Aux hommes et aux femmes de bonne volonté - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

19 décembre 2009

Aux hommes et aux femmes de bonne volonté

Parler de Noël maintenant, ce serait dans l'air du temps.
Partout autour de moi (dans les blogs y compris), on se prépare à fêter Noël en famille. Notre famille aussi. Chacun a sa charge. On sera réunis. Ce sera bien! Espérons-le. Deux solitaires se joindront à nous...

Et pourtant je ne ferai aucun billet sur Noël.

Car si je me tourne à droite, je vois des  étalages de bouffe, des Père Noël bedonnant, mille et une suggestions d'achats de cadeaux inutiles. Je peux lire tous les conseils pour me faire belle pour la fête, avec du maquillage et des vêtements couteux. Comme si j'avais le temps de macérer dans le bain  et sous un masque de beauté parfumé alors que vingt personnes viendront manger ce soir-là... la famille est grande...!

A gauche, ce n'est pas mieux, je vois un monde blessé, je vois des pauvres de plus en plus pauvres, des riches qui le sont de plus en plus aussi, je vois des SDF dans tous les coins de chaque couloir du métro, je vois des solitaires qui n'ont personne à aimer, que personne n'invitera à sa table, je vois des malades à n'en plus finir, je vois des gens qui ont perdu leur âme, des jeunes désaxés et des gens qui sont tristes à en mourir.. et qui finissent pas en mourir...

A droite ou à gauche...  c'est difficile, ardu, problématique. Je ne sais pas. Je ne sais plus que faire, ni être.
Alors je rêve de revenir aux valeurs premières de partage authentique et d'Espérance pour ce monde blessé.

Je rêve d'une incarnation authentique, qui nous ferait tous nous engager vraiment par des actes, pas simplement par des mots

La crèche comme symbole de Noël, est encore ce qui me parle le plus...

Paix sur la Terre...soyons des hommes et des femmes de bonne volonté,
c'est-à-dire de volonté aimante...

neige17d_c09_016

Photo Coumarine


Commentaires

    Noêl est aux abonnés absents!

    "Paix sur la terre..."
    Moi non plus je ne fêterai pas Noël cette année! Mes oiseaux et moi profiterons simplement de ces jours de vacances pour nous réunir et passer quelques heures ensembles! Il y a trop de misères, trop de peurs latentes, trop de violence, trop de pleurs, trop de morts pour que nous puissions nous réjouir!
    Je n'aime pas les Noëls d'aujourd'hui ou des "nantis" se goinfrent tandis que des milliers de "faibles" meurent de faim!
    Il n'y a plus de Saint Martin et "compassion" ne veut plus rien dire! Pourtant je mettrai en ligne un Noël de 1955, en espérant que nous retrouverons cet esprit de partage qui fit que la nuit de la Nativité fut une "Douce Nuit" qui portait encore son miracle!
    Amitiés.

    Posté par Papa de Lili, 19 décembre 2009 à 00:54
  • La fête de famille où on faisait un bon repas s'est transformée en fête de la bouffe !
    Je ne sais pas quoi penser de l'argument "Pour les pauvres aussi c'est la fête, même si elle est moins riche".
    La seule chose qui me semblerait digne d'être fêtée, c'est le jour le plus court de l'année, le retour vers plus de lumière. Mais ils seraient foutus de se l'approprier, ceux qui veulent faire du fric avec tout !
    En tout cas, pour nous, ce sera dodo, comme les autres jours.

    Posté par papet Croûton, 19 décembre 2009 à 06:14
  • Hier, de la fenêtre du bureau, j'ai presque eu la nausée de voir ces passants les bras chargés, encombrés, passant indifférents à côté de miséreux qui tentaient de se réchauffer sous le porche de la Monnaie.
    Je suis dans le même état d'esprit que toi : tout ce qu'on nous montre dans les vitrines et les magazines, c'est du bling-bling. Tout ce qu'on nous vante n'est que du vent. Et nombreux sont ceux qui se laissent prendre à cette grande supercherie. Oh, parfois moi aussi, d'ailleurs.
    Le vrai est ailleurs. Et c'est cela qui m'interpelle de plus en plus.
    Alors, nous passerons simplement le jour de Noël avec les petits et les grands autour de Maman, qui aime retrouver tout son petit monde.

