Le jardinier médite - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

26 novembre 2009

Le jardinier médite

C'est comme un jardin.
Un jardin dont s'occupe le jardinier.
Il se passe de tout dans un jardin: il y a de la boue, de la terre, des vers de terre, des parasites, des feuilles bouffées par les parasites.
Il y a des graines et des bulbes plantées à l'automne et qui poussent au printemps, des qui ne poussent pas du tout, ou de travers, ou à l'envers, ou tordues, ou à moitié.
Il y a des orages qui dévastent tout.

Il y a aussi des parterres piquées de mille couleurs, des arbres qui s'éclatent dans leurs fougues automnales, des papillons qui partent en voyage de fleur en fleur, des oiseaux qui stridulent leurs mélopées.

Dans un jardin, il y a la vie donnée
Et la vie ôtée

Le jardinier plante, arrache, enterre, arrose, récolte, cueille.
Il espère et s'exerce à la reconnaissance
Il s'obstine, rage et enrage

Et le jardinier devant ce jardin qui vit, qui meurt, qui revit... le jardinier médite
Sur le cycle de la Vie, de la Mort
Sur l'hiver. Sur le printemps.
Sur les tempêtes. Sur les grands soleils.

Il médite, comme moi.

Planter la vie, la renforcer s'il le faut, ce n'est pas si difficile, (si quand même un peu). Il faut pour cela du courage, de la persévérance, de la foi.
Par contre, laisser mourir ce qui doit disparaître, voilà qui n'est pas facile

Pas facile du tout...


Commentaires

    Et si on faisait un grand feu pour brûler tout "ce qui doit disparaître"...
    Alors... assise au coin de feu...(méditant et écrivant)... cueillez dès aujourd'hui les roses ( les mots) de la vie.
    Tu es une très bonne jardinière.

    Posté par charlotte, 26 novembre 2009 à 17:56
  • Ah, Coum! Comme ce texte me parle! Je suis jardinier en hobby, jardinier dans l'âme, la mienne, aussi ... et que c'est dur de laisser mourir ce qui doit mourir à moi-même! J'aime cette image du jardinier qui plante et arrache, soigne et tue, espère, reçoit et médite... Tout un programme!

    Posté par fcplume, 26 novembre 2009 à 18:05
  • Moi aussi

    J'aime beaucoup les jardins moi aussi, et pour tout ce que vous en dites: ce qui s'y passe, la posibilité de voir, et de méditer... Bravo en tout cas, c'est joliment dit!

    Posté par Jesadom, 26 novembre 2009 à 18:11
  • "Par contre, laisser mourir ce qui doit disparaître, voilà qui n'est pas facile".
    Même pas avec tes trois gouttes de "Merveille" dans ton thé le matin ? Bon, c l'atelier, hi, hi, --> je sors Big smacks !

    Posté par Filo Filo, 26 novembre 2009 à 18:42
  • J'aime beaucoup les jardins ouvriers, ceux qu'on voir aux bords des villes, j'aime les alignements, les réserves d'eau et l'attention qu'ils nécessitent.

    Posté par Berthoise, 26 novembre 2009 à 20:33
  • J'ai beau méditer régulièrement, je n'en suis pas moins une piètre jardinière...

    Posté par Louloute, 26 novembre 2009 à 20:38
  • Pourquoi diable je ne prends pas plus de temps pour jardiner pour pouvoir méditer.
    Cela me fait penser qu'il est temps que je pense à mes plantes vertes, sinon elles vont finir par me bouder !

    Posté par naline, 26 novembre 2009 à 20:38
  • @Charlotte... justement au sens premier, je ne suis pas bonne jardinière...héhé
    par contre méditer sur le temps qui file...ça je sais faire...)

    FCplume...contrairement à toi je ne suis pas une jardinière... mais j'ai utilisé la métaphore pour parler de ce que je voulais faire passer...
    merci à toi!

    @Jesadom... bienvenue à vous ici... voir, admirer et méditer... oui j'aime faire ça )

    @filo...hiiiiii j'ai plus pensé à mes gouttes d'émerveillement )

    Posté par Coumarine, 26 novembre 2009 à 21:30
  • @Berthoise... si tu aimes ça, tu dois aimer aussi t'attarder et regarder et admirer...

