Eternelle nomade - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

21 août 2009

Eternelle nomade

Je vais de chemin en chemin, éternelle nomade.
Je m'accroche obstinément au chemin que j'emprunte aujourd'hui, espérant qu'à chaque détour je trouverai la plénitude dont j'ai si soif, dont j'ai si faim et qui creuse mes reins, inlassablement.

Je marche.
Un pas, puis un pas, puis encore un pas.
Sur le côté du chemin, deux ou trois coquelicots m'offrent leur sourire de fleur éphémère.
Elles oscillent lentement dans le vent qui les malmène.
Leur fragilité me rassure: elles sont de ma famille!
Elles toisent le vent effrontément, mais se fripent hélas sous ses assauts et finissent par mourir au crépuscule.

Mourir... peut-être pour renaître, ailleurs, autrement...qui sait?

oiseaux
Photo Coumarine

Je marche.
Un pas puis un autre...
Je guette l'adret et ses étincelles de soleil qui plissent mes yeux aveuglés, mais je me perds dans l'ubac et ses ombres denses, mystérieuses, inquiétantes, dans lesquelles je finis par me dissoudre, sans avoir soupçonné qu'elles m'offraient tant de possibles.

Je marche.
Je vais de chemin en chemin, nomade perpétuelle.
car tous ces chemins ne se conjuguent qu'à l'éphémère...

Y a-t-il un endroit où les coquelicots fragiles, les tendres colza et les bleuets sensibles ne meurent pas en même temps que le jour?

champ_de_colza__Amaily_
Photo Marie-Aude

Faut-il changer de route, faire volte-face, brutalement s'il le faut et bifurquer d'un seul coup vers d'autres horizons? Sans un seul regard en arrière?

Je marche,
je cherche inlassablement.
Peut-être que je fuis, sans même m'en rendre compte...
Je cherche...suis-je sûre de vouloir trouver?

Mes chemins de nomade creusent ma faim, mais m'apportent l'aventure
Peut-être m'ennuierais-je à mourir sur un chemin sans bosses et sans fosses...

plaine_de_jeu_010

Photo Coumarine


Commentaires

    Coumarinette, bonsoir !

    Ben oui, nous sommes d'insatiables randonneuses, mais la VIE est tellement plus fascinante dans l'aventure, le doute, l'expérience, la confiance, la souffrance aussi est porteuse ! Elle nous fais avancer à pas de géants dans notre petite fourmilière. A la clé : partage de bonté, de créativité, de rencontres, de surprises ô combien enrichissante. COURAGE !!! Je te souhaite ces silences si denses qui rassurent et tonifient.
    Un tout gros SMACK pour Toi.

    Posté par Filo Filo, 21 août 2009 à 19:02
  • En marchant, on avance... et c'est important...
    Je reconnais ces petites hirondelles...! ) Si elles sont encore là, je les verrai la semaine prochaine...
    Bisous Coum!

    Posté par tilleul, 21 août 2009 à 19:11
  • @Filo...insatiables randonneuses...oui tu l'as dit, nous le sommes
    mais il arrive que on ait mal aux pieds...tendinite par exemple, alors aie aie zut...
    Un gros smack à toi aussi

    @tilleul ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, ce sont les petites hirondelles de là-bas, j'y étais cette semaine, "on" te fera d'ailleurs un grand bonjour de ma part... )
    Là je me suis assise à l'ombre du grand tilleul, dont quelques feuilles déjà annonce l'automne tout proche... ;-(

    Posté par Coumarine, 21 août 2009 à 19:23
  • Ne sommes-nous pas tous d'éternels nomades, à mettre un pas devant l'autre, à avancer sur son chemin, sur sa route ? A se poser des questions sur la direction à suivre aussi !

    "Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin". (Bouddha)

    Je te souhaite des doux pas sur ton chemin et un excellent week-end.