    Posté par naline, 19 décembre 2009 à 06:59
  • ET moi je suis tellement déçue par le sommet de Copenhague, quelle merveilleuse occasion à si peu de noêl c'était de se mettre d'accord au moins sur certaines choses.
    Non les hommes ne sont pas de bonnes volonté!

    Posté par mab, 19 décembre 2009 à 06:59
  • a vous quatre

    Je vous rejoins dans vos commentaires....
    Je suis mal, réellement mal avec ces fêtes décidées et programmées par Le Grand Fric
    Notre fête sera simple, accueillante, ce sera l'occasion de nous rassembler tous (la famille est grande, et être tous ensemble devient une gageure au fil de l'année) Pas de cadeaux, sinon aux petits-enfants..
    @mab...Je suis comme toi, déçue de voir que les hommes ne sont pas capables de faire un pas vers l'autre, de se remettre vraiment en question!
    @Papet Crouton... j'attends aussi avec impatience le basculement vers plus de lumière... on en a besoin je crois...et comme toi je ne me fais pas d'illusion, qd cela va-t-il être récupéré par les
    faiseurs de fric?
    Naline... oui, comme toi, la nausée
    Je DOIS aller au marché ce matin, mais j'y passerai vite, vite... je supporte plus, je supporte plus
    @Papa de lili...ton constat est amer, mais hélas, conforme à la réalité.
    Est-ce que cela dépend de nous que ça change... rien qu'un peu?

    Posté par Coumarine, 19 décembre 2009 à 07:59
  • Je suis persuadée que ce que nous faisons pour lutter contre cette société de consommation, pour remettre ce qui est important au centre de nos vies, même si c'est une goutte d'eau dans l'océan, ce n'est jamais perdu. Et plus y aura des gens comme nous, mieux la terre et les hommes se porteront !
    Beau samedi.

    Posté par naline, 19 décembre 2009 à 08:59
  • Papet Crouton

    Fêter le jour le plus court et la renaissance de la lumière. C'est ce que font certains pays nordiques avec la Ste Lucie.

    C'est ce que faisait nos ancêtres, du moins les celtes. Une fête païenne que les curés se sont appropriée pour la transformer en la naissance du Petit Jésus.

    Mais comment nos ancêtres se sont laissés dépouiller du culte et de l'union qu'ils entretenaient avec Dame Nature ? Quels moyens de répression inavouable ont du être utilisés ?

    La religion du pouvoir à tout prix me fait horreur. Elle tue les âmes.

    Posté par Annick, 19 décembre 2009 à 10:47
  • Je te comprends et je souhaite que tu sortes vite de cet état d'esprit douloureux . Je ne sais plus aller en ville , ni voir toute cette agitation commerciale sans avoir le même état d'esprit que celui que tu décris .
    J'évite , j'évite . C'est pas très courageux , mais c'est de la survie en ce qui me concerne .
    Je ne vois pas très bien ce qu'on peut faire pour changer la marche du monde d'un jour à l'autre . Comme l'écrit Naline , je suis persuadée que ce que nous faisons pour aller vers un monde meilleur n'est jamais perdu . Je sais que tu luttes dans ce sens aussi . Persistons dans ce sens , mais sans nous culpabiliser et porter le poids des misères du monde entier sur notre dos , sinon on s'écroule épuisés .
    Je te souhaite une bonne marche dans la nature qui j'espère te requinquera .
    Je t'embrasse bien fort , Coum . Bon week-end .

    Posté par julie, 19 décembre 2009 à 11:02
  • Solitaire depuis 7 mois, j'ai l'espace et le temps de réfléchir de loin à Noël cette année. Ma tête et mon coeur ne sont en rien à la fête et je n'ai aucune envie de me forcer. Par conséquent, j'observe les choses de loin dans un détachement total. Je vois beaucoup de fatigue et d'agitation au coeur de l'hiver où on aurait surtout besoin de se reposer, il me semble. Je vois effectivement sentiments et émotions exacerbés et je me demande pourquoi . La solitude et la tristesse sont présentes aussi au coeur de l'été.
    La bonne volonté, je suis d'accord pour qu'elle y soit chaque jour de l'année et qu'on apprenne à chaque enfant qu'elle commence d'abord par soi-même et que quand soi-même est bien respecté,chacun a non pas des droits mais des devoirs envers chaque autre.

