Etre en relation, non en compétition - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

07 mars 2010

Etre en relation, non en compétition

Demain journée de la Femme comme chaque 8 mars depuis cent ans...
C'est donc un anniversaire
Ce n'est pas mon propos ici (il y aura sans doute bien des articles qui en parleront) d'évoquer les avancées (ou les reculs) de la place de la femme dans la société, la famille ou/et le couple d'aujourd'hui.
D'évidents progrès ont été faits, mais il y a encore du pain sur la planche, c'est sûr.

Non pas (d'après moi) dans le sens d'une égalité intransigeante et réclamée parfois avec véhémence, mais dans celui d'une reconnaissance respectueuse des différences, source de richesses et de découvertes toujours renouvelées, de l'homme vàv de la femme, mais aussi de la femme vàv de l'homme.
Cela va dans les deux sens, et je crois que certains féminismes mal compris ont dévié de cette route du respect de soi et de l'autre. Rien n'est évident, ni facile, dès lors qu'il s'agit d'être en relation et non en compétition l'un avec l'autre.

Je vous mets ici une citation d'André Comte-Sponville qui me parle beaucoup:
"Pour aimer, il faut être prêt à accepter deux solitudes, la sienne et celle de l'autre. Aimer, c'est dire: oui je t'aime comme tu es. Même si tu ne corresponds pas à mes rêves et à mes espérances, ta réalité me réjouit plus que mes rêves".

Il dit aussi:
"Je suis joyeux parce que tu existes" est une déclaration d'amour qui n'attend rien de l'autre" A. Comte-Sponville

C'est dans toute cette mesure-là que l'on peut dire à l'autre:

Oui je t'aime sans t'adorer car tu n'as rien d'un dieu, je te chéris de tout mon cœur, ton corps m'émeut, je me sens bien dans tes bras, tu habites mes pensées...mais même au plus intime de l'étreinte, même au plus complice d'une conversation qui nous met en reliance, je ne te possède pas et je ne t'appartiens pas non plus.
Avec chaque aube qui se lève, pour peu qu'on ne s'habitue pas à la relation, et qu'on garde vivace cette graine si précieuse de l'émerveillement, de nouveaux possibles peuvent surgir, sans cesse

C'est comme un miracle, librement consenti et construit patiemment au fil des jours...

lafemmequimarche

"La femme qui marche", sculpture de Myriam Kahn


Commentaires

    Magnifique ce billet, Coumarine ! Et que cette citation me parle aussi !

    Posté par chantal, 08 mars 2010 à 00:29
  • Quelle belle citation. Un billet qui me parle beaucoup. Souvent, dans nos relations professionnelles aussi, nous avons perdu le sens des relations vraies riches où chacun peut trouver à s'épanouir, en dehors de toute compétition.
    J'aime beaucoup les sculptures de Myriam Kahn et la photo que tu publies ici est très belle.
    Bonne journée et belle semaine, Coumarine !

    Posté par naline, 08 mars 2010 à 06:38
  • Magnifique écrit Coumarine, juste et sensible.

    Posté par Annick, 08 mars 2010 à 08:12
  • Immense citation.

    Posté par mab, 08 mars 2010 à 08:14
  • C'est un beau billet que tu nous offres là. J'aime particulièrement la "reconnaissance respectueuse des différences", car nous sommes tous différents, non seulement d'un sexe à l'autre mais d'un individu à l'autre.

    Et l'important ne me semble pas être d'essayer de ressembler à tout prix au plus fort (au plus riche, au plus beau, au plus puissant, ...) mais bien de cultiver ce qui fait de chacun de nous un être remarquable par ses différences.

    Posté par Luc, 08 mars 2010 à 08:48
  • Ce billet m'émeut particulièrement . Cette citation est tellement belle aussi. Bonne semaine , Coum.

    Posté par julie, 08 mars 2010 à 08:52
  • Très jolie note, très jolies citations. Ce passage, en particulier, me touche encore plus "Même si tu ne corresponds pas à mes rêves et à mes espérances, ta réalité me réjouit plus que mes rêves".
    Merci d'illuminer ainsi ce 8 mars

    Posté par sel, 08 mars 2010 à 09:45
  • Merci, Coumarine, de m'avoir fait découvrir cette citation qui me parle clairement.

    Posté par fabeli, 08 mars 2010 à 09:52
  • Bai, mais la compétition pour occuper la douche le matin, c'est quand même une vraie compétition !

    Posté par Prax, 08 mars 2010 à 09:52
  • il faut lire et relire Comte-Sponville surtout "Petit traité des grandes vertus"...Bonne journée à toi ma soeur

    Posté par Bérangère, 08 mars 2010 à 10:44
  • "C'est comme un miracle, librement consenti et construit patiemment au fil des jours..."

    un jour peut-être je pourrai construire ce que j'ai raté une première fois.
    Chaque jour, j'essaye de batir ce tout petit miracle avec mes élèves, c'est parfois plus difficile avec mes collègues ... ou mes parents.

    Merci Coumarine pour ce billet si juste et si riche. je ne connaissais pas Myriam Kahn, ce sera un des bonheurs du jour.

    Posté par nicole 86, 08 mars 2010 à 12:09
  • Bien beau billet, Coumarine! J'ai aussi trouvé souvent que les féministes avaient été trop loin et créé deux clans, alors qu'on doit malgré tout rester en "équipe". Et reconnaître l'amour quand il n'est pas celui des films, des romans à l'eau de rose, sans la musique de John William en fond!