    @Louloute..je suis exactement dans ton cas... je n'ai pas la main verte...

    @naline... être dans son jardin à regarder pousser les choses... c'est comme être auprès de "notre" étang et photographier ses beautés... ça procure une grande paix..

    Posté par Coumarine, 26 novembre 2009 à 21:33
  • Moi ce texte me parle au deuxième degré, et je crois que l'on est jamais prêt à accepter de laisser mourir ce qui doit disparaître, surtout quand il s'agit de personnes autour de nous. Nos grands parents, nos parents, tous ces êtres chers qui nous entourent, on a beau savoir leur finitude, et s'y préparer, et méditer, lorsque ça arrive, ça fait très mal.

    Posté par celestine, 26 novembre 2009 à 22:48
  • @celestine... comme la plupart de mes billets, il est en effet à prendre au second degré...
    Accepter de "perdre" les gens qu'on aime, oui bien sûr c'est très douloureux
    Mais parfois on s'accroche à des choses qui sont terminées (une relation par ex) et ça fait du tort
    Cela mériterait bien sûr d'être davantage développé

    Posté par Coumarine, 26 novembre 2009 à 23:00
  • Mais dîtes moi !

    Joli brin de texte !

    Posté par Bérangère, 26 novembre 2009 à 23:26
  • Un jardin, c'est La Vie avec ces luttes féroces, ces victoires, la survie, la mort.
    Mon jardin, c'est mon école de la patience.
    Bisous

    Posté par claire, 27 novembre 2009 à 00:29
  • Je suis un jardinier de la vie qui ne supporte pas les bonzaï(s)...

    Posté par papet Croûton, 27 novembre 2009 à 06:04
  • J'oublie la métaphore pour ne penser que "jardin", un extraordinaire dérivatif, qui me manque à cette saison.

    Posté par mab, 27 novembre 2009 à 07:05
  • J'ai un jardin qui pendant de longues années a été une une source de plaisir et de réconfort aussi

    Et puis un jour j'ai cessé de jardiner ce jardin "de l'extérieur" pour commencer à m'occuper de mon jardin "intérieur".

    Mon jardin extérieur vit au fil des saisons, de temps en temps je remets un petit peu d'ordre par ci-par là, mais la plupart du temps je le laisse se débrouiller.
    Dans mon jardin intérieur, je chemine petit à petit. Je cultive ce qu'il y a de bon et de nourrissant à cultiver et j'essaye de laisser se faner et s'éteindre les fleurs qui parfois peuvent être belles, mais qui sont soit "passées de saison", soit nocives.

    Posté par Annick, 27 novembre 2009 à 08:16
  • Au second degré, cela ne marche jamais. On n'est jamais prêt, même avec du raisonnement, de la pensée pure et tout et tout à laisser partir/mourir quelqu'un (de proche), même si cette personne est prête, voir le souhaite.
    C'est comme cela, c'est de l'égoïsme de vivant, on pense qu'on a toujours quelque chose à dire, à apprendre, à recevoir. On est d'accord pour qu'elle meurt, oui bien sur , mais demain, pas aujourd'hui.
    Heureusement qu'on a peu de prises sur ces choses là en fait.

    Posté par Prax, 27 novembre 2009 à 09:09
  • Et bien Coumarine, tu as une "petite mine" depuis quelques notes...J'espère que ça va s'arranger, ou plutôt, que tu sauras "laisser mourir" ce qui doit l'être. Ce n'est certes pas évident.
    Cela me parle d'autant plus qu'hier, j'ai enfin accepté d'arracher (j'espère) définitivement une plante qui fut belle, mais qui fait désormais partie du passé. Il m'a fallu des années pour couper le dernier lien ! Il était temps.

    Posté par sel, 27 novembre 2009 à 09:10
  • Avec ses enfants, c'est pareil... On les nourrit, les cajole, veille sur eux pour leur donner tout ce qu'il ont besoin pour grandir et puis un jour, il faut les laisser quitter le jardin... c'est pas facile!
    Je t'embrasse Coum!

