Mots sans queue ni tête - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

17 mars 2009

Mots sans queue ni tête

DSC00004Alors j'ai pris les mots dans les mains... les ai regardés avec un sourire un peu embarrassé, leur ai dit que c'était le dernier jour, l'ultime tentation, le péché insurmontable. J'ai dit que j'allais les masturber, les triturer, les compresser, les encaisser, leur faire payer le gros prix, le prix de la solution finale. Point. Avec du sang partout quand je les écraserais entre mes doigts. Cela ferait tache sur le mur. Mais ça, c'est encore à vérifier.

Alors les mots ont supplié, m'ont fait des promesses d'ivrogne, ont gémi comme des princesses vierges qu'on déflore en catimini dans le salon, ont hurlé à la lune, ont vomi le reste de leur repas pourtant léger, sont allés jusqu'à parler de ... (ils étaient sur le point de parler de tendresse, mais je leur ai coupé la parole. Cela a fait couac. Et puis scrunch.

N'importe quoi, ils auraient dit n'importe quoi, ils auraient fait n'importe quoi, comme par exemple accompagner Le petit Nicolas aux douches municipales, envoyer un rot sonore tout au fond d'un puits à en crever les parois,  brosser le poil des rats de la caverne d'Ali Baba, tricoter des mitaines au roi de Prusse...

N'importe quoi je vous le dis... pour continuer à vivre sur le papier...

Je suis restée inflexible. J'ai dit comme ça, en malaxant quelques mots compliqués que j'avais roulés longuement en petites boules de papier mâché, j'ai dit que non, que je me passerais désormais de leurs services. Et je leur ai rendu leur tablier.

Enfin, cela durera ce que cela durera....

Les mots finissent toujours par revenir dans mon champ de séduction, les vilains cocos...

Photo coumarine

Pour les curieux, il y a un billet (qui me fait plaisir...merci la doc!) chez Med'céline et qui présente mon livre sur les blogs (Tout d'un blog)


Commentaires

    J'en veux bien des mitaines!

    Posté par NarB, 17 mars 2009 à 21:50
  • hello NarB... dis donc des mitaines...alors que c'est la fin de l'hiver??

    Posté par Coumarine, 17 mars 2009 à 22:27
  • J'ai cru avoir une hallucination !!! J'écrivais bien sagement mon petit commentaire quand pfttt, ton texte a disparu. Je me suis demandée si tu étais en train de le masturber, de le compresser,de le triturer. J'ai perdu le fil de mon propos, et de ma pensée. Et subitement, pfttt, le texte a réapparu. J'en suis restée sonnée, sidérée. J'ai l'impression que parfois tes mots sont un peu sorciers !

    Posté par Mailie, 17 mars 2009 à 22:33
  • Mailie...il y a un problème ce soir avec canalblog
    Je me suis rendue compte aussi que le texte apparaissait puis disparaissait
    c'est le cas pour tous les billets postés ce soir
    Abracadabra!!!
    Dis donc, je vais être frustrée de ton commentaire donc... m'embête ça...

    Posté par Coumarine, 17 mars 2009 à 22:36
  • mailie...tu sais la meilleure???
    tu n'as pas d'adresse IP (nananère!!!)

    Posté par Coumarine, 17 mars 2009 à 22:37
  • Trop drôle ! Mais je n'ai plus de texte non plus, et (tu as raison), il y a d'autres cas semblables. Je pense que Canal a un vrai problème d'instabilité ce soir. Bises quand même, hein...

    Posté par Mailie, 17 mars 2009 à 23:05
  • Le prix de la... solution finale !???

    Vous n'auriez pas une autre " expression " en stock ?

    Posté par Chr. Borhen, 18 mars 2009 à 08:22
  • Oh j'adore ton billet Coumarine. C'est jubilatoire à lire dès le matin.

    Les mots j'aimerai les apprivoiser, en faire mes alliés, qu'ils expriment au mieux mes pensées et tant qu'à faire qu'ils composent une jolie chorégraphie pour que cela soit joli, qu'ils ne me trahissent jamais, qu'ils séduisent, qu'ils émeuvent, qu'ils retiennent l'attention.

    Posté par Annick, 18 mars 2009 à 08:28
  • @Annick

    et bien moi j'ai jubilé en écrivant hier soir... je "surveille" pas ce qui se passe en moi à ce moment...je laisse aller, et c'est souvent jubilatoire de voir le résultat...

