Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 99 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

02 décembre 2004

Un très zoli powèm...ouais..!

Je vais vous dire un truc... mon powème là ...juste en dessous...c'est complètement nul Enfin...peut-être pas vraiment complètement.....mais franchement...casse rien Grandguignolesquement mélodramatico-nostalgico-romantique M'embête ça... m'embête vraiment...! J'aime écrire des p'tits trucs comme ça, en une deux trois c'est fait, je les tourne envers endroit...oui, ça va, ça me plaît, ça chante à mes oreilles Donc tantôt, pour me détendre pendant la pause que je me suis accordée, je suis prise du chatouillement caractérisque... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 décembre 2004

Le voeu que je forme a le goût de l'aurore

Je salue  la terre promise de tes aveux où l'infinie moiteur de nos corps enlacés se propage lentement, en vagues indolentes. On entend le plaisir s'infiltrer dans le ventre et j'ose...j'oserai...mais chut, c'est un secret.   J'ouvre la tabatière des fenêtres endormies et dans la pénombre de cette soirée ordinaire s'allument sous mes yeux les lucioles ensorcelées et le voeu que je forme a le goût de l'aurore J'ose...j'oserai...mais chut, c'est un secret   Je danse sur les ressacs agités de ma vie ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2004

Bilan d'une journée très ordinaire

Un jour banal...le travail ordinaire...le temps qui s'étire Ce que je n'ai pas fait, et que j'aurais dû faire: - faire quelques courses indispensables mais j'aime pas ça faut que ça aille vite et j'oublie alors la moitié... - ranger mon bureau que ça devient un bazar boutique de souvenirs papiers à classer mais qui sont en train de jaunir de vieillesse et que je retrouve pas celui dont j'ai ABSOLUMENT besoin... - achever la lecture de ce bouquin ch...mais comment c'est-y possible d'écrire des tartines aussi longues... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 novembre 2004

Céline...

Ce soir, j'ai juste envie de vous parler un peu de Céline    (voir son site dans la liste de mes liens) Voilà quelqu'un qui m'apprend beaucoup de choses Elle pourrait être ma fille... Je lui laisse la parole ce soir...allez lire son entrée... Coumarine      
Posté par Coumarine à 22:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 novembre 2004

Un deux trois...SOLEIL

Comme pas mal d'autres, j'ai tendance à plonger dans la morosité de l'hiver... "Il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville" Oui, c'est un peu ça quand même...un peu beaucoup même... Donc, je me dis (comme toujours comme quand je me sens glisser dans le sombre) : Bon, ce matin, tu écris comique, léger, drôle, c'est la meilleure façon pour toi de te sentir légère et drôle. euh...j'y arrive pas bien là... Comment cela se fait-il que dans ma vie familiale et professionnelle, je suis celle qui "regonfle" les autres, qui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]
26 novembre 2004

Il était temps...

Comment tu fais, quand à un certain moment de ta vie, tu te rends compte que tu n'as pas encore commencé à vivre? Que jsuqu'à présent, tu jouais à vivre, la nuit dans tes rêves et dans tes larmes..."on disait que j'étais..." Mais tu n'étais rien du tout, enfin tu n'existais qu'en fonction des autres Ces autres qui t'ont façonnée à leur image et à leur ressemblance, comme Dieu finalement Gare à toi, si tu résistais, si tu décidais de changer les donnes, de pousser de travers, de prendre des chemins de traverse... Donc, un jour se... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 19:11 - Commentaires [5] - Permalien [#]

25 novembre 2004

Je vous dirai qui je suis...

Je suis une chanteuse de blues cachée dans une armoire qui grince Je suis une mégère qui sort de son panier pour faire des courses Je suis la folle de l'aube qui se déshabille au clair de soleil Je suis la mort qui joue à faire coucou sur les paliers de la vie Je suis le tapis roulant dans les escaliers du paradis Je suis l'homme tronc qui a oublié ses jambes dans une autre vie Je suis le train qui fait la grève pour cause de constipation Je suis la femme de l'angle qui balaie les soucis en se moquant du mur Je suis le petit... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:43 - Commentaires [5] - Permalien [#]
24 novembre 2004

Mon "matronyme"

Faut que je vous dise... Aucun de mes enfants ne porte MON nom... Ben oui, normal...jusqu'à présent, ce sont les zommes qui transmettent leur patronyme   (remarquez d'ailleurs ...matronyme ça n'existe pas...!) trouvez ça juste vous? Mon nom à moi...l'est dix fois plus beau, plus noble, plus ...tout, que celui de mon époux... Mon nom à moi n'est porté que par les enfants de mes frères, et les enfants de mes frères sont pas les miens...vous comprenez? Et maintenant que j'arrive à l'âge respectable d'avoir des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:32 - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 novembre 2004

Mieux vaut être un nain de jardin...

c'est vrai ça... Pourquoi j'écris sur la mort? Ca ne fait pas recette, ça ne fait plaisir à personne Bon c'est pas tout ça (je me répète, là...) J'ai rêvé que j'étais un nain de jardin, avec une barbe, un bonnet rouge, de gros sabots, tout ça...et que je m'en allais planter des choux Non c'est pas tout à fait ça... Le nain de jardin parlait avec un autre nain de jardin de petites choses inutiles et stupides des choses de nain de jardin, des choses pour ne rien dire, pour chercher quoi dire, et pas trouver Eh bien, vous me... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:43 - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 novembre 2004

Deux idiotes questions

Il y a des jours où je me pose des questions  idiotes du genre: comment de temps me reste-t-il à vivre? Je peux mourir comme ça, sur un coup de tête, ou un coup de coeur...sans savoir le matin que ce sera fini le soir C'est fou quand on y pense: un matin, je me brosserai tranquillement les dents, sans savoir que le soir, je serai figée dans le silence immobile. Incroyable cela hein? Un jour, demain peut-être, je n'écrirai plus, ne répondrai plus aux courriels Et personne ne saura ce qui est arrivé dans ce monde virtuel... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:19 - Commentaires [6] - Permalien [#]