    Je te souhaite de joyeuses fêtes Coumarine.

    Posté par catherine, 19 décembre 2009 à 11:36
  • Elle est sympa cette crèche ! Où est ce qu'on peut la voir ?

    Posté par julie, 19 décembre 2009 à 11:37
  • Qu'il est beau ce billet !
    Je t'embrasse.

    Posté par Incertaine, 19 décembre 2009 à 11:42
  • Tous nous désirons voir, le monde plus heureux, les pauvres moins pauvres, les riches plus généreux, la planéte plus propre....oui ! plus heureux !
    Tous, nous désirons voir, le pardon non pas la rancune, le sourire non pas la tristesse, l'amour non pas la haine, la paix non pas la guerre...oui ! le sourire et non la tristesse sur tous les visages et la paix et non pas la guerre dans tous les pays.
    Voir le monde et les gens qui nous entourent à travers un kaléidoscope. Etre spectateur et acteur en même temps. Ne pas s'identifier à ce groupe d'hommes et de femmes dans l'effervescence d'une ambiance qui n'a plus les valeurs toutes simples de paix par exemple. Mais avoir le choix encore un peu de ne pas entrer dans le stress commercial ou de se faire bousculer dans les rues encombrées.
    Certains rient et ont l'air heureux; on ne sait pas quelles sont leurs pensées profondes ou leur vie au quotidien. Ils aiment se fondre et s'oublier peut-être dans la foule. Ou alors, ils se réjouissent sincèrement de ces préparatifs de repas, de cadeaux, d'être ensemble, je ne sais pas.
    Quelque soit l'époque, on a tjs voulu s'offrir du rêve pour Noël, et la magie n'est pas celle que l'on nous impose mais celle que l'on désire au plus profond de nous-même.
    Bon week-end !

    Posté par bernie.83, 19 décembre 2009 à 11:45
  • Chaque année à cette période, depuis trois-quatre ans, je me sens tiraillée entre l'envie de dire non à la famille (grande bouffe, échange de cadeaux obligés) et celle d'aller fêter Noël avec les démunis, les abandonnés, ceux qui n'ont vraiment personne... Je n'ai pas encore réussi à franchir ce pas. Tout au long de l'année, je fais ce que je peux pour soulager (modestement) la misère affective des quelques personnes qui me confient leur mal-être ; mais c'est sur mon temps personnel et cela n'empiète que peu sur la vie de famille. Mais à Noël, comment faire accepter aux miens que je leur "préfère" ces anonymes qui n'ont à m'offrir que leur confiance et, parfois, quelques mots de remerciement ?...

    Posté par Danalyia, 19 décembre 2009 à 11:55
  • Tu as raison. Si Noël ne doit plus être qu'un rêve sirupeux et désincarné qui s'écroule sous le poids des victuailles et des cadeaux coûteux tout en écrasant avec indifférence tous les oubliés de la vie, alors ces fêtes ne riment plus à rien, bien plus elles deviennent un véritable scandale.
    Cela nous renvoie à notre propre responsabilité. Refusons cela, fêtons DIGNEMENT la naissance d'un enfant qui nous appelle à vivre EN VERITE d'un amour infini qui donne la vie.
    L'année dernière, nous avons fêté Noël avec une toute petite communauté dans les rizières du Cambodge. Cette année, ce sera en famille avec un seul cadeau par petit-enfant et en entourant des personnes en solitude.
    Cela ne suffira pas à tout résoudre. Mais si la fête de la Nativité peut être le premier pas posé par des hommes et des femmes de bonne volonté, alors elle elle prendra tout son sens.
    Merci de ton billet qui en rejoint d'autres similaires en ce moment.

    Posté par le pèlerin, 19 décembre 2009 à 12:10
  • Je rejoins le groupe de ceux qui n'aiment pas Noël ou en tout cas ce qu'on en fait. Et vivant aux USA, pas difficile d'avoir la nausée! La gaspi effronté, le mauvais goût (des crèches gonflables, illuminées, avec des Mickey et Minnie animés.... aaaaah!), le désir de surpasser les autres en cadeaux et sottises, c'est écoeurant.

    J'attends que ça passe...

