Ecrire ou ne pas écrire, telle est la question... - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

17 avril 2009

Ecrire ou ne pas écrire, telle est la question...

Il y a un an, coup sur coup paraissaient mes deux ouvrages:
d'abord Tout d'un blog...puis un mois plus tard, chez un autre éditeur L'enfant à l'endroit, l'enfant à l'envers

Tout d'un blog
a été diffusé en librairie tant en Belgique qu'en France (quoique...difficilement, si j'en crois les lecteurs français qui ont parfois attendu longtemps avant de l'avoir)
Je ne sais pas encore combien d'exemplaires ont été vendus... moi-même via mes lecteurs de blog, j'en ai écoulé environ une centaine.
J'ai été l'invitée de deux émissions de radio en Belgique, ainsi qu'au premier salon blogueurs-écrivains à Paris en octobre où j'étais l'invitée d'une table ronde autour de l'intime dévoilé sur les blogs...
J'attends que mon éditeur CouleurLivres me donne des nouvelles des ventes (ainsi que accessoirement les droits d'auteurs...rêvons un peu!). Bon c'est vrai que je pourrais les contacter aussi pour savoir ce qu'il en est!

L'enfant à l'envers, l'enfant à l'endroit... là c'est bien plus compliqué!
La maison d'édition est très modeste et n'a pas de diffuseur: c'était donc à l'éditrice et surtout à moi-même de faire en sorte de faire connaître et de vendre mon livre
Ça n'a pas trop bien marché!
J'ai pourtant eu une excellente critique dans un grand quotidien belge... et surtout pas mal de pub de votre part, amis blogueurs. Le livre s'est vendu essentiellement via mes lecteurs du blog. Il y a environ 220 exemplaires qui sont partis, principalement par mes soins: il paraît que pour une inconnue au bataillon de écrivains, c'est pas mal... je veux bien le croire...!
Mais, mes lecteurs depuis au moins un an, savent que la destinée du livre a sombré dans une difficulté importante: mes frères ont été très contrariés par sa parution  et pour le moment en tout cas la relation entre nous est "silencieuse"...

Pourtant bon nombre de compte-rendus sur les blogs me disent que le livre est positif, qu'il est révélateur d'une démarche de psycho-généalogie "restaurante". Il a été apprécié...et plus que cela. Vous pouvez lire les critiques dans la catégorie à droite concernant le livre...

La difficulté avec mes frères ayant surgi en mai 2008, j'ai gelé inconsciemment toute démarche de ma part auprès de mes voisins et de mes connaissance du réel. Dans mon entourage immédiat, personne ne sait que j'ai publié ces deux livres. Ils se trouvent à la bibliothèque de ma commune, mais c'est tout. Je n'ai fait aucune promotion, ni séance de dédicace à ce sujet (chez moi par exemple, alvec le préfacier Armel Job un ami écrivain belge... C'est quasi uniquement par le Net (par vous donc) qu'il s'est vendu...MERCI

En fait je suis très refroidie par l'expérience de l'édition. Très.
Je ne suis pas du tout prête à recommencer.
Pourtant je suis en train d'achever un manuscrit de 20 nouvelles dont toutes se passent autour d'une table. C'est le fil rouge de ces récits...Je me suis amusée à les écrire, ils sont assez sombres, parfois cyniques, certains émouvants.

J'ai aussi commencé à écrire l'histoire de l'adoption de ma dernière fille, dont j'ai parlé déjà ici au cours de mes presque 5 années de blog. Cette histoire est assez particulière. A rebondissements divers et variés.
Aussi passionnante qu'un roman policier...(ouais je vous le jure!)
Tous les jours, des gens viennent dans mon blog en tapant le mot adoption: ils posent à Go*gle des questions proprement incroyables. Du type: à quel âge faut-il avouer à son enfant qu'il est adopté...? Beaucoup viennent aussi pour un problème de comportement spécifique lié à l'adoption: nous avons vécu ce genre de problèmes, je pourrais témoigner à ce sujet!
Ce témoignage, je veux le faire aussi pour ma fille elle-même qui se réjouit de ce projet. Il  l'aidera je pense, à clarifier ce qui doit l'être pour elle. Non qu'elle ignore des éléments importants de son histoire, au contraire, elle a tout fait pour aller à la rencontre de cette histoire, même dans ce qu'elle a de plus improbable, de plus incroyable.
Mais je le ferais pour elle, pour lui permettre de se poser à l'heure où elle aimerait être maman à son tour, et que le bébé tarde à venir...

J'ai un troisième projet...un roman dont pour le moment je préfère ne pas révéler le thème...

Alors voilà...

