Une semaine dense et riche 2 - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

12 juillet 2009

Une semaine dense et riche 2

En relisant mon billet 1 sur cette semaine passée à Hurtebise, je réalise combien mes mots sont pauvres et réducteurs pour parler de ces moments qui m'ont dilaté le coeur...
Envie de m'attarder bien plus longuement sur les deux conférences dont j'ai parlé... il y aurait tant de choses encore à en dire.

Allez relire ce que je dis de Gabriel Ringlet dans le billet qui vous parle de son dernier livre "Ceci est mon corps". Lisez (si vous le trouvez) "Un peu de mort sur le visage" que Gabriel R. a écrit il y a dix ans lors de la mort si violente des petites Julie et Mélissa, victimes de Dutroux. Gabriel a accompagné ces deux familles et d'autres encore qui ont vécu le même drame, pendant de longues années.
Ces deux livres se lisent le coeur au bord d'une forte émotion: les choses sont si douloureuses...si intolérables... et pourtant la parole de Ringlet dans sa recherche d'acceptation et de compréhension passe par une authentique com-passion (souffrir avec). Ringlet cherche aussi chez les poètes une parole vraie, qui sonne juste...

De même en ce qui concerne le Professeur Lengelé... sa conférence, si elle m'a touchée de si forte façon, c'est parce qu'elle n'est pas avant tout une conférence scientifique, technique et médicale: et pourtant la prouesse est absolument incroyable. C'est une première mondiale. Elle a été préparée dans le plus grand secret  par trois équipes médicales (Amiens où a eu lieu l'opération), Lyon et Louvain en Belgique...
Mais le professeur Lengelé nous a avant tout donné à revivre son itinéraire personnel, dans lequel les questionnements et les doutes, ont eu la part belle... mais aussi l'espoir, ou plutôt l'espérance, et quelque chose qui s'apparente à la foi, à la confiance profonde.
En plus, ce qui m'a personnellement touchée, c'est qu'il est "poète", je veux dire que son exposé coule dans des mots si humains qu'ils en sont poétiques...la poésie touche au  cœur de l'humain...difficile à expliquer, c'est de l'ordre de l'indicible.

+++++++++++++++++++

Et puis  il y a eu les ateliers: cinq ateliers étaient proposés aux 50 participants. Cinq ateliers où il était donné aux participants de mettre en œuvre (du latin opera = travail, comme le travail de l'accouchement, qui met au monde...). Calligraphie, gravure, théatre biblique, pélerins danseurs, partage par l'écriture. Cinq animateurs qui ont animé dans le même état d'esprit: aider à mettre au monde un petit bout de beauté dans chacun des participants

J'ai eu la chance de recevoir dans mon atelier les deux blogueuses qui faisaient la session: Filofilo et Tilleul. Quel bonheur de rencontrer des blogueuses qu'une connivence réelle lie depuis un certain temps, nous avons vécu de beaux moments d'amitié
Comme souvent quand on lâche prise dans l'écriture, quand on écrit à partir de son centre (là où la vie grandit et pousse) et non plus à partir de sa tête, sortent des choses profondes, de ces choses qui touchent à l'essentiel, et qui forcément véhiculent pas mal d'émotion...
Les larmes libèrent, encore faut-il accepter  de ne pas les contrôler, à tout prix, de cesser de les enfermer dans une crispation douloureuse au plus profond de soi, dans l'espoir de les oublier.. Écrire en vérité, permet cela...
Merci Filo et Tilleul d'avoir été là dans un moment plus difficile pour moi... je vous embrasse avec tendresse

Ensuite il y a la communauté des sœurs de ce Monastère accueillant! Je ne peux vous les citer, mais je ne peux passer sous silence ma gentille complice de notre lecture-spectacle...patience j'en dirai un mot dans un billet 3
Figurez-vous que la Prieure,  jeune femme dynamique, souriante et bourrée de qualités, est venue participer à mon atelier...avec une simplicité et une présence désarmantes. Je viens si souvent à Hurtebise et je n'avais encore jamais eu l'occasion d'échanger quelques mots avec elle...
Et là je découvre une authentique poète, à la sensibilité vive, aux mots profonds. Et qu'elle lit merveilleusement bien, dans son souci de les partager aux autres
Pourquoi je parle de ça?
Parce que je crois que dans les Monastères d'aujourd'hui qui se vident peu à peu de leurs moines et moniales, il y a des personnalités fortes, qui ont en main la vraie foi de demain

Je ne sais pas vraiment de quelle foi il s'agit, mais je sais avoir rencontré des croyants authentiques, on ne peut pas faire semblant dans ce domaine...

(à suivre...)


Commentaires

    Difficile d'ajouter quoi que ce soit... tout est si bien dit...
    J'ai eu la chance de vivre tout cela avec toi...
    J'ai surtout eu la chance de participer à ton atelier d'écriture. Chère Coumarine, merci!