    Posté par naline, 21 août 2009 à 20:13
  • @naline...il arrive parfois que les questions que l'on se pose sur la direction à suivre, n'ont pas de réponse
    oui je crois que la citation que tu donnes est très vraie: on EST le chemin quand on chemine...
    Bon WE à toi aussi!

    Posté par Coumarine, 21 août 2009 à 20:45
  • Nomade toujours...Les reines mages suivent toujours l'étoile qui mène à une naissance.

    Posté par charlotte, 21 août 2009 à 21:47
  • @charlotte...les reines mages...j'adore cette expression...!

    Posté par Coumarine, 21 août 2009 à 22:33
  • Tu marches...

    Dans ta tête et ton coeur, en même temps que ta fille ... Ne pas la rattraper ... Garder la tendresse de ton regard sur sa nuque, elle finira par sentir et accepter cette protection fragile, immatérielle mais indispensable à tout petit humain. Je t'embrasse. Repose-toi un peu des mots si tu le peux...

    Posté par MthCauseuse, 21 août 2009 à 23:00
  • @Causeuse... je te lis, je lis ton souci, je dirais même ta tendresse..tu as vu le rapport entre les deux billets...
    Pourquoi me reposer des mots?
    Oui qui sait, peut-être sont-ils en train de s'essouffler, de tourner en rond...
    Ou alors c'est moi...

    Posté par Coumarine, 21 août 2009 à 23:11
  • Non ce n'est pas un commentaire, seulement un merci pour ces belles lignes qui m'interpellent. Je marche, je sais pas toujours où est le chemin, mais j'essaie d'avancer. Rien n'est plus terrible que de regarder le temps passer, immobile.
    Alors avançons, nous trouverons sans doute de petites parcelles de bonheur, et si on a la patience de faire le puzzle, ce sera......
    Bonne soirée.
    Pierre

    Posté par PierreDelphin, 22 août 2009 à 00:14
  • Comment ne pas penser à ta recherche de fille, marcher, tourner en rond, reculer, faire un faux pas, tout cela est quand même avancer.

    Posté par mab, 22 août 2009 à 07:00
  • Chemin de terre ou chemin de vie, avancer, respirer, vivre.

    Posté par fabeli, 22 août 2009 à 08:46
  • @Pierre...ne jamais s'immobiliser, surtout pas...
    mais marcher est parfois douloureux, il faut le reconnaitre
    merci pour tes mots

    @mab...bien sûr, mab, bien sûr, j'ai pensé à elle en écrivant ces mots...

    @fabeli...respirer aussi , ne pas oublier, surtout!

    Posté par Coumarine, 22 août 2009 à 10:08
  • bon week-end!

    Curiosité des paysages...l'incroyable variété se dévoile au rythme lent de ta marche. Une "retraite" à ciel ouvert. La rupture des contigences du quotidien.
    La sérénité d'un temps privilégié au plus profond de la nature.
    Bon chemin à toi et que celui-ci t'apporte ce que tu espères et ce qu'il a à te donner et que tu ne connais pas encore.
    Et quand on revient, si on sait qu'on ne sait rien, je crois bien que c'est ce qui nous pousse à repartir sur les chemins et à être tant qu'on le pourra des cheminants, pélerin-marcheur ou marcheur-pélerin. Heureux sommes-nous de pouvoir partir....
    Quand on revient, on a appris un peu ou beaucoup? mais je me suis rendue compte que l'on a encore beaucoup à apprendre. Donc, nous repartons
    Nos limites ne sont que celles que nous nous imposons.

