Charles Juliet a dit (entre autres...;-)) - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

07 octobre 2009

Charles Juliet a dit (entre autres...;-))

Je lis pour le moment L'autre Faim, journal V de Charles Juliet (1989-1992)
Je tombe ce soir sur ces mots.. qui me touchent beaucoup...
Parce que c'est un peu moi ça...

"Il y a toujours eu au fond de moi une part farouche qui se raidissait, refusait d'obéir, de se soumettre, de se laisser dominer. Mes colères, mes révoltes, mes indignations n'explosaient pas. Elles restaient enfouies, entretenaient ce ferment qui m'imposait de me tenir sur mes gardes.
[...] le certain, c'est qu'au cours de ces années, j'ai toujours veillé à ce que mon noyau dur demeure inentamé. (c'est moi qui souligne)
Être encore un rebelle à ce jour, c'est peut-être maintenir un état de vigilance face aux forces de dépersonnalisation de l'époque (idem) Éviter qu'elles ne vous fassent déraper, ne vous tirent hors de votre voie, ne vous conduisent à trahir le meilleur de vous-même" édit. P.O.L p.87

bramvanvelde
Peinture de Bram Vanvelde


Commentaires

    Bonsoir Coumarine , je vais te raconter une petite anecdote ... Il y a quelques temps déjà , tu avais déjà cité Charles Juliet dans un de tes billets et comme j'ai des manques en littérature , je ne connaissais pas cet auteur , alors bien sûr je bondis sur mon clavier et Oh surprise , j'apprends qu'il habite à Lyon et de surcroit dans mon quartier . Ni une , ni deux je fonce à la Fnac chercher un de ses livres . Je me perds dans leur classement ou plutôt je flemme de chercher et je m'empresse de demander à la conseillère en littérature , une grande jeune femme brune aux cheveux longs , aux lunettes de couleurs vives , où je pourrais trouver Charles Juliet ...... elle sourit , un de ces rictus canaille et me dit ... " Retournez vous , il est juste là derrière vous , il feuillète quelques livres ... " .......
    Je t 'embrasse
    Matinou

    Posté par Matinou, 08 octobre 2009 à 00:23
  • Matinou

    Oui c'est trop mignon ça...
    J'ai rencontré Charles Juliet lors de la rencontre annuelle de l'APA (j'en ai parlé ici... été 2006)
    Nous avions eu l'occasion de voir son livre "Lambeaux" adapté pour le théâtre...
    C'était fabuleux
    Et CH. Juliet nous a raconté un peu de son étrange histoire
    Si tu cliques sur le lien des Causeuses (à droite) tu verras qu'on y parle beaucoup de cet auteur...que Marie-Thé et les autres causeuses aiment particulièrement...

    Posté par Coumarine, 08 octobre 2009 à 00:31
  • découverte

    par cette heure d'insomnie, découverte de ma couette, je vous découvre.De lourdeur, mes yeux sont tombés sur votre première page, comme des billes mal accrochées en leur orbite.
    Ils ont roulé sur vos phrases et c'en fut fini de mon demi-sommeil. Réveillée, je vous dis au-revoir et à bientôt!

    Posté par hortensia, 08 octobre 2009 à 04:43
  • Cette peinture est terrifiante, peut-être plus que "Le cri" de Munch

    Posté par mab, 08 octobre 2009 à 07:16
  • Tu sais quoi Coum ?
    Je me reconnais bien aussi dans ce texte. Et je pense que nous allons être plusieurs.
    Merci pour la découverte.

    Bises.

    Posté par Annick, 08 octobre 2009 à 08:07
  • @hortensia... bienvenue chez Coumarine
    Avec plus de temps j'irai à la rencontre de votre blog...
    Au revoir donc...

    @mab...ah? tu trouves cette peinture terrifiante? Ce n'est pas mon impression. En fait je viens de découvrir ce peintre d'origine néerlandaise, sur lequel Charles Juliet a écrit un petit livre dont il parle dans le journal "L'autre faim"
    J'ai été voir quelques unes de ses peintures, elles sont parfois tourmentées, en effet, mais surtout pleines de couleur...

    @Annick... ben ça ne m'étonne pas, te connaissant un peu
    Mais c'est surtout la phrase soulignée qui me parle: cette attention à ne pas se laisser atteindre dans "son noyau dur", authentique... C'est une lutte, en fait...

