Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 96 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

07 février 2005

Eros et Thanatos

Et le feu? Le pire et le meilleur: pas de juste milieu Le feu est passionné, fougueux, excessif, avec lui, c'est tout ou rien Il y a sa chaleur sensuelle qui te parcourt des pieds à la tête, tandis que fasciné, tu fixes sa danse sauvage Il y a l'amitié qui resserre ses liens en chansons, en conciliabules entre ceux qui le regardent, rassemblés en rond autour de lui Mais le feu est un amant jaloux et possessif: il détruit avec violence, efface toute trace de ce qu'il brûle Le feu est Eros et Thanatos à la fois dans sa... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 février 2005

L'eau...

Dans lequel des quatre éléments vous retrouvez-vous le plus? L'eau? la terre? l'air? le feu? Je réfléchissais  à cela tantôt, et la réponse...je ne la connais pas Les quatre éléments m'attirent et m'effraient de la même manière, du moins il me semble Prenons l'eau par exemple L'eau c'est se plonger dans un bain chaud et parfumé le soir avant de se coucher, c'est relaxant, quasi voluptueux C'est cette impression délicieuse de retrouver sa fraîcheur, de se débarrasser de la sueur, des efforts, des tensions de la journée,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:53 - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 février 2005

Mes petits et grands trésors

Il y a l'aquarelle  qui représente deux femmes en vis à vis comme des jumelles(je sais pas si c'est une aquarelle parce qu'elle est en noir et blanc...) je l'ai vue un jour chez un ami peintre, et j'ai craqué...elle me tient compagnie, accrochée sur le mur à côté de mon ordi Il y a l'accroche rêves (Olive l'appelle un piège à rêves) que l'on met normalement à côté de son lit. Je l'ai accoché à ma lampe de bureau (voir la photo plus bas). Cadeau de mon ami qui l'a ramené du Québec Il y a le bol, la tasse et l'assiette bleue... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 février 2005

J'aime pas...

J'aime pas aller chez le coiffeur, ça m'éneeerve pas possible, je recule chaque fois l'échéance le plus possible J'aime pas quand je demande à ma coiffeuse de pas couper trop court, et de me retrouver la tête presque rasée…mais pourquoi elle fait pas comme JE le demande ??? (qui a dit que le client était roi ?) Ça vous plaît comme ça ? qu'elle me demande en me tendant un miroir pour admirer l'arrière du gâchis, et moi, conne que je suis, je lui dis que oui, que c'est très bien  alors que je fulmine de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:28 - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 février 2005

J'aime...

J'aime...quand les premières pousses apparaissent timides, en poussées fragiles dans mon jardin qui se languit du printemps J'aime...les coquelicots courageux qui résistent vaillamment dans la chaleur de l'été J'aime tchater avec mes amis virtuels J'aime quand je reçois un sms de P. J'aime la joyeuse insolence de mes petits enfants J'aime quand les mots coulent en cascade dans ma tête, et s'inscrivent en flots sur l'écran de mon PC J'aime quand je suis sur la route avec le CD des "ballades africaines" mis TRES FORT, alors... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:23 - Commentaires [7] - Permalien [#]
28 janvier 2005

à fond la caisse

Je viens de terminer un truc qui m'a demandé un effort soutenu de concentration. J'ai mis un CD: ballades africaines...A FOND LA CAISSE Je plane...partie dans l'insoutenable légèreté de l'être Les voix prenantes, les instruments qui me harcèlent, vocifèrent, me labourent... Ne me cherchez pas...je suis AILLEURS Coumarine
Posté par Coumarine à 18:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 janvier 2005

Je marche sur la pointe des pieds

Je me surprends aujourd'hui à marcher sur la pointe des pieds. Comme quand on entre dans un lieu qui demande le silence, le respect, surtout pas parler tout haut, surtout pas rire, certainement pas parler fort. Me tenir coite et tranquille, ne pas me faire remarquer...tant de gens tant d'horreurs...j'en ai la nausée... Sincèrement je ne me suis pas sentie bien aujourd'hui: j'ai fait mon boulot, animé mes trucs, comme d'habitude...mais le coeur n'y était pas Parce que j'ai peur...peur pour l'humanité dont je suis: tant de pire pour... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 janvier 2005

Le temps de vivre

LE TEMPS DE VIVREIl a dévalé la colline Ses pieds faisaient rouler des pierres Là-haut entre les quatre murs La sirène chantait sans joie Il respirait l'odeur des arbres Avec son corps comme une forge La lumière l'accompagnait Et lui faisait danser son ombre Pourvu qu'ils me laissent le temps Il sautait à travers les herbes Il a cueilli deux feuilles jaunes Gorgées de sève et de soleil Les canons d'acier bleu crachaient Des courtes flammes de feu sec Pourvu qu'ils me laissent le temps Il est arrivé près de l'eau Il y a plongé son... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:15 - Commentaires [6] - Permalien [#]
23 janvier 2005

Allo Maman bobo

Une de mes filles perd son boulot. Bien sûr, elle remplaçait une personne en congé de maternité. Bien sûr elle savait il y a 10 mois,  que c'était un contrat à durée déterminée. N'empêche, c'est dur pour un jeune qui en veut, qui s'investit à fond dans son travail, et qui doit le quitter. Parce que  évidemment, faut retrouver autre chose et euh...ce n'est pas facile, hein! Vraiment pas facile hein...! Disons le carrément, c'est TRES difficile... Alors, c'est "allo Maman bobo", et j'écoute, j'accueille, je lui permets de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 janvier 2005

Un chaos de bonheur infini

Il se tient sur le seuil de l'audaceen désirs de caresses et de mots inéditspeut-être même interdits. C'est la danse sacrée des motset des doigts magiciensqui fulgurent sur la peau Et lentement monte et se concentre en ondes gémissantesun chaos de bonheur infini j'en suis à pleurer de vertigeà lui réclamer de mes doigts qui le griffentla délivrance explosive de l'orage Soudain c'est le choc, répercuté à l'infiniqui nous laisse tous les deuxpantelants et brisés...   Coumarine
Posté par Coumarine à 23:38 - Commentaires [5] - Permalien [#]