On va réchauffer nos âmes... - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

15 janvier 2010

On va réchauffer nos âmes...

Je réalise la chance que j'ai
Celle de vous avoir comme lecteurs et commentateurs
parce que c'est vrai que je suis sûre que vous êtes prêts à vous mouiller, POUR DU VRAI
Pas simplement par des mots...

Alors j'écris mon petit discours et vous allez le lire jusqu'au bout (sourires)
Que peut-on faire? beaucoup de choses/

- On va commencer par envoyer de l'argent à la Fondation de France (Alainx nous certifie que c'est du sérieux et je le crois...) ou à tout autre organisme fiable qui ne piquera pas l'argent pour remplir ses jolies poches, si si ça se fait... La situation est catastrophique, les gens ont faim, manquent de tout, la situation sanitaire tourne au désastre, l'insécurité grandit... je ne vous apprends rien!

- Ensuite prendre la décision de s'informer valablement, pas simplement quand un grave problème surgit quelque part dans le monde, mais à tout moment. Conférences, documentaires, lectures de journaux (pas people évidemment) ou de blogs bien informés sur tous les sujets graves de notre monde, guerres, famines, situation en Afrique, en Amérique latine. ..  c'est un devoir je le crois. Savoir est un premier pas vers un agir à bon escient.

(Et je parle ici pour moi, je ne me tiens pas assez au courant de ces graves problèmes, et donc je n'en saisis pas assez les tenants et les aboutissants

- Ensuite comme dit Prax: étendre nos (grands) bras vers notre entourage... il y a des gens à aimer, à écouter, à aider... dans notre famille, notre rue, notre quartier

Pas s'imaginer qu'on va faire des trucs pour les très lointains si on n'est pas capable de faire des trucs pour les très proches... et il ne s'agit pas tant de faire des choses que d'aimer des gens... regardez autour de vous. Je suis sûre que vous allez pas tarder à trouver qui aurait besoin d'une heure d'écoute, d'attention, de gentillesse, d'un petit service, d'une visite, d'un coup de fil.
L'amour est contagieux...JE LE CROIS
Je crois aux battements d'ailes du papillon

- Enfin prendre la décision d'être HEUREUX, càd de ne pas râler pour un rien... ou pour pas grand chose, en tous cas pour des choses dont on sourira dans une semaine
On est dans des pays de "nantis", et nous sommes des "riches", toutes proportions gardées bien sûr
Nous savons où dormir ce soir, nous mangeons à notre faim et même au delà etc etc, complétez par vous-même!
La décision d'être heureux se prend... oui de cela j'en suis sûre. Il y a des gens gravement malades, ou avec des soucis pas possibles qui rayonnent
Et ça fait quoi pour le monde ça, des gens qui rayonnent
Ça fait de la chaleur qui réchauffe l'âme, de tous ceux qui en ont besoin

Et vous savez quoi? Nous en avons tous besoin, tous!

Pardonnez ce ton qui je l'espère ce passera pas pour moralisateur...mon grand âge  m'y autorise ;-))

jetapporteMassar

Eric massar


Commentaires

    Parfait! Comme tu le dis: donner à qui peut prendre avec sérieux; se donner le devoir de s'informer; se donner le droit d'être heureux ... et RAYONNER... moi aussi, je crois au battement d'ailes du paillon!

    Posté par fc, 15 janvier 2010 à 23:51
  • merci fc...de te manifester: je crains un peu le ton de mon billet..tant pis, j'assume!
    D'ailleurs je parle pour moi avant tout... j'ai de graves lacunes...

    Posté par Coumarine, 16 janvier 2010 à 00:12
  • Maite zaitut.

    Posté par Prax, 16 janvier 2010 à 09:31
  • Plein d'espoir ton billet, Coumarine! Ce ne sont pas que des mots, on ressent ton ressenti...je ne pense pas que tu dois craindre d'avoir un ton moralisateur...ça ressemble plutôt à un ton d'éveilleur de conscience rempli de lucidité et d'amour. Merci Coumarine pour nous transmettre ton désir d'un monde meilleur!

    Posté par Josiane, 16 janvier 2010 à 09:31
  • Ne crains rien, Coumarine, tes paroles sont trop justes pour soulever le moindre débat d'intention.
    Je suis surprise par ma propre réaction face à cette catastrophe, je ne sais pas pourquoi je me sens particulièrement touchée.
    Pourtant il y a quelques jours, Haiti, sur une carte, je ne savais pas vraiment où poser le doigt...Aujourd'hui, je lis les articles de presse, je guette les infos à la télé, à la radio.
    J'ai peur pour tous ces gens qui souffrent tant déjà.