L'occasion se présente à moi de pouvoir vivre une expérience unique. Passer 20 jours en Résidence d'auteurs (dans un  beau Château restauré, lieu mythique de la littérature!) durant cet été, avec d'autres écrivains belges et français.
Ecrire, partager avec les autres, rencontrer du monde, des éditeurs...ce serait pour moi une belle opportunité!
Faut juste que je soumette ma candidature (beaucoup d'appelés, et peu d'élus, comme vous pouvez l'imaginer) et que je sois bien sûr sélectionnée... sans trop d'attente...
Pour cela il faut que je soumette au jury mon projet d'écriture: à lui de décider s'il le trouve valable ou non!

Mon dilemme est: que proposer?

Les nouvelles? ...j'adore écrire des nouvelles, mais cela ne se vend guère...les éditeurs préfèrent un bon petit roman. C'est dommage (pour moi) mais c'est comme ça!
Le récit de l'adoption de ma fille? Mais c'est un récit autobiographique... ce n'est pas vendeur non plus. . je n'ai que peu de chance d'être sélectionnée avec ce projet.
Reste le roman auquel je pense: le thème est je crois porteur, c'est un thème que je connais bien, mais, bon j'hésite. En serais-je capable? Vaut-il la peine d'investir du temps et de l'énergie pour une fiction, alors que je suis habituée à écrire ici des petites tranches de vie?

Mais en même temps ce serait pour moi un fameux défi à relever que d'écrire sur la longueur (un roman donc)

Une dernière option se présente à moi:

Je pourrais renoncer à tout projet "d'écrivain" et me consacrer au blog, continuer à déposer ici au fil des jours  mes Petites Paroles Inutiles dans cet endroit cher à mon coeur: j'ai la chance inouïe d'avoir  un lectorat fidèle.. et j'aime par dessus tout écrire des séquences courtes, qui vous parlent souvent...
Arès tout j'ai réalisé mon rêve: être publiée à compte d'éditeur par deux fois...et si désormais et plus que jamais, le blog était MA façon de m'exprimer et de toucher des lecteurs...?

Voilà le dilemme dans lequel je me trouve pour le moment...La décision n'est pas facile à prendre. Mais elle est urgente, les candidatures pour la Résidence d'auteurs doivent être rentrées pour le 30 avril dernière limite...!

(fin de ce loooong billet...ouf!)


Commentaires

    Je vois que je ne suis pas la seule à me poser des questions : toi sur l'écriture, moi sur le sens de mon travail... Est-ce le printemps qui encourage ces réflexions ? Est-ce un nouveau chapitre de la vie qui prend naissance ? A suivre !
    J'imagine combien le projet de Résidence d'auteurs doit être enthousiasmant !
    Bonne réflexion et belle journée !

    Posté par naline, 17 avril 2009 à 10:18
  • A ta place, je poserais ma candidature (tu ne risques rien et tu n'as rien à perdre) et je continuerais à réfléchir après. Les nouvelles et le récit de l'adoption pouvant être écrit(es) indépendamment de tout, j'opterais pour le roman, puisque l'essentiel est d'être à l'aise dans la fiction et tu l'es. Alors, go !

    Posté par Pivoine, 17 avril 2009 à 10:53
  • C'est la premiére fois que je vous visite. Votre message mouille mes petits yeux de petites filles, de maman, d'écriveuse de petites paroles inutiles. Je crois que vous devriez continuer le blog parce que je voudrais y revenir et commencez à vous lire et je crois que vous devriez aussi tenter cette résidence d'auteur parce que cela doit etre incroyablement excitant. Tenter ne veut pas dire réussir c'est vrai mais qu'importe, tenter c'est tenter. Et tenter de réussir ça aussi c'est excitant !! ^_^ Je sais je suis jeune et j'aime les trucs un peu fou, mais j'aime vivre mes rêves aussi. Alors ce livre que vous devez présenter, je crois que personne ne peut le choisir pour vous, je crois que vous devez écoutez votre coeur. Le choix du coeur est celui qui ne laisse pas de regret. Il est celui de l'intégrité de son être, il est à mon sens le plus doux et le plus beau des choix.

    Posté par shanti, 17 avril 2009 à 12:11
  • @Naline... alors toi aussi tu es en questionnement sur le sens de ton travail?
    La faute au printemps tu crois? ou la faute au fait qu'on veut vivre consciemment?

    @Pivoine...j'espère que tu vas bien...))
    Oui c'est exact...je n'ai rien à perdre en posant ma candidature, et rien ne dit que je serai sélectionnée...
    Peut-être même est-ce la peur de ne pas être sélectionnée qui me fait hésiter? (oui, je viens de penser à ça...!)

    @Shanti...bienvenue chez moi...et merci pour ton jeune avis
    Oui bien sûr, c'est excitant la perpective de participer à cette résidence d'auteurs
    Mais il y a en moi un fond un peu timide... oups qui suis-je pour me trouver avec ce beau monde...?
    Qui n'est pas toujours gentil d'ailleurs...ouh là là non!