    Posté par Edmée De Xhavée, 19 décembre 2009 à 14:10
  • "C'est Noël tous les jours"
    "C'est Noël chaque fois qu'on essuie une larme dans les yeux d'un enfant, ...c'est Noël quand nos coeurs sont vraiment fraternels... c'est Noël dans les yeux du pauvre qu'on visite... Car Noël, oh mon frère, c'est l'Amour"...
    Je vous offre ces quelques phrases du beau chant de Odette Vercruysse.

    Posté par tilleul, 19 décembre 2009 à 14:20
  • Je viens relire ton beau billet et tous les commentaires qui lui sont associés. J'applaudis des deux mains, mais au fond, tout au fond....
    Qu'est-ce que je fais pour faire un peu bouger le monde, qu'est ce que je fais ? Bien sûr comme beaucoup je me dis que je fais en fonction de mes moyens, un peu de temps par-ci, quelques petits chèques par là. Mais je ne fais que ce qui ne me dérange pas. Le véritable changement, ce serait que moi et bien d'autres, nous nous mobilisions pour faire vraiment changer les choses, au mépris de notre confort moral ou matériel.
    Je sais bien que nous avons tous mille raisons à l'immobilisme, que tous nous sommes des gens de bonne volonté qui allons fêter sagement Noël en famille avec une pensée ou une prière pour ceux qui n'ont rien ("Mon Dieu, mon Dieu, fais quelque chose pour eux"). Je sais cela. Je sais aussi ce qu'il faudrait peut-être faire et que je ne fais pas. Ce sont souvent des choses très modestes, seulement voilà, je les zappe. Avec une mauvaise conscience dont finalement je m'accommode. Alors, je reste dans cet entre deux un peu mou et tellement confortable, je m'acoquine de mes faiblesses et de mes petites
    lâchetés, je leur trouve même parfois des excuses pitoyables. Mais tout au fond, tout au fond de moi, je sais.

    Posté par Incertaine, 19 décembre 2009 à 16:20
  • @naline...une goutte d'eau dans l'océan, oui...
    mais suis-je MOI prête à davantage partager, à tous points de vue?
    (voir le commentaire d'Incertaine, que je fais mien...)

    @Annick, OUI à ce que tu écris:
    "La religion du pouvoir à tout prix me fait horreur. Elle tue les âmes."

    @julie.. parfois on ne sait pas la frontière entre "ne pas se croire obligé de porter toute la misère du monde sur les épaules...et laisser aller les choses...
    Je suis toujours moche à l'approche des fêtes
    J'attends que "cela" se passe!

    @Catherine... quand on passe des moments difficiles comme toi et qu'on observe ce qui se passe, on voit tout avec davantage de lucidité, comme un observateur extérieur...
    Courage à toi...

    Posté par Coumarine, 19 décembre 2009 à 17:21
  • J'aime beaucoup ta dernière phrase : «... De volonté aimante... ».
    Je ne sais pas si tu réalises (mais bien sûr que tu réalises !) la portée d'une telle phrase...
    Parce que, le "désir d'aimer",ça, j'allais dire c'est assez facile : plus ou moins, on a tout le désir d'aimer...
    Mais la "volonté d'aimer"... Le passage aux actes, le concret, l'engagement qui fait sortir dehors, quitter son confort, être véritablement au service, c'est encore autre chose.
    En ces jours je ressens toute la faiblesse de cette volonté-là me concernant...

    Posté par alainx, 19 décembre 2009 à 17:25
  • @julie... c'est la crèche qui se trouve devant l'église de mon patelin )

    @bernie, tu écris:
    "Quelque soit l'époque, on a tjs voulu s'offrir du rêve pour Noël, et la magie n'est pas celle que l'on nous impose mais celle que l'on désire au plus profond de nous-même."
    Parfois oui, quand on reste ma^tre de ses choix.
    Mais parfois non quand on se sent à tort ou à raison OBLIGE d'obéir aux traditions

    @Danalyia... c'est un choix difficile que le tien! Parce que ta famille a aussi besoin de toi en ces jours de rassemblement familial. Donner de son temps aux démunis, cela doit pouvoir se faire à d'autres moments, non?

    Posté par Coumarine, 19 décembre 2009 à 17:25
  • @Le Pélerin... merci pour cette phrase:
    "Cela nous renvoie à notre propre responsabilité."
    RESPONSABILITE... oui, à chacun d'entre nous!

    @Edmée... incroyable ce que tu racontes... des crèches gonflables!!!!!! Le prix du mauvais gout! C'est désolant!!!

