Une semaine dense et riche - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

12 juillet 2009

Une semaine dense et riche

Et voilà...
La session à Hurtebise s'est terminée vendredi
Cette session autour du Visage et de la Beauté dont j'ai tant parlé déjà

Difficile d'évoquer en quelques mots toute la densité, toute la richesse de ces quelques jours, et qui se sont partagés entre conférences, ateliers et spectacles...

Des conférenciers d'abord qui ont parlé de l'essentiel, de la vie, de la mort, de la souffrance, de la joie, de l'amour, de la recherche artistique des hommes qui de tous temps cherchent un sens à tout ce qui fait notre humanité, transformant l'indicible, l'inadmissible en objets d'art. Oui, l'homme est capable de faire ça...!

Gabriel Ringlet, prêtre et écrivain (et bien d'autres choses encore, mais je simplifie) nous a parlé de la grande nécessité de parler de la mort quand tout va bien, pour mieux vivre précisément le quotidien des jours ordinaires: la mort fait partie de la vie, il ne sert à rien de l'occulter, de faire semblant que ce sont les autres qui meurent...quant à nous...mieux vaut ne pas y penser... faire semblant de rien..
Laisser la mort grandir en soi (nous mourrons chaque jour à de petites choses...) est une manière de vivre dans la sérénité le moment présent, de rester conscient de sa vie...Vie et Mort sont les deux facettes d'une même réalité... (je sais, je simplifie énormément, pardon Gabriel...)
Ce qui n'empêche pas ÉVIDEMMENT les doutes qui déchirent, les incertitudes qui laminent, la souffrance infernale, tant celle du malade que celle du proche, la rébellion, les questionnements sans réponse... sinon celle d'accepter de vivre (tiens donc) la mort omniprésente...et qui sera la nötre un jour
Merci Gabriel pour la simplicité et la tendresse avec laquelle  tu as vécu cette semaine avec nous... dans le partage de tes dons, de ton charisme (je parlerai de ta conférence-spectacle dans un deuxième billet) mais aussi dans le partage des gestes simples: débarrassant la table, servant le potage..

Autre conférence, celle du Professeur Benoit Lengelé, chirurgien plasticien réparateur, un des pionniers de la première alllogreffe partielle de la face (en 2004)
Le professeur Lengelé ne nous a pas parlé simplement d'un acte médical, mais d'une aventure humaine pour lui d'abord, pour son équipe, pour la patiente en privation de visage, suite à la morsure de son chien, pour la famille de la donneuse...
Une aventure humaine dans les doutes, les incertitudes, la souffrance indicible, la fatigue des mois de préparation, puis les quinze heures d'opération...les doutes encore sur l'issue de l'opération, l'affrontement des médias toujours à la recherche du "sensationnel', parfois sans aucun respect, dans l'impudeur la plus extrême, pour faire du fric sur le dos de la souffrance. Affronter aussi les critiques des bien pensants, qui savent tellement mieux comment accepter la volonté de Dieu quand on n'a plus de visage humain....!!
Benoit Lengelé a une femme et une petite fille...être femme de médecin, c'est aussi vivre aux côtés de son mari, sans lui reprocher dans l'amertume et les revendications amères ses nuits à l'hôpital, ses voyages au bout du monde pour transmettre son savoir afin que d'autres puissent pratiquer ces acte sde réparation des corps abimés par la vie...

A côté des conférences, il y a eu des ateliers proposés aux participants, dont le mien: un atelier d'écriture, qui se voulait plus un partage par les mots... tous ces ateliers (cinq en tout, choisis par chacun, soit à la carte, soit pour toute la semaine) donnés avec leur cœur et leur talent par des animateurs compétents... ont été source d'un beau et riche "travail" dans le rire, parfois les larmes, en tout cas chez moi...

( à suivre...)


Commentaires

    Revivre...

    ---
    Un petit mot entre 2 voyages...

    "Laisser la mort grandir en soi..." l'image est un peu morbide et angoissante, non ?

    La mort n'est qu'apparence : elle n'est que la fin du corps terrestre.
    Il faut laisser grandir la "renaissance" et la lumière en soi...
    La mort est un passage, un changement d'état, de condition, de monde... un éveil de ce monde terrestre où notre conscience spirituelle s'est endormie.

    Voilà... A plus...
    ---

    Posté par Chrizc, 12 juillet 2009 à 13:23
  • @Chriz
    peut-être (sûrement)mes mots sont-ils maladroits
    Mais il s'agit bien de ce que tu évoques, la mort comme passage...
    Il s'agit simplement de ne pas en faire l'impasse dans notre aujourd'hui, de la tutoyer, de la regarder en face..

    Posté par Coumarine, 12 juillet 2009 à 13:57
  • la mort

    La mort est présente partout, de manière naturelle, et les enfants en parlent assez souvent. Un escargot tué par un faux mouvement, une araignée enfermée pour être observée, tout cela déclenche des pleurs chez mes enfants. Un jour, on a trouvé une coccinelle morte, et ils lui ont fait un enterrement !

    Posté par ppm00, 12 juillet 2009 à 14:01
  • Hello Coum! C'est vrai qu'il est difficile de résumer en quelques lignes ces moments si intenses que nous avons vécus, mais tu le fais très bien... "La mort est en nous, donc vivons intensément!" c'est ce que j'ai noté dans mon carnet...
    Je t'embrasse!