    Posté par Coumarine, 18 mars 2009 à 09:20
  • @Chr. Borhen

    j'écris souvent "comme ça vient" en écriture spontanée
    Les mots surgissent alors sans que je les commande. J'en ai déjà parlé ici plusieurs fois...intéressant comme expérience, il y a des mots "bizarres" qui arrivent, et qui disent pourtant bien ce qu'ils veulent dire...

    Et vous devez surement en savoir un bout sur l'écriture, vous aussi!

    Posté par Coumarine, 18 mars 2009 à 09:22
  • C'est drôle et désespéré à la fois : se passer des mots comme de serviteurs dont on serait fatigué de subir le travail au lieu d'en profiter, c'est amusant ; mais se passer des mots, quand on a mordu à l'hameçon de leur possible infini, c'est une gageure. Presque comme arrêter de respirer : je n'ai pas l'impression que ça se décide... Enfin si, il paraît que certains philosophes se suicidaient comme ça, je ne sais plus lesquels... Enfin, de telles décisions, c'est à désespérer d'avoir jamais la volonté de réussir quoi que ce soit, il me semble... D'où le "désespérant".
    C'est marrant comme, en ce moment, chaque fois que je me lance dans une explication, non seulement j'en fais un truc long comme le bras, mais en plus ai-je l'impression de m'enfoncer dans les sables mouvants de l'incompréhensible absolu... Non, d'exagère, mais quand même...
    Pour avoir un peu lu de ce qui a été publié auparavant, en passant silencieusement hier, j'espère que les mots condamnés profiteront d'une remise de peine pour bonne inspiration ? Ce serait dommage de ne plus en retrouver ici que le souvenir. Les blogs endormis et délaissés, c'est d'un triste des fois... J'en connais un ou deux comme ça, que j'adore, et où il ne se passe plus rien depuis des mois. C'est désespérant, tiens, ça aussi (au fait, je précise : je ne suis pas le moins du monde désespéré. Je dis ça, parce qu'à force d'en cloquer dans tous les coins, ça va peut-être finir par donner de fausses idées...)
    Bien respectueusement, avec l'enchantement du nouveau lecteur, et au plaisir d'un prochain retour, parmi les pages anciennes et les nouvelles.

    Posté par Bifane, 18 mars 2009 à 09:23
  • @Bifane

    Hello et bienvenue...
    Mais je n'ai pas du tout l'intention d'arrêter ce blog que j'aiiiiiiiiiiiiime, que je laisserai jamais en sommeil.
    Il y a des moments comme ça où les mots peinent un peu en moi, alors j'écris là-dessus et oh! miracle! ça se débloque...
    Je ne sais pas ce qui me vaut le plaisir de ta visite (ah! les coïncidences!) mais tu es peutêtre long "comme un bras" dans to commentaire, mais j'aime beaucoup la façon dont il est tourné!
    Merci

    Posté par Coumarine, 18 mars 2009 à 09:31
  • Mais, Coumarine ... Tes petis mots sont sous emprise. C'est de la maltraitance pure et dure envers ces pauvres petites victimes "innocentes".
    Oooh, allons.
    Reprends-leur vite leur tablier et laisse-les te séduire ... sssssst ssssst aie confiaaaancccce !
    (cfr. le serpent et Moogly dans le dessins animé du Livre de la Jungle )

    PS : j'arrive pas à travailler : un couple de mésanges bleues a élu domicile juste à côté de la baie vitrée. Ils expédient les anciennes plumes dehors, prennent les poussières. Comique et si attachant.

    Posté par Filo Filo, 18 mars 2009 à 11:21
  • Les mots ne sont pas seulement véhicules de sens, mais surtout porteurs de vie.

    Des mots qu'on use, des mots qu'on se refuse, des mots qu'on écrit, des mots qu'on dit, des mots dont on s'étonne, des mots qu'on ignorait et tout ceux dont on ne saura jamais rien, des mots dont on s'entoure, des mots qu'on nous impose, des mots qu'on nous balance, des mots à trop ne savoir qu'en faire, des mots qui clignotent, des mots qui flashent jusque dans la nuit quand plus personne ne passe, des mots en lettres digitales qui défilent aux enseignes, des mots qu'on se répète pour encore croire au courage, des mots qui surgissent, mots des trappes intérieures, mots enfouis ou volatiles, mots qui macèrent ou que l'on crache, des mots qu'on lit, des mots qu'on braille, des mots qu'on pleure ou qu'on assème, mots qu'on récite pour faire silence, mots qu'on martèle, mots qu'on étonne, mots dérobés, mots à couvert, mots en bouche que l'on voudrait pâte, mots d'excuse ou mots tournis que l'on répète en boucles, mots d'avant, mots d'ailleurs, mots qui mordillent, des mots qui portent...

