Quand je serai vieille, le soir à la chandelle... - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

22 décembre 2008

Quand je serai vieille, le soir à la chandelle...

Elle pense qu'elle peut mourir demain.
Ou après-demain.

Et que si elle meurt demain (ou après-demain) cela causera du chagrin à ceux qui vivent avec elle et qui l'aiment.
Et aussi à ceux qui vivent proches d'elle, dans son entourage, et qui l'aiment. Y compris son entourage virtuel...
Ils se souviendront pendant quelque temps de celle qui a été leur épouse, leur mère, leur grand-mère, leur amie.
Qui a été quelqu'un d'important pour eux.
Ils s'en souviendront avec des larmes, beaucoup de larmes au début, dans les premiers mois.
Ils se diront peut-être même: mais comment on va faire pour vivre sans elle?

Puis petit à petit, ils penseront à elle avec la nostalgie douce des souvenirs teintés de couleur sépia.
Et sans doute aussi avec reconnaissance pour ce qu'elle a été dans leur vie: il se souviendront d'une parole qui les a fait vivre, d'un geste qui les a aidés, d'un objet qui lui a appartenu, de quelques mots qu'elle a écrits sur son blog et qui ont été vivifiants pour eux.

NMais dans quarante ans, il n'y aura plus aucune larme, plus aucune nostalgie. Et si peu de souvenirs... Le monde aura continué sa course vers la suite, si suite il y a...
D'autres joies, d'autres larmes auront pris la relève, d'autres personnes occuperont la place...
Et un jour, elle ne sera plus qu'un visage figé sur un arbre généalogique, dont sans doute personne ne se souciera guère.

Sauf si une arrière, arrière, arrière petite-fille s'inquiète un jour de savoir pourquoi, à l'approche de Noël, elle a de tels vagues à l'âme, de telles tristesses sans nom, sans fond, qui immanquablement (et heureusement) s'évaporent une fois l'année nouvelle bien installée dans ses premiers jours de janvier.

Peut-être alors cet arrière, arrière, arrière petite fille pointera-t-elle son doigt sur cette aïeule qui sourit dans son cadre généalogique, blottie dans cet arbre que n'agite aucun vent, et se trouvera-t-elle une connivence étrange, comme un fil invisible et précieux qui les relie toutes les deux.

Peut-être feuillètera-t-elle à l'endroit puis à l'envers, le livre  que cette aïeule dont elle connaît si peu de choses, a écrit et qui moisit quelque part au fond d'un improbable grenier (mais non, en ces temps futurs, il n'y aura plus guère de greniers, ni de malle à trésors poussiéreux...)

Et quand elle apprendra que cette aïeule inconnue, elle aussi à l'approche de Noël, vivait un mal-être douloureux, récurrent, comme inscrit à la chaux dans ses mémoires vives... elle soupirera de se reconnaître et comprendra  sans doute ce qui en elle fait un tel barrage au simple bonheur de vivre ce mois de (dé)cendres...

Je sais que je ne suis pas la seule à vivre difficilement l'approche de cette fête qui ne devrait être que de joie, de doux moments passés en famille... J'en ai parlé déjà les années précédentes...Cette année le vague à l'âme qui me prend soudain dans son étau à l'approche de Noël, n'est apparu qu'il y a peu., quelques jours seulement.. je gère  mieux, enfin, j'essaie. Cela me laisse de l'espoir pour quand je "serai vieille le soir à la chandelle"...


Commentaires

    Ce matin, je parlais d'aller acheter les derniers cadeaux de Noël avec ma soeur. Quand j'ai fermé msn, j'avais sous l'oeil gauche une larme accrochée dans mes cils. Une seule larme, pour dire l'immensité de ma détresse, du chagrin, de l'angoisse qui m'accable en cette période de l'année. Je babille mais mon coeur est absent, atone, caillouteux. Alors, pourquoi est-on si malheureuses chère Coum?? Je cherche, il y a mille raisons et au bout il n'y en a aucune que je ne pourrai balayer d'un éclat de rire...et pourtant, je suis pleine de bleu.