    Posté par Coumarine, 17 avril 2009 à 12:26
  • Ton texte me rappelle cette note d'une certaine Coumarine...(http://coumarine.canalblog.com/archives/2009/02/10/12473663.html#comments)Bizarre, non...?

    Je ne suis qu'une lectrice de relativement fraîche date, je ne connais pas le début des autres de tes problèmes que tu as déjà évoqués...Donc il faut prendre cet avis pour ce qu'il est, à savoir pas grand chose...Mais je me demande si la réponse que tu cherches, elle n'est pas déjà en toi, mais que tu n'oses pas la voir...

    Pourquoi te poses-tu la question? Au fond, c'est quoi qui t'empêche vraiment de poser ta candidature ?


    Il n'y a pas de mauvais choix, je crois. Pas là, du moins. Juste deux chemins, qui, d'ailleurs, se rejoindront peut-être plus ou moins (car allons, ne pas aller à ces 20 jours ne t'empêchera pas d'éditer un autre livre et y aller ne t'y obligeras pas (enfin, je crois, je n'en sais rien) !

    Posté par sel, 17 avril 2009 à 13:11
  • @Sel

    En plein dans le mille avec ce texte que tu me rappelles
    J'en suis toute remuée...
    Je crois que le vrai problème pour moi, c'est éventuellement à renoncer à toute future publication...parce que je risque d'y perdre...MOI tout simplement
    Mais mon égo rouspète...
    oups vous me forcez à ne rien me cacher à moi-même là!
    (merci Sel...)

    Posté par Coumarine, 17 avril 2009 à 13:22
  • envoûtement

    Chère Coumarine, pour notre plus grand bonheur, continue à inventer tes mots, les nouvelles histoires d'un monde incertain ; continue à nous offrir ta magie, cette sorte de sorcellerie féerique grâce à laquelle des idées, des sensations nous sont communiquées, d'une manière certaine, par des mots qui s'envolent de toi... Alors, je serai ton lecteur ébloui encore et encore ébloui...

    Posté par Jacques, 17 avril 2009 à 13:41
  • Dans bcp de prudence, il y'a tjs un peu de lacheté.

    Dans la vie, on a tjs des choix à faire bons ou mauvais il n'y en a pas....le principal est de ne pas vivre avec l'impression d'avoir raté qq chose...Je crois que le plus important est de regarder tjs devant, de faire autant que possible ses propres choix tranquillement, sereinement mais avec volonté, vaincre la peur de l'inconnu est sûrement la chose la plus difficile pour progresser sur cette voie, ce premier pas est le plus enrichissant et surtout il rend plus facile le suivant. Ose...
    Il faut se dire que de toutes façons, il y'a une issue mais souvent nous anticipons les événements négativement. Avant qu'il n'arrive, nous montons un scénario dans notre tête, le jour approche, l'événement en question arrive à son terme, finalement tout se déroule parfaitement et c'est là que nous constatons que nous nous sommes fait un sang d'encre pour rien et le résultat final
    est que nous sommes épuisées pour rien.
    Ces pensées négatives qui prennent le dessus viennent de nos peurs intérieur et qui surgissent à la moindre occasion pour troubler notre esprit et nous empêcher de nous battre.
    J'entends dire, c'est facile à dire et à écrire mais difficile à réaliser. Je suis d'accord avec toi mais mieux vaut se battre que de baisser les bras.
    Une expérience de plus dans notre vie, ce doit être ce qu'on appelle vieillir.
    Une amie de ma mère m'a dit, il n'y a pas si longtemps : "D'abord, je mourais d'envie de terminer mon secondaire pour poursuivre des études supérieures, puis, je mourais d'envie de terminer l'université pour commencer à travailler, puis, je mourais d'envie de me marier et d'avoir des enfants, puis, je mourais d'envie que mes enfants atteignent l'âge d'aller à l'école; ainsi je pourrais retourner travailler, puis, je mourrais d'envie de prendre ma retraite.
    Et maintenant que je suis mourante, je réalise soudainement que j'ai oublié de vivre."

