Réflexions par ci par là - Page 18 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

16 mai 2005

L'aigle vole ...libre

Tous les jours, je tire avec grand soin une carte du tarot zen. Voir http://www.lepalaisdutarot.com/PalaisT/Zen.htm C'est le tarot d'un Maître indien Osho, merveilleux instrument pour mettre au jour ce que nous savons déjà,  au profond de nous-mêmes. La carte reflète de manière immédiate ce que nous ne sommes pas capable ou pas disposé à reconnaître à ce moment-là. Le tarot zen d'Osho n'est pas un tarot classique dans le sens où il ne sert pas d'instrument prémonitoire. C'est plus exactement, un jeu transcendental qui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 mai 2005

Les uns et les autres

Il y a des rencontres que l'on fait, et qui sont mortifères Il y en a d'autres qui sont de l'ordre de la grâce Parfois les gens "mortifères", on ne les reconnaît pas tout de suite, car ils donnent bien le change...ils jouent de la "séduction", mais c'est juste un masque, ce sont des prédateurs Parfois au contraire les gens qui font grandir, sont de ceux qui secouent, qui refusent de vous dire les bonnes petites paroles que vous aimeriez entendre, mais c'est juste parce qu'ils vous aiment vraiment et... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 mai 2005

La mer du nord

Il y a la mer infiniment bleue, colorée de turquoise, lissée par des vents indolents, perlées de soleil, alourdie de chaleur...une mer mère, aux entrailles maternelles, tellement qu'on risque de s'y perdre, en oubliant de vivre... Il y a la mer infiniment grise, secouée de vagues en colère, parsemée de petits tas d'écumes, ridée par le vent volontaire qui vous porte ou vous heurte en force, et les mouettes, princesses solitaires, et les brise lames qui ponctuent les immensités de sable... Cette mer-là n'a rien d'une mère... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]