    Je t'embrasse de toute ma chaleur humaine. Et te souhaite quand même un bon Noël.

    Posté par Chris, 22 décembre 2008 à 20:33
  • Je ne sais pas non plus pourquoi mais ... Heureusement il y a les enfants, petits et grands. Les petits surtout qui s'émerveillent de chaque lumière, chaque sapin . Je crois, enfin pour moi, il manque toujours quelqu'un. Haut les coeurs. Coumarine. les jours rallongent, c'est bientôt le printemps!

    Posté par Maca'dame, 22 décembre 2008 à 21:01
  • Oui, dans 40 ans... Les plus jeunes qui nous aiment aujourd'hui seront presque vieux. La mémoire, déjà, leur fera défaut. Nous disparaîtrons définitivement avec eux.

    Posté par Feuilly, 22 décembre 2008 à 21:29
  • Besoin de lumiére?

    Aujourd'hui,a la tv allemande ils ont diffusé toute une émission des conséquences de la lumiére sur le corps humain.Surtout pour les personnes de
    nos ages,il est important de recevoir une certaine
    quantité de soleil par jour car cela favorise certains métabolismes,et evite de devenir dépressif;Peut importe si la source de lumiére est
    naturelle ou artificielle.
    AmicalementLatil

    Posté par Latil, 22 décembre 2008 à 22:38
  • @Chris...ce mal-être vient sans doute de très moi, sans doute d'un très vieux passé, dont nous ne savons pas grand chose...
    Accepter qu'il en soit ainsi, et vivre chaque moment avec intensité, c'est ce que j'essaie de faire
    Je t'embrasse et te souhaite aussi un très bon Noêl

    @Maca'dame...oui c'est tout à fait vrai ce que tu dis...les enfants avec leurs sourires émerveillés, sont les petits magiciens qui m'ont toujours permis de passer au travers des mailles du filet de la déprime attachée à Noël...
    Et puis, à partir d'aujourd'hui, comme tu le rappelles, les jours vont rallonger...que du bonheur!!!

    Posté par Coumarine, 22 décembre 2008 à 23:01
  • la mélancolie

    Le blues des fêtes... je le connais si bien.
    J'ai envie de l'expliquer de cette façon...
    Noël, le nouvel an, les anniversaires... que représentent-ils si ce n'est le rêve, l'espoir, la marche du temps d'un passé glorieux ou mémorable vers un avenir qu'on espère meilleur ?
    Qu'est-ce que c'est si ce n'est le partage de cet espoir avec ceux qui cheminent à nos côtés ?
    Mais l'âge venant, lorsque les vies ont été marquées par les embruns, par les rafales, les tempêtes... l'espoir devient poison, le temps devient ennemi, et le chemin que nous arpentons semble tellement plus caillouteux, tellement plus pentu que celui de ceux qui fêtent noël avec tant de vigueur et de rire.

    J'ai écris, sur je ne sais plus quel texte du boudoir, qu'il m'apparaissait difficile d'être heureux lorsqu'on avait conscience de l'inhumanité actuelle. Je crois que c'est cela qui nous taraude. Entre autre.

    Je trouve qu'il y a un joli mot pour décrire cet état : La mélancolie.

    Posté par pakita, 22 décembre 2008 à 23:02
  • Blues

    On mesure chaque année notre nostalgie à l'aune de ces peluches que l'on voit dans les vitrines ou les centres commerciaux, parfois animées pour la plus grande joie des enfants: d'année en année, elles semblent de plus en plus ternes, dépouillées de leur magie. On ne voit plus que l'usure sous leur pelage trop souvent exposé et touché par les petites mains, les fils électriques qui les alimentent et les saccades qui les agitent. Vainement essaie-t-on de renouer avec les souvenirs de son enfance... Parfois, un éclair nous illumine, quand on voit nos propres enfants s'émerveiller à leur tour, et on se sent coupable de leur propre désarroi futur quand ils auront à leur tour perdu leurs illusions.
    De ces fêtes, le plus difficile est de mentir à un enfant, lui dire que c'est magique, se rendre complice de ce forfait même pas chrétien, juste commercial. Et pourtant, que quête-t-on au fond de son regard, si ce n'est un peu de notre enfance et de refus de vieillir trop vite?