    Posté par tilleul, 12 juillet 2009 à 21:27
  • Ma Tilleul, c'était bon que tu sois là...
    en plus tu écris avec tant de vérité...
    comme Filo d'ailleurs...
    merci à toi, de tout coeur

    Posté par Coumarine, 12 juillet 2009 à 21:31
  • Quelle joie de te retrouver et de lire ces quelques lignes à propos de cette semaine. Souvent, j'y ai pensé. Et à la lecture de ton billet, j'imagine combien j'aurais apprécié d'y être.
    Ce n'est que partie remise.
    Je te souhaite une très belle semaine, de repos j'imagine.

    Posté par naline, 12 juillet 2009 à 21:44
  • @Naline..on se connait si peu, et pourtant plus d'une fois moi aussi j'ai pensé à toi, me disant que tu te serais trouvé bien dans cette session

    RV dans deux ans...tous les acteurs sont prêts à recommencer!!!

    Posté par Coumarine, 12 juillet 2009 à 21:52
  • ...

    Et bien, tu sembles ne pas réussir à tout retransmettre tant ces moments furent denses et riches, mais je veux bien te croire, sourire, le "peu" que tu en dis, me soulève déjà... Un jour, plus tard, j'espère pouvoir avoir du temps pour des moments comme ça...en plus ça fait très longtemps que je pense à une "retraite" dans un monastère... Le monde est tellement inutilement bruyant....
    Bises Coumarine.

    Posté par Julie M, 13 juillet 2009 à 09:03
  • je suis heureuse de te revoir, Coumarine, et de savoir que tout s'est bien passé pour toi. Merci de nous faire partager ces moments chargés d'émotion.

    Posté par fabeli, 13 juillet 2009 à 09:16
  • Merci pour ces échos de ce que tu as vécu avec beaucoup d'intensité semble-t-il.
    Difficile cependant de rendre compte de ce type d'expérience dans toute la richesse vécue, (comme tu le dis d'ailleurs). Mais on sent que tu as vécu des choses intenses !

    comme il y a un "à suivre..." je me permets de te questionner ! (mais je n'attend pas de réponse si tu ne le souhaites pas... Libertad ! Libertad !...)

    - une telle semaine a-t-elle un impact sur ta vie personnelle et le sens qu'elle a pour toi ? (en raison des questions "existentielles" abordées....)

    - Qu'est ce qui te fait dire : "il y a des personnalités fortes, qui ont en main la vraie foi de demain" ? C'est quoi pour toi "la foi de demain" ?

    - La 3° chose est plus de l'ordre d'une question/remarque sur "le plus profond de soi" tel que tu en parles dans l'avant-dernier grand paragraphe.
    Tu sembles l'évoquer comme une zone émotionnelle (et même de souffrance et de larmes). Ayant personnellement plutôt l'expérience d'un "plus profond de moi" se situant au delà des zones perturbées de la sensibilité, cela m'intéresse d'en lire plus de ta propre expérience.

    voila !!
    Désolé ! Je ne poserai plus de questions.... jusqu'à la prochanie fois !! ... )

    Posté par alainx, 13 juillet 2009 à 10:55
  • Le vide

    Mais oui, Coumarinette. Quelle semaine, mais quelle SEMAINE !!! J'arrive toujours pas à réaliser que c'est fini.

    MERCI pour cet atelier de partage en écriture que tu as animé de consignes de Maître. Tu étais très présente aussi, attentive à chacune d'entre nous.

    J'ai vécu cette session au monastère comme une retraite : entrailles remuées, moments de jubilation intense, doute, ré-ancrage sur terre par mes randonnées dans les bois avoisinants.
    J'attends la suite de tes billets avec patience et surtout aussi les réponses aux questions qu'Alainx te pose.

    Posté par Filo Filo, 13 juillet 2009 à 11:21
  • Pas étonnée de ce que vous écrivez, je ne sors jamais pareille de mes séjours à Hurtebise ou d'une visite à un autre monastère bénédictin, (j'ai oublié le nom, c'est près de Maredsous/Maredret) où j'irais bien réapprendre le latin et apprendre l'hébreu si j'en avais les moyens...

    Posté par Pivoine, 13 juillet 2009 à 11:31
  • @Julie...oui quelques jours loin du bruit de la ville et des hommes toujours pressés...ça fait un bien fou!

    @fabeli j'ai juste encore un mot à dire à propos de la lecture-spectacle...puis je passe à autre chose...)

