Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 9 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

13 septembre 2009

Une chose importante

Ce sentiment très fort qu'elle a, de cheminer depuis si longtemps, seule, à côté de quelque chose de très important qu'elle ne voit pas. Mais dont elle a la certitude pourtant que cette "chose" existe. Elle le sait de source sûre... de celle qui sourd au plus profond d'elle-même.Quand elle regarde le ciel au cours de ses balades, ou quand elle s'enfonce dans ses pas pressés,  ou quand elle écoute quelqu'un lui parler de n'importe quoi, ou quand elle se concentre alors qu'elle écrit une ou deux phrases très ordinaires...... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:58 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 septembre 2009

Je les ai rêvés sans doute...

Je me souviens de Zacki Zacki et son immense amour des arbres... tellement grand qu'à l'époque il me l'a communiqué un peu et que j'ai commencé à regarder les arbres autrement. Comme des êtres vivants, si forts et si fragiles et qui racontent des secrets incroyables juste à ceux qui veulent bien les écouter. Et c'est pas tout le monde...Zacki écrivait à la Zacki, d'une manière faussement enfantine pour raconter ses petits et grands chagrins... surtout ses grands. Et Zacki disait que les trains l'attiraient parfois... Mais c'était... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 septembre 2009

Un lieu hors du temps

Aussi cruelles ou désastreuses que furent les vies...aussi bruyantes et bourrées de cacophonies,  même si elles furent des tornades ou des tsunami... étrangement dans les cimetières, règne toujours un silence bienfaisant qui circule paisiblement autour des pierres solennelles, des photos austères souriant au passant recueilli, des cailloux qui crissent doucement sous les pas, des hauts arbres qui se balancent et tanguent leur infinie nostalgie... Un cimetière est parfois un endroit de paix dans la ville, où il fait bon se... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:50 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 septembre 2009

Qui connaît-on vraiment?

Dans son commentaire à mon billet qui parle de son dernier livre "Tu ne jugeras point", voici ce qu'Armel Job écrit:"Mon idée à moi, c'est qu'on ne sait pas qui sont les autres, qu'on vit plus ou moins chacun dans sa bulle, qu'il est impossible d'entrer dans la tête ou dans le cœur d'autrui, fût-il le plus proche de nos proches. C'est assez évident comme idée, mais nous vivons malgré tout la plupart du temps, comme si nous savions pertinemment qui sont les autres. Nous les munissons en général d'une petite... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:00 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 septembre 2009

Tu ne jugeras point (Armel Job)

Je fais finalement rarement des critiques des livres que je lis(là maintenant, je viens d'achever la lecture de "Nous sommes éternels"  de Pierrette Fleutiaux, gros bouquin de 900 pages environ qui date d'il y a vingt ans, un peu long par moment forcément 900 pages!! mais passionnant de bout en bout. Et quelle écriture, mamma mia...quelle écriture...aussi belle et insolite par moments que dans "Les amants imparfaits", livre qui m'avait fait connaître cette auteure...bref) Aujourd'hui cependant, je voudrais... [Lire la suite]
04 septembre 2009

Un air qui sent le propre

Et voilà que l'air ici est neutre et sans air.Enfin... sans air du large, vous savez bien, de cet air que l'on respire à pleins poumons et qui vous transporte dans les lointains.C'est un air qui sent le propre, le net, le blanc de blanc, le transparent.Là, aucune odeur qui sort de l'ordinaire, venant flatter ou heurter le nez, aucun parfum prononcé, aucune senteur émouvante ou rocailleuse, rien.Un sans air parfait. Aseptisé.Même le soleil qui vient lécher les murs est lui aussi inodore et sans couleur. Il ne dérange ni n'agresse... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:55 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 septembre 2009

Mes petites princesses bleues

Il était une fois deux petites princesses bleues... deux cousines du même âgeNous avons l'homme et moi, passé une semaine avec elles durant les vacances d'été... Mes petites princesses -oh! joie!- aiment toutes les deux plonger des heures dans les livres...Alors nous sommes partis plusieurs fois dans de belles et grandes librairies de la ville la plus proche de l'endroit de ces vacances.Des heures de bonheur: elles venaient me montrer ce qui leur plaisait, souvent des livres illustrés de photos magnifiques, de celles qui font rêver...... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 septembre 2009

Les jonchets du mikado

Les bâtonnets du mikado jonchent en vrac la table de bois poli.Ils attendent en silence, presque sans respirer, comme assoupis. Mais il ne faut pas croire...L'angoisse les enserre au creux de leur attente.Ils guettent encore et encore la main magicienne qui d'un mouvement sûr et sec, les invitera à rejoindre le monde des vivants. Le bâtonnet du dessous envie le bâtonnet du dessus. Car il est écrasé, pressé de toutes parts. Il suffoque, c'est sûr, il va mourir étouffé...Car ici comme ailleurs, c'est la loi du plus fort, du plus... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:20 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 août 2009

Ad vitam aeternam. Amen.

Ceci n'est pas un texte, aurait dit  MagritteCe sont quelques mots que j'ai écrits un jour de manière volontairement spontanée... J'ai déjà parlé de ce type d'écriture que j'aime pratiquer, qui me mène vers ses propres chemins. Un premier jet donc, sans (trop) réfléchir, à partir de quelques mots qui me lancent, m'élancent...Puis le travail de relecture, d'aménagement des phrases, en fonction surtout de la musicalité de l'ensemble. Oser des alliances de mots inattendues et parfois audacieuses, mais sans que cela ne fasse... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 août 2009

je pense ou je souffre, il faut choisir

"Je pense donc je suis est un propos d'intellectuel qui sous-estime les maux de dents. Je sens donc je suis est une vérité de portée beaucoup plus générale et qui concerne tout être vivant. Mon moi ne se distingue pas essentiellement du vôtre par la pensée. Beaucoup de gens, peu d'idées: nous pensons tous à peu près la même chose en transmettant, en empruntant, en volant nos idées l'un à l'autre. Mais si quelqu'un me marche sur le pied, c'est moi seul qui sens la douleur. Le fondement du moi n'est pas la pensée, mais la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:35 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,