    Posté par bernie.83, 17 avril 2009 à 13:44
  • Ah, que la vie est compliquée

    quand vient l'heure du choix et ici en l'occurence parmi un bel éventail de choix.
    Tant de projets, de chemins différents mais qui tournent tous autour de l'amour d'écrire.
    Je n'ai aucune expérience en la matière, dans mon entourage(ils rêvent !), on voudrait que j'écrive un roman, mais je dois t'avouer, Coumarine que je n'ai pas le courage de me lancer dans une grande aventure, je préfère ces petits billets publiés ou pas (toujours la censure familiale !) qui n'exigent rien de moi, hormis l'inspiration cueillie sur l'instant. Et puis il y a tant de choses intéressantes à faire et puis le temps qui manque en ce moment où je travaille et étudie comme une presque forcénée.
    Je me demande si tout cela vaut le sacrifice de ma vie en ce moment dans un parcours déjà bien entamé...
    Je t'admire Coumarine pour ta persévérance et ton courage, c'est cela aussi qui a érigé ce courant de sympathie autour de toi, en plus de ton talent. Mais je pense que pour avoir une véritable sérénité dans l'écriture (est-ce seulement possible car l'écriture est toujours une forme plus ou moins accentuée de déséquilibre), il faut se détacher des contingences matérielles et surtout familiales; De ces dernières, je souffre beaucoup depuis quelque temps, depuis que je suis passée de ces sortes de chroniques impersonnelles à des sentiments plus prononcés que, bien sûr, on nous attribue.
    Mais en ce qui te concerne, tout dépend de tes priorités immédiates car des projets peuvent se mener de front, au risque de te disperser, cependant ...
    Bon courage, Coumarine et bonne chance dans la réalisation de tes choix

    Posté par Saravati, 17 avril 2009 à 14:03
  • Quand tu es prête, la vie te fait signe

    Bonjour Coumarine,
    J'aime beaucoup ton blog, j'y viens de temps en temps, je t'avais rencontrée à une présentation de poèmes.
    Tu as beaucoup de talent, dans la fluidité, la simplicité, le choix du mot juste et l'émotion qui se dégage de tes billets.Continue. Diverses pistes sont à ta portée, c'est la plus difficile, ou celle qui te semble la plus difficile qu'il te faudrait choisir, comme le dit Rilke dans ses Lettres à un jeune poète, rappelle-toi. Car ce sont ces voies-là qui nous révèlent à nous-mêmes des facettes, des talents insoupçonnés et qui ne demandent qu'à vivre. C'est pourquoi la vie se charge de nous en faire part, quand nous sommes prêts. C'est une occasion fabuleuse d'aller en résidence d'écriture dans ce lieu si magique dont tu parles, entourée de peronnes littéraires comme toi.C'est une opportunité qui peut faire peur, mais qui peut donner beaucoup d'élan aussi.
    Fais-toi confiance. Prends une décision "juste" pour toi, ce qui n'est pas simple. Quand tu seras apaisée avec ton choix, même s'il fait un peu peur, mais qu'il t'apaise profondément, tu sentiras alors que c'est celui-là qu'il est bon de prendre.Je ne t'aide peut-être pas beaucoup en disant cela, mais personne ne peut prendre cette décision à ta place, juste un peu conseiller comme tu sembles le demander.
    Je te souhaite de faire le choix qui te donne le plus de vie.
    Mes amitiés.

    Posté par Lunay, 17 avril 2009 à 14:57
  • Bonjour Coumarine,
    Tu sais, si tu te poses la question pour la résidence d'auteur, c'est que cela te titille... Quelle expérience ! Suis tes envies, laisse-toi guider par ton instinct, poursuis tes rêves.
    Et puis, ça serait dommage d'avoir des regrets quand même...

    Posté par melisse, 17 avril 2009 à 15:04
  • @tous

    ...je suis émue par vos mots si gentils pour moi...c'est cet accueil que vous me faites tous qui me conforte dans le choix évident de continuer mon blog...d'abord et surtout, parce qu'il m'apporte beaucoup, mais aussi parce que avec vous, il y a un réel échange, souvent très riche...

    Posté par Coumarine, 17 avril 2009 à 15:13
  • @Jacques...je te soupçonne d'avoir un oeil un peu "amoureux" au sujet de Coumarine et de ses écrits...es-tu dès lors bien objectif?
    Je t'embrasse... à bientôt j'espère vraiment

    @Bernie... la peur est toujours un peu au RV de mes décisions, les reculant parfois plus qu'il ne faudrait...mais tu vois...j'ai bien l'intention de vivre à du cent à l'heure, surtout que maintenant, les années commencent à filer vite...

    @Saravati...je te remercie aussi particulièrement...tes mots me font du bien
    Oui, écrire dans un lieu dédié aux mots serait une opportunité miraculeuse pour moi, qui suis beaucoup "dérangée" dans mon quotidien par l'intendance et le travail, ainsi que le travail du mari...Rien que pour ça ce serait un bonheur énorme de pouvoir ne faire que ça; me trouver derrière le PC...et écrire...
    Merci à toi pour tes mots si encourageants
    (et toi...tu as une plume...ne la néglige pas!!!)

    Posté par Coumarine, 17 avril 2009 à 15:21
  • @Lunay...donc on se connaît? oups, me souviens plus trop désolée
    Merci de te manifester sur ce sujet qui m'importe.
    Tu sais c'est là le sujet de mon billet d'hier: je n'entends pas la petite voix de mon intuition
    Je ne vais pas choisir la voie la plus difficile, mais celle que je sens bonne pour moi...