    Posté par fabeli, 16 janvier 2010 à 10:09
  • J'ai toujours eu une difficulté à ce que quelqu'un me dicte ce que j'ai à faire et ce n'est pas en lisant ton billet que ma difficulté s'est envolée . Au contraire !
    Quelque chose en moi s'est réveillé et gronde ...
    En tous cas , cela m'aura éclairée sur mes propres limites ... clairement j'ai un problème avec un ton moralisateur .
    Désolée, mais je souhaite avant tout être honnête avec moi-même et n'écrire que ce que je ressens . Pas ce que j'idéalise ....
    Tu as pris le risque d'écrire ....je prends le risque de commenter mon ressenti . ( qui n'a rien à voir avec mon idéal, bien entendu ) .

    Posté par julie, 16 janvier 2010 à 10:20
  • Ton grand âge ... ah ah ah... laisse moi rire ...
    Heu.... pour le fait d'étendre nos grands bras ...
    Sais tu que je passe déjç pour une illuminée parce que j'au le "gros défaut" de sourire aux gens dont je croise le regard ....
    Bon week end

    Posté par teb, 16 janvier 2010 à 10:26
  • Etant d'un esprit positif et optimiste, j'aime ton texte qui réchauffe nos coeurs alors qu'il fait froid et gris dehors, et que les informations ne nous annoncent que des mauvaises nouvelles (un serial killer chez nous et le drame d'Haïti). J'invite tout le monde à lire "Célébration du quotidien" de Colette Nys-Mazure, une dame qui n'a pas été épargnée par les épreuves dans son enfance mais qui délivre une telle leçon de vie à travers son oeuvre.

    Passe un bon week-end.

    Posté par Un petit Belge, 16 janvier 2010 à 10:42
  • Allumer une chandelle dans l'obscurité

    Réchauffer nos âmes, nous en avons tous besoin … quel beau slogan, Coumarine et tellement d’actualité … Votre promptitude à régir avec efficacité est remarquable … vous transmettez la flamme de votre chandelle pour allumer beaucoup d’autres qui feront de même et ainsi « trouer » l’obscurité de l’indifférence … On devrait s’(impôt)ser un versement mensuel aux organismes qui luttent contre tous ces fléaux et la misère … Pour les Belges, je rappelle les numéros de compte, précédés de huit zéros : Médecins sans frontières 60.60 ; compte commun des grands organisme « Haïti-Lavi » 12.12 ; Croix-Rouge 16.16 …

    Posté par doulidelle, 16 janvier 2010 à 11:34
  • Et si tu venais faire l'homélie demain au CO?!!!

    Posté par charlotte, 16 janvier 2010 à 12:21
  • Un billet plein de positivisme et de bons sentiments comme je les aime!

    Bon week end Coumarine

    Posté par Louloute, 16 janvier 2010 à 12:47
  • Ah que j'aime quand tu es comme ça.
    On sent que tu vas mieux, que ton énergie a pris le dessus sur ton fatalisme.

    Et puis tout ce que tu écris, je le comprends, je le ressens comme toi, tu t'en doutes.

    Alors :

    - pour la première action - je l'ai fait hier via le site de la Fondation de France.

    - pour la deuxième action - enjeu très difficile pour moi - je fuis la télé, les journaux - juste une demi-heure de radio le matin - quant aux conférences j'avoue que ce serait du temps à prendre sur mon précieux et rare temps de liberté - et là je crois que je ne vais pas être "bonne élève"

    - pour les troisième et quatrième actions - cela fait partie de "mon chemin". J'y "travaille".

    Bises à Toi Coumarine.

    Posté par Annick, 16 janvier 2010 à 13:24
  • J'aime ton illustration.

    Posté par Annick, 16 janvier 2010 à 13:25
  • Aimer son prochain

    ... comme soi-même. Ça veut dire commencer par s'aimer, ce qui est peut-être le plus difficile. Nous savons tout ce que nous abritons de mesquin en nous, les mauvaises pensées qui se bousculent, même si nous savons les cacher d'un sourire. Nous voulons être aimés, et savons ce qu'il faut faire pour cela. Parfois nous pensons "s'ils savaient..."

    Mais nous aimer vraiment nous prend des années. Je ne parle pas de vanité, de regard à la Barbie sur nous même, mais d'une vraie, douce, et un peu fataliste acceptation.

    Et alors naît un immense amour des autres.

    Qui se traduit différemment pour chacun. Oui, je suis sensible par exemple à Haiti, ai envoyé des sous pour le Tsunami, pour une association des Amérindiens de New York, etc... mais mon vrai truc, c'est plutôt le face à face.

    Parfois - non, pas toujours, je ne suis pas devenue une Sainte! - un visage cesse de n'être qu'un visage, j'écoute la voix, j'écoute le chagrin, la peur, et je fais ce qui semble attendu à ce moment-là.