    Posté par Med'celine, 22 décembre 2008 à 23:03
  • @feuilly...ça me fascine quand je pense que les choses continueront leur course sans moi, sans bientôt plus se souvenir de moi...tout comme le monde a très bien tourné quand je n'y étais pas...
    Quand j epense à cela...je me dis que vraiment on n'est qu'un très bref instant de PASSAGE, un tout petit caillou sur le chemin de la VIE...

    @Latil...en effet, on sait l'importance de la lumière sur le moral...
    Mais je vais te dire: je ne suis pas déprimée, pas du tout. Je vis des moments difficiles comme chaque année au mois de décembre, sur lesquels je n'ai que eu de prise...c'est tout...
    Je sais que je ne suis pas la seule...
    Mais c'est sûr que le manque de lumière est à prendre en considération...

    Posté par Coumarine, 22 décembre 2008 à 23:07
  • @Pakita...pour moi, c'est l'inverse. C'est petit à petit que le blues attaché aux fêtes, se dilue dans une espèce d'acceptation de la réalité
    J'ai l'impression que la tentation du désepoir en face de l'inhumanité grandissante est une tentation qui conduit vers lamort
    Il y a comme un DEVOIR d'être heureux, de rester positif MALGRE l'inhumanité dont tu parles.
    Etty Hillesum que je feuillette pour l'instant faisait un vibrant hommage à la VIE (parce que la VIE, pour rien d'autre) alors qu'elle savait qu'elle allait être arr^tée en tant que juive
    J'ai moi-même souvent parlé de ce "vouloir être heureux" envers et contre tout, au risque de paraître naïve...
    Le blues de Noël est un vrai chagrin chez moi...il remonte à mon enfance...

    @Med'celine...je voudrais te répondre à peu près la même chose qu'à Pakita...pouvoir garder sa faculté d'émerveillement, s'émerveiller d'un simple caillou sans valeur...
    Je n'ai pas menti à mes enfants en leur "offrant" une belle fête de noêl avec sapins et cadeaux...en fait ce n'était pas ça l'important, mais l'amour que je leur donnais
    Mais tu sais ça, bien sûr...
    (en fait je regrette presque d'avoir écrit ce billet qui semble négatif... c'est à la fois moi, et pas moi...

    Posté par Coumarine, 22 décembre 2008 à 23:25
  • Impression que dans mes commentaires, je ne m'exprime pas clairement
    Pire....peur de n'avoir pas bien compris le commentaire de Pakita et celui de Med'celine...
    Vous me direz...

    Posté par Coumarine, 22 décembre 2008 à 23:32
  • Il me semble, à la lecture de ta réponse que tu as bien compris ce que je voulais dire.
    Mais c'est étonnant, car je vois comme une contradiction dans ta posture vis-à-vis des fêtes...peut-être même vis à vis du bonheur en général.
    Comme si... de "devoir" affirmer que le bonheur est à notre portée, le faisait s'effriter... perdre de sa substance, de sa magie.

    Loup et moi, nous nous forçons à fêter Noël chaque année, pour les enfants, uniquement.
    Je crois qu'on se sent "insultés" par Noël... Je ne peux pas mieux l'expliquer.

    Petite anecdote peut-être, pour illustrer.
    Il y a deux ans, Loup est parti s'exiler en Espagne pour échapper à une condamnation inique. J'ai vécu une solitude insupportable, une terrible peur, une terrible colère. Je m'y étais enroulée comme dans une écharpe, revendiquant mon droit aux larmes et à la détresse.
    Un soir, des amis sont venus à la maison et je me suis surprise à rire avec eux.
    Jamais je n'ai eu aussi nettement le sentiment de trahison. Même si je sais que chacun de nous avait toujours Loup en tête, au fond de son cœur... je n'ai pas supporté de rire loin de lui... sans lui.