    Posté par bernie.83, 18 mars 2009 à 12:58
  • J'en ai encore hi hi

    mots valises où l'on s'évade, mots matière où caresser un peu du monde, mots transparence où tant d'autres mots s'aménent, mots dont on s'abstient, mots qui se refusent, mots qui se perdent en route, mots de vie alentour, mots qui vous appellent, mots que l'on déchiffre, mots quel'on déchire, mots qui vous rappellent, ces mots que l'on met bout à bout de la langue, ces mots au creux du ventre, mots qui tournoient ou qui traînent dans un coin du cerveau, mots silencieux, mots qui bégaient, mots regrettés, mots ravalés, mots repoussoirs, mots des curés(ça me rappelle qq chose que j'ai lu chez Medceline) hi hi...mots gominés, des mots qu'on chante, mots des langues apprises, mots des langues inconnues, mots, mots qui nous font, nous défont, mots qui résument, mots épitaphes, mots dans la pierre ou bien au chaud, mots qui s'envolent ou mots qui crissent, mots des phrases mortes et des histoires, mots bredouillés et mots déjoués, ces mots défi, ces mots obscurs, ces mots premiers, ces mots couleurs, ces bons mots, ces mots d'enfant et des dernières paroles, ces mots enfouis sous un dernier soupir...

    Posté par bernie.83, 18 mars 2009 à 13:09
  • bernie.83 a tout dit !!!
    Moi, ce matin, je me cogne aux mots. Ils restent opaques et froids. Ils sembles morts. Je voudrais les réveiller, les ciseler comme un sculpteur de cristal, retrouver les prismes de couleurs, les faire tinter... On ne peut pas bruler ses mots, comme on ne peut pas bruler ses rêves ! Alors, on cherche les mots bonbons, les mots douceurs et on les laisse danser autour de nous en folles sarabandes!

    Posté par Jaca, 18 mars 2009 à 14:10
  • Ah! J'adore ce billet qui trucule les mots! Je ne trouve que ce néologisme approximatif, désolée! On sent cette violence, cette détresse quand l'inspiration s'échappe par le trou de la serrure. Et j'admire qu'à bout d'inspiration, tu trouves quand même des phrases talentueuses pour exprimer ton désarroi.

    (et... merci pour ta petite phrase et le renvoi. Comment savais-tu que c'était mon anniversaire, hier?...)

    Posté par Med'celine, 18 mars 2009 à 14:34
  • Ton regard et mes mots, tes mots et mon regard, sont souvent proches...

    Posté par grosnuages, 18 mars 2009 à 15:42
  • N'est-ce pas un extrait de ton nouveau manuscrit ? En arriver là avec les mots ?!
    Ils doivent drôlement t'en faire voir !
    J'adore ton style à la limite du sarcasme, désopilant, hilarant et qui me fait penser au côté 'english' (humour noir et non-sens).
    Où vas-tu trouver toutes les comparaisons que tu utilises et qui rendent le texte vivant, très visuel.
    Encore, encore...

    Posté par Alessandra, 18 mars 2009 à 17:13
  • Un plaisir que de venir chez toi ...
    Bises

    Posté par Sophie, 18 mars 2009 à 18:22
  • ....★

    Délectable. J'en suis toute éclaboussée. Mon écriture spontanée du jour a aussi donnée dans la boucherie. Gros bisous Coum.

    Posté par julie M, 18 mars 2009 à 19:32
  • Avec ton art de la maîtrise des mots ton chant de séduction touche nos coeurs!

    Posté par fcplume, 18 mars 2009 à 20:10
  • Ce que j'aime! ils ont une texture tes mots, on ne fait pas que les lire, tu mobilises d'autres sens.
    J'ai juste envie de dire : encore!
    Bisous Coumarine

    Posté par Lyly-Rose, 18 mars 2009 à 22:13
  • CE SOIR...

    Ce soir je suis rentrée tard...et je découvre vos commentaires...
    Je vous dis merci à tous, je ne répondrai pas à chacun...pardonnez-moi...

