Se parler, s'écouter, se comprendre - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

09 février 2010

Se parler, s'écouter, se comprendre

J'ai cinq enfants. Parfois j'aimerais parler d'eux ici. Ils ont tous leurs joies et leurs peines, oui j'aimerais en parler. Dire, faire savoir, partager, cueillir auprès de vous des brins d'espérance pour tout ce qui va moins bien.
Je ne peux pas. Leur histoire leur appartient, je ne peux pas.

Mais mes enfants ont leur place dans ma vie. Ne pas pouvoir parler d'eux, de ce qui les tracasse et me tracasse en le même temps, est parfois difficile.
Mais je ne peux pas. Alors je me tais, ici.

Et pourtant je vais vous parler de quelque chose quand même.
Et ce sera une bonne chose, une chose qui dilate le cœur. Qui me dilate le cœur

b_atricetabah2Un de mes enfants vivait une déception par rapport à moi, peu importe pour quelle raison.
Je sentais depuis quelques jours qu'il y avait quelque chose qui clochait entre nous, mais je ne savais pas quoi, ou plutôt pas vraiment, ou plutôt, je préférais ne pas le savoir.
Et mon enfant m'a écrit.
Simplement. Dans la vérité.
Sans accuser. Son ressenti, rien que cela. Pas de jugements. Pas d'accusation, Simplement son sentiment de chagrin.

Et j'ai pu entendre cela, sans me sentir accusée, agressée ou trop attristée par ses sentiments négatifs, ce qui m'aurait conduite à lui répondre en réagissant "contre", en me défendant.
Il n'y avait pas à me défendre, puisqu'il ne m'accusait pas
Simplement il me disait ce qui le chagrinait.
J'ai pu entendre.
Et comprendre.
J'ai attendu un jour avant de lui répondre. Le temps que cela fasse son chemin dans mon cœur de mère
Alors je lui ai répondu.
Il s'est senti à son tour écouté et compris. Respecté dans son ressenti.

Puis, mais seulement après, nous avons pu trouver une attitude juste qui allait pouvoir nous satisfaire l'un et l'autre.
On a fait cela.
Et je suis fière.
Fière de nous. De lui. De moi. De nous, capables de nous écouter, de nous comprendre...

Et de nous aimer...

Sculpture de Béatrice Tabah


Commentaires

    oh, ça me touche ce que tu écris là , Coum . Je suis contente d'être venue lire ça ce soir . C'est beau ce que tu partages avec nous , je suis contente pour toi et pour ton enfant . Beaucoup d'amour, tout ça ..beaucoup d'amour . Je comprends ta fierté . Tu peux l'être , il y a de quoi .
    je t'embrasse bien fort et bonne nuit .

    Posté par julie, 09 février 2010 à 21:26
  • Oui Coumarine, il est si important de pouvoir se dire les choses sans accuser, sans porter de jugement, juste dire. Et si important de savoir écouter, de savoir entendre les ressentis de l'autre pour pouvoir comprendre.
    S'il est trop dur de le dire, alors, oui, c'est bien de pouvoir l'écrire. L'important est surtout de ne pas laisser de malaise s'installer, malaise qui peut s'amplifier et se transformer en malentendu si rien n'est dit.
    Oui, tu peux être fière de toi, Coumarine, et fière de ton enfant qui a agi d'une façon tout à fait intelligente.
    Bonne soirée à toi, et douce nuit.

    Posté par Françoise, 09 février 2010 à 21:35
  • l'amour dépasse toutes les barrières. Heureuse pour toi que l'essentiel ait triomphé des broutilles (oui, finalement ce ne sont que des broutilles même très importantes, puisqu'elles sont capables de séparer)et surtout que la mère et le fils se soient retrouvés dans leur simplicité. Heureuse soirée Coumarine

    Posté par delphine, 09 février 2010 à 22:20
  • C'est beau ce que tu partages là.
    Exprimer son ressenti sans accuser.
    Accueillir le ressenti sans se sentir accusé.
    Un beau chemin parcouru ! J'imagine combien tu dois être heureuse.

    Posté par naline, 09 février 2010 à 22:40
  • Lui aurais-tu écrit, toi?

    Posté par Damien, 09 février 2010 à 22:42
  • Damien

    Oui tôt ou tard, on aurait l'un et l'autre suscité un dialogue, soit pa récrit, soit oralement
    Ici c'est lui qui par écrit a expliqué calmement ce qui le chagrinait (et que je pressentais)
    Mes enfants sont tous adultes
    S'il ne l'avait pas fait, je lui aurais écrit, parce que je n'aime pas les non-dits, je sais pour l'avoir tant de fois expérimenté que se parler et s'écouter est salvateur pour la relation
    Ce qui n'empêche pas des moments difficiles, et même très difficiles parfois
    Nous avons toujours essayé de communiquer de cette façon avec nos enfants...
    Et cela porte ses fruits
    Je constate que mes enfants communiquent de cette manière-là avec leurs conjoints et compagnons
    Ce qui, je le répète n'exclut pas les moments difficiles

    Posté par Coumarine, 09 février 2010 à 22:51
  • Deux adultes justes, juste deux adultes à leur place d'adultes. Voilà qui est réconfortant par rapport à ton billet précédent : Tous les deux vous avez touché à l'essentiel et votre fierté est légitime.

