Coumarine, Petites paroles inutiles - Page 101 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

06 novembre 2004

Mort cérébrale

Quand un jeune, un enfant, un jeune adukte meurt de façon brutale (par exemple dans un accident de la route) il est parfois maintenu en état de vie artificielle (grâce aux machines) Il est en état de mort cérébrale, mais garde l'apparence de la vie, il respire, son coeur bat, sa peau est rose et chaude. Il suffit de débrancher la machine, et la personne cesse de respirer, son coeur de battre etc...c'est la mort évidente Quand un jeune meurt de mort violente, on espère que les parents donneront leur accord pour un... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2004

Bush toi de là!

Quand même, chuis pas si heureuse que ça because les cons qu'ont pas compris ce que l'Europe a essayé de leur dire Un vote sans bavure, un vote populaire, franc, massif Une majorité d'Américains a redit oui à ww Bush Meiux, ils se sont précipités, prenant les urnes d'assaut pour être assurés quece soit LUI, et rien que LUI qui préside à leur futur. Alors que le monde les suppliait de n'en rien faire. Ils ont délibérément et fièrement choisi de réélire wwbush Pourquoi, mais pourquoi bon dieu de bon sang.. .La peur du terrorisme ?... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:47 - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 octobre 2004

Derrière les façades...

Tu te trouves invitée à un dîner chic, très chic. Tu manges du foie gras et compagnie. Tu parles avec ton voisin de gauche, et tu te lasses. Tu te tournes vers ton voisin de droite. C'est un homme comme les autres. Il mange et parle normalement. Aucun signe particulier… peut-être quelque chose dans le regard qui ressemble à une question. Une question qu'il ne te pose pas, dont il n'a sans doute pas conscience… Quelque chose en lui t'attire, mais tu ne sais pas quoi. Tu t'interroges : mais qu'est-ce qui m'attire en... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:06 - Commentaires [9] - Permalien [#]
29 octobre 2004

A moins que...

Bon demain...petite journée cinéma j'ai des films en retard... A moins que je ne me fasse une petite journée lecture j'ai des livres en retard A moins que je ne range mon bureau j'ai des rangements en retard...beaucoup de rangements A moins que je ne fasse un brin de ménage j'ai des poussières en retard A moins que je n'aille marcher dans la nature j'ai des kilomètres à pied en retard A moins que je ne bloglande toute la journée (hum hum, déjà lu ce mot kekpar la!) j'ai du bloglandage en retard A moins que... Suis bien... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:13 - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 octobre 2004

mon double, ma tendresse...

  A toi mon double, ma tendresse, ma sœur, ma jumelleNous étions au chaud dans le ventre de la mère, lovées l’une contre l’autre, peau contre peau, amour contre amour, à la vie à la mort…Non, s’il te plaît, s'il te plaît...pas à la mort… Mon tendre bonheur de pacotille, tu as choisi de te fondre dans le magma de la non-existence. Tu as choisi de me quitter, de me laisser seule frémir et vibrer et grincer et rire. Amputée de toi, coupée de ma sève, comment ai-je pu risquer de vivre et de grandir, de partir dans... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]
26 octobre 2004

Comme le Petit Poucet, je sème des cailloux

Suite (trèèèèèèès intéressant!, mais plus que ça, je suis émue, en écrivant les mots de Maurice Bellet Désirer, désirer désespérément désirer jusqu'à la douleur et la détresse jusqu'au grand vide amer désirer que ce soit autrement désirer la fin des cruautés des folies, de la bêtise, de l'abject, désirer la gaïté, la lumière, la tendresse avoir si faim, avoir si soif du monde différent et de soi-même différent Me sens à la fois très concernée, et très indifférente aux dégeulasseries du monde.Je crois que parfois c'est pour... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 octobre 2004

Merci Maurice...

Suis tombée sur un truc super intéressant today Plus passionnant qu'un roman policier, plus accrocheur qu'un truc zérotique 17 manières de prier sans en avoir l'air, par Maurice Bellet Wouawwwwwwww, chuis rassurée: je prie sans en avoir l'air Par exemple: 1. Marcher de long en large dans une église romane, belle, assez grande et ne penser à rien rien du tout laisser le regard errer laisser la pierre chanter laisser le lieu dire et s'en aller au bout d'un temps, sans aucune hâte Et bien, cela me parle très fort. Parfois... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:58 - Commentaires [5] - Permalien [#]
24 octobre 2004

et MOI et MOI et MOI

Y a quelque chose qui me chipote...drôlement fort Dans ce blog, je parle de MOI! oulàlà! pas habituée du tout du tout Je parle pas de MOI d'habitude, j'écoute toi et lui et elle et vous et tout le monde même s'il n'est pas beau pas gentil, j'écoute Parler de soi, de son point de vue à soi, de ses états d'âme, de ses machins et de ses trucs...cela fait EGOISTE, vous trouvez pas? Moi si, je trouve...j'aime pas me plaindre, je serre les dents quand ça fait mal Suis étonnée que des gens gentils viennent lire MOI et me mettent un... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:48 - Commentaires [7] - Permalien [#]
22 octobre 2004

Partir loin!

Ce soir, un couple de nos amis invitaient leurs amis pour un petit verre de l'amitié Avant leur départ au Cambodge. Ils ont loué leur maison, rassemblé un paquet de bagages et larguent les amarres pour deux ans. Sont capables de tout lâcher, leurs enfants devenus adultes, leur maison, leurs amis, leur environnement,  leur culture, leur vie Pour l'inconnu là-bas, culture, langue différentes, situation politique pas des meilleures rompre les habitudes, le connu, le rassurant pour...quelque chose de nouveau, de radicalement... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
18 octobre 2004

S'inventer des bras

L'entrée de Pralinette aujourd'hui 18 octobre me remue fortement Est-ce que au moment de mourir on appelle sa maman? Est-on jamais sevré de sa mère, de ce désir d'amour fusionnel total inscrit en nous et qu'on recherche inlassablement à travers tous nos amours, toutes nos quêtes? Et quand sa mère n'a pas été une mère-tendresse, le manque est gravé au fer rouge, à jamais Parfois, tout bas, j'appelle "maman" sur plusieurs tons différents, tout bas, plus fort, calmement, nerveusement, plusieurs fois d'affilée, sèchement, en... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]