    Noël, c'est un peu ça pour nous aujourd'hui. Des rires au milieu de l'horreur.

    Posté par pakita, 23 décembre 2008 à 00:46
  • Se sentir décalée, seule au sein de sa famille, c'est sans doute un sentiment à la limite su supportable. que faire pour t'aider à franchir ce cap?

    Posté par mab, 23 décembre 2008 à 06:36
  • Tu es douée d'une sensibilité magique, mais aussi d'une résistance aux obstacles. La magie que tu portes, débouchera sur la joie car elle refuse le négatif...et tu n'es pas négative!
    Mais il faut que nous sachions surmonter l'obsession des instants, et j'y arrive difficilement, trop souvent... Je crois que nous vivons un éternel présent, mais les Fêtes annuelles restent des repères qui brusquement surgissent comme des miroirs sur le chemin, brisant momentannéent notre élan...
    Nous portons tous, notre enfance au fond de nous. Elle ne nous a jamais quitté; quand Noel est là, nous visons je crois, une sorte de confusion inconsciente et conflictuelle. Je me dis qu'il ne faut pas prétendre toujours à une attitude nette, à des idées précises...Nous sommes fragiles et quand nous déposons nos gants de boxes, le visage souriant cache nos blessures au coeur.

    Posté par Jaca, 23 décembre 2008 à 07:11
  • Mon Papa est décédé un 26 Décembre.
    J'allais avoir 31 ans dans les jours qui suivent.

    Tout le merveilleux de Noël que j'avais su garder dans un coin de mon âme depuis l'enfance s'est effondré cette année là.

    Nous avions pourtant fêté Noël tout en sachant que mon Papa était en train de vivre ses derniers jours.
    Ma grand-mère (sa Maman) avait fait le souhait secret que surtout il ne meure pas le jour de Noël.
    J'avais fait le souhait secret que surtout il meure avant la fin de l'année afin que nous ne recommencions pas une année avec cette souffrance.

    Il nous a entendu toutes les deux. Il est mort le 26 Décembre.
    Ce jour là je suis définitivement sorti du temps béni de l'insouciance et de la légèreté.
    ______

    Je pense très fort à Pascal, un collège de travail, qui vit en ce moment la même chose que ce que j'ai vécu il y a 17 ans.
    C'est un intermittent du spectacle. Je ne le vois pas souvent. Il était là hier matin. Je l'ai serré dans mes bras. (chose que nous ne faisons pas entre collègues).
    ______

    Je serre dans mes bras toutes les personnes qui ont des bleus à l'âme et au coeur en cette période d'exacerbation de festivités.

    Je te serre fort dans mes bras Coumarine.

    Posté par Annick, 23 décembre 2008 à 08:07
  • Dépression saisonnière due au manque de lumière, c'est la "déprime hivernale".
    Cherche la lumière, ne reste pas enfermée la lumière virtuelle n'est pas suffisante, sors, bouge, respire...
    Je t'embrasse.

    Posté par NarB, 23 décembre 2008 à 08:16
  • Je trouve le message de Jaca d'une grande pertinence. C'est à la fois très beau et très vrai...

    Posté par pakita, 23 décembre 2008 à 08:38
  • alors, l'arrière petite fille lira "L'enfant à l'endroit, l'enfant à l'envers" et comprendra beaucoup de chose de son aïeule et du même coup d'elle-même, sur les chemins invisibles de la transmission.....

    j'ai fait un billet sur ma difficulté de Noël aussi aujord'hui
    les Noëls étaient tristes dans mon enfance, ils sont devenus un peu plus féériques depuis que je m'efforce, pour ma fille, de leur donner la consistance d'amour, de partage et de merveilleux qu'ils devraient avoir
    mais en arrière-fond.....plane l'ombre grise

    beaucoup de mes clients ont aussi beaucoup de difficultés à traverser la période des fêtes de fin d'année, du fait de la remontée des souvenirs pas toujours bien digérer

    alors, serrons nous les coudes, et traversons les longues nuits noires de l'hiver, en tenant malgré tout la petite bougie allumée