    Posté par tilleul, 27 novembre 2009 à 09:52
  • Rien ne se perd

    C'est le jardin de la vie!Nettoyer pour garder le meilleur. Rien ne se perd, tout se transforme...
    Bises.

    Posté par Yog, 27 novembre 2009 à 09:59
  • Laisser mourir ce qui doit disparaître...

    Mais ce qui est peut-être encore plus difficile, c'est l'élagage des arbres.
    Couper des branches vives, (et pas seulement des branches mortes), pour que d'autres puissent pousser pleinement.

    Dans la vie, cela s'appelle faire des choix et des renoncements à des choses que pourtant on aime.
    Il paraît que cela s'appelle être adulte !
    Parce que l'enfant il veut tout, absolument tout, toujours tout...

    Posté par alainx, 27 novembre 2009 à 12:03
  • C'est vrai tu as raison.

    Et puis parfois, on aime bien le jardin d'herbes folles...

    Posté par Fauvette, 27 novembre 2009 à 13:27
  • Voltaire disait :" il faut cultiver notre jardin."

    En lisant ton texte, je me suis rappelée cette phrase :"toute forme doit disparaître pour laisser la place à une nouvelle forme. Toute conscience doit disparaître afin de transmuter ce qui doit naître." et " la destruction n'est pas la souffrance. La destruction est joie et renaissance."
    Alors, pourquoi s'agiter puisqu'il faut laisser mourrir ce qui doit mourrir.
    Il n'y a pas de lutte, seulement acceptation de ce qui est.
    Sommes-nous la graine du désir, imposer son futur en visualisant la forme de ses feuilles ou faisons-nous confiance au jardinier qui de l'autre côté saura nous mettre dans les meilleures conditions afin que nous déployions ce que lui-même ignore?
    Pourquoi les jardiniers sont-ils autant aux petits soins pour nous tout en nous disant que le boulot c'est nous qui devons le faire?
    Ils ne peuvent pousser pour nous. Ils ne peuvent que nous donner l'environnement adéquat.
    Eux, ils sont de l'autre côté et nous, on est en plein humus en se disant qu'il y fait bien noir et que ça ne sent pas si bon que cela.
    Ils ne peuvent donc que remuer la terre un peu pour l'aérer de leur lumière et de leur amour...

    Posté par bernie.83, 27 novembre 2009 à 13:29
  • Il m'arrive de dire que dorénavant je travaille à "cultiver mon jardin" ...je dis toujours ce que je pense...j'essaie de cultiver ce qui est bon en moi mais c'est difficile...pppfff....ça se travaille...
    Bon...J'ai un sale caractère mais la façon la plus simple de me sentir bien est de dire un mot gentil à quelqu'un. Ce n'est pas vraiment si difficile de dire "bonjour"ou "merci"....))

    Posté par abeille, 27 novembre 2009 à 13:52
  • Là, tu vois Coum" ça fait trois fois (3 fois) que j'ouvre ton Blog, que je lis ton billet et je ne comprends pas... Mais alors, rien... Je dois avoir mes trucs de Mâle primaire, "comprends que dalle !

    Bleck

    Posté par Bleck, 27 novembre 2009 à 16:38
  • (J'ai écrit un petit mot pour toi chez moi, et je crois que ça peut être une réponse à ce que tu écris là.)

    As tu pensé à mettre un peu tes terres en jachère?

    Posté par Amélie, 27 novembre 2009 à 17:12
  • @Bérangère... merciiiiiiiiiiiii!

    @Clairette, un jardin=école de patience...bien vu!

    @papet crouton...dans mes bras ) je ne supporte pas les bonsaïs non plus! J'en ai déjà parlé ici...ces plantes dont sabote les ailes...

    @mab...ainsi tu es une jardinière?? Bises.

    @Annick... ça me semble très sage tout ce que tu écris là...du moins je m'y retrouve à 100%. Je laisse aussi de plus en plus le jardin du dehors se débrouiller un peu...il est plus sauvage comme ça...plus rebelle..

    @Prax... tu es bien sérieux aujourd'hui. Et en plus tu as raison... c'est dure de "perdre" ceux qu'on aime, ce n'est pas de l'égoïsme de vivants...