    Quant à la question de Damien, suis -je capable d'y répondre OUI ? Si je me pose la question, c'est que je ne suis pas prête...
    Merci Coumarine d'avoir écrit ce billet, je sais qu'il va m'aider à avancer.

    Posté par nicole 86, 09 février 2010 à 22:57
  • Bravo! La pire des choses est le manque de communication avec les enfants.

    Posté par Damien, 09 février 2010 à 23:06
  • C'est une si "belle histoire"! Ma mère éait toujours si heureuse quand je lui parlais vraiment,(souvent par lettre puisque j'habitais ailleurs), et alors elle me soutenait, me disait "je suis contente que tu me parles comme à une adulte qui peut comprendre"... Trop souvent en effet on balaye les explications par un "oh, tu ne comprendrais pas de toute façon"...

    Ton fils a su que tu comprendrais, c'est un cadeau. Et tu as compris, c'en est un autre.

    Je suis de bonne humeur en lisant ton billet, tiens!

    Posté par Edmée De Xhavée, 09 février 2010 à 23:48
  • émotion

    moi, j'en ai eu les larmes aux yeux de ce billet, si beau, si vrai. Des larmes de douceur, après toutes ces semaines de souffrance exhalées au fil de ton blog. Quelle mère ne serait pas émue devant cet exemple d'amour total, cet échange mutuel de mots difficiles à sortir, mais qu'est-ce que ça fait du bien quand ils sont sortis! Je crois en la magie de l'écriture. Les mots écrits permettent d'exprimer avec justesse ce que les paroles risquent de trahir, emportées par un flot de passion. Chez moi, on se parle beaucoup par lettres.Ton fils a choisi le bon chemin pour parler à une mère écrivaine.Mais ce n'est pas ton fils pour rien.

    Posté par celestine, 10 février 2010 à 00:01
  • Et pourquoi devons nous attendre cet âge mur pour en arriver là avec nos enfants ?
    Si nous avions rencontré cette paix ? en nous à 20 ans, crois tu que nos enfants seraient "meilleurs" ? Crois tu qu'aujourd'hui, du haut de leur jeunesse, innocence ? ils pourront s'offrir cette paix bien avant d'avoir atteint cet âge mûr ?

    Posté par Catherine, 10 février 2010 à 07:38
  • Un exemple de communication réflèchi, les mots permettent de ne pas s'égarer sur des chemins que l'on pourrait regretter.

    Posté par mab, 10 février 2010 à 08:33
  • Bravo!

    C'est très beau. C'est vrai que parfois nous nous sentons agressés alors que l'autre veut juste dire ce qui est en lui. L'intelligence (ou être adulte)est aussi de se remettre en question et de reconnaître ses émotions sans qu'elles nous emportent tel un ouragan. Bises!

    Posté par Yog, 10 février 2010 à 09:43
  • C'est très beau. De l'amour pur.

    Voilà une belle note d'optimisme

    Posté par Louloute, 10 février 2010 à 09:50
  • La parole en face à face, c'est parfois très difficile tant les émotions peuvent nous submerger. C'est vrai que l'écrit permet la bonne distance pour poser les ressentis. Une première étape pour déminer le chemin de l'oralité. C'est un beau témoignage que cette histoire. Et on y sent beaucoup de respect et d'amour. Je t'embrasse.

    Posté par Incertaine, 10 février 2010 à 11:16
  • Qu'est ce qu'on se sent mieux quand tout s'arrange.C'est si douloureux quand on a un problème avec un de ses enfants.

    Posté par charlotte, 10 février 2010 à 15:53
  • Voila une belle leçon de vie relationnelle.
    C'est aussi que il/elle savait qu'il/elle serait accueilli(e) dans son vécu.
    Preuve de la valeur de la mère que tu es.

    Posté par alainx, 10 février 2010 à 16:27
  • Voilà une très bonne nouvelle, et je suis content pour toi. La vie de famille n'est pas toujours simple, chacun doit faire des compromis mais c'est une telle force quand on a une famille unie et solidaire derrière soi.

    Et as-tu déjà des petits-enfants?

    Posté par Un petit Belge, 10 février 2010 à 16:32
  • Bravo !!!

    Posté par teb, 10 février 2010 à 18:38
  • Les lettres et l'écrit sont bien souvent un moyen de comprendre et faire comprendre. J'aime ce que tu écris et je l'ai vécu avec mon fils plus jeune

    Posté par marie-madeleine, 10 février 2010 à 20:17
  • c'est dur de ne pas parler de ce qui nous est le plus cher
    c'est une démarche sincère que vous avez eu
    les mots sont souvents plus forts que les paroles
    la force de l'écriture

    j'apprehende les distances qui pourraient un jour se former avec mes enfants
    pour l'instant , ils sont collés à moi , tous les trois , encore , longtemps , je voudrais

    Merci de nous partager ça

    Posté par Jeanne, 10 février 2010 à 21:01
  • il faut du courage et de l'amour.il faut une force de soi et une confiance partagée. Il a un sacré gage de réussite de lui cet enfant, le cadeau d'une formidable maman...que je crains parfois de ne pouvoir être. mais on apprend tous les jours...