    Posté par Tisseuse, 23 décembre 2008 à 09:36
  • Le temps retrouvé

    Coumarine, tu nous apprends, dans la ferveur, qu'il existe un royaume du langage, de la parole et des mots, et tout ce que le génie des femmes (et des hommes quelquefois) ajoute à ce monde depuis quarante mille ans...
    Merci pour cette année que tu nous as partagée ! Joyeux Noël et je t'embrasse sous le gui de l'an neuf.

    Posté par Jacques, 23 décembre 2008 à 11:16
  • Plus d'une fois, j'ai entendu, autour de moi, cette petite phrase : "vivement le 2 ou le 5 janvier".

    La détresse est unique.
    Les raisons sont multiples.

    Je m'efforce de rassembler, en cette période, mes amis chers. Tous les deux jours, il y a un "grand" souper à la maison (comme je suis pietre cuisinière, ce n'est pas pour mon repas qu'ils se déplacent .

    Je chine pour trouver un brol, un truc qui leur dira, mieux que mes mots, l'amitié que je leur porte.

    Aurais-je assez de jours, entre Noël et Nouvel An, pour rassembler tout le monde, sans oublier personne?

    Bien sûr que non. J'ai déjà une prochaine date fixée au 19 janvier 2009.

    Dans le fond de mon être, j'espère apporter un peu de baume au coeur. Je voudrais construire un arc-en-ciel pour que chacun puisse enjamber cette période difficile.

    Bonnes fêtes
    Fanfanc26

    Posté par fanfanc26, 23 décembre 2008 à 12:09
  • Matinée calme, les enfants et mon homme ont été rejoindre mes parents à la mer. Je prétexte un besoin de solitude imminent.
    J'allume l'ordi. et je te rejoins, toi Coumarine.
    Youppie, elle a écrit un texte. Et quel texte !
    Je suis très émue et j'en ai les larmes aux yeux. Ne sens-tu pas mes larmes au travers de cette page virtuelle ? Tu as l'art d'englober les mots avec beaucoup de poésie, de 'douceur' même si le propos est douleureux. Utiliser des métaphores pour amplifier l'intention.
    Je pense qu'on traverse notre chemin de vie dans l'anonymat, à moins d'être Angelica Jolie ou Barak Obama. Nous sommes tous dans le même lot. Sauf qu'il y a des tas d'individus qui le vivent bien...
    Mais l'expression ne sert-t-elle pas justement à sortir un peu de l'anonymat ?
    Tu as publié 2 livres (ou je me trompe ?), se rattacher à ces 'créations' laissera une trace de toi...Et ca, c'est primordial, je pense !
    Autre chose qui me 'tique' : crois-tu qu'il n'y aura plus de vieilles malles enfermées dans la pénombre des greniers ? L'enfant aime se perdre dans son imaginaire, dans des histoires de 'revenants', d'elfes et de gnomes. Heureusement, je l'espère de tout coeur et de mon côté, j'aime entretenir cet engouement, cette verve pour les contes, les mythes (surtout avec le petit). L'absorber dans un monde ir-réel qui fait partie de son quotidien. Bagage qui le servira pour bien grandir, en toute confiance...
    Ca, c'est un autre sujet, aussi passionnant. Laissons la place aux autres écrivants...
    Je vais profiter de cette journée de so-li-tu-de créatrice avant de rejoindre demain toute la clique à la mer.
    Asta la vista...
    Alessandra

    Posté par Alessandra, 23 décembre 2008 à 12:12
  • @Pakita...ton commentaire me laisse sans voix...
    Je crois que je perçois ce que tu veux dire en écrivant que vous vous sentez "insultés" par Noel, je suppose par tout le clinquant artificiel qui tourne immanquablement autour...
    Tu rlèves moaphrase sur le "devoir" d'être heureux...
    Je crois en effet que le "bonheur" est plus un état d'esprit qui se décide, que des circonstances extérieures qui invitent à la joie
    Les circonstances extérieures sont parfois désespérantes...toi même tu l'as vécu, et de manière très douloureuse
    Mais...je ne sais comment dire, je crois que devant des circonstances pénibles, chacun a le choix: ou s'enfoncer dans la merde, ou rester debout, libre, et choisir la Vie...
    Je pense que je vais écrire un billet à ce sujet...merci pour tes mots de confiance...

