prendre la peine d'écouter ce corps qui nous parle... sans attendre qu'il nous parle tellement fort que ...c'est TROP fort!!

    @Louloute... les tripes oui! chez moi aussi elles parlent fort!!!

    @TJ...oui j'ai lu chez toi...ta fenêtre était "bavarde"... j'ai aimé lire ça...

    Posté par Coumarine, 13 décembre 2009 à 17:57
  • @charlotte...on s'est croisées, on a failli se rater )
    J'aime beaucoup tout ce que tu écris... c'est un commentaire très coloré!)
    Quant à ce que je digère mal... difficile d'en parler ici
    A moi de gérer ça au mieux! (mais merci pour ton souci!)

    Posté par Coumarine, 13 décembre 2009 à 18:08
  • c'est un billet pour la psychosomaticienne que je suis ))))
    pour moi ce n'est pas l'émotion qui pose problème c'est le stress, et l'expression de ce dernier, surtout lorsque l'émotion ne s'exprime pas
    un de mes formateurs disait "tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime et peut se somatiser"

    le bouquin dont parle Didine ""Dis moi où tu as mal,je te dirai pourquoi!" de Michel Odoul, n'est pas mal fait du tout, puisqu'il fait référence à la médecine chinoise, de tradition plurimillénaire

    juste quelques petits éclairages avec ce qui a été dit au-dessus :
    - l'expression "se faire du mauvais sang" a plutôt rapport avec la rate (appelé aussi "spleen chakra"), car cet organe est chargé de nettoyer les globules rouges (on est dans le rapport à une vision quasi inversée qui ne nous ferait ressentir vivant qu'à travers les tracas)
    - l'excès de bile est pour digérer ce qui est trop gras, en matière émotionnel c'est ce qui suscite de la rancoeur en nous
    - l'acidité dans l'estomac est là pour nous permettre de digérer : si on sécrète trop d'acide c'est qu'on a le ressenti qu'il y a quelque chose d'indigeste dans notre vie
    l'estomac nous parle d'humeur de joie ou de colère qui n'arrive pas forcément à s'exprimer

    sinon, tout à fait OK avec Charlotte et sa vision en couleur, puique la couleur est une vibration énergétique !

    Posté par Tisseuse, 13 décembre 2009 à 18:18
  • Et puis tout ce que nous faisons subir à cet organisme... tous ces excés, toutes ces frustrations et puis les accidents... et souvent trés souvent il accepte, il peut rechigner, mais il accepte... bien foutu, quand même...

    Bleck

    Posté par Bleck, 13 décembre 2009 à 18:30
  • Je sors de table, donc je n'ai plus l'estomac dans les talons. J'ai la tête sur les épaules, ce qui me permet d'écrire ces quelques mots.

    Trève de plaisanterie, je pense que la médecine moderne occidentale a, souvent, oublié ce corps pour ne traîter que les symptômes.
    Il va falloir que j'en tire des conclusions pour moi personnellement, je commence à avoir le dos qui tiraille un peu... un signe peut-être que je commence à en avoir plein le dos ?

    Posté par naline, 13 décembre 2009 à 21:11
  • @Tisseuse...merci d'être venue donner ton avis "autorisé" sur le sujet
    Merci aussi de "corriger" ce que mon avis sur le livre mentionné par Didine avait de trop restrictif.
    Enfin, merci pour les éclairages que tu nous donnes...

    @Bleck...oui finalement, il est bien foutu notre corps! une merveille en définitive...

    @Naline...ouiii tes expressions...!!!super!
    Quant à avoir mal au dos... ce serait effectivement prudent de t'interroger à ce propos!!

    Posté par Coumarine, 13 décembre 2009 à 22:48
  • Si j'osais, je dirais bien que parfois , en écoutant les informations du soir à la tv, je ressens comme un léger malaise au niveau du sphincter anal, un picotement hémorroïdaire subséquent à la poussée de haut en bas du contenu de mon rectum, exprimant ainsi combien certaines nouvelles m'amènent tout naturellement à me précipiter sur le trône pour évacuer ces matières encombrantes et malodorantes appelées selles en langage de bois...Serait-ce donc que j'en ai plein le C... ?Et que tout ça me fait ch... ?

    Posté par celestine, 13 décembre 2009 à 23:20
  • Le corps est l'écho de notre âme , il ne faut pas le négliger , il y a des gens qui ont toujours mal à la gorge , qui ont du mal à dire , d'autres qui ont le dos cassé , d'autres qui pour un rien sortent leurs béquilles
    Je suis très attentive ces maux là , surtout pour les enfants , et j'aime particulièrement cette liste d'expression fort bien trouvée

    Posté par Jeanne, 14 décembre 2009 à 08:51
  • Le ou la-mal-a dit.

    Toujours être à l'écoute de ce que dit le corps et désirer se guérir.
    Etre à l'écoute de son corps pour soigner l'âme et l'Esprit.

    Posté par Fille de l'Eau, 14 décembre 2009 à 10:20
  • Bonjour Coumarine,
    Tu dois déjà savoir combien ce billet résonne en moi, j'aurais envie de poser une question aux lecteurs néerlandophones : est ce que les références au éléments du corps et à leurs maux sont semblables dans cette langue . Je pense à un professeur de Qi Quong auquel je me plaignais d'avoir mal aux genoux, il m'a regardé en souriant et a suggéré comment écris-tu Je-Nous ? Ce jeu de mots ne semble pas transposable dans une autre langue. N'empêche que cela correspond à l'un de mes "handicaps" : établir une relation et fonctionner à l'intérieur d'un groupe.
    Bonne journée à tous.

    Posté par nicole 86, 14 décembre 2009 à 10:28
  • "il est bien foutu notre corps! une merveille en définitive..."

    Heu, oui... surtout le nôtre...

    Bleck

    Posté par Bleck, 14 décembre 2009 à 15:26
  • - "Un corps, ça parle énormément..."

    On peut dire également : Un corps, ça compte énormément...

    Bleck

    Posté par Bleck, 14 décembre 2009 à 18:53
  • C'est vrai, combien de fois ne me suis-je pas émerveillée devant la complexité et l'efficacité de cette machine qu'est notre corps ! Une merveille dont il faut prendre soin !

    Posté par naline, 14 décembre 2009 à 20:24
  • @célestine... oups j'ai ri, beaucoup ri en lisant ton commentaire...

    @Jeanne... et il y en a bien d'autres de ces expressions si parlantes, que certains d'entre vous ont rappelées ici!!

    @Fille de l'Eau...ah oui! j'avais déjà entendu ce "la mal a dit"!!!

    @Nicole...intéressant ce que tu écris là!!
    Je suppose que dans chaque langue, il y a possibilité de faire ces transpositions qui sont tellement suggestives...pas les mêmes sans doute qu'en Français, pas de la même façon non plus... mais ça doit être possible!!

    @Bleck...Naline... oui notre coprs est une mécanique précieuse qu'on néglige parfois...!

    Posté par Coumarine, 14 décembre 2009 à 20:44
  • tout près de chez nous, un lieu dit : Les Malgagnes, deux jeunes femmes ont eu un cancer et l'une d'ellles n'a pas survécu. Les noms de lieux aussi peuvent parler et garder une mémoire ou mettre en garde.

    Posté par nicole 86, 14 décembre 2009 à 20:53
  • @nicole... en effet les noms de lieux, j'ai déjà lu quelque part qu'ils ne sont pas innocents...

    Posté par Coumarine, 14 décembre 2009 à 23:48

Poster un commentaire