Un petit choc qui chamboule tout - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

24 janvier 2010

Un petit choc qui chamboule tout

Parfois au hasard d'une lecture, d'une conversation, il m'arrive de lire ou d'entendre une petite phrase qui fait choc en moi.
Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment, mais ces quelques mots entendus ou lus, font en moi un tilt parfois tellement puissant qu'il me secoue jusque dans mes bases.
Comme si soudain j'avais compris quelque chose de capital pour moi, que je pressentais peut-être, mais sans pouvoir y mettre un nom.
Quelque chose qui fait sens, qui tout-à-coup m'ouvre une porte fermée jusque-là, sur un horizon inattendu, large et effrayant par son ampleur..

Alors de deux choses l'une:

- ou bien je me bouche les oreilles et le cœur, pour ne pas entendre, tellement le choc ressenti est engageant: bien trop sans doute... et je me replonge sans m'attarder davantage dans "l'avant" dont je sais bien pourtant qu'il n'existera jamais plus. J'entre dans l'ère du faire semblant, du faire comme si, en même temps que mes oreilles deviennent sourdes ou se remplissent d'acouphènes. Et ma vie devient branlante. Combien de temps ça tient debout un édifice qui vacille sur ses bases?

- ou bien je décide de m'assoir, de reprendre haleine, d'attendre que les tremblements s'arrêtent. Et je me dis: mais qu'est-ce que je fais avec ça? Avec "ça" qu'il m'a été de comprendre tout à coup, qui me dérange et me libère en même temps?

Bien sûr, il faut que j'accepte de bousculer ma vie, difficile...

Il y a des phrases comme ça que j'ai entendues et qui ont littéralement chamboulé ma vie...

Par exemple celle-ci dont je ne dirai rien de plus que la citer simplement:
"Ce qui nous arrive n'est pas ce qu'on mérite, mais ce qui nous ressemble"

Peut-être que demain ou après j'en parlerai de façon plus explicite

Ou pas...
E
Edward Hopper


Commentaires

    Moi, je veux bien continuer à parler et à lire les histoires de Ouok !!

    Bleck

    Posté par Bleck, 24 janvier 2010 à 23:00
  • @bleck...ouais... le wok, y a que ça qu'est intéressant!
    d'ailleurs je devais parler des petites culottes noires, tu te souviens?
    Mais j'ai pas osé...
    ben oui! suis timide moa!

    Posté par Coumarine, 24 janvier 2010 à 23:33
  • J'ai pensé à toi en voyant les petites culottes du salon de la lingerie.

    Posté par mab, 25 janvier 2010 à 06:49
  • Alors là, ma chère, vous effleurez la psychanalyse qui est un voyage très intéressant, mais fort long, fort coûteux, et qui, s'il résout bien des problèmes individuels, et crée aussi beaucoup dans l'environnement de celui qui suit ce chemin...

    PS : si j'ose dire, la culotte noire te colle à la peau !

    Posté par papet Croûton, 25 janvier 2010 à 07:16
  • "en crée", pas "et crée", cornichon !

    Posté par papet Croûton, 25 janvier 2010 à 07:17
  • @mab...que lis-je? tu fréquentes ce genre de lieu frivole?
    Et tu penses là à moi, à la saaaaaaage Coumarine?

    @papet crouton... d'accord je le ferai plus... ce blog parlera exclusivement de wok et de petites culottes noires

    @papet crouton bis... ah bon? cornichon? ben, si vous le dites vous-même...!!!
    ))

    Posté par Coumarine, 25 janvier 2010 à 09:09
  • Personnellement, c'est même la seule chose qui me fasse circuler de blog en blog : la recherche de LA phrase.
    Sinon j'ai réfléchi à la différence entre une petite culotte blanche et une petite culotte noire. Cela commence à prendre forme.

    Posté par Prax, 25 janvier 2010 à 09:34
  • @Prax... c'est amusant, j'avais commencé à écrire la dessus... mais j'ai interrompu , trouvant que décidément c'était bien frivole...