    @Tilleul... oui c'est Noël tous les jours, à condition que ce ne soit pas qu'un chant qu'on chantera à la messe de Noël... ce qui hélas est trop souvent le cas...

    @incertaine... ton commentaire...il me touche en plein cœur! car ...moi aussi...JE SAIS... et est-ce que je suis prête à en tirer les conclusions et à agir en conséquence?

    @Alainx...les trois mots importants de mon billet sont: incarnation... càd pas des belles idées en l'air...et volonté aimante en effet que tu relèves...
    Et comme toi, je doute de mon véritable engagement. La seule chose que en famille et de commun accord nous faisons, c'est de convier deux personnes solitaires à se joindre à nous...elles ont accepté sans hésitation, crois-moi!

    Posté par Coumarine, 19 décembre 2009 à 17:38
  • @annick

    Le vieux proverbe disait :
    "À la sainte Luce,
    Les jours augmentent d'un saut de puce"
    L'ennui, c'est que la sainte Lucie qui était au 22 décembre, est passée au 13 décembre à partir de 1582 (calendrier Julien -> Grégorien).

    Posté par papet Croûton, 19 décembre 2009 à 18:33
  • Moi aussi Coumarine moi aussi... Merci de décrire tellement bien ce que je peux ressentir.
    Malgré ces déchirements, si je ne passe plus chez toi d'ici là (pas sûr) je te souhaite un Noël vrai, avec les personnes que tu aimes et qui t'acceptent telle que tu es, sans faux-semblants, sans artifices à l'exception de ceux qui peuvent rendre une ambiance plus amicale ou plus chaleureuse, bref un Noël magnifique!

    Posté par delphine, 19 décembre 2009 à 22:09
  • Oui, mais il faut aussi se réjouir ! tant qu'on le peut encore... sans doute, cela fait parti de la bonne volonté ! ne pas s'enliser dans la morosité ou la culpabilité qui empêche d'agir. mais Noel ! ah non je n'y crois pas... c'est une réjouissance obligée, programmée et commercialisée !

    Posté par Baladine, 19 décembre 2009 à 22:55
  • je reviens sur le mot INCARNATION : je me méfie tellement des belles idées, des beaux mots, des "bonnes volontés" de façade, je reste intimement persuadée que chacun doit bouger du dedans pour commencer ! une phrase importante pour moi que j'ai retenue d'une de mes lectures : "la ligne de partage entre le bien et le mal ne se situe pas à l'extérieur mais à l'intérieur de soi" : trop de gens veulent changer le monde avant de se changer eux-mêmes ! je crois que je suis hors sujet

    Posté par Baladine, 19 décembre 2009 à 23:10
  • Vite un marabout, Noël arrive et comme l'an dernier, j'ai pris un joli petit virus qui me fera passer ce temps dans un épais brouillard intellectuel.
    Noël est ce que l'on en fait. Et moi, j'essaye d'être de bonne humeur. J'essaye....
    bisous

    Posté par Claire, 20 décembre 2009 à 00:52
  • Il ne faut pas baisser les bras...c'est vraie que la magie de Noël n'est plus là ! Noël n'est plus qu'une date qui revient chaque année, mais à chaque fois, au milieu des rires, il y a beaucoup de tristesse...
    Mais il ne faut pas baisser les bras, il faut faire de notre mieux! Ne pas fermer les yeux, et aimer les autres, autant que l'on peut...Noël est frileux, il a perdu sa vérité...essayons de le réchauffer!
    Joyeuse réunion de famille Coum !
    Tous mes Vœux et Bisous !

    Posté par Jaca, 20 décembre 2009 à 05:14
  • Autour de moi, une grande majorité angoisse à Noel (moi compris) : l'obligation de consommation, de faux semblants familiaux. POurtant, cette année encore, pas moyen d'y couper... Bon courage à tous !

    Posté par didine, 20 décembre 2009 à 09:04
  • C'est vrai

    que, malgré nous, nous sommes trop matérialistes... certains ont horreur des fêtes de fin d'année, ce fut mon cas pendant longtemps.

    Et cette fois-ci, je m'y prépare avec bonheur et sérénité... sans demander conseil aux magasines !

    Bizzz... bon dimanche !

