Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 77 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

21 décembre 2005

A propos des "heureux événements"

Je viens de terminer la lecture de "Un heureux événement" de Eliette Abécassis Terrible roman. Ou l'art d'oser dire tout haut ce que pas mal de femmes n'osent même pas se formuler tout bas... Moi en tout cas. D'ailleurs j'oserais jamais en parler tout haut ici, de peur de me faire regarder de travers, de me faire juger, moi la mère de cinq enfants...Etre mère, donner la vie, élever ses enfants, n'est-ce pas la plus belle chose au monde? Des moments difficiles il y en a certes, mais que de moments-bonheur...C'est... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:50 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

20 décembre 2005

Chaos de bonheur

Le vent porte mon appel pressant il danse doucement sur ta peau en éclats de désirs chatoyants en tensions de feu et d'ivresse… je respire le soleil brûlant j'entends l’infini qui le hante. Est-ce le ressac de ton désir insolent ou la chamade de mon rire en cascade ? Je rêve d’abandon sur la plage de ton corps et d’être caressée par tes mains de soleil... Coumarine (Ouais bon ça fait pas... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 00:41 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
17 décembre 2005

Pour cause de souvenirs rabougris

Y a des gens dans mes ateliers qui sont très doués pour écrire rigolo, et alors...on rigole, c'est comme je vous le dis Y a des bloggeurs qui sont doués  pour écrire rigolo, très rigolo (ouououille, mais alors vraiment trèstrèstrès! et alors je ris toute seule devant mon pécé, et y a mon ventre qui fait mal tellement je ris Là, maintenant, soudain, comme ça, à l'instant même, je me dis je vais écrire rigolo, c'est vrai quoi, toujours grave dans mes sujets, toujours dans l'émotion ou le sérieux, on se lasse, on se laaaaasse ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:23 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
16 décembre 2005

La vie n'est pas un long fleuve tranquille

Parfois en me promenant chez les bloggeurs que j'apprécie, je perçois au delà de leurs mots, qu'il y a comme qui dirait un petit quelque chose de douloureux. Ce n'est pas vraiment dit comme tel, du genre; je souffre très fort, tellement fort que rien ne va plus, je suis le ou la plus malheureuse de la terre, j'ai la tentation du train, ça va plus tarder... Non c'est suggéré par de petites touches l'air de rien comme ça, des petites touches de détresse: on peut très bien passer à côté sans les voir et passer lire chez le bloggeur... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:32 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
14 décembre 2005

Donne-moi ton visage...

Une femme Madame Tout le Monde... Cette femme souffre sans doute très fort, car elle a décidé d'en finir...Elle a pris une solide dose de somnifères. Elle est là, dans sa maison, couchée, inconsciente, elle ne bouge pas, elle part dans son sommeil sans réveil. Dans la maison, il y a un chien, son chien, qui s'inquiète. Sa maîtresse ne bouge plus, il a beau aboyer, non décidément elle ne bouge pas. Le chien pressent que quelque chose ne tourne pas rond. Le chien ne s'embarrasse pas de manières, je suppose que c'est un chien grand... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:17 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
13 décembre 2005

Des cadeaux infiniment précieux

Bien sûr, c'est le moment, alors je pense aux cadeaux Ceux que je recevrai. Ceux que je donnerai. Quand je donne quelque chose à quelqu'un, c'est ma façon de lui signifier que je l'aime, qu'il ou elle est mon ami, mon enfant, quelqu'un d'important pour moi ...pas vrai? Quand je reçois un cadeau, c'est recevoir en même temps, (même si ce n'est pas explicitement dit comme ça et comme j'aimerais parfois) un signe que la personne m'aime, ou simplement m'apprécie, veut me signifier que je suis importante pour elle (lui) Mais le... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:35 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

11 décembre 2005

La musique, terre de reliance

Il y a des musiques qui soudain résonnent en toi ou autour de toi...alors ton coeur sursaute, tu es en alerte et tu t'arrêtes pour  écouter... Elles te surprennent à l'improviste, ton coeur sursaute et tu t'arrêtes pour  écouter, tu ne peux pas faire autrement, et tu accordes ton âme à cette musique qui te parle si bien, si fort de ta terre intérieure. Comme si elle te disait tes propres mots, encore inconnus de toi. Comme si elle connaissait ton langage que tu ignores encore. Tu ne peux faire autrement que de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 00:52 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
09 décembre 2005

Le porte bonheur

Il y a des gens qui s'égarent dans des chemins de traverse...ils viennent dans les chemins de Coumarine. Ils viennent y chercher ce qu'ils n'y trouveront pas: du sexe, du cul (wouaw monsieur google va encore m'amener du monde en plus!) Ils tapent: bas nylon (par ex) et arrivent chez moi, parce qu'un jour dans un petit texte comme ça, tout simple, tout innocent, j'avais écrit ce mot Il y a deux mois environ, pour faire plaisir à ces lecteurs inattendus, et pour qu'ils ne repartent pas déçus d'être ainsi venus chez moi, je leur... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:27 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
07 décembre 2005

Etiquettes éthiques

La revue en ligne Antidata publie un certain nombre de textes autour de thèmes spécifiques Le numéro 16 (mis en ligne ces jours ci), a comme thème: le cadre L'un des textes s'appelle "Etiquettes éthiques"...j'en suis l'auteur Je me suis beaucoup amusée à écrire ce petit texte, dans la dérision et même un brin de provocation J'ai pu voir que les textes qui font partie de ce numéro partent tous d'un sens différent du mot cadre Comme quoi l'imagination puise dans tous les coins et recoins de la petite tête des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2005

Je préfère les coquelicots

Je préfère de loin les coquelicots qui surgissent au hasard, à la fois étonnés et fragiles, sur les bas côtés des chemins de fer ou les terrains amers des usines désafectées... Je n'aime pas trop (et même pas du tout) les fleurs aristocratiques des jardins bien rangés, qui pointent au vent leur allure prétentieuse ... Ce matin j'ai parlé avec une vendeuse de la boucherie d'une grande surface. Et parce que je m'intéressais -vraiment- à elle, elle m'a confié des mots de perles Des mots d'humanité...
Posté par Coumarine à 13:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]