    Posté par Coumarine, 27 novembre 2009 à 20:03
  • @sel... tu vois? tu m'as parfaitement comprise... merci!
    (mais cela n'empêche pas que j'ai une petite mine en effet... le temps est ici si gris, si pluvieux...

    @tilleul... voilà c'est ça! laisser partir ses enfants pour qu'ils vivent leur vie à eux;..qui a dit que c'était simple?

    @Yog... un beau résumé tes quelques mots... merci! toi la sage...

    @Alainx...élaguer c'est en effet très difficile. Couper dans les forces vives pour plus de vie!
    Cela semble paradoxal... et pourtant, c'est la loi de la vie en effet!

    @fauvette...tu as vu ce film "les herbes folles". j'avais envie moi, mais les critiques ne sont pas si bonnes ;-(

    Posté par Coumarine, 27 novembre 2009 à 20:08
  • @bernie...tu écris: pourquoi s'agiter... ben parce que c'est humain. On résiste au changement, on proteste devant l'inconfort de l'inconnu
    Il faut du courage pour lâcher prise...vraiment!

    @abeille...toi mauvais caractère? oui j'avais remarqué! mais je t'aime bien comme ça! c'est tout ton charme!!!
    (tu vois que tu es revenue?? ouf de ouf!)

    @Bleck... au secoursssssssssssss
    tu vas plus venir alorssssssssssssss
    mais tu sais bien que je parle souvent en métaphores, que j'adore ça!
    Allez, il n'y pas UNE explication à ces mots inutiles... à chacun à lire comme il en a envie!
    Mais je devrai peut-être faire attention de ne pas devenir hermétique!
    Merci d'attirer mon attention...

    @Amélie... merci, je t'ai écrit!

    Posté par Coumarine, 27 novembre 2009 à 20:14
  • Quel beau jardin de vie. J'aime la description que tu en fais, il n'y a que de la vie et de l'amour, ce qu'on appelle mort n'est-elle pas aussi un aspect de la vie ? La vie infinie, immortelle, d'ailleurs comme les fleurs !
    Je te souhaite une belle journée.

    Posté par souamie, 28 novembre 2009 à 09:09
  • "Par contre, laisser mourir ce qui doit disparaître, voilà qui n'est pas facile"
    C'est vrai... aussi ailleurs que dans le jardin !!

    C'est pourtant, je crois, une preuve d'amour !!

    Posté par teb, 28 novembre 2009 à 12:54
  • Connais-tu l'expression "avoir les oreilles qui sifflent"? Oui, bien sûr. Eh bien si tes oreilles sifflent lundi et que tu crois au bienfait de tes sifflements alors tu entendras le sourire des élèves de ma classe quand je leur lirai ton texte sur le jardin. Eh bien oui, je leur lirai ton texte parce que je le trouve bien à propos, très beau, très parlant et très riche de sensations, d'images, de couleurs... Nous avons un jardin à l'école et nous l'entretenons. Les enfants adorent patouiller dans la gadoue en ce moment (les parents râlent un peu!). Et je suis certaine que les enfants apprécieront ce texte. Je les imagine déjà, à poser 100 questions sur les mots qu'ils ne comprennent pas, à utiliser les suites de verbes parce que c'est rigolo de parler ainsi. Puis à utiliser ces mots à tout vent. Les mots compliqués, ça fait toujours rire les enfants! Là, je pense que le mot mélopée va bien les faire rire.
    Je pense que je changerai juste le mot "bouffées" parce qu'il me gène un peu face à ce public de 5/6 ans. "rongées" ou "croquées" ou ...?
    Je te raconterai les réactions. Merci.

    Posté par Chris, 28 novembre 2009 à 15:52
  • Non je n'ai pas vu le film en fait ! Je pensais à la liberté, c'est amusant le télescopage.