    Posté par tilleul, 12 juillet 2009 à 14:20
  • Vie furtive

    La mort ne fait pas partie de la vie. Elle n'est que la fin de la vie. Elle peut-être attendue ou crainte selon la dose de bonheur que la vie nous apporte. Nous ne sommes que de passage un court instant pour vite laisser place à d'autres. Nos ronds dans l'eau s'estompent vite parce que d'autres viennent de naître.
    Soyons accueillants pour les enfants avant de disparaitre.
    Pierre

    Posté par PierreDelphin, 12 juillet 2009 à 14:32
  • @ppm et Pierre (bienvenue à toi...)
    oups aucune envie ni énergie pour lancer une discussion ici autour de notre conception de la mort...
    merci de donner votre avis...mais moi, je n'irai pas plus loin


    @tilleul, c'est justement parce que nos billets parlent plus de ressentis par rapport à tout ce que nous avons vécu, que je ne souhaite pas entrer dans une discussion
    Nous avons tout notre opinion concernant la place que peut (doit?) avoir la mort dans nos vies
    Et cela tient le plus souvent à ce que nous avons traversé comme épreuves, les morts d'êtres chers que nous avons du vivre...
    Plus que jamais vivons intensément, même si cela fait mal
    L'intensité fait mal, mais elle porte en elle-même un plus de vie...

    Posté par Coumarine, 12 juillet 2009 à 16:07
  • Bonne fin de journée !

    Je vois que toutes ces conférences t'ont emmené sur les rives de l'humilité, de l'amour, du partage...La charge émotionnelle est là...
    Ce sont des personnes exceptionnelles pleines d'amour.(dur,dur, hein,le retour au quotidien.
    Quand la mort approche,je pense que le sentiment doit être ambigü et très étrange : entre attente impatiente et crainte, terreur même par moments. C'est pourtant l'ultime rendez-vous de l'être vivant et assurément le jour le plus important de notre vie. Mais en attentant la délivrance et l'éternité, il faut vivre jusqu'au dernier souffle.
    On vit pour mourir, sans la mort la vie ne présenterait vraiment pas d'intérêt, la vie éternelle, quel ennui !
    Je pense que plus la conscience de la mort est aïgue, plus la vie qui l'héberge est présente. C'est aussi le paradoxe du suicide et de la folie !(autre sujet...)
    Il en va ainsi de la vie tant-que-tu-vis-tu-vis,et tant que tu la vis, elle vit à travers toi.

    Posté par bernie.83, 12 juillet 2009 à 16:09
  • La phrase de G. Ringlet m'en rappelle une autre, que je me suis répétée souvent "se laisser traverser par la souffrance". (Pourtant, je n'ai pas toujours "goûté" Ringlet, -mais je le connais si mal, pas à vrai dire- mais il serait sot de rejeter sans aller lire et sans glaner ici ou là des phrases dont on peut faire son miel) .

    J'imagine que cela devait être extrêmement riche et quasi inconmmunicable... Et puis dense aussi ! Bon repos, si tu te reposes, après cette semaine.

    Posté par Pivoine, 12 juillet 2009 à 16:51
  • ces mots me parlent. J'aime beaucoup la phrase "laisser la mort grandir en soi". C'est en pensant à sa mort qui peut survenir à tout moment, qu'on peut mieux apprécier sa vie et les petits bonheurs qu'elle peut apporter.
    Repose-toi bien si tu peux.

    Posté par Farfalino, 12 juillet 2009 à 18:19
  • @Bernie...tu écris quelques chose de très vrai, qui me parle beaucoup:
    "Je pense que plus la conscience de la mort est aiguë, plus la vie qui l'héberge est présente"
    merci pour ces mots
    Tu vois clair qd tu dis que cette session m'a menée sur les rives de l'humilité, de l'amour et du partage...

    @Pivoine...oui c'est assez de l'ordre de l'indicible, même si ça fait un peu prétentieux de dire ça... )

    @Farfalino...tu es toujours là,je vois...
    oui je suis rentrée assez épuisée, j'ai dormi beaucoup

    Posté par Coumarine, 12 juillet 2009 à 18:55
  • J'ai vu ta photo chez Filo et je me suis dit :"Tu vois, la beauté d'une femme n'est pas dans les vêtements qu'elle porte ni dans le visage qu'elle montre ou dans la façon de se peigner les cheveux....ta beauté, elle est dans tes yeux, parce que c'est la porte d'entrée de ton coeur, la place où l'amour réside."
    C'est ce qui me frappe chez toi.... ton regard)

    Posté par bernie.83, 12 juillet 2009 à 19:52
  • @bernie...oups...mon regard...beaucoup de gens parlent de mes yeux, en effet...

    Posté par Coumarine, 12 juillet 2009 à 21:36
  • Comme c'est bien dit, Coume ! Tu me fais revivre quelques moments si intenses à Hurtebise ! MERCI !

    Posté par Filo Filo, 13 juillet 2009 à 11:06
  • @Filo je t'embrasse...

    Posté par Coumarine, 13 juillet 2009 à 11:51
  • Oops ! Je croyais que tu reprenais plus tard. Me revoilà en retard.
    Intéressants sujets abordés que tu relates ici...
    Bon, je reviens lire la "suite" !
    Je t'embrasse fort

    Posté par D&D, 15 juillet 2009 à 13:22
  • @D&D...t'en fais pas...suis juste contente que tu sois passée...

    Posté par Coumarine, 15 juillet 2009 à 15:48

Poster un commentaire