Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 30 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

13 mai 2008

Le printemps s'est trompé de saison

Cette semaine le temps s'est donné des allures d'été.Le matin tôt, une fraicheur un peu naïve fait encore illusion. Elle ne permet pas de prévoir la chaleur qui peu à peu va s'écraser sur le sol, d'autant plus lourdement que de toutes parts, elle se heurte aux pierres, aux dallages, au béton, à l'asphalte, aux murs gris de la ville bruyante. Et vient s'abattre sur les terrasses chapeautées d'immenses parasols colorés... La fête jaillit de partout dans la ville pour un jour sans voitures. Ou presque. Et c'est fou comme cela... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:18 - - Commentaires [31] - Permalien [#]

09 mai 2008

L'enfant à l'endroit, l'enfant à l'envers

Demain, aux Editions Traces de vie, je présente officiellement ce roman autobiographiqueJe dis officiellement, parce que ce livre est sorti officieusement depuis presque un mois, et que il a déjà été lu par certains d'entre vous...En voici la quatrième de couverture:Ceci est une histoire de femmes.Trois femmes, trois destins qui se mêlent et s'entremêlent, dans un méli-mélo de récits d'autrefois, comme des échos assourdis qui de loin en loin se cherchent et s'opposent.Trois femmes, trois destins qui se tricotent et se détricotent,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:55 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
07 mai 2008

Un condensé de doutes et de puissance

Je suis je crois, un condensé de doutes et de puissance......Fragile parfois à l'extrême, je me surprends à frémir d'une inflexion de voix, d'un froncement de sourcil, de deux mots que j'espérais et qui ne sont pas prononcés, d'un mail attendu et non reçu, ou pas comme je l'espérais...(m'enfin...il ou elle m'oublie ou quoi? C'est quoi ce truc?)"Puissante" cependant, et parfois à l'extrême, parce que quoi qu'il arrive, je continue mon chemin, avec assez de courage pour traverser les obstacles, et franchir les passages... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:03 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
04 mai 2008

Elle est pas belle la vie?

Avec un ami, je suis allée rire cet après-midi...(ben oui! )En plein centre de la ville, en plein soleil... (faut le faire...)C'était la journée des clubs de rire, clubs qui se propagent un peu partout...comme quoi...!Bon c'est vrai que avant tout, on voulait faire des photos, capter des moments de foule, ou de personnes dans cette foule, des attitudes, des gestes... Mais on s'est très vite pris au jeu: rire ça fait du bien! et puis c'est contagieux!Et voir une petite foule rassemblée sur la place de la Monnaie à Bruxelles se mettre à... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:39 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
02 mai 2008

Quand l'essentiel s'écrit tout au bas de la page

Il y a des mails (et des lettres mais elles deviennent rares les vraies lettres...) avares de mots, rapides, efficaces, qui vont à l'essentiel, surtout ne pas perdre de temps en petits mots inutiles. Et hop! On passe au mail suivant... Il y en a cinquante qui attendent... Il y a des mails (et des lettres mais elles deviennent rares les vraies lettres...) qui prennent le temps de prendre leur temps. Qui écrivent de vraies paroles, des paroles nourrissantes pour celui qui les reçoit, tout comme pour celui qui les écrit. Des mails... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:15 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
01 mai 2008

Ne pas oublier de s'envoler...

La plainte se resserre dans des aigus trop stridents puis elle s'assagit, se tempère, s'aligne sur la gravité. La porte de la cage s'est largement ouverte... Les notes frissonnent, s'ébrouent, poursuivent la danse disloquée de tous ces gens hagards qui se hâtent vers leur âme. Plus vite. Plus vite...On risque d'étouffer à s'attarder ainsi dans les coins désertés de ce lieu menaçantOn risque de mourir à piétiner ainsi l'ombre de son espérance égarée on ne sait où. Ne pas oublier de s'envoler, le marquer en grand dans son... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 00:47 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

29 avril 2008

Et maintenant, que vais-je faire...?

Je le dis et le redis, je veux sortir des marasmes et des détresses qui ont parfois été les miennes et me tourner résolument vers des chemins plus lumineux. J'ai décidé d'opter pour les lignes de crête, les écumes des vagues, les canopées qui ondulent au soleil, et de délaisser les racines noueuses et les boues des chemins engorgés. Je veux sillonner l'adret de la montagne, en  délaisser l'ubac. (beaux termes n'est-ce pas?) Va-t-en savoir pourquoi,  c'est juste que j'en suis là pour le moment. Seulement... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:43 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
27 avril 2008

De l'importance d'oublier où l'on s'est (é)garée...!

Il n'y a pas si longtemps, je me gare dans un immense parking souterrain. Je fais tranquillement mes courses et au moment de récupérer ma voiture...je réalise que j'ai oublié complètement où la bêbête se trouve...Tout en parcourant le parking avec mes achats, pressée de rentrer because un petit besoin pressant...je me traite de tous les noms, tous plus colorés les uns que les autres, heureusement que personne ne pouvait m'entendreÇa volait bas... la colère contre moi-même devait sortir par des mots pas piqués des versBon d'accord, il... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:57 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
25 avril 2008

Traîtres coquillages

M'aventurer sur le sable neuf à marée basse m'y lancer les pieds en fête, à corps pressé, à cœur heureux, et me plier soudain en deux, en marchant sur des coquillages, beaux comme des dieux mais qui coupent, coupent, coupent... Il y a ce soir lutte ridicule entre moi et disons...moi Il n'y a pas de vainqueur, mais pas de vaincu non plus Ecoute... Emmène-moi danser le tango sur la crête des nuages et valser là-haut avec les cerfs-volants bleus S'il te plait...
Posté par Coumarine à 19:17 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
23 avril 2008

Les soliloques des photos

Il n'y a pas si longtemps j'ai "hérité" d'un énorme paquet de photos anciennes, des photos de famille. Il m'a fallu du temps pour oser ouvrir ces enveloppes de photos plus ou moins classées par mon frère: elle me pesaient lourd, je savais ce que j'allais y découvrir... J'allais découvrir des photos que je ne connaissais pas et qu'il allait falloir apprivoiser. Ne pas fuir, ne pas céder à la tentation de m'en débarrasser à mon tour... J'ai affûté mes yeux, convoqué mes souvenirs et je suis allée au combat comme... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:06 - - Commentaires [38] - Permalien [#]