Les mots de Coumarine - Page 7 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

11 août 2008

Madame est servie...

« Madame est servie » a claironné la maîtresse de maison. Puis comme personne ne bougeait, elle a crié avec force: « A table ! ». Une fois, deux fois, cinq fois. Puis tout le monde a trouvé sa place. Tout le monde bavarde et s’éclate tout en mangeant le repas préparé en l’honneur de l’anniversaire du mari de l’amie de la voisine. Repas sympa. Atmosphère sympa. Ça jacasse, ça rit, ça s’amuse follement. Et ça boit pas mal.Irène, plantée sur sa chaise, picore lentement des brins d’ennuis dans son assiette bordée de dentelles fleuries. A... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:47 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 juillet 2008

Dans la marge des cahiers, s'écrit le plus important...

Le café aux odeurs (cou)mariness'alanguit dans la tasseposée là en attentesur ma vie océane.Passe le tempsdes remous indociles. Il y a toujours des tempêtes qui tourbillonnentdans les tasses du matinque l'on boit en attendant sa vie.Passe le tempsdes écumes versatiles. Il y a toujours des horizonscruels, qui barrent au largeles espérances insensées.Les chimères m’ensorcellent.Passe le tempsdes marées incertaines. Il est temps que je parte... N.V.Je pars donc...un peu, beaucoup, passionnément...pas du toutJe repars... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:40 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 juin 2008

Histoire d'une vague qui dansait

Je suis allée jusqu'à l'océan.  Et j'ai regardé les vagues qui dansaient. Parfois, elles venaient doucement lécher mes pieds nus, douces et tendres, puis repartaient aussitôt vers le large dans leur mouvement perpétuel. Un autre jour, elles grimpaient haut...très haut, coléreuses et bruyantes, puis retombaient dans un fracas d'écume rageuse Je suis allée jusqu'à l'océan. Et j'ai regardé les vagues qui dansaient... Et j'ai tellement aimé les vagues que j'ai voulu en ramener une à... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 00:30 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
12 juin 2008

Acouphènes

Elle a beaucoup cherché. D'ailleurs elle cherche encore...Elle a beaucoup cherché dehors, à l'extérieur. Et elle y a trouvé bien des choses, de tout, de rien, des choses qui s'achètent, qui s'ajoutent, qui se collectent, se collectionnent, qui s'offrent aussi parfois.De tout, il y a vraiment de tout à l'extérieur. Il n'y a qu'à choisir, à prendre ou à laisser. Il y a toujours de nouvelles choses à cueillir sur les étals du monde, du neuf, de l'inédit, du performant, du laid, de l'inutile.Alors elle est allée de l'un à l'autre, faisant... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:44 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
08 juin 2008

J'ai fait un rêve étrange

J'ai fait un rêve... j'ai rêvé d'une femme à la beauté tendre et lumineuse.j'ai rêvé que cette femme avançait à quatre pattes, se cognant et se perdant dans une forêt de jambes.j'ai rêvé que cette femme cherchait partout sa couronne de reine.j'ai rêvé que toutes ces jambes piétinaient ses mains et l'empêchaient d'avancer.j'ai rêvé que la couronne de reine se trouvait dans le coin le plus sombre, le plus reculé de la pièce et que la femme à quatre pattes la cherchait en vain. Alors...j'ai rêvé que la femme un jour cessait de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 19:36 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
27 mai 2008

Un papillon rouge (à moins que ce ne soit un coquelicot...)

Elle s'est plantée tellement longtemps sur le terrain de ses silences, qu'elle a pris racine, est devenue statue de pierre. L'attente a quelque chose de poignant quand elle est attente stérile, ventre refusé, couplet inutile d'une chanson périmée, petites paroles jetées dans le mépris du temps. Alors elle a regardé autour d'elle, a vu que ses silences pleuraient d'impuissance et jetaient dans le vent des larmes frigorifiées. Et les larmes se sont incrustées dans la pierre des chemins. Comme des gouttes d'absence. Il... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:31 - - Commentaires [37] - Permalien [#]

22 mai 2008

Le voyageur saltimbanque

Il cherche sa place.Il cherche sa place en souriant, en riant, en dansant.Et il danse d'un pas vagabond dans la rangée des sièges bien ordonnés, convenablement  bourgeois et sévèrement confortables.Lui n’est pas confortable, oh! non. Il dérange, avec son sourire un tantinet polisson, guérilléro aux idées marginales, combattant de l'impossible. Avec son manteau déboutonné, ses chaussures qui prennent l'eau, son allure qui sent mauvais, ses paroles qui clignotent pour aller s'éteindre trois pas plus loin...Ses lunettes sont... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:54 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
15 mai 2008

Femme de maintenant, de hier et de demain

J'ai envie de te dire... à toi et à toutes les femmes qui passent ici, et qui s'attardent un moment à lire deux ou trois petites paroles inutiles: Je t'en prie, installe-toi, je te servirai un thé à la menthe, où une boisson fraîche, je t'installerai à l'ombre de la tonnelle, il fait chaud par chez moi.Tu viendras dans mon jardin, je te montrerai mes arbres, qui te salueront de leur fière splendeur, bien plus grande que toutes les mesquineries et désolations du monde extérieur. Je t'en prie, installe-toi, tu es ici chez... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:10 - - Commentaires [75] - Permalien [#]
01 mai 2008

Ne pas oublier de s'envoler...

La plainte se resserre dans des aigus trop stridents puis elle s'assagit, se tempère, s'aligne sur la gravité. La porte de la cage s'est largement ouverte... Les notes frissonnent, s'ébrouent, poursuivent la danse disloquée de tous ces gens hagards qui se hâtent vers leur âme. Plus vite. Plus vite...On risque d'étouffer à s'attarder ainsi dans les coins désertés de ce lieu menaçantOn risque de mourir à piétiner ainsi l'ombre de son espérance égarée on ne sait où. Ne pas oublier de s'envoler, le marquer en grand dans son... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 00:47 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
25 avril 2008

Traîtres coquillages

M'aventurer sur le sable neuf à marée basse m'y lancer les pieds en fête, à corps pressé, à cœur heureux, et me plier soudain en deux, en marchant sur des coquillages, beaux comme des dieux mais qui coupent, coupent, coupent... Il y a ce soir lutte ridicule entre moi et disons...moi Il n'y a pas de vainqueur, mais pas de vaincu non plus Ecoute... Emmène-moi danser le tango sur la crête des nuages et valser là-haut avec les cerfs-volants bleus S'il te plait...
Posté par Coumarine à 19:17 - - Commentaires [16] - Permalien [#]