Un homme en danger - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

15 septembre 2009

Un homme en danger

Lu aujourd'hui

"Un homme qui tombe, un homme à terre est un homme en danger: il réveille des instincts féroces et excite le rire avant la pitié"
Primo Levi  Lilith

 

 

 

 


Commentaires

    Cette phrase est d'une grande lucidité.
    Il n'y a qu'à voir toutes les émissions de "caméras cachées" qui il y a sur les télévisions. Tu sais ? Toutes ces scénettes désastreuses que des téléspectateurs ont filmées dans leur vie privée et envoient à la télévision pour avoir un court instant de célébrité et déclencher l'hilarité des mangeurs d'images.

    Je déteste ce genre d'exhibition. D'ailleurs je ne regarde pratiquement jamais la télé.
    ______

    Le monde est bizarre. A chaque fois que je vois quelqu'un trébucher je me précipite pour le rattraper.
    Pourquoi d'autres le laissent tomber ?
    Pourquoi l'indifférence au lieu de l'entre-aide ?

    Posté par Annick, 15 septembre 2009 à 21:12
  • Malheureusement cette phrase est bien vrai, et l'analyse que fait Annick dans son commentaire me semble pertinente.

    Je ne comprends pas moi non plus pourquoi nous nous acharnons à nous plaire du mal de l'autre alors qu'en s'entraidant les maux de l'existence paraitraient plus doux.

    L'Humanité porte bien mal son nom parfois...

    Et cela me conforte dans l'idée que nous avons bien des choses à apprendre encore...

    Amitiés et bonne continuation

    Posté par Louloute, 15 septembre 2009 à 21:27
  • @Annick, c'est exactement ça: ces scénettes ridicules. Je ne comprends pas non plus qu'on puisse rire sans même savoir si la personne s'est ou non fait mal...
    Rire, j'aime et ça fait du bien, mais jamais en se moquant des autres

    @Louloute... oui l'humanité a bcp de choses à apprendre encore...

    Posté par Coumarine, 15 septembre 2009 à 22:40
  • Je ne suis absolument pas d'accord, je fais partie de ces gens qui se marrent lorsque je vois une chute dans la rue ou face à un écran, je suis le premier à rire de mes faux pas et de mes chutes, c'est évident. Il me semble d'ailleurs que l'on peut à la fois être amusé par un cafouillage, une gamelle et aider le malheureux.
    Il est bien évident que je parle là de chutes sans gravité, bien naturellement, si je chute et qu'il y a des témoins mon amour propre en prend un petit coup et c'est justement pour cette raison que je veux être le premier à en rire.

    Bleck

    Posté par Bleck, 15 septembre 2009 à 23:09
  • @Bleck... rire de ses maladresses ou cafouillages ou chutes, en rire le premier... c'est donc bien qu'on appréhende le rire de l'autre, des autres... et que ce rire fait un peu mal (en plus du mal que cause la chute, parce qu'il blesse notre amour-propre
    Oups j'essaierai de ne pas tomber malencontreusement si on se rencontre un jour... j'aimerais pas que tu te marres)
    Et si je me plante ici sur ce blog?
    Il se passe quoi?
    ))

    Posté par Coumarine, 15 septembre 2009 à 23:18
  • Rire n'empêche aucunement de se précipiter pour aider l'homme à terre, mais le premier réflexe est idiot je dois bien l'admettre.

    Posté par mab, 16 septembre 2009 à 06:59
  • ca me fait penser à une phrase de Desproges, provocatrice, pleine d'humour noir, (citée de mémoire) "moi ce qui me fait rire, ce n'est pas qu'un homme tombe en glissant sur une peau de banane, c'est qu'il ne se relève pas".

    Posté par Farfalino, 16 septembre 2009 à 07:31
  • Hier soir j'ai "rebondi" sur le rire. C'était plus facile pour moi qui ai toujours du mal à trouver mes mots.

    Mais en fait ce qui me touche le plus dans cette phrase c'est l'indifférence sous-jacente qui est exprimée et le réveil des "instincts féroces", quand les hommes perdent leur humanité et s'acharnent sur un être tombé à terre.
    Inutile de vous donner des exemples. Il n'y en a plein dans l'histoire du monde et dans vos journaux.
    Quand un groupe d'hommes se transforme en meute...