    Posté par Coumarine, 08 octobre 2009 à 09:38
  • les paroles que tu rapportes ici de Charles Juliet sont magnifiques, exigeantes
    beaucoup de citations de cet auteur ont énormément de force, dans la recherche de la liberté d'être

    son histoire personnelle est une très belle illustration, je trouve, de la possible résilience d'un être humain (bien expliquée dans les ouvrages de Boris Cyrulnik)

    Posté par Tisseuse, 08 octobre 2009 à 10:00
  • je voulais rajouter que j'apprécie aussi la force de la peinture que tu as mis en illustation !

    bonne journée à toi

    Posté par Tisseuse, 08 octobre 2009 à 10:01
  • @Oui Tisseuse, l'histoire de Juliet est un magnifique exemple de la possibilité de résilience telle qu'en parle Cyrulnik
    Et comme toi,j'ai été scotchée par la force de cette peinture et d'autres toiles de ce peintre que je ne connaissais pas
    C'est tout l'avantage du Net, de pouvoir découvrir rapidement un artiste (ou n'importe qui) qu'on ne connaissait pas...
    Bonne journée à toi

    Posté par Coumarine, 08 octobre 2009 à 10:27
  • Magnifique Charles Juliet.

    J'ai lu (et relis souvent) tous ses livres.
    Quelle vie et quel parcours.

    Posté par claude, 08 octobre 2009 à 10:40
  • faut-il qu'un homme comme lui l'écrive pour que le commun des mortels prenne conscience qu'être soi-même soit naturel????
    Selon que l'on place cette citation :" écrire, c'est exprimer cette part de soi qu'on découvre chez autrui, cette part d'autrui qu'on reconnaît en soi-même." il est incroyable de devoir pousser l'humain à oser dévoiler sa propre personnalité !Effectivement, il y'a les gestes de bienséance qui freine la spontanéité....Oser est bien souvent ce que je dis aux personnes qui me sont chères...Osez ! Bougez-vous ! peut-être parce qu'un jour, j'ai osé faire de grands pas....
    Je pense que l'écriture permet de se réaliser d'autant plus qu'elle affronte notre moi profond....écrire c'est aussi OSER !
    L'essence même de l'humain est de rester lui-même !
    Je crois que si on désire véhiculer une image faussée de sa personne, c'est que le mal être s'est emparé de tout son....être ! faut-il se fondre dans un moule de ressemblances?
    Prendre de la hauteur, du recul face à ce monde de consommation ne serait-il pas plus judicieux?Certes, il y'a en nous autant de facettes...mais c'est ce que l'on nomme la richesse de la personnalité !
    Quand aux autres, si nous faussons le dialogue alors, c'est une descente aux enfers pour chacun des interlocuteurs ! UN dialogue de sourds...un dialogue de fous !
    Autant ignorer ces personnalités artificielles....Comment respecter les autres si l'on n'est plus soi-même...Etre soi, c'est se respecter en tant qu'humain ! Beaucoup ont besoin de se remettre en question...
    Oser être sincère et oser être soi : je crois que c'est la clé du bonheur de s'accepter telle qu'on est, de ne pas tricher. Se dire qu'on vous aime pour ce que vous êtes....et si on ne vous aime pas et bien...tant pis !
    Je suis devenue philosophe peu à peu...

    Posté par bernie.83, 08 octobre 2009 à 13:06
  • Coumarine, j'apprécie la citation et le choix du tableau qui me chatouille les YEUX!

    Posté par fabeli, 08 octobre 2009 à 15:14
  • Il y a, je crois, en chacun de nous, celui "qui fait ce qu'il doit", et ... celui "qui EST .... ce qu'il veut"
    Un jour, peut être, les deux arrivent à se rejoindre ...

    Posté par teb, 08 octobre 2009 à 18:03
  • Voilà un auteur qui m'est parfaitement inconnu mais en quelques lignes, tu viens de me donner une sérieuse envie de le découvrir. Pour cette jolie citation, si juste et essentielle, merci!

    Posté par Amélie, 08 octobre 2009 à 19:15
  • J'aime beaucoup ce qu'écrit Charles Juliet à propos d'artises qu'il a côtoyé. Je ne connaissais pas jusqu'ici son journal. Et je me retrouve tout à fait dans ce qu'il dit. Rester fidèle à moi même, garder mon noyau dur inentamé, état de vigilance... Cela m'amène souvent à adopter des positions en marge du courant "politiquement correct".
    Merci aussi pour cette très belle peinture de Bram Van Velde, un peintre que j'aime beaucoup, à propos de qui Charles Juliet a publié un très beau petit recueil !
    Belle soirée.

    Posté par naline, 08 octobre 2009 à 20:11
  • Une fois de plus... je n'ai pas relu mes quelques lignes... ou trop tard !
    "artistes qu'il a côtoyés", c'est mieux ainsi !