    Posté par Turquoise1960, 20 décembre 2009 à 09:13
  • D'accord avec à peu près avec tout ce que je lis ici... Mais quand même... quelle désespérance, quelle culpabilité aussi...Je ne peux pas me joindre à cela.
    C'est à se demander si on a le droit d'être heureux par les temps qui courent, dans un pays en paix .Et pourquoi non?
    J'aime beaucoup ce temps de fête.(Sa préparation et sa décoration).Cela continue avec la magie des chants de la messe de minuit qui me ramènent à l' enfance.
    C'est en janvier quand la fête est finie qu'un certain cafard m'envahit!Heureusement que Pâques n'est pas loin!

    Posté par charlotte, 20 décembre 2009 à 14:52
  • C'est vrai que c'est problématique cette dichotomie.

    De mon côté ce sera très simple, un petit tour avec la famille, rien de plus.

    Juste envie de se reposer et de vivre des bons moments entre proches.

    Rien de plus. De la simplicité et de l'amour, c'est amplement suffisant!

    Posté par Louloute, 20 décembre 2009 à 15:05
  • j'aimais les Noêl blancs avec l'attente de l'heure de la messe, puis nous sortions- qu'il vente ou qu'il neige - écouter les chants joyeux, venait ensuite le moment des cadeaux ( modestes mais si appréciés), des jouets d'enfants pour des enfants ! et le repas de fête ( sans débauche de victuailles mais un bon repas amélioré) ! C'était chaleureux.
    Maintenant, je n'aime plus ces fêtes si ce n'est comme un moyen de réunir la famille quand les problèmes de distance, de familles recomposées etc.. le permettent.

    BON NOEL A TOI COUMARINE ET A TOUS CEUX QUI VIENNENT ICI TE LIRE ET LAISSER LEURS COMMENTAIRES.

    Posté par Becassine, 20 décembre 2009 à 16:14
  • Encore une question de "juste milieu"

    Bonjour à tous !

    @ Incertaine : ton dernier commentaire me... transperce littéralement. Tellement vrai. Et je ne veux pas en rester là, je sais que je dois agir. Parce que justement, JE SAIS...

    @ Charlotte : Tu n'as pas vraiment tort, mais je ne suis pas sûr qu'ici soit vraiment un lieu de culture de la désespérance et de la culpabilité. Oui, nous avons le droit d'être heureux dans un pays en paix. Mais oui, les moins nantis que nous ont autant que nous le droit d'être heureux dans un pays en paix. Matériellement, le bonheur semble plus à portée de nos mains que des leurs.
    Je pense que l'idée générale des commentaires précédents (sans vouloir rien travestir) est qu'il nous faut dépasser la frénésie impersonnelle et commerciale et la jubilation superficielle, pour avoir le courage de voir et d'assumer notre part de responsabilité dans le "non-bonheur" (le contraire du bonheur n'est pas toujours le malheur) de ceux qui n'ont peut-être pas la même "chance" (...) que nous.

    Posté par Prince, 20 décembre 2009 à 16:28
  • Encore une question de "juste milieu"

    Bonjour à tous !

    @ Incertaine : ton dernier commentaire me... transperce littéralement. Tellement vrai. Et je ne veux pas en rester là, je sais que je dois agir. Parce que justement, JE SAIS...

    @ Charlotte : Tu n'as pas tort, mais je ne suis pas sûr qu'ici soit vraiment un lieu de culture de la désespérance et de la culpabilité. Oui, nous avons le droit d'être heureux dans un pays en paix. Mais oui, les moins nantis que nous ont autant que nous le droit d'être heureux dans un pays en paix. Matériellement, le bonheur semble plus à portée de nos mains que des leurs.
    Je pense que l'idée générale du billet et des commentaires précédents (sans vouloir rien travestir) est qu'il nous faut dépasser la frénésie impersonnelle et commerciale et la jubilation superficielle, pour avoir le courage de voir et d'assumer notre part de responsabilité dans le "non-bonheur" (le contraire du bonheur n'est pas toujours le malheur) de ceux qui n'ont peut-être pas la même "chance" (...) que nous. Pas forcément au détriment de notre propre bonheur, plusieurs ici ont évoqué les doux moments à passer en famille !

    Encore une fois, le billet de Coumarine nous appelle, subtilement, à la délicate notion du juste milieu. Et elle emploie un symbole fort : « à droite » et « à gauche ». Trop fort, Coumarine

    Bisous et bonnes fêtes (quand même! rires) à tous !