    @mélisse...oui tu as parfaitement raison: cette résidence d'auteur, ça me titille beaucoup..
    beaucoup!!!

    Posté par Coumarine, 17 avril 2009 à 15:24
  • J'ai eu vraiment la sensation de lire la réponse à ta question dans ta note. Mais peut être que je n'ai lu que ce que j'avais envie de lire ....

    Franchement, comme ça sans te connaître vraiment et pour avoir lu avec avidité tes deux premiers livres, franchement je pense que tu mérites de faire cette démarche et d'y aller franco sur le roman.

    Sur du neuf, sur du que tu n'as encore jamais défendu ou expliqué. Sur un thème connu de toi seulement. Ton roman serait vierge vu que c'est le seul dans tes choix dont tu ne parles pas du tout. Et tu sembles avoir tellement envie de l'écrire, que ça donnera envie de le lire.

    Donc, à mon avis, faut que tu fonces.

    Posté par kaliuccia, 17 avril 2009 à 17:37
  • Mon conseil !
    Relisez votre entrée Mme Coum !
    Vous verrez bien que la réponse y est déjà écrite...

    Posté par alainx, 17 avril 2009 à 18:07
  • Ce qui transparait dans ton écrit, mis à part la peur de ne pas être sélectionnée, c'est l'envie de tenter ta chance, de vivre cette aventure.
    Le choix du texte tu le donnes toi-même: le roman.

    Au final, peu importe ce qu'ont donné les expériences précédentes, chaque nouvelle expérience a ses propres paramètres et ses propres facultés d'enrichissement.

    Autant essayer, tu en as tellement envie!

    Bonne continuation

    Posté par Louloute, 17 avril 2009 à 18:08
  • Je te propose d'écrire des pages relatives au "besoin de s'aligner sur les objectifs stratégiques".
    Avantage : être l'élue
    Inconvient : perte de sa personnalité

    Je te propose d'écrire des pages relatives "au choix".
    Les options sont :
    - le placard et la joie d'écrire
    ou
    - La gloire et la joie d'être lue

    Bonne soirée
    Fanfanc26

    Posté par fanfanc26, 17 avril 2009 à 20:30
  • Le roman. Oui. Et profiter de cette incroyable chance, de rebondir dans ta vraie vie, rencontrer des gens différents, partager des expériences, des déconvenues peut-être aussi. Voilà ce que je ferais. Je me donnerais cette opportunité. Que perdrais-tu à candidater, de toutes façons?

    Et maintenant que je lis les coms précédents, je constate que beaucoup sont sur cette même longueur d'onde!

    Fonce, Coum!

    Posté par Med'celine, 17 avril 2009 à 23:17
  • Bonsoir Coumarine,
    Tu en as très très envie finalement de cette résidence d'été, alors tente la. Que risques-tu ? de ne pas être sélectionnée ? tu seras déçue, un peu, beaucoup peut-être, mais tu as plein de projets en cours, en route, et ton blog auquel tu tiens et que nous aimons venir visiter. Tu n'as rien à perdre et tellement à gagner si tu le fais.
    Ecoute-toi bien et tu trouveras la réponse qui est là devant tes yeux.
    Je t'embrasse. bonne réflexion.
    Calliprune

    Posté par Calliprune, 17 avril 2009 à 23:20
  • @Kaliuccia...merci de me dire que tu as dévoré mes deux livres, rien ne peut faire plus plaisir à un auteur...j'ai vraiment de la chance...!

    @Alain...la réponse, oui...je crois la connaître )

    @louloute...c'est amusant, vous lisez en moi avant moi d'ailleurs ce qui sera sans doute mon choix...merci de m'aider à voir clair

    @

    Posté par Coumarine, 17 avril 2009 à 23:25
  • @fanfan...j'adoooore ton commentaire...

    @med'céline...oui, tous les com se recoupent finalement...
    Je ne perds rien à proposer ma candidature, c'est sûr, mais je risque d'être déçue si je ne suis pas sélectionnée...au fond je ne dois pas avoir d'attente...

    @Calliprune, voilà tu vois juste: j'ai pas (plus) envie d'être déçue...
    Mais c'est vrai qu'il y aura toujours mon blog
    Je réalise que je tiens beaucoup à y écrire
    Je tiens beaucoup à vous tous, en réalité

    Posté par Coumarine, 17 avril 2009 à 23:29
  • Fonce Coum...

    on est tous d'accord, je crois!
    Si c'est okay, tu te lances à fond dans le boulot,... si ça rate, tu n'auras pas les regrets de ne pas avoir essayé! Parfois ce sont ces regrets là qui restent les plus forts, plus qu'un échec qui est moins grave finalement, car il fait avancer!