    Posté par Fauvette, 28 novembre 2009 à 18:35
  • Je débarque avec mes gros sabots et ne peut m'empêcher de voir de la métaphore amoureuse dans le propos... mais c'est peut etre trop restrictif...
    Alors oui, il faut laisser mourir ce qui doit mourir, il faut aussi accepter que des fois une terre ne convienne pas à un plan, et qu'il peut très bien s'épanouir ailleurs... accepter de donner plutôt que de voir mourir n'est peut être pas de prime abord plus facile que de voir mourir, mais avec le recul c'est quand même plus satisfaisant...

    Posté par philachev, 28 novembre 2009 à 19:08
  • J'adore jardiner, je ne suis pas très efficace, jamais de produit, petite vitesse, grande méditation. Je ne suis pas capable de me nourrir, juste capable de compléter agréablement ce que j'achète dans des magasins ou au marché.
    Mais je pense à cette vie qui existerait bien sans moi, et aussi sans moi disparaitrait. Cela me rend humble, et satisfait de peu. Je serais mois cool si je devais nourrir 4 personnes avec mes bras, mon objectif technique pour traverser l'adversité et quitter ce monde de barbares au plus vite.
    Alors je vais améliorer doucement ma production, dès que je serais installé à la campagne, dans quelques mois si tout va bien.

    Posté par ppm00, 28 novembre 2009 à 20:24
  • Magnifique !

    Très émue en lisant ton texte. Il exprime si bien notre jardin, notre vie. A nous de lui consacrer du temps pour l'entretenir. Le faire fructifier un peu plus chaque jour. Notre vie en sera que plus belle. Je t'embrasse. Nadine

    Posté par sugus75, 28 novembre 2009 à 20:50
  • Jardiner et méditer , je le crois
    Dans mon jardin je pose des plants donnés par des amis , ce sont les liens de vie , et je donne à mon tour

    On sème , on récolte dans la vie , mes plants ont bien poussé , il faut les entretenir et Ôter les parasites avant qu'ils ravagent ce que l'on vuet garder ..
    très beau billet

    Posté par Jeanne, 28 novembre 2009 à 21:35
  • @souamie...bien sûr la mort fait partie du cycle de la vie... mais pas si facile à accepter quand le moment est venu, pour soi ou pour les proches, ou pour les projets qu'il faut laisser mourir...

    @teb... oui parfois c'est une preuve d'amour que de "laisser partir..."

    @Chris... quelle bonne idée! (tu as raison de changer le mot bouffer, oups!)
    ça m'intéresserait d'avoir les réactions d'enfants si jeunes... je suis persuadée qu'il convient de les éveiller très tôt à la musique des mots
    bonne chance lundi!

    Posté par Coumarine, 28 novembre 2009 à 21:46
  • @fauvette...oui c'est amusant. Je te posais la question pour le film, sachant que tu aimes le cinéma.-)

    philachev... bienvenue à tes gros sabots...))
    J'aime beaucoup que tu vois dans ce texte, une métaphore amoureuse
    Car finalement tant de choses se résument à "savoir aimer", autant dans le vivre que dans le mourir...

    @ppm.. j'ai cru lire que les nouvelles sont de type "amoureux" chez toi? Alors oui, faut cultiver ton jardin...


    @sugus... bienvenue Nadine sur mes petites paroles...
    oui il convient de consacrer du temps à notre jardin intérieur... Je t'embrasse aussi

    @Jeanne... entretenir ses plants c'est sans doute aussi entretenir un blog qui apporte quelque chose à ses lecteurs... comme tu le fais )

    Posté par Coumarine, 28 novembre 2009 à 21:53
  • Métaphore...

    Le chemin, la route, le jardin, la vie, mais aussi l'après... et ce qui me parle le plus, les dernières lignes! Je le ressens, je le vis au quotidien, ...
    "Il faut pour cela du courage, de la persévérance, de la FOI. (La foi nous enrobe de douceur si on en a besoin...) Par contre, laisser mourir ce qui doit disparaître, voilà qui n'est pas facile" … Il faut apprivoiser tout ça...
    Ma "tantine" est partie le 11 novembre... et je n'arrive pas à m'y faire! Elle vit en moi par la pensée toute la journée! Cela me fait sourire souvent, je reste positive, c'est la vie, et puis de si bons souvenirs refont surface... mais parfois les larmes sont au RDV! Dans mon jardin, il y a aussi de tout, ... des rires et mais aussi des sanglots!
    Bon dimanche Coum!