    Posté par Prince, 20 décembre 2009 à 16:35
  • Bonjour Coumarine (et tous les commentateurs)

    J'ai lu, j'ai aimé "volonté aimante", et j'aime le commentaire de AlainX qui reprends et en parle.

    Et puis j'aime aussi la citation donnée par Tilleul. Elle est magnifique. Elle m'a touchée.

    Je te souhaite tout de même un Noël empli d'amour, à toi et aux tiens, à tes enfants, et petits-enfants, Coumarine.

    Posté par valerie, 20 décembre 2009 à 16:39
  • Sorry

    Pardon, une mauvaise manipulation m'a fait poster la première fois le commentaire inachevé.

    Posté par Prince, 20 décembre 2009 à 16:39
  • Les fêtes de fin d'année...périodes artificielles, fugace qui ne change rien. Le vrai bonheur ignore le calendrier.
    Contrairement à beaucoup de gens, je ne m'oblige pas à obéir aux traditions...On a toujours le choix !

    Posté par abeille, 20 décembre 2009 à 18:38
  • moi aussi, je fais mien le commentaire d'Incertaine et je me dis, installée au chaud devant mon ordinateur, j'adhère mais je fais quoi pour changer les choses, les gens, nos dirigeants, après l'échec du sommet de Copenhague ? je soulage ma conscience, parfois mon portefeuille, mes armoires, mais je sais que ce n'est pas suffisant, c'est une vraie prise de conscience que nous devons tous avoir avant !
    La comédie musicale que nous avons vue pour beaucoup il y a quelques années, n'est pas qu'une comédie musicale, elle est, hélas, R E A L I T É ! au 21 ème siècle !

    Après, il nous est difficile de nous réjouir "DES FETES" mais comme il serait utopiste de penser que tous les malheureux auront un toit et un bon repas au moins le soir de Noël, essayons de passer de bonnes heures en compagnie de notre famille.

    Amicalement Coumarine

    Posté par loulotte2, 20 décembre 2009 à 18:42
  • Et pourquoi on ne se pose pas les mêmes questions, en dehors de ces fêtes de Noël ,chaque fois qu'on va au resto, chaque fois qu'on part en vacances, chaque fois qu'on s'achète une voiture etc etc... Il y a tant de malheureux qui ne peuvent pas se payer un resto,( sauf un du coeur) des vacances, une voiture...
    Décidemment ton texte , Coumarine, n'a pas fini de me poser question.
    C'est quoi la générosité?
    Est ce dépenser et (se dépenser) pour( donner) le bonheur ( à)d'autrui (en se faisant plaisir à soi même, car le niveau de culpabilité alors, s'en trouve un peu descendu ) ou ne pas dépenser par solidarité ,pour ne pas scandaliser ceux qui n'ont pas de quoi dépenser et être mal à l'aise face à son propre pouvoir d'achat qu'on n'a pourtant volé à personne ?
    Quand j'étais enfant, il me fallait finir mon assiette parce que, me disait ma tante, il y a les chinois qui crèvent de faim... comme si, suivant le principe des vases communicants,en ne pas mangeant pas, je désemplissais encore davantage l'assiette du chinois!!!

    Posté par charlotte, 20 décembre 2009 à 20:26
  • ma chance

    J'ai vraiment une chance énorme d'avoir ici des commentaires aussi RICHES
    A vous lire attentivement, on pourrait écrire des articles fournis
    Vous vous répondez même les uns aux autres, j'aime beaucoup ça!
    Oui la question posée ici, entre responsabilité et culpabilité se nuance à l'infini
    C'est je crois à chacun de répondre avec sa propre conscience, en écoutant la petite voix qui parle au fond de soi

    Bien sûr qu'on peut (on doit même) se donner le droit d'être heureux, mais d'un VRAI bonheur, pas d'un bonheur factice, artificiel et qui regarde l'autre du haut de sa grandeur...
    Bien sûr qu'il ne s'agit pas de culpabiliser, mais de se RESPONSABILISER
    Je crois que c'est capital et urgent
    Mais ici sur ce blog, il me semble que c'est le cas... je vous visite aussi et c'est ce que je vois, des gens responsables et à la "volonté aimante"
    MERCI à vous tous

    Posté par Coumarine, 20 décembre 2009 à 20:58
  • Mettre le petit Jésus dans la crèche, c'est effectivement ce qu'il y a de mieux à faire pour Noël

    Posté par Prax, 20 décembre 2009 à 21:47
  • ahhhhh Prax...je savais que tu serais d'accord avec moi!!
    )

    Posté par Coumarine, 20 décembre 2009 à 23:08
  • Le commentaire de Charlotte fait écho en moi ...