    J'ai embrassé une dame que je ne connaissais pas et qui s'était mise à pleurer parce que son mari venait de mourir... Elle est revenue souvent en me disant "je viens ici parce que vous êtes si gentille"... Imaginez-vous: chaque fois que cette dame m'a vue par la suite - et je ne l'ai plus embrassée mais je lui étais attentive - elle s'est sentie réchauffée et réconfortée.

    Pour une impulsion et une émotion!

    Bravo Coumarine pour ce billet généreux.

    Posté par Edmée De Xhavée, 16 janvier 2010 à 14:03
  • des paroles qui sonnent très juste et clair à mes oreilles !
    Merci Coumarine !

    Posté par naline, 16 janvier 2010 à 15:11
  • Je ne vois rien de moralisateur là-dedans, je vois surtout quelqu'un qui rayonne également, qui partage ses convictions et son sens de l'Humanité avec les autres.

    Vive la contagion

    Posté par Tinuviel, 16 janvier 2010 à 17:21
  • Je mélange tous ces ingrédients et je les avale d'un coup , une vraie potion d'humanisme , pas de morale , ou plutôt de la bonne morale , celle de choisir d'être heureux et de saupoudrer ce bonheur autour de nous
    j'en fais mon cheval de bataille depuis longtemps ...

    Bonne soirée à toi, tes mots sont forts , efficaces ..

    Posté par Jeanne, 16 janvier 2010 à 20:04
  • Bonsoir Coumarine.
    "L'amour est contagieux" et "prendre la décision d'être heureux". Je pense aussi que c'est primordial parce que cela nous fait agir autour de nous, tout près, puis en cercles plus larges. L'effet papillon dis-tu. C'est exactement cela.
    Je rejoins d'ailleurs les propos d'Edmée. Dans des catastrophes comme Haïti, je me sens plutôt inutile parce que je n'ai ni les moyens financiers ni les compétences pour aider efficacement sur place ou de loin. Mais agir au quotidien, autour de moi, oui. Et nous devrions tous le faire parce que les cercles peuvent s'élargir à la dimension du monde d'une manière ou d'une autre.
    Nul ne sait les répercutions que peuvent avoir (en bien ou en mal) certaines de nos attitudes, de nos paroles, comme tu l'as si bien exprimé dans ton billet précédent sur l'histoire de Simon.

    Posté par Calliprune, 16 janvier 2010 à 22:29
  • Tout ce que tu voudras, Coumarine. Enfin, je vais essayer. Mais ne pas râler pour rien, ça, ça va être dur !

    Posté par Walrus, 16 janvier 2010 à 23:48
  • Merci d'être toi, Coumarine : une "amoureuse " universelle et incomparable qui interroge le présent avec puissance et lucidité ; qui ne craint pas de se perdre dans une vie continuellement sauvée par le charme, l'imagination et – j’ose le mot – le génie !

    Posté par Jacques, 17 janvier 2010 à 09:54
  • J'y crois comme toi à l'amour dans l'entourage proche, pour tous nos proches et pour tous ceux que nous ne connaissons pas.
    Toi le grand âge ? Je n'y crois pas un instant !...

    Posté par myriam, 17 janvier 2010 à 13:04
  • Ton billet et les commentaires me font penser à ce chant qui m'accompagne les bons et les mauvais jours :

    Tenir une lampe allumée
    Choisir d'habiter la confiance
    ...

    Il me rappelle que je choisis, que je suis responsable de mes choix.

    Posté par nicole 86, 17 janvier 2010 à 13:30
  • Grâce à tes mots sur ton blog et chez moi, je reprends peu à peu espoir après mon formidable coup de cafard d'hier.Je vais essayer de ne plus céder au découragement. Je sais que ma nature profonde est d'aller vers le positif, mais j'ai eu quelques soucis cette semaine et la catastrophe d'haïti est venue comme un point d'orgue ajouter à mon sentiment d'impuissance. Mais dès ce matin j'ai retroussé mes manches. Haut les coeurs, je suis d'accord avec toi.

    Posté par celestine, 17 janvier 2010 à 16:42
  • Un mot seulement

    Rein qu'un mot
    Pour le moment je ne peux pas répondre à chacun d'entre vous comme j'ai toujours eu à cœur de le faire...
    C'est tout simplement impossible
    Je vous lis soyez-en sûrs, et vos mots sont importants pour moi
    J'espère que très bientot tout rentrera dans l'ordre et je pourrai consacrer davantage de temps à vous, amis blogueurs et vous mes lecteurs sans blogs
    De même j'ai très peu de temps pour circuler sur les blogs, chez vous chers blogamis...
    Je vois dans mes stats ce soir que vous ne m'en voulez pas... merci pour cela!

