Les mots de Coumarine - Page 10 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

03 novembre 2007

Fabuleux magiciens

Je marche dans la rue avec mon problème, je fais les courses avec mon problème, je mange et je dors avec mon problèmeil s'insinue partout, c'est un problème à répétitionil m'énerve. Que je vous explique(que je m'explique) D'un côté il y a les souvenirs d'un petit garçon de cinq à dix, mais pour lui, ce n'est pas un problème, tout est là, écrit noir sur blanc dans une jolie petite chemise bleue.Il y a les couleurs, les odeurs, les sons, les objets, les personnages, les évènements ...tout quoi!Tout et le reste, c'est-à-dire... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:26 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

29 octobre 2007

Pour toi ma fille

Juste semer quelques grainespuis les abandonner à la patienceSurtout surtout ne rien précipiterTirer sur la pousse fragile la déchireirrémédiablement Il n'y a pas de certitudesrien que de fragiles espérances Va ton chemin ma fille...quelque part, je ne sais oùje ne sais commentune aube se prépare et tes larmes et les miennesdeviendront de petits éclats de perles Je t'aime Eric Massar
Posté par Coumarine à 00:06 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
19 octobre 2007

Les bruits du grand Vide

Parfois c'est comme une montée de vagues féroces, qui bondissent avec violence en dehors des bornes sages. Et ça rage, ça écume, ça tonitrue, ça explose, ça hurle comme les loups à la lune. Ou comme des kamikazes qui croient résoudre les problèmes par la haine Et les gens assistent horrifiés à cet incroyable et effrayant concert...Pas moyen de faire autrement d'ailleurs, car le sol tremble et la rumeur de ces orages de mort gronde chaque jour un peu plus et les veines se vident sous le coup des peurs les plus... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:10 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
15 octobre 2007

Une princesse au restaurant

J'adore aller au restaurant.J'adore être une princesse le temps d'un soir.Au restaurant je suis une princesse: on me sert avec les plus grands égards, on me demande si tout va bien toutes les cinq secondes (un peu trop parfois, par pitié, laissez moi tranquille! oui tout va bien! et si quelque chose ne va pas, on le dira, on le dira...!), les plats, le vin, le pain, le sel, le poivre, la moutarde s'il le faut, l'eau... tout est servi ou déjà à table sans que je doive lever le moindre petit doigt... ma chaise de princesse ne... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:45 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
09 octobre 2007

Un jour, j'apprendrai à voler

L'oiseau bat des ailes, on dirait qu'il s'affole.ensuite il est là-haut, libre et souverainil glisse sur la pesanteur du brouillardil célèbre les rires du soleilil voyage au gré du vent, déserteur du banalvagabond déterminé à tracer son chemin... je veux m'arracher à la terre boueuseoù trop souvent j'ai tristement pataugé Je secouerai les scories de ce monde imbécileje me laverai de trop de lâchetésrefusant désormais d'être prisonnière du futile Un jour j'apprendrai à voler... je prendrai juste ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:35 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
04 octobre 2007

Le 4 octobre 2004

Il y a trois ans... Trois ans que mes petites paroles inutiles vous parlent et me parlent ici au jour le jour Trois ans que mes paroles sont petites (ben oui, vous avez remarqué? j'écris le plus souvent court...et je sais pourquoi! sinon vous zapperiez, rien qui décourage autant que des longues tartines ou alors il faut qu'elles soient particulièrement intéressantes..) Trois ans que mes paroles sont inutiles...meuhh non, je ne pense pas ça un seul instant, je m'essaie juste à la modestie.....est-ce qu'elle me va... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:03 - - Commentaires [62] - Permalien [#]

02 octobre 2007

3. La potion magique

Il entra. Il y avait longtemps... Elle s'approcha doucement de lui, frotta la fatigue de la route sur ses épaules courbées.Puis elle le regarda dans les yeux. Elle le supplia d'oser l'aimer... Mais il se détourna de sa requête, s'assit bruyamment à la table, grommela deux ou trois mots agacés lapant la soupe qu'elle avait préparée avec tant d'espoir, comme une potion magique qui lui ramènerait ce voyageur si doué à s'éloigner. Il parla de tout et de n'importe quoi mais surtout pas de l'essentiel. Et quand il repartit... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:30 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
01 octobre 2007

2. Une bonne soupe de légumes (presque) frais

Elle s'affaire à la cuisine, faut que le repas soit prêt à l'heure: à 19h trente il a dit qu'il voulait manger!C'est qu'il a la colère rapide. Et quand ses mains ne sont pas baladeuses, elles se mettent à cogner à droite à gauche, sur le visage ou sur le ventre. Elle se dépêche tellement qu'elle en oublie de saler les pommes de terre. C'est malin faut surtout pas oublier de saler les pommes de terre. Et de poivrer l'omelette. Du poivre, beaucoup de poivre. Il a besoin de piment dans sa vie. Du poivre à défaut de travail. Oui, il a dit... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:20 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
29 septembre 2007

1. La soupe en sachet

Seul, il mange sa soupe…Ce n’est d’ailleurs pas une vraie soupe, avec des légumes frais et savoureux, comme autrefois elle savait si bien la préparer.Non, sa soupe est en sachet…Facile, rapide, il suffit d’ajouter de l’eau chaude, de tourner un moment d’une cuiller distraite et de manger, le cœur ailleurs, l’âme perdue dans les souvenirs doux et amers, les pensées noyées dans les vieux chagrins…Les chagrins, même s’ils sont vieux, restent des chagrins, se dit-il en portant la cuiller à la bouche. Son regard s’attarde sur la photo... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:15 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
20 septembre 2007

Rafales de questions, avec ou sans réponses

Que s'est-il passé aujourd'hui? Et si j'oubliais qui je suis? d'où je viens? Où je vais? D'ailleurs, est-ce que je vais quelque part? ou alors... c'est depuis toujours que j'avance sans repères? Et si je me mettais à vivre à reculons? Et si je pleurais un bon coup, une fois pour toutes? Et si je  cessais enfin de pleurer? Pourquoi faut-il toujours marcher dans des sillons embourbés, où sont mes chaussures de randonnée? où se cachent les chemins de traverse? Est-ce fatiguant de vivre? C'est Jésus le fruit de tes entrailles? Qui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:44 - - Commentaires [30] - Permalien [#]