Récits d'autrefois - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

01 mars 2010

Danser, c'est mieux

Elle a tout essayé.S'adapter, renoncer, dénoncer, tempêter, chuchoter, chahuter, se taire, porter le sac, l'abandonner en chemin, papillonner de bouche en bouche, fuir à pas de terreur, vomir à coups de dégout, écouter les secrets des coquelicots, entonner le chant du guerrier qui veut son repos, pleurer dans son lit sa petite peluche sur le ventre, entrer dans les secrets en catimini, écouter aux portes, défoncer les portes, entrer en religion, croire en dieu et tout ça, plier quelques pages trop explicites, les chiffonner puis les... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:50 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,
01 février 2010

Les vieux chagrins qui resurgissent

Énorme émotion en lisant le billet du jour chez AlainxTant et tant d'années après, sa cousine a pu (enfin!) pleurer et exprimer son chagrin vécu lors du grave accident de santé qu'il a eu, lui, son cousin dont elle était très proche...Au lieu de la consoler rapidement, (c'est quoi un chagrin vieux de cinquante ans? allez allez, sèche tes larmes...) ils se sont écoutés, accueillis, ils ont pleuré ensemble ce vieux chagrin, le libérant du coup de ses ancres, ce qui n'avait jamais pu se faire, du moins chez la cousine, ...Et moi, en... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:27 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 septembre 2009

Mon étoile était encore muette...

J'ai huit ans je crois. C’est un jour d’été. Il y a la plage, tellement vaste qu’elle s’en va loin là-bas, jusqu’au bout du monde. Il y a les cris des enfants. Et ceux des adultes qui les appellent. Il y a les mouettes qui piquent un sacré vol plané  sur la mer. Il y a le vent iodé qui siffle aux oreilles et que c’est pas facile des fois de marcher comme ça. On voit les gens qui avancent tout de travers, complètement penchés en avant à lutter contre le vent, ou alors en arrière poussés par lui. C’est rigolo, comment ils tiennent... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:57 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
27 mai 2009

Coquelicot ou papillon

Elle est assise sur son banc d’écolière. Mais elle n’est pas vraiment là, dans cette classe de petites filles en chaussettes blanches et jupes bleues sagement plissées, sagement rangées dans les bancs attentifs. Elle ne regarde ni l’institutrice qui s’emberlificote là devant dans des explications embrouillées, ni le tableau sur lequel des hiéroglyphes illisibles sont venus s’inscrire, ni ses voisines de classe qui se chuchotent des petites confidences de filles.Elle fixe avec attention le labyrinthe prudent de l’unique fil vert égaré... [Lire la suite]
03 avril 2009

Elle est bélier, comme moi!

Dimanche donc c'était mon anniversaireLe 29 marsLe 30 mars, c'était l'anniversaire de ma fille ainée Je me souviens...Il avait fait merveilleusement beau le jour de mon anniversaire cette année-là, on s'était promené au rythme lent de mon ventre que je portais rond devant, ce ventre me précédait, tirant douloureusement dans mon dos.La jeune femme que j'étais alors se préparait à la première naissance du mondeMettre au monde son premier enfant est un acte d'infini dont personne ne peut soupçonner l'importanceC'est vrai que c'est... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:40 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 septembre 2008

Du temps de la marelle et autres jeux d'enfance

Les petites filles modèles de mon enfance jouaient sagement dans la cour de récréation, bordée de grands arbres dans lesquels bien cachés au centre du feuillage, mille oiseaux accompagnaient de leurs chants aigus, les éclats de rires des enfants. Ça pépiait à qui mieux mieux,  tant dans les arbres centenaires que sur le béton gris de la grande cour de récréation. Ça commençait toujours de la même façon : une sonnerie stridente et impérative marquait la fin des leçons et provoquait l’irruption joyeuse des enfants qui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:00 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 avril 2008

Les soliloques des photos

Il n'y a pas si longtemps j'ai "hérité" d'un énorme paquet de photos anciennes, des photos de famille. Il m'a fallu du temps pour oser ouvrir ces enveloppes de photos plus ou moins classées par mon frère: elle me pesaient lourd, je savais ce que j'allais y découvrir... J'allais découvrir des photos que je ne connaissais pas et qu'il allait falloir apprivoiser. Ne pas fuir, ne pas céder à la tentation de m'en débarrasser à mon tour... J'ai affûté mes yeux, convoqué mes souvenirs et je suis allée au combat comme... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:06 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
26 mars 2008

Recette d'autrefois

Je vous donne ici la recette d'un cake que nous préparions  en famille quand les enfants étaient encore petits... Rassemblez tous les ingrédients sur la table de travail.Mesurez la farine.Laissez la plus jeune renverser la farine dans le bol.Balayer toute la farine qui est tombée à terre. Prenez deux œufs.Montrez à E. comment on sépare le blanc du jaune.Laissez-la casser le deuxième œuf. Essayez de récupérer dans le blanc, le jaune qu'elle a laissé échapper. A ce moment le téléphone sonne. Demandez à F. de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:28 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
18 mars 2008

Une Renaissance

Petite, tout le monde m’appelait Nini. Et mon jeune frère Luc qui me suivait d’un an, on l’appelait lulu. Les petits Nini et Lulu étaient inséparables, comme des jumeaux qui s'aimaient fort: quand on voyait l’un, on savait que l’autre n’était pas loin. Ils ont tout partagé, les chagrins, les galères et les tendresses, les compotes purées, les punitions dans le coin, le pain rassis  lancé aux canards, les siestes obligatoires…Plus tard, quand le temps de Nini et Lulu fut définitivement relégué au grenier avec les vieux jouets... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:07 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
17 mars 2008

Le sac de billes (à la manière de Coumarine, pas de Joffo!)

Les enfants adorent se faufiler en cachette dans le grand salon interdit, sauf aux invités. Le salon les connaît et les reconnaît. Le salon fait semblant d'être sévère, avec ses potiches chinoises, ses tableaux de nature trop morte, ses fauteuils froidement inoccupés, mais faut pas croire, il aime ces enfants. Il les accueille avec gravité, non pas sur le canapé trois places, réservé aux invités qui ne viennent jamais, mais à quatre pattes sur le moelleux tapis de faux orient.Silence, ne pas déranger: ici, on joue aux billes...Le sac... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:36 - - Commentaires [25] - Permalien [#]


  1  2  3  4  5    Fin »