    Posté par Coumarine, 25 janvier 2010 à 11:18
  • Super, ta citation, Coume ! A nuancer. J'espère que tu continueras ce billet. Ce thème invite à une belle méditation. Danke schön !
    PS : j'arrive pas à faire le devoir pour AMT, pfft.

    Posté par Filo Filo, 25 janvier 2010 à 11:27
  • @filo... pas encore eu l'occasion de plancher sur ce devoir...
    sais même plus de quoi il s'agit!!!
    Quant à cette réflexion, en est-ce une?
    Suis dans le noir...

    Posté par Coumarine, 25 janvier 2010 à 11:37
  • "Il y a des phrases comme ça que j'ai entendues et qui ont littéralement chamboulé ma vie..."

    c'est une phrase forte que tu dis là. qui laisse entendre un avant et un après. Tu te doutes probablement que j'aimerais en entendre plus...

    donc, j'attends demain, pour le plus explicite...

    Posté par alainx, 25 janvier 2010 à 12:13
  • Le choc des mots! et l'impact de la pensée...c'est un mot un jour qui m'a bousculée tant que j'ai compris et décidé de changer de vie. c'était en 1990 et je n'ai jamais regretté

    Posté par marie-madeleine, 25 janvier 2010 à 12:33
  • D'où ces considérations qui m'ont toujours un peu énervée:" il n'y a qu'à elle (ou lui) que cela pouvait( devait) arriver" ou encore "il fallait que cela tombe sur moi" ou encore" ce n'est pas un hasard si..."

    Posté par charlotte, 25 janvier 2010 à 13:16
  • "Choisir c'est renoncer".
    J'étais jeune quand j'ai entendu cette phrase un jour à la radio.
    Elle ne m'a jamais quittée.

    Elle est tellement fataliste. J'ai longtemps cru que c'était une vérité.

    Aujourd'hui, j'essaye de la contrer et de choisir sans renoncer. Si la Vie ne nous permet pas d'avoir, de faire deux choses en même temps ne jamais renoncer vraiment pour avoir ou faire ces deux choses chacune à son tour et ceci aussi longtemps et souvent que possible. C'est un équilibre instable. Suis-je claire ?

    J'attends avec intérêt la suite de ta réflexion sur cette phrase que tu cites et que je comprends, mais contre laquelle (je le sens) j'ai envie de lutter car elle fataliste elle aussi.

    Posté par Annick, 25 janvier 2010 à 13:36
  • Choisir, c'est aller positivement vers quelque chose qu'on a, pour de multiples raisons, privilégié. Lorsqu'on regrette tout ce qu'on a laissé, c'est que le choix n'en n'était pas vraiment un .....

    Posté par Anne, 25 janvier 2010 à 14:44
  • J'attends la suite avec impatience.. j'avais laissé des coms sur les notes précédentes mais elles ont disparu.... mystère Bises
    Très belle ton illustration

    Posté par manoudanslaforet, 25 janvier 2010 à 16:41
  • et bien je porterai cette citation et la méditerai moi-aussi! Entre Bobin que je lis actuellement et toi, je suis amenée à remettre beaucoup de choses dans un nouveau contexte! Merci pour ça et bon courage!

    Posté par delphine, 25 janvier 2010 à 19:04
  • Il y a toujours un "avant" et un "après", avec les déclics !!!
    Il y en a un que je voudrais bien voir débouler sans crier gare dans ma vie )

    Posté par teb, 25 janvier 2010 à 19:40
  • @alain...j'essaierai d'en dire davantage demain... je dis "j'essaierai", car tout ça est qd même plutôt personnel, et tu sais bien que sur ce blog... etc etc...

    @marie-madeleine...à te lire, je vois que tu comprends très bien ce que je eux dire...l'impact des mots entendus ou lus peut être très fort

    @Charlotte... ah oui! je te rejoins...tu parles là d'un certain déterminisme...

    @Annick... oui je vois très bien ce que tu dis... c'est la"femme sauvage" qui parle en toi quand elle ne veut renoncer à rien)
    à demain pour la suite... (enfin si j'ai le courage et la motivation...

