Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 48 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

15 mai 2007

Veux-tu bien être ma mère pour un instant?

Je me souviens d'un temps ou j'étais croyante, très...c'était un temps où j'étais en recherche de sens pour ma vie. Je me rendais régulièrement en retraite écouter des théologiens connus ou moins connus expliquer la Bible ou les Évangiles. J'étais affamée de paroles nourrissantes, je prenais des notes fiévreusement que je ne relisais d'ailleurs jamais, je me posais des questions interminables et récurrentes, je cherchais les réponses et ne les trouvais jamais, du moins définitivement. Je me souviens d'un endroit où je suis allée... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:16 - - Commentaires [47] - Permalien [#]

14 mai 2007

Il est mort mon arbre

Je n'ai pas osé le mettre comme ça ...mais en fait je suis TRÈS TRISTEJ'encaisse mal...je regarde le gâchis, le jardin saccagéJe vois mon saule (60 ans) à moitié par terre dans un désordre de branches cassées, déchiquetées... Je vous ai déjà parlé de mes arbres, combien ils sont importants pour moi, source de sérénité, combien ils me soufflent des paroles de sageJe vais près d'eux et je les écoute...si je fais silence, si je me rends disponible, ils ont toujours quelque chose à me direMon beau saule...par terre...fracassé, il... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:38 - Commentaires [15] - Permalien [#]
13 mai 2007

Une petite tornade

Notre jardin se révolte...et pas qu'un peu Cet après-midi, mini tornade...pluie et vent terribles Le saule, notre vieil arbre de je ne sais combien d'années, coupé littéralement en deux...heureusement ce qui est tombé, n'a pas atteint la maison
Posté par Coumarine à 22:18 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
13 mai 2007

De grand-mère en arrière petite fille

Plusieurs personnes ont eu la gentillesse de m'envoyer le portrait retouché de ma grand-mère ... Je les remercie, cela m'a touchée que vous ayez pris la peine de faire cela, juste pour me faire plaisir. Toutes me plaisent Je choisis d'en mettre une ici, et de vous dire ce que évoque en mon coeur de voir cette femme de manière plus nette... Appréhension, et même déception Déception de me rendre compte que son visage est légèrement de travers...regardez son nez, son sourire qui penche. Je la croyais fabuleusement belle,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:31 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
11 mai 2007

Une prédiction maudite

C'est il y a longtemps. Une famille ordinaire Il y a le père, la mère, le fils et la fille. C'est un dimanche à la campagne (enfin je crois). Une carriole tirée par deux chevaux. Le père conduit les chevaux, le fils et la fille encore enfants, sont montés dans la carriole. Il sont heureux, ils rient, se disputent même peut-être... La mère s'apprête à monter à son tour, quand soudain les chevaux s'ébranlent, frappés pas le fouet du père...la mère trébuche et tombe, sans doute assez brutalement. La fillette... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:41 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
09 mai 2007

Mourir à 42 ans

Aujourd'hui est l'anniversaire de la mort de ma grand-mère maternelle Elle est morte à 42 ans. Après une longue maladie, comme on dit...ma mère n'avait que 16 ans. J'ai devant moi la photo encadrée de cette femme, prise par un photographe professionnel. Elle est racée, élégante, belle comme l'était ma mère. Elle a une classe inouïe. C'est moi qui ai cette photo, parce que je l'ai "piquée" un jour je ne sais plus où. Je voulais être sûre de l'avoir, qu'elle n'aboutisse pas chez un des mes frères... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:34 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

07 mai 2007

Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée

La porte se cache bleue à l’abri du soleil Bleu nuit, opaque orage, sombres pénombres Mort ou néant peut-être. Le silence du Rien. La porte colmate et calfeutre ses chagrins singuliers Ouverte ou fermée ? Dilemme insupportable Secret inviolé, inviolable et pourtant si sacré. La porte désire le soleil, se tend tremblante vers lui Amante en quête de pénétration bienfaisante La clé frissonne et s’essaie à se faire la belle. Mais le soleil est avare et mesure ses caresses Mais le soleil en... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:06 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
06 mai 2007

Sentiments mêlés

Un We ensoleillé,  riche, dense... Des participants motivés pour donner le meilleur de leurs mots...et il y en a eu des mots forts et denses, certains mêmes nous ont émus, remués... Une animatrice (moi) heureuse mais fatiguée... 17h15'...Sur la route du retour vers Bruxelles, dans la voiture, nous sommes quatre, accrochés à la radio... nous guettons les résultats, le coeur serré. 18h 15'...le verdict tombe... Et voilà c'est lui... Dans la voiture, moi au volant, les deux Français du petit groupe d'écriture à... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:10 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
04 mai 2007

Rendez-Vous

Durant ce WE si important pour mes amis français, je pars en animation à Hurtebise, lieu propice à l'inspiration, situé au milieu de nulle part, dans une nature belle, simple et grandiose à la fois... J'emmène là un petit groupe de 9 participants (dont deux Parisiens). Je vais les mener sur le chemin de l'écriture d'une nouvelle, sur le thème que propose cette année La Fureur de Lire (de la Communauté française de Belgique). Chaque année ce concours de nouvelles attire de plus en plus de monde (600 participants), dont un bon tiers... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:53 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
03 mai 2007

Coiffés au poteau

Elle s'était plantée tellement longtemps sur le terrain de ses silences, qu'elle avait pris racine, était devenue statue de pierre. L'attente a quelque chose de poignant quand elle est attente stérile, ventre refusé, couplet inutile d'une chanson périmée,  Alors elle a regardé autour d'elle, a vu que ses silences pleuraient d'impuissance et jetaient dans le vent des larmes frigorifiées. Et les larmes se sont incrustées dans la pierre des chemins. Comme des gouttes d'absence. Il est une violence qui brise, il en est une... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]