    Posté par Edmée De Xhavée, 08 mars 2010 à 12:34
  • je retiendrai surtout :
    "même au plus intime de l'étreinte, même au plus complice d'une conversation qui nous met en reliance, je ne te possède pas et je ne t'appartiens pas non plus."

    et je me permets de compléter :
    ... Et même lorsque je me donne ne crois pas que cela te confère le droit de m'utiliser.

    Posté par alainx, 08 mars 2010 à 16:32
  • Très beau texte et bonne fête à toutes les femmes de ce blog! J'ai été ravi de faire ta connaissance à la Foire du Livre, et j'espère que ta journée d'aujourd'hui (dont tu m'as parlé hier) s'est bien passée.

    Posté par Un petit Belge, 08 mars 2010 à 19:19
  • Oui, je pense que c'est ça : "je t'aime pour ce que tu es, je t'aime parce que tu es toi, parce que tu es comme ça..."

    Oui, ça doit être comme ça le ferment, le truc différent, le truc qui permet que ça fonctionne longtemps.

    Tenter de façonner l'autre à sa main, ça le fait pas, ça ne marche pas !

    Bleck

    Posté par Bleck, 08 mars 2010 à 19:24
  • A tous

    Je vois que je ne suis pas la seule à avoir apprécié cette citation...
    Et oui! ëtre une femme aujourd'hui n'est pas si facile
    Mais être un homme, non plus je crois
    En ce qui concerne le couple... c'est... pas toujours évident...
    Voilà! )

    Merci de votre passage en ces lieux...

    Posté par Coumarine, 08 mars 2010 à 23:02
  • Amour idéal

    « Aimer, c'est dire: oui je t'aime comme tu es. Même si tu ne corresponds pas à mes rêves et à mes espérances, ta réalité me réjouit plus que mes rêves »

    Belle citation... qui rappelle aussi combien il est difficile d'aimer VRAIMENT. Cela demande une grande connaissance de soi avant de pouvoir être suffisamment ouvert pour ne pas attendre de l'autre qu'il/nous apporte ce qu'inconsciemment nous cherchons à trouver en lui/elle.

    Je crois que peu d'entre nous savent aimer ainsi...

    Cette forme d'amour à quelque chose d'idéal.

    Posté par Pierre, 08 mars 2010 à 23:14
  • Tu donnes encore une fois l'éclatante, tragique, implacable, joyeuse, évidente, éternelle, somptueuse, formidable, indubitable, géniale et lumineuse preuve que résolument, "la femme est l'avenir de l'homme".Pour moi la plus belle phrase qui ait jamais été écrite.

    Posté par celestine, 08 mars 2010 à 23:48
  • @Pierre, en effet, nous sommes tous portés instinctivement à aimer de manière égocentrée, càd en recherchant en l'autre ce qui va répondre à nos attentes. Bien souvent, on le laisse tomber quand ce n'est plus le cas (ou alors c'est nous qui sommes largués ;-((
    Aimer l'autre pour ce qu'il est, continuer à l'aimer, même dans les moments de désillusion, ce n'est pas si facile...
    Il y aurait encore beaucoup de choses à dire à ce sujet... tu en as déjà tellement parlé)

    @Célestine...tiens ça m'intéresserait énormément que tu explicites un peu ce que tu entends par cette phrase d'Aragon: (je crois?)
    "La femme est l'avenir de l'homme"
    Moi j'ai ma petite idée, mais j'aimerais connaître la tienne, la vôtre...

    Posté par Coumarine, 09 mars 2010 à 09:58
  • Cette phrase d'Aragon me hante depuis que je l'ai entendue, à quinze ans, chantée par Jean Ferrat.Je la comprends comme une phrase pleine d'amour, de respect et de reconnaissance d'un poète plein de lumière. Je la comprends comme l'évidence que les femmes sont en avance sur les hommes, en ce sens que l'homme n'est toujours pas sorti d' une sorte adolescence bagarreuse et immature, alors que la femme représenterait plutôt une heureuse évolution du cerveau de l'humanité vers plus de douceur, plus de compréhension, plus de renoncement."Tant qu'il y aura des femmes, le monde aura une âme"...

    Bises Coum
    Célestine

    Posté par celestine, 09 mars 2010 à 21:11
  • "une reconnaissance respectueuse des différences"
    Je pense que tes mots toi ont très bien résumé la beauté de la complémentarité qui au quotidien est belle mais difficile à vivre... Merci pour ce billet très juste Chère Coumarine.

    Posté par delphine, 09 mars 2010 à 21:39
  • Ces mots sont très justes et méritent que l'on leur donne de l'attention...

    Posté par Louloute, 09 mars 2010 à 22:43
  • @Célestine... merci pour cet éclairage sur lequel je te rejoins pleinement...

    @Louloute et Delphine... )

    Posté par Coumarine, 09 mars 2010 à 22:47
  • "Pour aimer, il faut aussi être prêt à accepter nos différences...
    de plus en plus difficile à appliquer au fur et à mesure des années !

    Je suis de ton avis, certaines féministes ont mal compris et mal interprêté les souhaits de la femme qui veut être reconnue et respectée en tant que telle, sans remplacer ou dominer l'homme.

    Ton texte est très bien exprimé et illustré ; les citations sont très belles.

    Posté par loulotte2, 11 mars 2010 à 22:44

Poster un commentaire