    Posté par Annick, 16 septembre 2009 à 08:19
  • Quand on lit le nom de celui qui a écrit cette phrase, on n'a pas envie de rire...autrement je serais plutôt de l'avis de Bleck. Rire de tout, rire de soi sachant qu'il existe des rires qui sont des larmes travesties.

    Posté par Bérangère, 16 septembre 2009 à 09:05
  • Dans la nature, l'animal à terre est très vite achevé. L'homme a si vite fait de laisser apparaitre sa part le plus animale.... Primo Levi en sais quelque chose, lui qui a passé le plus clair de sa vie à dénoncer les violences et les tortures, celles du nazisme en particulier.
    Peut-être est-ce d'avoir consigné tant d'horreurs que toute son écriture doute de la générosité de la nature humaine. Pourtant, il y a tant d'individus qui rendent le monde très beau !
    Pour rebondir sur ce que soulignent à très juste titre certains commentaires, le modèle de société qu'on nous "vend" aujourd'hui, ne chatouille en nous que le plus moche, le plus laid, le plus égoïste. La barbarie est toujours à notre porte.

    Posté par incertaine, 16 septembre 2009 à 09:13
  • A tous

    Bien sûr que si cette phrase m'a touchée à ce point, c'est à cause de la personnalité de Primo Levi (voir ce qu'en disent Bérangère et Incertaine)
    Elle a donc vibré en moi de façon bien particulière.
    Car je suis persuadée que le rire vrai et franc est salvateur...
    Mais comme le dit aussi Incertaine...
    "le modèle de société qu'on nous "vend" aujourd'hui, ne chatouille en nous que le plus moche, le plus laid, le plus égoïste. La barbarie est toujours à notre porte."

    Posté par Coumarine, 16 septembre 2009 à 09:38
  • C'est toujours compliqué une citation retirée de son contexte. En plus ici il y a la personnalité de l'auteur... On ne peut s'empêcher d'évoquer ce que recouvrait pour lui probablement l'expression « un homme qui tombe »...
    Il s'agit de bien d'autres choses que de gags télévisuels...

    La question est aussi de savoir quel est notre propre férocité et notre propre perversion dans le fait que nous nous accommodons si facilement des hommes qui tombent, quand ce n'est pas nous, les riches occidentaux, qui les avons poussés à l'écroulement, par la somme de nos égoïsmes, qu'ils soient économiques, sociaux, humains, ou autres, comme le pillage effréné des matières premières du sous-sol des pays pauvres, à notre seul profit de riches.
    Il est vrai que nous avons l'arsenal de nos justifications sur l'âpreté du monde, sur la nécessité de tirer notre épingle du jeu en restant debout dans nos dominations de nantis, et surtout en évoquant notre irresponsabilité individuelle, (que voulez-vous que je fasse tout seul dans mon coin ma petite dame ! ) ce qui est, somme toute, bien commode...
    Sur ce, je m'en vais voir ce qu'il me reste comme champagne et comme foie gras dans mes réserves...

    Posté par alainx, 16 septembre 2009 à 11:38
  • Bah,c'est simple, c'est pas le fait que qelqu'un tombe qui est marrant, c'est la manière dont il est tombé qui nous fait rire. Et notre cerveau sait tout de suite si la chute est grave ou non car si tu vois un ami(e) tomber du haut d'une falaise, tu vas pas rigoler...^^.
    On rigole parce qu'on se dit:" ouf, ça m'est pas arrivé."
    Les choses qui nous poussent à rire doivent apparaître devant nous soudainement et de façon innattendue. Quand cela se produit, nous éprouvons un sentiment d'admiration, qui a son tour crée en nous un sentiment de joie et de plaisir. L'inattendu produit l'admiration, l'admiration produit la joie, et c'est la joie qui nous fait rire.
    Mais je pense aussi que c'est lorsque les gens fanfaronnent et se vantent et qu'ils ont des manières orgueilleuses et hautaines que nous avons raison de nous moquer d'eux et de les mépriser pour faire rire.
    Est-ce que tu sais que la première fois que j'ai vu mon mari, je suis tombée à ses pieds ! non pas parce que je l'ai trouvé beau mais parce que j'ai glissé ! ).
    Bonne après-midi !