    Posté par Magel, 17 avril 2009 à 23:58
  • Pas encore lu René Char, mais il y a toujours des occasions où l'on entend cette citation de lui : "Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront."...
    A croire qu'elle est souvent d'actualité !
    Mais comme Alainx te l'écrivait, je crois bien que la réponse est dans le billet...
    Te voici donc résolue finalement... juste un peu terrorisée... ça va passer ))
    Je t'embrasse, ma Reine,
    Bon week-end

    Posté par D&D, 18 avril 2009 à 00:01
  • C'est peut-être parce qu'ils ne sont pas tous gentils (eux) que tu ne dois pas nous laisser seul (nous). Cette jeunesse que je peux porter à besoin de la vieillesse dont tu es sage. Et j'aime toujours que l'on me lise de belles histoires avant de dormir, peu m'importe de l'argent qu'elle va (leurs)rapporter pourvu que le rêve soit doux. Merci à toi de cette visite.

    Posté par shanti, 18 avril 2009 à 00:12
  • @Magel...ok ok...je crois bien que je n'ai plus qu'à foncer...)

    @D&D...oups je connaissais pas cette citation de René Char...elle est très parlante...
    Ah ben, si tu t'y mets aussi...je sais ce qu'il me reste à faire hein!
    Et je t'embrasse...(c'est fini notre petit salon?? snif... on va en retrouver un autre hein! c'était chouette...)

    @Shanti...tu es adorable...merci à toi...

    Posté par Coumarine, 18 avril 2009 à 00:15
  • Cette résidence d'auteurs fait un peu penser à la Villa Médicis...Fonce avec le récit de l'adoption de ta fille, c'est avec les tripes que l'on écrit le mieux, non?

    Posté par mab, 18 avril 2009 à 07:43
  • Tout à fait

    d'accord avec Pivoine: tu ne risques rien. Et en avant pour le roman. C'est ce qui se lit et se vend. Si tu veux échapper aux questionnements qui finalement rongent l'énergie, laisse tomber les hésitations. Fonce! Et si tu n'es pas sélectionnée, surtout ne t'inquiète pas! Cela ne signifie en aucun cas que tu n'intéresses pas. Simplement que les jeux sont déjà faits, ou que les vingt élu avaient des recommandations, ou que tu réponds trop tard. Quand on affronte le milieu littéraire, il faut un coeur solide qui ne s'affole pas d'un refus: il ne signifie pas grand'chose. Et quand un manuscrit est bouclé, mieux vaut s'adresser à un éditeur français: ils ont pignon sur rue et s'ils t'acceptent, ils feront le tam-tam nécesaire pour te vendre. En Belgique, il est très difficile de percer, d'autan que la crise n'arrange rien. Bref, n'attends pas, Coum, propose ta candidature à la Résidence. Et que la chance soit avec toi!
    Bises

    Posté par Lorraine, 18 avril 2009 à 11:58
  • @mab...je crois que je me diriges vers le roman..ce qui ne m'empêchera pas d'écrire l'histoire de ma fille

    @Lorraine...merci d'être venue me donner ton avis. T'ai-je déjà dit combien il comptait pour moi?
    C'est vrai que je soumets bien tard ma candidature... et que peut-être les jeux sont déjà faits ;-((
    Tu sais Lorraine? tes encouragements me vont droit au coeur...
    Je t'embrasse

    Posté par Coumarine, 18 avril 2009 à 13:43
  • Le roman, bien sûr…
    … et puis remettre le couvert avec un "Paroles plurielles" saison 2, peut-être ?!?…

    Posté par Vertumne, 18 avril 2009 à 14:12
  • saison 2 de Paroles plurielles

    Bonne idée,

    Justement hier en flânant sur les blogs, j'ai lu des pages relatives au manque induit par la fermeture (momentannée?) de Paroles plurielles

    Bon samedi
    Fanfanc26

    Posté par fanfanc26, 18 avril 2009 à 14:16
  • @Vertumne...j'y pense de plus en plus...)

    @fanfan...tu pourrais me mettre le lien?
    (ben oui, j'aimerais bien voir de quoi il s'agit...)

    Posté par Coumarine, 18 avril 2009 à 14:32
  • Entre les deux mon petit coeur balance !

