Le plus beau collier du monde - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

25 août 2009

Le plus beau collier du monde

Elle était assise un peu à l'écart des autres invités...
Le monde s'agglutinait ailleurs, dans ses bavardages bruyants, rieurs et ensoleillés.
Elle, déjà assise, se tenait à l'écart et travaillait consciencieusement.

Je voyais sa concentration extrême, je voyais des petits morceaux colorés éparpillés autour d'elle.
Je me suis approchée doucement, je voulais savoir ce qui l'occupait ainsi.

Elle enfilait des petits carrés de feutrine colorés. Le fil long et solide se pliait avec grâce à ses tentatives  maladroites pour enfiler correctement chaque petit carré.

Il y avait aussi des petits ronds, tout aussi colorés, encore couchés sur la table, ou dans la grande boite devant elle.

Elle s'efforçait de varier les formes et les couleurs, elle tirait la langue dans son effort, et j'entendais ses murmures étouffés, sorte de chanson silencieuse et discrète mais un peu lancinante à laquelle personne ne faisait vraiment attention.
Sauf deux personnes assez âgées qui se tenaient à ses côtés, elles aussi par la force des choses un peu à l'écart de tout ce monde bruyant, rieur, dans le jardin ensoleillé en cette belle journée d'été.

Je voyais ce qui devenait un collier de couleurs vives, danser entre ses mains, j'étais fascinée. J'étais heureuse de voir ça...

J'ai pris le risque de lui adresser la parole. J'ai dit un peu bêtement que c'était beau ce qu'elle faisait, tout en posant ma main sur son dos courbé. Elle a suspendu son geste , m'a regardé avec une attention soutenue et m'a tendu son œuvre avec une sorte de gazouillis étrange. Comme celui d'un oiseau blessé.
Puis un geste brusque vers mon cou...
Je comprenais qu'elle voulait que j'essaie son collier magnifique
C'est ce que j'ai fait: je l'ai religieusement placé autour de mon cou, me suis  mise devant elle pour qu'elle admire et elle a poussé de petits cris désordonnés de joie profonde.

Elle était assise dans son fauteuil roulant au bord d'une table un peu isolée, elle poussait de petits cris joyeux et désordonnés comme ses gestes, comme sa vie,  tout en fabriquant le plus beau collier du monde.

Cette beauté incroyable tapie là, dans quelques mètres carrés de douleur, si joyeuse pourtant ce jour-là...


Commentaires

    Il ne faut jurer de rien...

    Le monde n'est pas manichéen! Qui cache quoi? Mais offrir de la joie en faisant le geste simple de porter un collier n'est pas non plus donné à tout le monde...
    Finalement on peut trouver de l'amour partout! Mon ennemi intime "Le Kaiser" (Les grincheux sont partout!) le savait... avant moi peut-être!
    Amitiés.

    Posté par Papa de Lili, 25 août 2009 à 12:50
  • une histoire de sympathie qui est un beau témoignage très réaliste

    Posté par wictoria, 25 août 2009 à 13:17
  • Une jolie rencontre fort bien racontée... mais ça je le savais avant de cliquer sur ton Blog.

    Bleck

    Posté par Bleck, 25 août 2009 à 13:22
  • On peut guérir tant de maux avec un sourire accompagné d'une parole d'espoir.
    La douceur d'un sourire, c'est le parfum de l'amour.
    L'esprit pose les questions... et c'est le coeur qui y répond.
    Un bonjour, un sourire, il faut si peu de chose pour rendre quelqu'un heureux, le salut d'un ami(e), de la tendresse, de l'amitié, la vie est super belle, un peu de chaleur dans chaque coeur pour apporter le bonheur...
    Je te souhaite une bonne après-midi.

    Posté par bernie.83, 25 août 2009 à 13:33
  • A vous...

    apprendre (en ce qui ME concerne)à ne pas avoir peur d'approcher la personne "différente", à m'intéresser à elle, à ce qu'elle fait. A lui poser des questions auxquelles elle ne répondra pas de manière "normale". Oser entamer un dialogue autrement que pas les mots (moi qui les aime tant)...
    Il y a eu un contact vrai et dense entre cette personne et moi, moi debout, elle assise dans son fauteuil roulant...
    c'est moi qui ai reçu!
    son sourire et son chant d'oiseau blessé...

    Posté par Coumarine, 25 août 2009 à 14:15
  • Eh, oui ! ce qu'il y'a de bien dans le don de soi, c'est qu'on reçoit tjs plus qu'on ne donne : la réaction est tjs plus forte que l'action.
    Mais, il est vrai que nous vivons dans une société où la diffèrence est rejetée alors qu'un simple regard apporte tellement, et pour le vivre et l'entendre autour de moi, c'est une rencontre enrichissante.
    Les amitiés sincères ne naissent pas d'une attirance physique.

    Posté par bernie.83, 25 août 2009 à 18:27
  • Qu'ils sont doux, ces moments de complicité partagée. Ces petits bonheurs faits de deux fois rien.
    Un sourire, une attention, un mot gentil.
    A la portée de tous.
    Et pourquoi en sommes-nous parfois avares ?