    Posté par Coumarine, 17 janvier 2010 à 22:31
  • de gros bisous.

    Posté par Claire, 17 janvier 2010 à 23:08
  • tu as bien raison d'écrire ce que tu penses,sinon, cela sert à quoi d'écrire, après à chacun de réagir positivement ou non, cela sert aussi cela les échange.
    j'ai vu ce soir la détresse d'une amie qui, suite à une grave blessure accidentelle à la main, se retrouve brusquement incapable de s'occuper de son mari atteint d'Alzheimer, la détresse mais aussi la solidarité des voisins qui ont aussi proposé leur aide et l'aident déjà.
    cela m'a fait "chaud au coeur".

    Posté par becassine, 17 janvier 2010 à 23:23
  • J'ai lu le billet, puis les commentaires... Avec tristesse, je confesse comme Julie que mon 1er réflexe est de durcir mes sentiments, et que je n'ai plus guère d'illusion sur le mieux, ou le différent.
    Mais sans doute est-il important que des voix appellent à la solidarité. Sans doute si une seule âme ressent de la peine en lisant vos lignes, est-ce déjà quelque chose. En tous cas, bravo à vous tous, car vous voulez le croire.

    Posté par Cameron, 18 janvier 2010 à 10:47
  • je n'ai pas trouvé ton texte moralisateur.
    il exprime plutôt ta sensibilité, telle que l'on peut te connaître à travers ce blog.
    et puis, je le trouve plutôt dynamique et appelant.

    Posté par alainx, 18 janvier 2010 à 10:55
  • Non, ton texte n'a rien de moralisateur, c'est une invitation convaincante à passer à l'action :
    "étendre nos (grands) bras vers notre entourage... il y a des gens à aimer, à écouter, à aider... dans notre famille, notre rue, notre quartier" DE QUOI S'OCCUPER AU PRESENT FULL TIME.
    J'adooore ta façon de t'exprimer. SmackSSS à Toi, Coumarinette.

    Posté par Filo Filo, 18 janvier 2010 à 13:58
  • beaujour COUM.

    et REbelotte...et dixDEder !
    aurais-je envi de dire. mais le coeur n'y est pas.

    de la révolte, de l'incompréhension face aux injustices. Mais faut-il une explication cohérente pour accepter l'inacceptable ?
    je suis de ceux et celles (nombreux en ce bas monde) qui se pense bons voisins, copains, parents, penseurs,,, etc. mais qui au bout de qq jours, dans un tel état de déprime face aux nouvelles de plus alarmantes au sujet de notre monde, ferment la porte à la réalité pour ne voir que le bon coté des choses.
    et qui, le temps d'un sursaut de bonté, ouvre son coeur à l'AUTRE.
    bien sur ce n'est pas suffisant, c'est égoïste et tellement confortable. que la situation en devient routinière et INconfortable. mais comment répondre à l'appel de tous quand on est seule dans sa tête ?
    j'avoue ne pas avoir de solution, d'autant plus que j'étais prête à porter foi aux paroles "du tout en HAUT", quand est arrivé ce tremblement de terre, qui a emporté avec lui mes convictions d'ouvrir mon esprit au bien fondé d'une vie sur terre, pour gagner son paradis !
    je suis désemparée, surtout qu'il n'est pas facile de savoir si nos dons seront bien acheminés, redistribués... et cet état de suspicion étant déjà une douleur par le manque de confiance en l'autre.. que je me fais peine à voir, tant je trouve mon âme grise. moi qui suis bien au chaud derrière mon ordi, une tasse de (trés bon) café à la main !
    et que l'on ne me dise pas, que d'y pensait est déjà faire qq chose. ce n'est pas suffisant et mon excuse de ne pas avoir assez de tps, ne l'est pas non plus.

    douce aprés midi à toi
    trés sincèrement.

    Posté par rsylvie, 18 janvier 2010 à 15:06
  • Coumarine, un blog ne doit jamais devenir une contrainte ou une obligation, mais rester un plaisir. Et à certains moments, on a tout simplement moins de temps à consacrer à la blogosphère. Profite de chaque instant passé avec tes proches.

    Posté par Un petit Belge, 18 janvier 2010 à 16:25
  • Très jolie illustration et très jolis mots qui nous donne un coup de pied au c... cela fait du bien merci

    Posté par manoudanslaforet, 18 janvier 2010 à 16:59
  • Bonsoir,

    Bien que je survole votre univers en silence, j'ai envie, ce soir, de vous dire merci pour ce joli billet!

    Bien amicalement,

    Lila

    Posté par Lila, 20 janvier 2010 à 02:30

Poster un commentaire