    Posté par bernie.83, 16 septembre 2009 à 13:42
  • En effet, quand on se remémore la déshumanisation à laquelle P. Levi fait allusion, on frémit, d'autant qu'on n'a pas fini de la manipuler dans tous les sens, y compris ceux qu'il ne faudrait pas prendre.

    Donc, la pensée est tout à fait juste, car de 1) elle résume théoriquement l'observation d'une catastraphique historique sans précédent,

    et, de 2) par déduction, on comprendra pourquoi une chute (et sait-on jamais si elle est anodine ou pas? On ne voit pas à l'intérieur du corps des gens ni les lésions occasionnées) fait parfois -bêtement- rire plutôt que le contraire...

    Posté par Pivoine, 16 septembre 2009 à 13:59
  • Je crois que j'aurai dû lire les commentaires....Si je comprends bien Primo Levi est un déporté juif....Il lutte contre la déshumanisation dont ils sont les victimes.
    Vivre non, simplement survivre.

    Posté par bernie.83, 16 septembre 2009 à 14:20
  • Oui Bernie et il est mort d'une chute dans les escaliers dont on ne sait trop si elle fut intentionnelle...

    @Alainx...oui une citation toute nue ne suffit pas... mais elle est souvent comme un petit électrochoc
    Moi je ne sais pourquoi, cette citation m'a fait cet effet...
    Parce que d'abord elle vient de Primo Levi et puis parce que je me souviens d'une chute que moi j'avais faite et qui avait provoqué l'hilarité... je m'étais pourtant fait très mal, mais n'avait pas vraiment osé le dire

    @Pivoine.. on ne sait jamais en effet ce qu'il en est exactement.
    Rire oui mais pas "sur le dos" des gens...

    Posté par Coumarine, 16 septembre 2009 à 14:55
  • De toute manière le rire est bête, oui on rigole très souvent bêtement, c'est vrai... je parle là du rire réflexe pas du faux rire social (pour faire comme si...) le fou rire par exemple, c'est vraiment stupide souvent inexplicable, mais putain que c'est bon ! Je crois qu'il ne faut pas tout voir du petit côté de la lorgnette, pas tout intellectueliser, il faut savoir prendre les bons moments (le côté animal qui sommeil en chacun de nous !) même aux dépends des autres et à condition d'avoir une jolie dose d'autodérision qui est le minimum de politesse... Bien naturellement il y a le contexte et primo Lévy à première vue (je dis bien à première vue) n'engendre pas l'humour débridé et c'est une autre histoire.

    Bleck

    Posté par Bleck, 16 septembre 2009 à 15:10
  • @Bleck...c'est vrai, le fou rire nous prend souvent dans des circonstances pas vraiment idéales pour que ce rire fou passe inaperçu: un enterrement par exemple...
    Rire en étant capable de se lâcher complètement, ça fait vachement du bien!
    Se créent d'ailleurs un peu partout des clubs de rire...c'est dire!

    Posté par Coumarine, 16 septembre 2009 à 21:11
  • Il ne fait pas bon montrer ses faiblesses.

    Posté par Berthoise, 16 septembre 2009 à 21:35
  • @Berthoise.. je crois que c'est assez vrai...ne pas se montrer vulnérable, sauf dans une relation de confiance

    Posté par Coumarine, 16 septembre 2009 à 22:30
  • Je rejoins beaucoup de vous, les gens se délectent des émissions télévisées où on voit les gens tomber, se cogner et j'ai moi-même eu à vivre une expérience où tout le monde "pouffait" de rire avant de me demander si j'avais mal !
    c'était lors d'un changement de bureau, toute la matinée j'avais déménagé les dossiers etc... et l'après-midi je continue sauf que... entre-temps, ils avaient nettoyé et refermé la porte en verre ! et vlan, le nez dans la porte ; je saignais, mon nez était tuméfié ;
    j'étais vexée bien sûr et en colère en même temps du comportement de mes collègues.


    le sujet que tu rapportes par rapport à l'écrivain a une autre dimension et là, personne ne peut en rire.

    Posté par loulotte2, 16 septembre 2009 à 22:46

Poster un commentaire