    @mab...quand qqun souffre très fort, on ne peut rien FAIRE,simplement ETRE avec

    @Jaca...ce sont tes mots qui sont magiques
    1) je crois que tu me connais assez bien...) sensible oui, très(trop) sensible, mais résolument positive aussi, par décision souvent!
    2) Ce que tu dis sur les fêtes qui réactivent souvent les vécus d'autrefois douloureux, me parle aussi très fort...je crois que tu es dans le vrai...

    Posté par Coumarine, 23 décembre 2008 à 12:27
  • @Annick...quand qun qu'on aime part dans ces jours-là, la "fête" ne pourra plus jamais être une fête
    Du moins une fête de rires
    Mais peut-être une fête pour fêter l'amour...
    Je t'embrasse aussi ma fidèle lectrice qui a courageusement remonté toutes mes archives, pendant des semaines entières...

    @NarB...bien sûr, le pragmatique et l'optimiste que tu es a raison...j'irai marcher au moins trois quart d'heures aujourd'hui, chercher ma ration de lumière...

    @Tisseuse...oui les chemins invisibles de la transmission...je savais que tu parlerais de cela...merci!
    J'aime ta demande de nous serrer les coudes...pour faire de cette fête une vraie fête. Tous ici, nous le souhaitons

    Posté par Coumarine, 23 décembre 2008 à 12:33
  • @Jacques...au génie des femmes comme tu dis...j'ajoute le génie de certains hommes qui manient le langage de belle façon, comme toi...
    Je t'embrasse avec toute mon amitié...@

    @fanfan...quelle belle et bonne idée...voilà une initiative bien concrète pour parer à la morosité...
    Je suis sûre que les repas dela piètre cuisinière que tu prétends être doivent être chaleureux...c'est du bonheur ça...

    @Alessandra...j'évoquais les maisons aseptisées du futur où plus aucun grenier poussiéreux n'aura sa place...mais les contes et les histoires seront, je l'espère toujours racontées par les mères, les pères, les grands mères et les grands pères, au coin d'un feu de bois, dans le mystère et le creux des bras...
    Alessandra, bon séjour à la mer...que ces jours te soient doux

    Posté par Coumarine, 23 décembre 2008 à 12:41
  • Je viens juste ici pour te souhaiter quand même un joyeux Noël. Je te souhaite de recevoir et de pouvoir donner beaucoup d'amour. Cet amour, il est contagieux. Et peu-être que ton arrière-arrière-arrière petite fille sourira dans quelques années sous le sapin (cette tradition exxistera-t-elle encore ?) sans trop savoir pourquoi, et tu y seras pour quelque chose...

    Posté par Miss Line, 23 décembre 2008 à 12:56
  • je ne résiste pas à vous livrer un extrait de ce très beau texte, qui me tient à coeur.

    "... le seul fait de rêver est déjà important.

    Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir
    et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.
    Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer
    et d'oublier ce qu'il faut oublier.
    Je vous souhaite des passions.
    Je vous souhaite des silences.
    Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants.
    Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence,
    aux vertus négatives de notre époque.

    Je vous souhaite surtout d'être vous.

    Jacques Brel,janvier 1968 (Europe 1)."

    Ces très belles phrases suffisent pour dire l’essentiel.
    Notre destin est fixé, restons modestes mais confiants.