    En parlant de coeur, que te dit-il ? Ferme les yeux et visualise tes projets. N'y a t-il pas un qui t'occasionne des pincements au coeur, comme quelque chose de stressant.
    Si je peux me le permettre, à te relire plusieurs fois, je sens que tes propos sur tes expériences d'édition sont remplis d'amertume, de déception.
    Qui n'ont pas été jusqu'au bout des choses.
    Le prinicipal, ce n'est pas de 'faire' mais de te sentir 'bien'. Or tu décris le blog avec beaucoup de tendresse, un enfant à toi, inéluctablement.
    Quant à la candidature pour la Retraite des auteurs, n'est-ce pas un rassemblement d'élites ? Des gens qui se prennent la tête. Quand tu décris l'atelier d'Hurtebise, tu mets l'accent sur la convivialité, l'humain, l'échange...
    Maintenant, pourquoi ne pas essayer. Si tu es sélectionnée, c'est que ton avenir est là...
    Faire confiance au destin, tout simplement.
    Plus facile à dire qu'à faire, je sais Coumarine...
    Tes projets d'écriture ne peuvent-ils pas un peu attendre, peut-être n'es-tu pas encore prête...Ils ne vont certainement pas s'enfuir.
    Mais je te comprends, s'ACCROCHER à son écriture, écrire pour se remplir, combler le vide et satisfaire cette soif de dire les choses...
    J'espère de tout coeur que nos com. ne te déboussoleront pas trop !
    Pour les com. de ton livre, dès que j'ai le 'temps', je t'envoie les miens (après Pâques car avec les enfants, c'était le bordel...et la maman doit récupérer !).
    Bises à toi

    Posté par Alessandra, 18 avril 2009 à 14:49
  • "Ne rien attendre en retour" c'est le mot de la fin. C'est ce que je lis dans les commentaires. C'est ce que le décodage biologique m'a apprise, ne rien attendre en retour pour libérer les énergies...

    Posté par Alessandra, 18 avril 2009 à 14:54
  • Je crois que ta décision est prise ! Postuler, et écrire un roman. Mais oui tu as raison, mais n'oublie pas l'histoire de ta fille, je pense que cela sera bénéfique pour tous.

    J'avoue que tu m'épates Madame Coumarine !

    Je t'embrasse.

    Posté par Fauvette, 18 avril 2009 à 15:55
  • Même si

    la petite voix de ton intuition se tait pour le moment, je suis certaine qu'avant le 30 avril, tu t'éveilleras un matin avec la certitude de ce que tu dois faire ou ne pas faire.

    Je te souhaite un excellent week-end.

    Bizzz

    Posté par Turquoise1960, 18 avril 2009 à 16:50
  • De rien, Coumarine, au contraire !

    Je ne vais pas ajouter grand chose à ce qui a été dit, juste une dernière question : en quoi as-tu peur de te perdre en continuant à écrire, si ce que tu écris vient du fond de ton cœur (et je crois que c'est le cas) ?

    Je ne demande pas une réponse en ligne, juste, il me semble qu'elle est digne d'être posée

    Posté par sel, 18 avril 2009 à 18:55
  • @Alessandra

    .merci pour ton commentaire qui dit bien des choses: tu vois clair!
    Oui il y a de la déception autour de la publication de mes livres
    Oui mon blog qui a presque 5 ans d'age, c'est un peu comme mon enfant..j'y tiens beaucoup, j'y ai construit un lieu de conviavialité
    Ne rien attendre...ce n'est pas si simple pour moi qui suis relativement pressée de faire encore ce que j'ai envie de faire...
    (Je serais très curieuse d'avoir ta critique de mon livre...)

    Posté par Coumarine, 18 avril 2009 à 21:47
  • @fauvette...tu as tout juste...!
    ça alors, je n'en reviens pas...vraiment je t'épate?

    @turquoise...ça y est, ma décision est prise...!
    bon WE à toi aussi (de la marche?)

    @sel...je te réponds:
    j'ai peur de me perdre en écrivant dans la fiction, alors que ici j'écris des tranches de vie, de MA vie...
    Encore une fois, tu me secoues là: faut que je réfléchisse à tout ça
    Merci!

    Posté par Coumarine, 18 avril 2009 à 21:51
  • Écoute ta petite voix intérieure et pose ta candidature si c'est ce que tu as envie, si tu n'es pas sélectionnée, ce n'est pas grave, tu auras tenté ;
    Il est vrai que nous aimons aussi tes petits billets qui nous interpellent à chaque fois et nous font réfléchir ou nous remémorer des souvenirs que nous pensions enfuis à jamais au fond de nous ! égoïstement, je dirais écrire un roman et continuer à "nous parler". Je sais aussi que si tu t'investis à fond dans un ouvrage, il n'est pas possible de concilier les deux, du moins, sans y mettre une parenthèse.

    je ne t'aide pas en écrivant cela, la décision t'appartient.
    nous te soutiendrons en pensée.

    Posté par becassine, 19 avril 2009 à 15:06
  • As-tu rentré ton dossier de candidature Madame Coumarinette ? Si non, il est grand temps !!!
    L'essentiel, c'est de faire ce que tu crèves d'envie de faire, ce qui te va bien.
    Allez, en route pour de nouvelles étapes de ta vie !