    Posté par naline, 08 octobre 2009 à 20:33
  • Qui veut, peut? A creuser...
    On ne fait pas toujours ce que l'on veut?
    On fait ce qu'on peut?
    On peut toujours faire mieux.
    C'est quoi mieux?
    Que de questions!

    Posté par charlotte, 08 octobre 2009 à 21:12
  • @Claude... oui il a un parcours qui sort de l'ordinaire...

    @Bernie... je relève particulièrement cette phrase avec laquelle je ne peux être que d'accord:
    "Je pense que l'écriture permet de se réaliser d'autant plus qu'elle affronte notre moi profond....écrire c'est aussi OSER !"

    @fabeli...contente que tu apprécies...il y a tant d'auteurs valables, vraiment valables ..profonds...!

    @teb..j'aime beaucoup ton commentaire: tu résumes en peu de mots l'essentiel de l'idée développée ici

    Posté par Coumarine, 08 octobre 2009 à 21:34
  • @Amélie...bienvenue ici
    Oui cet auteur vaut la peine d'être découvert
    Je te conseille "Lambeaux" (en livre de poche) poignent petit récit autobiographique

    @AH Naline... tu connais! c'est en lisant Juliet que je découvre son amitié pour ce peintre hors du commun... je suis restée scotchée devant ses toiles...
    Et ce que Juliet dit de Bram peintre est exactement ce qui peut s'appliquer à l'écrivain Juliet.
    Fascinant!

    @Coucou Charlotte la poseuse de questions... mais il est tard, je remets tout ça à demain... bises

    Posté par Coumarine, 08 octobre 2009 à 21:38
  • j'avoue que je ne connais pas Charles Juliet mais je vais remédier à cela car les phrases que tu as mis en exergue donnent envie d'aller plus loin. Je lis et relis souvent "le murmure des fantômes" de Boris Cyrulnik qui parle beaucoup de résilience, de quoi méditer...
    Quant au tableau, je ne sais quoi penser, couleurs trop froides pour moi,
    bisous Coumarine

    Posté par loulotte2, 08 octobre 2009 à 23:58
  • @loulotte..bisous à toi..en attendant que tu découvres CH.Juliet )

    Posté par Coumarine, 09 octobre 2009 à 00:08
  • Bonsoir Coumarine, je viens enfin visiter ton blog, dans lequel je découvre quelques passerelles de sensibilité et cela me réjouit. Ton précédent billet me parle, oui. Et Charles Juliet aussi, ce qu'il dit de ce pouvoir à s'insurger qui est en nous, qu'il convient de ne pas chasser trop vite. Je te mets dans mes liens, puisque c'est comme
    ça !!!!

    Posté par brigitte giraud, 09 octobre 2009 à 00:50
  • Très juste la réflexion de Teb !

    Posté par Annick, 09 octobre 2009 à 08:22
  • @brigitte... je crois en effet qu'il y entre nos blogs des passerelles de sensibilité. C'est là la magie de la blogosphère...

    @Annick... oui je trouve aussi )

    Posté par Coumarine, 09 octobre 2009 à 11:45
  • J'aime énormément ce tableau, je le trouve à la fois très pur et très chargé émotionnellement parlant.

    Quant à la citation, ce qui m'interpelle c'est "ne vous conduisent à trahir le meilleur de vous-même".
    C'est une bien belle ligne de conduite, car se trahir c'est trahir les autres, et rien que cela me semble insupportable.

    La trahison est à mes yeux une chose affreuse, et je trouve cette quête de rester en phase avec soi-même, quoi qu'il advienne, vraiment intéressante et juste.

    Amicalement,

    Posté par Louloute, 09 octobre 2009 à 20:33
  • J'imagine Juliet dans une prostration ouverte sur le monde, avec sa sensibilté d'écriture toujours.

    Posté par brigitteGiraud, 09 octobre 2009 à 20:49
  • être soi-même pour, envers les autres demande d'oser.
    comme d'hab, je ne développe pas.
    bisous
    ps : je reviens d'une formation à Paris. Petite anecdote : en arrivant devant l'immeuble de la formation, une femme me montre du doigt et dit un peu fort, un peu violement peut-être : "mais c'est elle la femme de Dieu."
    rebisous

    Posté par claire, 10 octobre 2009 à 11:18
  • "...veillé à ce que mon noyau dur reste inentamé..." Même si ça arrive, je crois qu'avec le temps, un noyau dur peut se "réparer"...
    Bisous Coum! (tu es près du tilleul? Je crois avoir lu un commentaire qui te souhaitait bonne répèt...))