    Posté par naline, 25 août 2009 à 19:30
  • C'est une très belle rencontre, très pure.

    Tu dis avoir reçu mais elle aussi elle a reçu de l'amour, de l'affection, de la reconnaissance.

    Avec 3 fois rien on peut charger de bonheur une journée, un moment d'une existence...

    Alors pourquoi nous en privons nous? Pourquoi en priver les autres?

    Les choses simples font parfois tellement de bien...

    Bonne continuation

    Posté par Louloute, 25 août 2009 à 21:03
  • @bernie...je ne sais pas si moi j'ai donné, je me suis juste approchée d'elle avec le désir de m'intéresser à ce qu'elle faisait, le désir de "dialoguer" un peu avec elle
    Elle était isolée...semblait un peu seul, rien que ses parents âgés... (oui je sais je ne suis sans doute pas claire ds ma façon de raconter)
    Je me suis rendue compte qu'en général,je me tiens éloignée de la personne handicapée mentale
    peur de ne pas avoir la bonne attitude.
    Et c'est si simple qd on ose la simplicité

    @naline...je crois que je ne suis pas la seule à avoir cette "peur" de la personne handicapée mentale profonde... de là cette difficulté à l'approcher comme une personne

    @louloute...oui elle a reçu mon réel intérêt et en retour, j'ai reçu un énorme sourire et ses "mots" touchants...
    Et puis, j'étais belle avec le collier en feutrine...

    Posté par Coumarine, 25 août 2009 à 21:14
  • le plus beau collier du monde c'est ses bras autour de mon cou

    Posté par madame de K, 25 août 2009 à 21:41
  • 2e commentaire (un peu moins ego-centré : dans le contact avec les personnes "différentes" comme vous dites, il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes. Je connais des personnes handicapées moteur et ayant des difficultés à s'exprimer mais qui ont une cervelle qui marche comme la tienne ou la mienne. Ces personnes sont doublement blessées quand on s'adresse à elles en les infantilisant. Du coup je m'adresse à tous de la même façon et sur le même ton, pour être sûre... Je suis peut-être à côté de la plaque, mais j'avais envie de dire ça !

    Posté par madame de K, 25 août 2009 à 21:46
  • @madame de K. tu as parfaitement raison de rappeler ce qui est loin d'être un détail...
    J'ai abordé cette personne comme on aborde n'importe qui, en posant une question intéressée sur ce qu'elle faisait...elle m'a répondu à sa manière... sans mots mais avec son sourire et des petits grognements
    Je ne connais pas le degré d'handicap mental de cette personne, et d'ailleurs ce n'était pas mon but de le savoir... mais ce que je sais, c'est qu'un courant très fort est passé entre nous...de la manière la plus simple qui soit
    Merci de nous rappeler ce point TRES important

    Posté par Coumarine, 25 août 2009 à 22:17
  • Etre naturel, le plus possible, parfois c'est difficile, mais c'est la meilleure façon d'aborder l'autre qui n'est pas si différent d'ailleurs.

    Posté par mab, 26 août 2009 à 07:12
  • Tout ce que j'aime.......

    Posté par mel, 26 août 2009 à 08:36
  • Une pépite, non, deux pépites : le billet et le commentaire de madame de K.

    Posté par nicole 86, 26 août 2009 à 09:25
  • moi, j'ai parfois du mal à parler avec des gens que je sais parfois complétement capables de se faire comprendre avec des mots et parfois avec d'autres un regard ou un geste suffit. Et je sais que parfois, les autres ont du mal à venir vers moi. C'est comme ça. Mais savoir qu'on a des difficultés , c'est déjà un premier pas et quand en plus, on tend la main alors, c'est cadeau.
    Je pense que tes billets sont aussi des petits bouts de vie à prendre tels qu'ils sont et comme tu es. Juste parfois un petit caillou sur le chemin de ta vie, juste pour dire ce que tu as ressenti et qu'il faut qu'on les prenne comme tels.
    bisous ma Coum
    ps : désolée d'être parfois un peu hermétique dans mes commentaires.

    Posté par Claire, 26 août 2009 à 10:48
  • Aller vers l'autre , celui ou celle que l'on croit " différent" , le coeur ouvert ....et tout alors s'ouvre . Tu nous le racontes et tu l'as vécu , tu as pris le risque , comme tu dis .
    Oser aller vers la différence , vers ce qui nous est inconnu . Tout est là, je crois .
    C'est une belle histoire d'amour que tu partages avec nous et elle me conforte dans ma très grande envie de m'ouvrir à l'autre , sans conditions . De dépasser mes peurs !
    S'ouvrir à la différence tout simplement, ne rien attendre , juste s'ouvrir . Chaque jour un peu plus . Je pense que la magie de l'amour est là . Hélas , parfois nos peurs nous rattrapent et nous paralysent mais ça c'est "normal" , ce sont nos vieux réflexes qui prennent le dessus par moment . S'ouvrir à cette partie peureuse de nous-même et ne pas la condamner , c'est aussi s'ouvrir à la différence .
    S'accepter comme on est , est ce que ce ne serait pas aussi accepter l'autre comme il est , sans conditions ? Ce sont les questions que je me pose en ce moment et ton billet va dans ce sens .