    Posté par bernie.83, 22 août 2009 à 10:36
  • Ne serions-nous pas tous des randonneurs de l’inconnu ? Nous tentons de guider nos pas dans le mystère de demain, de surprises en émotions, ainsi nous dirigeons-nous vers quelque but ou le hasard à la part belle ... Je l’aime ainsi mon chemin, à découvrir presque chaque jour, avec son lot de peines et de bonheurs, pourvu que mon sourire puisse s’épanouir dans le partage …
    Bon week-end Coum'

    Posté par Fanzesca, 22 août 2009 à 11:06
  • C'est beau ce que tu écris, Coumarine . Je ne sais que te dire , éternelle nomade que je suis aussi . Juste qu'au moment où je commençais à t'écrire ce qui précéde , mon regard est resté accroché à une phrase d'un livre ouvert , posé près de mon ordinateur " Vous devez ralentir le pas pour accélérer vos vibrations spirituelles" .
    Ces mots me parlent , peut-être à toi aussi ?
    Tu vois, j'y vois une analogie avec mon esprit , qui est en questionnement permanent . Peut-être qu'en ralentissant mon pas , alors que je marche , je ralentis aussi le flot de mes pensées ?
    Allez, je vais essayer de marcher en conscience de mon pas cette semaine et de ralentir la cadence .
    J'aimerais cheminer un bout de chemin avec toi...en vrai . C'est chaque fois ce à quoi je pense quand je viens ici. C'est drôle, hein , Coum ....je me sens attirée .
    Mais ne le fais-je déjà pas , en venant par ici . Les nomades se déplacent en groupe , non ?
    Tendresses .

    Posté par Julie, 22 août 2009 à 11:18
  • Nomade pour moins sentir le vide en soi. Etre à la recherche de cet endroit fixe où l'homme pourra poser ses pieds, ses empreintes. Insatiable insatisfait, il reprendra son chemin pour trouver autre chose. Ainsi va la complexité de la vie. Les détours, les remous, les impasses ne renforcent-ils pas notre espoir, celui de trouver un point d'ancrage qui rime avec bonheur ?
    J'aime cette idée de nomade, éphémère, famille, mort, renaître...

    Posté par Alessandra, 22 août 2009 à 17:46
  • A vous,

    Bernie, Fanzesca, Julie, Alessandra...
    J'aime ce que vous avez écrit ici. Je me reconnais dans chacun de vos mots...
    Vous dites d'ailleurs vraiment bien les choses, mais ce soir, je suis fatiguée, pardon de ne pas vous répondre perso...

    (Julie...quand tu rentreras en Belgique, je crois bien qu'on se verra...pour cheminer un peu ensemble...)

    Posté par Coumarine, 22 août 2009 à 22:26
  • Sur cette note comme sur celle où tu parles de ta fille, je ne sais que te répondre. Les questions que tu poses ici sont aussi les miennes. (et je n'ai pas de fille, mais moi aussi j'ai dû partir au loin pour réussir au mieux à me détacher de ma mère. Mais je n'ai jamais ressenti le besoin de couper complètement le contact avec elle. Il s'est juste très nettement distendu à cette époque, et je suppose que ma mère en a souffert).

    J'avais juste envie de te dire que je les ai lues, ces notes, et puis, que je trouve toute jolie la photo avec le nid ! C'est pas forcement évident de photographier des oiseaux !

    Posté par sel, 24 août 2009 à 09:14
  • J'aime bien que tu aies mis cette photo, tu vois laquelle, celle qui n'est pas de toi, un lien, un souvenir...

    Posté par valclair, 30 août 2009 à 20:46
  • @sel...je ne t'ai rien répondu, mais je viens de te lire seulement maintenant
    Merci pour ces mots

    @valclair...oui un lien comme tu dis...
    as-tu vu que le blog de la cousine est effacé aussi? ça m'a fait un sacré coup...

    Posté par Coumarine, 30 août 2009 à 23:35
  • "Mes chemins de nomade creusent ma faim, mais m'apportent l'aventure
    Peut-être m'ennuierais-je à mourir sur un chemin sans bosses et sans fosses..."

    Oui, tu t'ennuierais, Coumarine. J'en suis sûre. Tu es trop "vivante" pour aller sur des chemins lisses et sans surprise...
    Belle soirée à toi !

    Posté par Françoise, 03 septembre 2009 à 19:36

Poster un commentaire