    Posté par Coumarine, 25 janvier 2010 à 23:09
  • @Anne...tu crois que choisir exclut le regret?
    Intéressante question... !!

    @Manou... Hopper est un peintre que j'aime énormément, il y a toute une atmosphère dans ses tableaux...
    Zut pour les commentaires...canalblog fait bien souvent des siennes...

    @delphine...Bobin m'accompagne sans cesse, on ouvre un de ses livres au hasard...et vlan, une phrase nous frappe de plein fouet (mais c'est dans un sens de plus de liberté intérieure..)

    @teb...et tu peux pas le provoquer ce déclic salutaire???

    Posté par Coumarine, 25 janvier 2010 à 23:14
  • Moi aujourd'hui, j'ai entendu: "le pire quand on vieillit c'est d'être seul et sans ami". Je n'ai pas très envie que cela me ressemble.

    Posté par damien, 25 janvier 2010 à 23:50
  • Et moi, "Il est des portes sous la mer que l'on ouvre avec des mots"... Je reviens demain prendre note de votre suite(:
    Bien amicalement,

    Lila

    Posté par Lila, 26 janvier 2010 à 00:07
  • @damien... ben voilà... voilà encore une phrase qui nous aide à ne pas devenir ce qu'on ne veut pas... ça dépend bcp de nous, non?

    @Lila...oui, elle est belle "ta" phrase...très!

    Posté par Coumarine, 26 janvier 2010 à 00:30
  • Courmarine, je crois qu'on ne peut pas vivre sereinement en laissant toutes les portes ouvertes. Le regret ne me semble pas être une valeur à cultiver. J'ai personnellement tant de mal avec "choisir", et tout ce que je n'ai pas s'accroche comme un poids, si lourd à porter. Ca veut dire aussi qu'à un autre moment, un autre choix est possible.

    Posté par Anne, 26 janvier 2010 à 10:13
  • ce qu'on mérite...ce qui nous ressemble...explique ta version ça m'interesse^^

    Posté par laurence, 26 janvier 2010 à 10:41
  • J'avoue que je te préfère ainsi, Coumarine, pleine d'interrogations existentielles et de retenue. Désolée de n'avoir pas participé à tes digressions sur les woks et la lingerie! Ta phrase choc me semble d'une lumineuse clarté, car elle corrobore ma théorie de la synchronicité **, selon laquelle rien n'arrive vraiment par hasard.Je crois beaucoup à la force de la volonté, et je pense que les événements qui nous arrivent ressemblent , si ce n'est à nous, du moins à notre état d'esprit au moment où ils arrivent...Mais je ne suis pas sûre d'être très claire...
    **http://celestinetroussecotte.blogspot.com/2009_11_01_archive.html#2383897815878563518

    Posté par celestine, 26 janvier 2010 à 12:21
  • Wahoo .. cette phrase me fait l'effet d'un uppercut. Quel est le contexte ? Je vois tout noir, certes certains jours, mais là, je pense à Haïti (ou ailleurs malheureusement), et là je n'imagine pas que cela s'applique à ces personnes-là qui vivent la misère et le drame.
    Cette phrase sonne chez moi comme un fatum .. en fait elle me dérange .. mais elle a le mérite de me faire réfléchir !!!

    Bon, vite, je vais lire le billet sur le wok que j'ai loupé .. du divertissement ?

    Posté par Miss Line, 26 janvier 2010 à 12:29
  • Ne serait-ce que pour Hopper, je me sens inspirée par un com...

    Tu as raison, ces phrases nous atteignent comme des vérités, de petites formules secrètes ultra-simples, et tellement impératives.

    "On est - ou on devient - ce qu'on pense".

    Moi ce fut cette phrase déjà mentionnée qu'un vieil apache disait, à savoir que ce que nous ne savions pas ne nous regardait pas. Qu'en fait, ce qui nous regarde se passe sous notre nez. Il y a une simplicité rassurante là-dedans ...

    Il faut dire qu'en général les Amérindiens sont assez déroutés par notre "curiosité". "Vous les blancs, vous posez toujours des questions" m'a-t'on dit!