    Posté par Magel, 29 novembre 2009 à 11:53
  • @Magel...merci pour ce témoignage qui nous parle de la "pluie" (tes larmes de tristesse suite au départ de ta tantine) et du "soleil" (les beaux souvenirs qui aident à vivre)qui vont toujours de pair..

    Posté par Coumarine, 29 novembre 2009 à 12:29
  • Bonjour Coumarine,
    je ne peux m'empêcher au Notre Père de mon enfance que j'avais tant de mal à comprendre, qui me révoltait et dont je parviens parfois à saisir le Sens :
    Que ta volonté soit faite.

    Il ne s'agit sans doute pas d'accepter et de courber l'échine, il s'agit de se laisser porter et d'agir juste pour les autres et pour soi-même. Oh, je n'ai pas dit que c'est facile ... comment choisir ce qui est juste ? la prière, la méditation, le regard vers l'intérieur aident mais parfois la lumière tarde à venir. Parfois aussi le chemin sur lequel on s'engage n'est pas juste, il faut savoir s'arrêter et retourner sur ses pas. Certains tatonnements prennent des années. Heureusement, comme dans un jardin,il y a les tuteurs pour nous guider dans la voie juste.

    Posté par nicole 86, 29 novembre 2009 à 14:57
  • Alchimie

    Merci pour cette comparaison si réussie dans un style que j'aime beaucoup. Je pense, en te lisant au jardin des alchimistes dont les fruits seraient les pommes d'or de l'Oeuvre aboutie. Amitiés.

    Posté par Ariaga, 29 novembre 2009 à 16:31
  • @nicole... je comprends très bien ce que tu veux dire, du moins je le crois vraiment
    Se couler dans la difficulté, plutôt que se contracter contre elle...
    pas facile... mais porteur...

    @ariaga... tu es toujours la bienvenue ici
    suis contente que ce petit texte te parle...

    Posté par Coumarine, 29 novembre 2009 à 19:10
  • En écho à ton billet, je viens de découvrir ceci :

    http://www.blogdei.com/bergerie/index.php/2009/11/21/325-le-conte-du-bambou

    Bonne soirée et bonne semaine

    Posté par nicole 86, 29 novembre 2009 à 22:48
  • merci nicole...j'ai été lire le conte du bambou...

    Posté par Coumarine, 29 novembre 2009 à 22:58
  • Je voudrais connaître...

    Ta version "Jardinière" ! Elle serait cooptée avec celle-ci pour l'ANTHOLOGIE DU POT AUX ROSES que nous préparons pour le Printemps des Poètes COULEUR FEMME. C'est une nouvelle consigne d'écriture , tu peux ramener des semis Belges , ils sont les bienvenus. Je n'ai plus beaucoup de temps, mais je pense souvent à toi. Ecris ! Même si tu as comme l'Ami Charles et bien d'autres "maille à partir avec le temps "... C'est la seule façon de ne pas rester en Jachère ou de détricoter le temps dans l'effroi ou le découragement...

    Posté par MthCauseuse, 30 novembre 2009 à 07:42
  • merci Marie-Thé pour ton passage
    c'est vrai que tu manques ici
    J'irai voir de quoi il s'agit sur la Cause...
    Je t'embrasse

    Posté par Coumarine, 30 novembre 2009 à 10:16
  • Je préfère ce texte, apaisé, contemplatif, au précédent plus tourmenté, même si le tumulte que ce dernier suscite en moi à la lecture est une preuve de son efficacité!

    Posté par Pascale, 30 novembre 2009 à 10:21
  • 'le jardin médite' ton texte est puissant ; pris au premier degré ou comme métaphore, il est aussi parlant.

    tout un symbole sur la vie, l'abandon, la mort, l'oubli !

    Que les fleurs redonnent la joie au Printemps ! il nous faut juste un peu de patience ; pourquoi ne sommes nous pas comme les mammifères ou certains poissons qui dorment l'hiver ?...

    Posté par LOUlotte2, 30 novembre 2009 à 23:07
1  2    Dernier »

Poster un commentaire