Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 45 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

10 juillet 2007

Jeudi il y a un an

Un an après, quasi jour pour jour...La voilà qui  replonge dans le rêve du corps parfaitLa première fois elle a maudit le ciel, qui a brisé son rêve de corps parfait Lamentable pantin abandonné assis, disloqué, à côté d'une poubelle.Et les chiens lèvent la patte sur la figure en chiffon figée dans un sourire stupideMais dans la poitrine de chiffon une colère à renverser toutes les statues de pierre Lamentable pantin qui ne peut que bouffer, encore bouffer pour effacer sa rage de ne jamais se reconnaître dans les... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:35 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

09 juillet 2007

Une histoire de mère Michel qui a perdu son chat

Il est 22h3OJe quitte un ami, je sors de son immeuble, il est tard...Une voisine m'interpelle: "mon petit chat ne serait-il pas entré dans l'immeuble? Ne l'auriez vous pas vu?Je commprends aussitôt son souci: son chat est sorti, a été surpris par l'orage, n'est toujours pas rentré. Or il ne part jamais aussi longtemps, c'est un jeune chat encore...Alors elle angoisse, elle est dehors à le guetter, interpelle les voisins, elle frissonne et ce n'est pas de froid. Non je n'ai pas vu le chat, non il n'est sûrement pas entré dans... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:58 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
06 juillet 2007

Je préfère les nuages aux cacas de chien

Il y a des jours comme ça où il y a du chagrin dans l'air, des petites choses un peu lourdes, des doutes et de petits et gros cailloux dans le sac à doset ça pèse un peu..et parfois cela pèse beaucoup...Si je sors pour aller respirer le vent qui souffle dans mes cheveux tout courts et la pluie qui fouette mes joues toutes froides, je regarde par terre, je marche vite et avec détermination vers le boucher, ou le boulanger, ou l'épicier du coin, je me dépêche, je ne vois rien, je ne sens rien...je regarde par terre et ...il n'y a... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 19:17 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
04 juillet 2007

Anonymat? oui? non?

Bonjour à tous,J'aimerais vous poser une question.. plusieurs questions plutôt...Est-il important (capital même) pour vous qui tenez un blog, de garder votre anonymat? et pourquoi?Avez-vous au fil du temps semé des indices qui permettent (ou ont permis) de trouver votre identité?Acceptez vous de rencontrer d'autres blogueurs, et si non, quelle est la raison pour laquelle vous tenez à cantonner absolument le virtuel dans le...virtuel?Avez-vous donné librement l'adresse de votre blog à des gens qui vous connaissent en vrai?Cela a-t-il... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:54 - - Commentaires [55] - Permalien [#]
03 juillet 2007

Vous prendrez bien un peu de Comédie Humaine?

Dans une réunion quelconque, vous avez, la plupart du temps: - celui (ou celle) qui arrive systématiquement en retard, se faitpetite souris en espérant ne pas faire de bruit et passer inaperçu, mais c'est raté bien sûr, bingo tous les regards se portent vers lui (elle) !- celui qui arrive vraiment TRES en retard mais claironne à la ronde des explications qu'on ne lui demande pas, dérange tout le monde pour prendre place, bouge sa chaise avec bruit, s'installe avec fracas...et capte toute l'attention pendant un bon moment...- celui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:54 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
02 juillet 2007

Entre coquelicots et tempête...j'ai choisi

Mon fond d'écran est piqueté de mille petits coquelicots de bonheur(ceux qui me connaissent savent mon amour des coquelicots...rien qu'à prononcer ce mot: COQUELICOT...il roule dans la bouche, comme de petites perles rouges qui se mêlent un peu les pinceaux...Et en même temps devant ma fenêtre, en ce moment même, je vois effrayée, la tempête qui se déchaîne, un vent violent qui balaie méchamment les arbres (mon dieu, pourvu qu'ils ne s'effondrent pas) la pluie coule à grandes brassées de larmes...le tonnerre éclate bruyamment alors... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:37 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

30 juin 2007

Mon vrai visage

J'ai plusieurs visages...je suis une fouleQuand dans la rue, je rencontre quelqu'un que je n'ai pas vu depuis un certain temps et que je suis contente de revoir, mon visage s'allume et s'ensoleille. Mais il se ferme impassible quand un SDF entre dans la rame du métro...Il y a mon visage quand je suis irritée: ma bouche se serre, mes yeux deviennent acier, mes joues se tendent, je suis pâle (je crois)Il y a mon visage quand je suis avec des amis, heureuse, détendue, mes yeux pétillent et sautent de joie..Et quand je suis avec mes... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:04 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
29 juin 2007

Une page déchirée est une page orpheline

J'écrirai sur l'urgence... celle qui frémit dans le ventre, qui halète et réclame à boire à grandes gorgées interminables parce que cette soif là ne se désaltère jamais J'écrirai sur l'urgence, celle qui donne envie de hurler dans une salle déserte pour en réveiller tous les fantômes endormis.Celle qui fait soudain se hâter les souliers sur des chemins inconnus, là où une montée difficile et aveugle promet pourtant une explosion de bonheur sur un paysage incroyablement noble... J'écrirai sur l'urgence, celle qui donne faim... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 juin 2007

Quoi de neuf aujourd'hui?

"L'arbre est devant la fenêtre du salon. Je l'interroge chaque matin: quoi de neuf aujourd'hui? La réponse vient sans tarder, donnée par des centaines de feuilles: Tout" . C'est par ces lignes que débute "La présence pure" de Christian BobinBobin m'accompagne depuis longtemps, depuis toujours on va dire. Souvent une de ses phrases lues au hasard d'un de ses livres me fait tilt...c'est comme si je "recevais" de lire la bonne phrase au bon moment...Je ne pense pas qu'il veut dire qu'il faut nier ce qui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:24 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
24 juin 2007

Commencements d’aurores

Encore un jour… appliquée à toucher l'indicible, je vertige de vivre. Femme en qui la mémoire s’interroge, je recense les espaces de lumière et les commencements d’aurores. Je m'acharne à recoudre les déchirures extrêmes… les cicatrices s’effilochent et se diluent au fil du temps. Pas toutes hélas, pas toutes...mais chhhuut   Encore un jour à moi... S’il faut que pour renaître, ma plume s’applique à l’inédit, je la laisserai franchir les parapets,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:20 - - Commentaires [26] - Permalien [#]