    Posté par Edmée De Xhavée, 26 janvier 2010 à 12:43
  • Décidément tu aimes bien Hopper !(entre nous moi aussi ! même si cette solitude omni-présente me pèse un peu désormais...)
    Je ne sais pas si dans cette phrase, il faut y lire un certain fatum... Tout dépend du contexte dans laquelle tu l'as lue ou elle t'a été dite...

    Posté par myriam, 26 janvier 2010 à 14:37
  • Réflexion

    Moi aussi, je lis parfois des phrases qui, sans être transcendentales me restent en tête et que j'ai envie de communiquer à d'autres, parce qu'elles me parlent fort, tiens celle-ci par exemple: "Nous sommes ce que nous faisons de ce qu'on a fait de nous!" Ca dit beaucoup hein? Enfin, à moi.

    Posté par eneri, 26 janvier 2010 à 18:01
  • Je me reconnais bien dans ce dilemme.

    Posté par phil, 26 janvier 2010 à 19:00
  • @Anne...merci d'être revenue préciser ta pensée...

    @Laurence... je le fais... si j'y arrive...,-))

    @Célestine... que tu me préfères dans mes questionnements plutôt que dans ce qui est léger en moi, me pose question... je crois que je vais écrire un billet à ce sujet
    Le lien que tu donnes vers un de tes billets est vraiment intéressant; je crois que tu as tout bien expliqué...et je te rejoins très fort...
    merci de rappeler ce billet

    @MissLine...non cette phrase (pour moi!) ne sonne pas comme un fatum. Bon j'espère avoir l'occasion d'écrire ce billet...)

    Posté par Coumarine, 26 janvier 2010 à 21:40
  • @Edmée... Hopper tu le sauras...j'adore!!!
    ensuite la phrase que tu cites:
    On est ce qu'on pense...oh oui! suis bien d'accord
    Elle rejoint pas mal cette que je cite d'ailleurs )

    @Myriam... ah tu sais ça, que j'aime Hopper! Tu es une lectrice attentive alors...
    Non pas un certain fatum...oups sais pas si j'arriverai à expliquer bien cette phrase...

    @eneri...oups cette phrase, j'ai dû la relire plusieurs fois pour la comprendre
    Et encore suis pas sûre...

    @phil...ainsi toi aussi...)

    Posté par Coumarine, 26 janvier 2010 à 21:45
  • oups

    en me relisant, je réalise que j'ai écrit plein de oups...
    je vais pas recommencer mes commentaires, ils resteront comme ça
    d'accord?
    Bonne soirée à tous

    Posté par Coumarine, 26 janvier 2010 à 21:46
  • Et puis il y a des phrases qui vous collent à la peau, et desquelles on a des difficultés à se détacher.
    Quand j'étais enfant, mon père nous répétait : "ce qui vaut la peine d'être fait vaut la peine d'être bien fait". Et chaque jour, je dois lutter contre ma tendance au perfectionnisme et chaque jour, j'essaie de lâcher prise...

    Posté par naline, 27 janvier 2010 à 08:02
  • Sourire

    Juste pour rajouter un OUPS de plus

    )

    Posté par Annick, 27 janvier 2010 à 10:13
  • @naline...oh que oui! tu as bien raison de relever ces phrases que l'on nous a serinées durant notre enfance et qui nous collent à la peau...
    Elles sont loin d'être libératrices celles-là!!

    Posté par Coumarine, 27 janvier 2010 à 10:14
  • @oups annick...oups

    )

    Posté par Coumarine, 27 janvier 2010 à 10:15
  • quand les bonnes choses arrivent...

    alors là pas de probléme, ce qui nous arrive nous ressemble, mais alors quand arrivent les tracasseries du quotidien, les soucis, les emm..
    que fait-on de cette jolie phrase? On se morfond? On se culpabilise en se disant que l'on a bien ce que l'on mérite?
    Et d'abord, sait-on à quoi on ressemble? Sait-on ce que l'on mérite ou pas?
    Je préfére vraiment me dire que j'ai encore beaucoup de choses à découvrir sur moi-même, que la vie, les événements, les rencontres, m'aident à me corriger, mais aussi que certainement souvent je me trompe, donc, il faut continuer à chercher, à s'ouvrir aux autres, il faut vivre et essayer de ne pas trop s'encombrer l'esprit avec des phrases toutes faites, qui dans les moments de cafard, risquent bien de nous immobiliser, pour nous figer à jamais!
    framboise
    ps: une petite précision qui a son importance quand même: j'ai 59 ans!