    Posté par Julie, 26 août 2009 à 11:42
  • Les petits gestes du bonheur

    Demain je fête les 98 ans de ma mère. Elle vit dans une institution telle que celle du cadre de cette histoire. Combien il est important quand on rentre dans ce type d'établissement de prendre du temps pour dire bonjour, comment allez-vous, c'est joli ce que vous êtes en train de faire.
    De poser la main sur une épaule, de prendre une main dans la sienne. Comme c'est simple le bonheur. C'est un peu de temps, du sourire et des gestes.
    Merci pour ce texte.
    Pierre

    Posté par PierreDelphin, 26 août 2009 à 22:14
  • Touchée!
    J'aurais aimé être cette femme à qui elle a fait essayer ce magnifique collier.
    Touchée!

    Posté par valérie, 27 août 2009 à 20:49
  • @mab...rester naturel suppose de quitter sa peur, ce qui n'est pas toujours si évident

    @nicole...merci pour la pépite )

    @claire, mais tu n'es pas hermétique du tout...en tous cas, moi je te comprends très bien
    Tu sais que mes billets sont à prendre comme tels, un simple reflet de ce que j'essaie d'être

    Posté par Coumarine, 27 août 2009 à 22:17
  • Votre écriture me touche énormément par sa justesse de ton et les images, métaphores etc. développées, et cette maîtrise stylistique qui fait naître l'émotion...moi, qui ai les tiroirs pleins de textes inachevés,je suis sous le charme (littéraire et humain)...
    Amitiés

    Posté par Carla, 27 août 2009 à 22:18
  • @julie...ce n'est ni évident, ni facile de s'accepter comme on est, et d'accepter l'autre comme il est...
    C'est d'ailleurs sans cesse à recommencer...)

    @Pierre... merci à vous pour témoignage...

    @valérie... touchée? oui...ça ne m'étonne pas, toi la sensible
    Contente que tu me laisses un petit signe de ta présence )

    Posté par Coumarine, 27 août 2009 à 22:20
  • @Carla... merci pour votre visite
    merci pour votre commentaire
    il m'aide à croire dans ce que je fais ici, sur ce blog...

    Posté par Coumarine, 27 août 2009 à 22:21
  • C'est extrêmement touchant, et tu le dis comme ça tout simplement... Merci Coumarine.

    Posté par Fauvette, 28 août 2009 à 17:48
  • hello Fauvette tu vas bien?
    merci pour ton passage

    Posté par Coumarine, 28 août 2009 à 21:33
  • je reviens, je reviens, avec beaucoup de retard à rattraper, pardon ! Je retrouve tes écrits, tu décris si bien LA VIE, avec ce qu'il y a de beau, mais aussi de touchant comme ce bel échange entre deux êtres.

    A tout de suite !

    Posté par loulotte2, 28 août 2009 à 23:27
  • je découvre votre blog après avoir terminé la lecture de votre livre, dont la référence circule doucement de blog de scrap en blog de scrap. Je m'y suis sentie aussi bien que je me sens sur ce blog, entourée de mots justes et de cette intelligence des sitautions que j'apprècie beaucoup ! merci pour tous ces mots et cette justesse de ton !

    Posté par LeSCRAPdeVal, 28 août 2009 à 23:31
  • @loulotte...super contente de te revoir...il y avait longtemps en effet...me demandait où disparaissaient mes fidèles lectrices
    à très bientôt!

    @LeScrapdeVal... vous êtes une petite communauté de scrapeuses (c'est comme ça qu'on dit?) super sympathique...
    Merci pour la pub faite à mon livre... s'il vous plait et vous aide à persévérer dans l'authenticité...alors c'est gagné...
    Je suis contente que mon livre sur les blogs suit son petit bonhomme de chemin
    Tu as vu que je suis l'auteur d'un roman autobiographique, qui touche aussi beaucoup les lecteurs?
    (je dis ça, je dis rien...)

    Posté par Coumarine, 28 août 2009 à 23:48
  • ....★

    Ce texte m'a emportée vers des sentiments très forts et touchée énormément par la délicatesse qui s'en dégage...
    baisers de passage Coum

    Posté par julie M, 29 août 2009 à 22:38
  • Merci Julie, merci...

    Posté par Coumarine, 30 août 2009 à 23:36
  • C'est le propre du bonheur de jouer à cache-cache et d'aller se loger dans des sourires, des couleurs, des colliers inattendus..

    Pour mes statues..la tortue c'est à Niewport et la sauteuse, c'est à Koksijde..notre côte s'est drôlement enrichie ces derniers temps...

    Posté par catherine, 31 août 2009 à 22:03
  • ohhhh merci Catherine d'être venue me donner le renseignement...

    Posté par Coumarine, 31 août 2009 à 22:32

Poster un commentaire