    Posté par tilleul, 10 octobre 2009 à 15:02
  • @Louloute, c'est très curieux...ce tableau, on l'aime ou on l'aime pas...
    Oui rester en phase avec soi-même est une quête qui en vaut assurément la peine

    @Brigitte..tu sembles connaitre cet écrivain?

    @Claire...la femme de Dieu? CIEL!!! )))

    @Tilleul, je reviens dHurtebise en effet, et j'ai vu le grand tilleul aux couleurs de l'automne. J'ai pensé à toi, bien sûr...

    Posté par Coumarine, 10 octobre 2009 à 22:24
  • Beaucoup de choses

    Bonsoir Coumarine, je suis revenue plusieurs fois sans trouver de nouveau billet, mais viens de découvrir ma négligence: ça fait trois jours que je ne suis passée par ton blog et de ce fait, je n'ai rien découvert! Mal m'en a pris. J'aime beaucoup Bram vanvelde que je trouve magnifiquement expressif. Je dois avouer que je ne connais Juliet que par l'intermédiaire d'une amie très chère qui m'en a parlé il y a des années. Elle a l'art de découvrir les talents, entre nous soit dit! Mais je n'ai rien lu de lui. encore un auteur qui manque à mon enrichissement. Que conseilles-tu comme première lecture?
    "le noyau dur inentamé" entièrement d'accord, c'est notre travail quotidien.
    Bonne soirée et à bientôt!

    Posté par Delphine, 10 octobre 2009 à 22:34
  • @Delphine... je suis un peu à la bourre pour le moment: peu de temps pour écrire ici et encore moins pour aller visiter les blogamis...
    Je te renvoie à ce billet écrit en juin 2006
    Tu comprendras tout de suite vers quel livre de Juliet je t'oriente...

    http://coumarine.canalblog.com/archives/2006/06/09/2055179.html#

    NB:"Lambeaux" est publié en livre de poche...

    Posté par Coumarine, 10 octobre 2009 à 22:41
  • J'y vois une grande négation entre les deux idées : refuser de se faire influencer qui se traduit par ne pas quitter (rigidement) une voie ? Hmm. Du fil à retordre...

    Posté par joye, 10 octobre 2009 à 23:09
  • Ces phrases de Juliet renferment beaucoup de moi. Cette part farouche qui se raidit, qui refuse, qui se révolte, cette tension qui m'habite, j'aimerais parfois m'en débarrasser, mais qui serai-je alors ?
    Et d'où vient-elle, cette rage ? Lorsque je suis venu au monde, le médecin a dit à ma mère n'avoir jamais vu de nouveau-né aussi roide et furieux.
    Bien à toi, Coumarine.

    Posté par Mimi, 11 octobre 2009 à 11:58
  • @joyce...comme tu le dis: du fil à retordre...)

    @Mimi...peut-être que si tu débarrassais de la tension qui t'habite et qui te mène sur des chemins de combat, tu deviendrais l'ombre de toi-même...
    Ce serait dommage tu ne crois pas?
    Je t'embrasse

    Posté par Coumarine, 11 octobre 2009 à 15:18
  • Tu m'as donné envie de lire Charles Juliet.

    Il n'y a qu'un seul livre de cet auteur à la médiathèque que je fréquente : "Lambeaux".
    Je l'ai lu ce week-end.. c'est dense. L'écriture est belle. L'histoire est douloureuse.

    On peut faire des suggestions d'acquisition dans cette médiathèque. Je vais leur suggérer d'acheter d'autres oeuvres de lui.

    Posté par Annick, 12 octobre 2009 à 17:04
  • Ahhh Annick... je suis contente que tu aies aimé Lambeaux...
    Oui le livre est dense, fort et douloureux...

    Posté par Coumarine, 12 octobre 2009 à 20:06
  • Juliet sans contre-indication ...

    Je ne peux que vous inviter à aborder cette oeuvre qui comporte de nombreuses facettes et témoignent de la trajectoire d'un homme qui a su trouver les mots pour vivre et assumer ses choix. Il y a beaucoup à lire , les poèmes et les entretiens sont aussi percutants que les tomes du journal ( Il y en a un nouveau en instance de publication). La Cause des Causeuses est à votre disposition pour vous parler de cet écrivain et de cette écriture. Merci Coum. de m'en donner l'occasion !

    http://charlesjulietsurcauseuses.blogspot.com/

    Posté par MthCauseuse, 14 octobre 2009 à 20:29

Poster un commentaire