    Posté par framboise, 27 janvier 2010 à 11:33
  • Ben... je l'avoue... je ne sais pas comment !!!
    Et... je dois bien dire que ça me bou ffe !!!

    Posté par teb, 27 janvier 2010 à 12:36
  • Le commentaire de Framboise puis la relecture de ta note me font penser à deux phrases qui m'ont longtemps suivies :
    -D'abord "nous méritons toutes nos rencontres" (ok pour les "bonnes rencontres", mais les autres ???)
    -et (pire) : "nos actes nous suivent" : ben nous, c'est pas toujours vrai, et heureusement...

    Plus globalement, j'ai beaucoup de mal avec la notion de "mérite"...mais en discuter serait complètement hors sujet, donc, je vais m'abstenir !!

    Mais en tous cas, du coup, je m'attache de moins en moins souvent à juste une phrase..je trouve que malgré tout, c'est forcement réducteur.

    Posté par sel, 27 janvier 2010 à 12:40
  • Prédestination

    Pour moi cette phrase exprimele fatalisme, la prédestination, l'inexistence d'une véritable liberté. On est comme on est. Pas de responsabilité puisque le choix n'existe pas, il s'impose, il est conforme à notre nature profonde. Les choses qui nous arrivent se répètent constamment, les choses c'est à dire les errurs que nous commettons.
    Rien ne sert de vouloir recommencer sa vie, elle sera pareille.

    Posté par Jean Botquin, 27 janvier 2010 à 18:05
  • merci à vous

    Framboise, Sel et Jean pour vos commentaires nourris et qui donnent à réflexion...
    Ils me conduisent à ne pas continuer sur le sujet. On a tous son avis là dessus... Ce sujet est tellement nuancé...je ne le sens pas de revenir sur cette phrase...
    A bientôt pour le billet suivant/

    Posté par Coumarine, 27 janvier 2010 à 21:48
  • "Rien ne sert de recommencer sa vie, elle sera pareille" écrit Jean.

    Je ne suis pas du tout d'accord. Mais alors pas du tout.

    Posté par Annick, 28 janvier 2010 à 07:54
  • coucou Annick

    je ne sais pas ... peut-être que si on savait maintenant ce qu'on ne savait pas plus jeune, peut-être qu'en effet on ne revivrait pas les mêmes marasmes
    mais peut-être pas les mêmes joies non plus?
    On ne peut le savoir

    Posté par Coumarine, 28 janvier 2010 à 10:53
  • Désolée, Coumarine, d'avoir contribué à te faire renoncer à l'écriture d'un billet...(même si j'en comprends les raisons)

    Posté par sel, 28 janvier 2010 à 14:24
  • Sel

    C'est mon choix de ne pas continuer à écrire sur ce sujet
    Je crois qu'il amènera des commentaires contradictoires, sans doute très intéressants, comme le commentaire que tu as mis...
    Mais moi je n'ai pas pour le moment l'énergie de gérer ça...

    Posté par Coumarine, 28 janvier 2010 à 15:31
  • Désolée de revenir encore, mais je voulais juste t'adresser un merci : tu vois, du coup, j'ai relu la phrase que tu proposes, à tête reposée. relue aussi celle que je propose moi. Et ma réflexion a avancé.
    et je crois que ça méritait d'être dit.

    Posté par sel, 29 janvier 2010 à 12:41
  • @sel...alors je t'embrasse
    et encore un bon anniversaire hein!!!

    Posté par Coumarine, 29 janvier 2010 à 22:23
  • je te lis mais ne commente pas, cela va revenir...
    bisous coumarine

    Posté par loulotte2, 31 janvier 2010 à 20:28
1  2    Dernier »

Poster un commentaire