    Juste pour Med'Céline
    alors c'était ton anniversaire hier????
    Alors je te dis de tout cœur: BON ANNIVERSAIRE (et merci pour toi.., ce que tu es, ce que tu écris...

    Posté par Coumarine, 18 mars 2009 à 22:18
  • Je vais risquer un : hi hi hi hi, Coumarine! Merci!!! Et tout pareil, mais plus!

    Posté par Med'celine, 18 mars 2009 à 22:33
  • L'importance des mots

    Bonjour Coumarine

    Je me souviens,il y a quelques années,j'avais lu un article dans un journal qui parlait de patrons et de leur façon de parler à leurs employés,les mots qui étaient utilisés pour parler d'une même situation.

    Donc,dans le journal,on donnait comme exemple une situation difficile qui se passait dans une compagnie.

    Le premier patron dit à ces employés la phrase suivante.
    «On a un gros problème sur les bras»
    Tout de suite,on voit l'inquiètude dans le visage des employés.

    Le deuxième patron lui dit ceci.
    «on a un beau défi à relever»
    Il y a de l'espoir dans le regard des employés,une vague d'optimisme s'installe.

    C'est la même situation,la compagnie rencontre des difficultés,toutefois les mots employés sont très importants,ou ils assomment,ou ils stimulent....

    Posté par linda, 19 mars 2009 à 05:51
  • Les mots sont venus me raconter... ils sont impressionnables et émotifs, comme les fantômes ils courent les pieds nus.
    Un "petit mot" pour te dire combien...

    Posté par Jacques, 19 mars 2009 à 09:39
  • Méfiance

    Attention, attention! Les mots ont le pouvoir de se venger, de créer la panne d'inspiration, de dire le contraire de ce qu'ils prétendent dire, de trahir ceux qui les utilisent, de foutre la merde comme c'est pas possible. De toutes façons ils sont plus forts que nous, c'est eux qui ont le pouvoir. Déjà qu'on leur supprime des accents circonflexes et des tirets, je sens qu'ils vont se venger sur tous les grammairiens, Grevisse et compagnie. Alors, attention, méfie toi...

    Posté par Jean Botquin, 19 mars 2009 à 11:36
  • il faut jouer, jouer, jouer...avec les mots, jusqu'à les libérer !

    Posté par Tisseuse, 19 mars 2009 à 12:23
  • ouh!là!! fait pas bon être un mot dans les parages de Coumarine!
    Eh! Vous, les mots doux, les mots tendres, les petits mots, même les gros, oui, vous les gros, et les durs aussi, passez au large, faites un détour, Coumarine est en colère!!!

    Mais je sais bien que ça ne durera pas et que bientôt, Coumarine et les mots feront la paix!!!

    Posté par fabeli, 19 mars 2009 à 13:51
  • c'est nul de ché nul!!!ca veu rienh dir

    Posté par abeille, 19 mars 2009 à 14:06
  • Abeille aboie
    La caravane des mots passe
    Silence

    Posté par Filo Filo, 19 mars 2009 à 16:39
  • @Linda...c'est vrai la manière dont on s'adresse aux autres est très importante... ton exemple très bien!

    @Jacques...merci pour le "petit mot"

    @Tisseuse...elle est belle l'image que tu utilises: jouer avec les mots pour les libérer...!

    @fabeli...tu as raison: la grève des mots ne dure jamais longtemps chez moi... (chez toi non plus sûrement!)

    @abeille... )

    @Filo...justement je parle du silence dans mon nouveau billet... )

    Posté par Coumarine, 19 mars 2009 à 22:52
  • Héros à titre posthume

    Bonjour,
    Un petit passage par chez vous.
    Un titre sans queue ni tête? Une fin qui l'est moins.
    @+ Comme on dit chez nous, les informaticiens de formation

    Posté par L'Enfoiré, 21 mars 2009 à 23:15
  • merci l'enfoiré pour ce petit coucou...
    bonne journée à vous!

    Posté par Coumarine, 22 mars 2009 à 11:29
  • J'adore ces situations décalées.
    Ton texte est délectable.
    Pardonnes-moi de venir trop peu souvent, ou de ne pas oser te commenter.
    Amitiés Coum'

    Posté par Fanzesca, 01 avril 2009 à 20:03
  • merci Fanzesca pour ce gentil commentaire, il me fait plaisir...

    Posté par Coumarine, 02 avril 2009 à 13:52

Poster un commentaire