    Posté par Filo Filo, 20 avril 2009 à 10:39
  • Laisse le "destin" choisir pour toi. Moi je proposerais le roman pour le stage de cet été : un bel exercice pour toi si cela fonctionne. Et voilà, tu es retenue ou pas : ce n'est pas toi qui choisira in fine.
    Tes écrits t'échappent .. dur dur .. mais au moins, une fois sous forme de livres, n'auront-ils pas une durée de vie plus longue que sur le blog ? (là on est dans le thème de la pérénité du livre face à l'ordinateur ... moi, je garde espoir !)
    ... et j'ai commandé il y a peu "tout d'un blog" : j'ai hâte de le lire enfin !

    Posté par Miss Line, 20 avril 2009 à 11:02
  • C'est très bien si tu as pris la bonne décision o)) Pourquoi renoncer à l'aventure de la publication? Je ne renonce pas non plus à l'aventure de "l'exposition", même si on se donne un peu de temps. Le blog, les ateliers d'écriture, les nouvelles, le récit sur l'adoption, tout ça c'est toi, c'est ton identité, et en plus, tu as bien des avis précieux, lecteurs amis, sympathisants, éblouis (o professionnels et avertis !

    (vivi, je vais bien, et même très bien o;;;))

    Posté par Pivoine, 20 avril 2009 à 11:07
  • Vala, mesdames et messieurs...la lettre est partie ce matin!
    Pour le reste...qui vivra, verra!!!!

    Satutàtous

    Posté par Coumarine, 20 avril 2009 à 16:15
  • qui vivra... verra !
    "les dés sont jetés on dit aussi chez nous",
    bonne chance !

    "on croise les doigts pour que tu sois sélectionnée "

    Posté par loulotte2, 20 avril 2009 à 23:26
  • loulotte...à partir de maintenant, j'y pense plus!
    Ce qui doit arriver arrivera...

    Posté par Coumarine, 20 avril 2009 à 23:48
  • Heu... Alea jacta est?
    Bon courage, je croise les orteils pour cette folie douce!

    Posté par Med'celine, 21 avril 2009 à 15:26
  • Franchement, j'ai honte d'arriver toujours comme la dernière roue du carrosse. Je ne savais pas pour ton deuxième livre, j'en étais restée à Tout d'un blog. Bon, je me dis qu'en matière de conseils, je suis une excellente adresse. Mes conseils ont été primés à toutes les Cérémonies des Oscars et j'ai été obligée d'enfiler des robes lamées en or pour la remise du Prix du Meilleur Conseil de l'Année, pfft, la galère tellement ça grattait. Bref (bon j'arrête mes bêtises ) mon conseil, c'est de te laisser aller à ce qui te semble juste. (hein, je t'avais dit que j'étais bonne à ça, hein ? Il faut que tu te sentes en cohérence avec ton choix. Ce qui est bien c'est que c'est un conseil qui marche pour toutes les occasions pendant toute la vie !
    Je t'envoie plein de pensées positives

    Posté par pagesapages, 21 avril 2009 à 19:55
  • yèèèèèèèè Med'Céline
    et pagesapages...
    MERCI
    On verra si je suis sélectionnée
    Je crois que je l'espère
    mais rien n'est moins sûr...

    Posté par Coumarine, 21 avril 2009 à 22:52
  • Qu'est-ce que tu mettrais dans ta valise ?

    Si tu étais sélectionnée ?
    Et dans ta tête ?
    Alouette ?

    Pas mécontente d'arriver après le brainstorming, en fait il n'y a qu'une seule décision à prendre : la meilleure ! Et les blogs seront bien représentés !
    Dis-toi bien que le monde du livre est hyperhiérarchisé, avec des cercles d'initiés qui ont fait leurs classes dans les boîtes à compiler du vivant et de la syntaxe orthodoxe. Les autodidactes font toujours figure de miraculés mais leur force morale et séductrice réside dans le simple fait que les plus lus ne se sont pas coupés du réel et de gens. Il faut faire ce qu'on a à faire sur cette croûte terrestre endolorie avec le maximum d'enthousiasme et d'humilité. Le résultat final n'est pas le plus important. Te sentir vivante à chaque phrase que tu poses et tritures sur ta feuille, traverser des zones de confusion et de doute, lever le nez sur une branche fleurie , un regard d'enfant ou de vieillard tranquille, aller acheter de l'encre ou un nouveau cahier, prendre tes taureaux créatifs par l'oreille et doucement les mener boire à la table d'un bistrot ensoleillé... Tout ce que tu voudras... En tout cas, prends du plaisir partout où il s'offre ! Bises de Lyon.

    Posté par Causeuse, 22 avril 2009 à 08:43
1  2    Dernier »

Poster un commentaire