    Posté par sobiblou, 10 février 2010 à 21:58
  • A tous

    Je lis tous vos commentaires si bienveillants...
    Vous savez, on a tous beaucoup d'amour dans le coeur. C'est le carburant qui nous fait vivre
    Mais parfois on choisit la voie du repli sur soi-même, du silence ou de l'agressivité...
    Avec les mails aujourd'hui, beaucoup de choses importantes peuvent s'écrire
    Et puis les blogs aussi dans lesquels circulent tant de bonnes choses...
    Merci à vous...

    Posté par Coumarine, 10 février 2010 à 22:46
  • L'art du dialogue, l'art le plus difficile, bravo pour cette démarche !

    Posté par ceanothe, 11 février 2010 à 08:37
  • Je me souviens, quand j'avais 10 ou 11 ans... j'avais dit à ma mère que je voulais pouvoir lui écrire dans un cahier "spécial". Je crois qu'elle n'aimait pas ça, mais elle a accepté. On n'avait tout simplement pas assez de temps pour tout se dire. On ne l'a toujours pas, et je me dis : reprends la plume ! Ton billet donne envie de s'y remettre, de se parler.

    Posté par Cameron, 11 février 2010 à 15:01
  • S’entendre c’est l’art de se comprendre … se comprendre c’est l’art de laisser parler … et laisser parler c’est l’art d’écouter … attentivement … le cœur s’occupe du reste …

    Posté par doulidelle, 11 février 2010 à 15:03
  • Dans ce relationnel possible, il y a plusieurs convictions préalables:
    croire que "si quelque chose ne tourne plus comme avant", cela doit être perçu comme un signe de ...
    croire qu'un tel signe est un signe appelant l'action, puis la réaction communicationnelle
    croire que l'un et l'autre sont capables de trouver les voies (voix) qui conviennent
    croire qu'il faut laisser de "l'espace" dans une relation pour que chacun trouve et son temps et son mode de réaction...
    La technique de l'écriture, de la lettre est une technique assez efficace, souvent... Ton récit en est un bel exemple. Bravo à vous et content pour vous aussi!
    Nous partager cela nous rappelle ces possibles. A nous de ne pas les oublier quand "quelque chose ne sera plus comme avant" dans nos propres relations.

    Posté par fc, 11 février 2010 à 15:34
  • nos enfants ne sont pas toujours ceux que l'on croit qu'ils sont....j'en parle aujourd'hui avec le patit pincement de la mère qui "angoisse" pour leur bonheur

    Posté par Bérangère, 12 février 2010 à 14:48
  • j'ajoute que tu as raison il faut mettre des mots et mettre en mots. je te rejoins.

    Posté par Bérangère, 12 février 2010 à 14:49
  • oui, et laisser un peu de temps, le temps de la réflexion."de faire le chemin dans notre coeur de mère". Pour moi, cette phrase en dis long et je la comprends tellement bien...

    Mais quelle générosité aussi de nous faire partager ton vécu.

    j'aime bcp ce que doulidelle a écrit

    à bientôt

    Posté par christine, 12 février 2010 à 16:29
  • C'est très beau et je suis heureuse pour toi, je ressent en te lisant cet amour intense.... C'est vrai que parfois écrire est plus facile que de parler...Bises

    Posté par manoudanslaforet, 12 février 2010 à 16:42
  • Juste pour Christine

    (les autres, je vous "connais".. et lire vos mots qui me disent que mon message est passé suffi, du moins je le crois, ce qui ne m'empêche pas de vous dire merci!

    Je voulais juste te souhaiter la bienvenue dans mon petit espace, toi qui m'as découverte au travers d'un article de magasine (comme quoi...tout est possible! ))

    Posté par Coumarine, 12 février 2010 à 17:08
  • Souvent,

    quand je m'interroge,
    je me dis que le fondement de la relation est là,
    que l'amour est fort, profond...
    ... mais que parfois, tout cela ne trouve pas le chemin...
    ... mais qu'un jour, ce chemin s'ouvre, tout seul...

    Chaque maman vit ces expériences, au plus profond de ses tripes...

    Bizzz...

    Posté par Turquoise1960, 13 février 2010 à 12:08
  • comme tous les autres je voudrais te dire merci de nous faire partager cet intime, sans impudeur, seulement parce que important et que chacun s'y retrouve, comme parent avec nos enfants ou comme enfant avec nos parents...
    Pas facile parfois de coucher les mots sur le papier ! il faut du courage.
    Très contente pour toi de ce dénouement avec ton enfant;
    je t'embrasse.

    Posté par LOUlotte2, 14 février 2010 à 23:20

Poster un commentaire