    @alain... tes questions sont interpelantes... je tâcherai d'y répondre dans un nouveau billet...du moins si je parviens à mettre les réponses en mots "audibles", tant pour moi, que pour les lecteurs

    Posté par Coumarine, 13 juillet 2009 à 11:56
  • @Filo...je crois que tu as pu faire quelque chose qui à moi m'a manqué: aller marcher, faire bouger ton corps...te ré-ancrer sur terre, comme tu le dis si bien...
    Je t'embrasse

    @Pivoine...oui aller un moment à Hurtebise est important pour toi... sais-tu que Filo a ramené un petit chaton abandonné dans les bois et trouvé ar des louveteaux?
    Il y en a encore deux à adopter si le coeur t'en dit...

    Posté par Coumarine, 13 juillet 2009 à 12:00
  • J'ai l'impression de "plonger" dans un autre monde, en lisant tes billets.
    Merci, cela m'aide à réfléchir aussi. Par ricochet pourrais-je dire...

    Posté par Fauvette, 13 juillet 2009 à 12:02
  • @Fauvette... je sais que la blogosphère est déserte pour le moment. Mais j'ai conscience d'"effrayer" un peu les rescapés par mes mots qui doivent sembler un peu d'un autre monde en effet!
    Mais taire tout cela, et venir mettre des billets qui font l'impasse sur ces jours, me donnerait l'impression de me nier moi-même
    Merci d'être venue un moment te baigner dans mon monde un peu étrange (aussi pour moi, tu sais Fauvette...)

    Posté par Coumarine, 13 juillet 2009 à 12:11
  • bonne après-midi !

    Une main tendue, un bonheur accueillant et déjà, tout nous apparaît diffèrent.
    Tout peut concourir au bonheur quand on se laisse guider par son coeur.
    Je crois, oui, les moindres petites choses, les moindres gestes que l'on pose, même le sourire dans les difficultés, tout a valeur d'éternité.
    Il faut saisir chaque instant qui passe car ce sont des moments de grâce.
    C'est ainsi que la vie continue et vaut la peine d'être véçue.

    Posté par bernie.83, 13 juillet 2009 à 13:33
  • Merci Coumarine de prendre le temps de nous faire partager ces moments de forte intensité. N'ayant jamais participé à des ateliers, je n'arrive pas très bien à en cerner le fonctionnement. Je suppose que l'animation de ce type de séance consomme beaucoup d'énergie, et qu'on doit ensuite se trouver dans un état un peu bizarre, enrichi de tout l'apport des participants et en même temps épuisé par tout ce que l'on a donné. Surtout s'il est question de larmes et de souffrances.
    Oserai-je te dire qu'en te lisant on perçoit très distinctement le calme profond de ces journées et leur importance dans un parcours personnel.

    Posté par incertaine, 13 juillet 2009 à 17:59
  • @bernie...chaque instant qui passe peut se vivre comme un instant de grâce...oui!

    @incertaine...tu ets le doigt sur quelque chose qu'un animateur ne va pas clamer sur les toits: l'animation d'un atelier d'écriture demande beaucoup d'énergie, en effet
    Il faut écouter pendant des heures sans faiblir une seule seconde...les autres peuvent s'échapper un instant dans leurs pensées, pas l'animateur...
    Or tout ce qui se lit n'est pas toujours très passionnant, et pourtant, il faut écouter, sans faiblir, puis trouver les bons mots pour encourager malgré les faiblesses parfois c-de ce qui a été écrit...

    Posté par Coumarine, 13 juillet 2009 à 21:08
  • Quel plaisir de te lire, Coumarine ! Merci de partager avec nous ces beaux moments que tu as vécu . Ils semblent très forts . Il me faudrait un peu plus de temps et de calme pour bien m'imprégner de tes billets .

    (Ca me fait vraiment plaisir de te lire , depuis les montagnes suisses , assise sur un banc près de la gare pour capter internet - c'est là que je vais chaque soir mon ordinateur sous le bras pour voir si j'ai des messages et vite venir sur les blogs amis , je vois que je fais rire certains passants ...)

    Je te comprends tellement bien quand tu parles de ces croyants authentiques que tu as rencontrés au monastère . Je vis la même expérience avec des moniales de l'ordre des Clarisses et mon coeur chante à chaque fois que j'ai une conversation avec l'une d'elles . Je me sens comme portée ...
    Je t'enverrai par mail mon adresse en Suisse . A bientôt .

    Posté par julie, 13 juillet 2009 à 21:21
  • @julie..contente de te voir par dessus tes montagnes suisses..contente aussi que tu puisses comprendre ma drôle d'expérience...
    A bientôt de tes nouvelles...
    Je t'embrasse

    Posté par Coumarine, 13 juillet 2009 à 23:04
  • De bien belles rencontres, donc... Et d'horizons divers... Que demandez de plus ?
    (Je suis pourtant sûr qu'il y aura d'autres merveilles dans le billet suivant)

    Posté par D&D, 17 juillet 2009 à 03:33

Poster un commentaire