    Posté par julie, 20 décembre 2009 à 23:11
  • Et bien moi, j'aime bien ma Noël, pas celle des "autres". J'aime décorer ma maison avec un sapin, une crèche et une rose de Noël au milieu de ma table, et c'est tout (rien à l'extérieur). J'aime bien la période de Noël pour manger une délicieuse cougnolle au petit-déjeuner. Ma famille et moi avons décidé depuis très longtemps de ne plus s'offrir de cadeaux, et cela réjouit tout le monde de ne plus devoir faire le tour des magasins. Nous nous réunissons le 25 décembre à une trentaine de personnes dans un restaurant (tout le monde profite du repas et personne ne passe la journée dans la cuisine) et c'est pour moi l'occasion de revoir mes oncles, tantes, cousins et cousines que je n'ai pas toujours l'occasion de voir le reste de l'année.
    Alors, cette Noël-là, sans chichis, me plaît.

    Posté par Un petit Belge, 21 décembre 2009 à 10:42
  • Comme toi ces fêtes forcées , programmée ne me donnent aucun sentiment de joie
    le seul , c'est de réaliser que ce que j'ai de plus cher , mes enfants , mes parents , mon homme , sont là , bien là , en chair et en os

    pour le reste , je fais de plus en plus abtraction de la consommation , je m'en préserve , j'anticipe pour ne pas devoir me meler à cette foule étourdissante
    et sur cette blogesphère , je me réjouis de ces coeurs aimants , généreux et chaleureux , dont tu fais partie

    belle journée à toi ..

    Posté par Jeanne, 21 décembre 2009 à 11:06
  • Je ne suis pas assez claire avec moi-même pour pouvoir participer à ce sujet, mais je voulais dire, Coumarine, que je me réjouis avec toi, et de l'existence de ce blog, de la qualité de ces notes, et de celle de ses commentaires.
    Je retiens en particulier les intervention de d'Incertaine, de Jaca, mais les autres sont intéressantes aussi.
    Sans compter les autres commentaires des autres notes !

    Donc merci à toi, Coumarine, merci aux intervenants, et malgré tout, je vous souhaite un bon temps de noël...

    Posté par sel, 21 décembre 2009 à 12:33
  • oui, c'est bien ça Coumarine, t'as mille fois raison .... se responsabiliser et non point culpabiliser .
    J'ai encore du travail à faire pour ne pas confondre et prendre l'un pour l'autre . Je sens que je suis encore souvent dans la culpabilité plutôt ....

    Posté par julie, 21 décembre 2009 à 14:17
  • @ahhhhhhhh le petit Belge..que j'aime votre façon de fêter Noël... elle rejoint la simplicité colorée de tendresse à laquelle tant de nous aspirent...

    @Jeanne...oui tu dis là qualque ch de très vrai: dans la blogosphère que est la tienne, qui est la mienne aussi il y a plein de cœurs aimants et chaleureux comme tu le dis si bien...
    On a de la chance!

    @sal..comme toi je suis un peu dans le vague: je continue à préparer la fête, qui sera comme habituellement, le plus simplement possible, mais remplie d'amour, du moins je l'espère
    Mais j'aimerais l'année prochaine davantage réfléchir à tout ce que cette fête véhicule comme sentiments de culpabilité...

    @Julie... l'important, c'est de ne jamais s'arrêter de cheminer. On a tous beaucoup de chemin à faire qd on s'interroge que sa vie...

    Posté par Coumarine, 21 décembre 2009 à 15:04
  • Ressenti

    Je n'ajouterai rien ca r tu as exprimé ce que je ressens et je n'ai pas envie d'écrire sur Noël.

    Posté par Ariaga, 21 décembre 2009 à 17:52
  • @Ariaga... alors, nous serons au moins deux )

    Posté par Coumarine, 21 décembre 2009 à 22:44
1  2    Dernier »

Poster un commentaire