Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 79 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

18 novembre 2005

Ma zone de silence??? les toilettes...

"En revanche l'harmonie "intérieure" n'a besoin de nulle musique "extérieure". Elle est même une entrave à celle-ci. Seul le Silence-de-soi par une descente en ce lieu intime l'apporte. Ca peut se faire en voiture au milieu des embouteillages (j'ai svt pratiqué cette discipline en allant à mes rendes-vous), ou au coeur des bruits de la ville.Mais évidemment le calme et la tranquilité d'un lieu sont des instants privilégiés.Il n'est cependant pas nécessaire de faire des centaines de Kms pour s'y rendre.Je... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:32 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

16 novembre 2005

Cet endroit est de Paix

Je reviens d'Hurtebise...mon endroit de calme, de solitude, de nature aussi (mais hélas il ne faisait pas très beau). J'y allais principalement pour écrire, tranquillement. De longues plages de concentration ponctuées simplement par les repas et les offices (auxquels je ne vais pas d'habitude) Sauf mardi, une envie subite d'aller voir comment "ça" se passe J'ai vu, j'ai entendu, j'ai vibré Il y a  dans cette chapelle une harmonie étrange, qui ne s'enferme pas dans des mots...une harmonie qui échappe à toute... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:38 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
12 novembre 2005

Des mains rigides, livides et froides

Il venait de la Réunion Rencontré sur le Net, nous échangions beaucoup...on se comprenait. Un jour, il est de passage dans ma ville, un seul jour, précieux. On a déjeuné ensemble...c'est un homme que j'aurais pu aimer. Pourquoi les gens avec lesquels on se sent bien, habitent si loin au bout du monde, au bout du coeur? Pendant le repas, il me regarde, loin profond dans les yeux, au delà des contours  de mon corps, jusque dans mon centre, mon ventre... Le désir entre nous vibrait, je suis sûre que les gens... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:27 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
12 novembre 2005

Etre capable de se tromper

"Consentir à être exposé à la passion, à la rage, aux sanglots, aux silences, à toutes les formes de la démesure dans l'ignorance de ce qui les suscite. Se laisser atteindre, meurtrir, démolir dans son être. Demeurer dans l'obscur, rêver si possible, dans ce noir traversé de brèves éclaircies, pour tenter de s'approcher au plus près de ce qui m'est radicalement étranger...[...] Pour que la pensée se remettre en marche, il lui faut d"abord tomber en arrêt, être saisie d'effroi ou d'émerveillement, se laisser ravir eu... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 novembre 2005

Paroles Plurielles

J'y pense depuis quelques jours... Et ce matin j'ai décidé de mettre mon projet à exécution J'ouvre un blog Coumarine2 qui s'intitule: PAROLES PLURIELLES Un espace pour vous: tous les jeudis je vous proposerai une consigne d'écriture, comme je le fais dans mes ateliers "réels" Beaucoup d'entre vous aiment les mots, et les manient de fort belle manière... Beaucoup d'entre vous ont expérimenté combien l'écriture est catharsique, combien des consignes "innocentes" peuvent donner lieu à des textes... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
10 novembre 2005

Une histoire de miroir

Tu me parlais l’autre soir d’une image étrange, entrevue par hasard dans le miroir  du magasin d’en face. Tu passais rapide, distrait, enfoncé dans tes soucis, jetant çà et là un coup d’œil aveugle aux vitrines bariolées en vue de la fête. Quand soudain un regard acéré t’a figé net dans ta marche d’homme pressé, affairé… Là, dans le miroir du magasin d’en face, subtilement étudié pour affiner les silhouettes, pour corriger les visages, un enfant te fixait, âprement. On aurait dit qu’il lisait jusqu’au... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:21 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

08 novembre 2005

Ma banlieue à moi

Il y a ce qui se passe chez vous, amis français, et qui fait couler bien de l'encre... l'encre noire de la colère et des injures, l'encre rouge du sang et du feu Il y a ce qui se passe dans vos banlieues désespérées, témoin de la pourriture de toute une société qui se bâtit sur le pouvoir et l'exclusion (et le sale fric) Sarkozy a promis de nettoyer tout  cette "racaille" au karcher...quelle chance vous avez...tout sera propre et net...avec toujours autant de chômage, avec toujours autant de misère, de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
07 novembre 2005

On verra...

WE difficile D'abord parce que je partais le coeur un peu lourd de toutes ces incompréhensions qui c'est évident, sont exacerbées par le virtuel: dans le réel, on peut sourire, toucher la main, regarder quelqu'un dans les yeux, exprimer par son visage sa tristesse, son désarroi ou sa joie. Je ne veux plus m'arrêter à des susceptibilités, que ce soit les miennes ou celles des autres...bien d'autres problèmes secouent les gens dans leur quotidien, et secouent les sociétés profondément malades D'autre part, le samedi soir, après... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:59 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
28 octobre 2005

Classement vertical impossible

J'ai décidé de ranger mon bureau, je voudrais pouvoir y voir clair, avancer méthodiquement dans mon travail, trouver mes documents immédiatement parce qu'ils sont rangés à la bonne place. Si rien ne traîne, si tout est rangé à la bonne place...mes idées seront plus claires aussi, je perdrai moins de temps à chercher les choses introuvables, les documents égarés. Et si le bureau et ce qu'il contient est net, le travail sera rapide et efficace! enfin...c'est ce que je me dis. Mais peut-être est-ce justement le cafouillis, le... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
27 octobre 2005

Armel Job, prix du jury Jean Giono 2005

Envie d'annoncer une nouvelle qui me remplit de joie: Mon ami et écrivain Armel Job a remporté le Prix du Jury Jean Giono 2005 pour son dernier roman: "Les fausses Innocences" (Robert Laffont) Sylvie Giono, Eric Orsenna, Françoise Chandernagor faisaient partie du jury qui entend récompenser un art de raconter des histoires passionnantes, à la manière de Giono Le Belge Armel Job est assurément un écrivain de cette trempe ...
Posté par Coumarine à 23:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]