    Posté par loulotte2, 23 décembre 2008 à 13:45
  • L'AGE

    Rien ne s'efface,
    ni les lézardes
    du temps qui passe,
    ni les souvenirs
    qui m'assaillent.
    Le printemps est loin,
    l'été s'en est allé.
    L'automne donne à mon corps
    une lourdeur qui me fait peur.
    L'hiver bientôt viendra
    même si dans mes yeux,
    il y a toujours du ciel bleu.

    C'est pour toi,
    pour te dire toute la joie que j'ai à te lire
    et à te découvrir, un peu plus chaque jour.

    Tu partiras un jour mais il restera de toi
    le souvenir de quelqu'un de bien !
    Donner du bonheur autour de toi,
    au présent, c'est déjà très important !

    Posté par becassine, 23 décembre 2008 à 13:58
  • Bonne promenade, si tu sors aujourd'hui !
    Car il fait plus clair que d'habitude...
    Et beaucoup de bonheur quand vous serez seize :
    quelle belle tablée cela fera !

    Posté par Pivoine, 23 décembre 2008 à 14:43
  • @MissLine..très contente de te revoir ici...à toi aussi je souhaite le meilleur, pour toi, ton chéri et ton enfant...

    @loulotte...merci de nous rappeller ces si belles paroles de Jacques Brel..

    @bécassine, tu es adorable...merci et encore merci!
    (j'espère qu'on se souviendra de moi comme qqun de bien...)

    @Pivoine...oui j'ai marché presqu'une heure...ça fait beaucoup de bien.
    Il faut que je rassemble mes forces pour accueillir toute la famille demain...
    merci de ton passage...as-tu rouvert un autre blog?

    Posté par Coumarine, 23 décembre 2008 à 16:49
  • Et..."vivez si m'en croyez n'attendez à demain cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie"
    Coumarine, ce que tu écris , c'est un peu "les roses" que je peux cueillir...(Merci) Et les commentaires que tu reçois en réponse sont aussi des roses à cueillir. Cueille les ,fais en un bouquet et mets le bouquet sur ta table de Noël, ce sera superbe.
    Je comprends ce que tu exprimes.Je ressens aussi des choses semblables,.
    A Noël, c'est l'enfance qui revient et on a envie de pleurer ou parce qu'elle n'est plus ou pour ce qu'elle a été.
    Pas facile d'être heureux ( il y a selon moi des gens plus ou moins doués pour cela) or je crois vraiment que la vie c'est fait pour être heureux.
    Bonne soirée demain. Moi c'est après demain.

    Posté par Charlotte, 23 décembre 2008 à 17:25
  • @Charlotte...après demain pour toi, donc le jour même de Noêl
    Vous serez nombreux aussi je crois...
    merci pour l'idée du bouquet...ça me plait...
    Je penserai à toi en le voyant: c'est vrai que je reçois pas mal de belles roses ici sur ce blog...

    Posté par Coumarine, 23 décembre 2008 à 18:46
  • Heimweh

    Bonsoir Coumarine,

    Jusqu'à cette année, j'abhorrais à fond les fêtes de fin d'année ici tellement je les ressentais commercialisées, sans plus aucune once de chaleur humaine, sans la joie pure que nous éprouvions lorsque nous étions enfants. Je regrettais mon Afrique natale avec souffrance.
    Cette année, je ne sais si c'est l'effet de la pratique du zen, je me sens heureuse. Je n'attends rien, je suis juste là, ici et maintenant, comme une observatrice et je me sens légère, décontractée (non, je n'ai pas pris d'apéro, yerk, yerk, yerk !).
    Il y a juste, au lever, mais juste au moment où j'émerge du sommeil, que je me dis que je vieillis et là, j'ai un peu mal. Arrivée à la douche, c'est OK.
    Alors, Coumarine chérie, je pense que ce mal être peut provenir d'une certaine nostalgie de l'enfance, de notre insouciance : on ne se posait pas de questions existentielles. COURAGE, et aussi, que ton coeur se mette à la fête.
    Bises

    Posté par Filo Filo, 23 décembre 2008 à 19:22
  • Nostalgie? Mélancolie? Le fait de pouvoir fêter Noël en famille, c'est magnifique! Réjouis-toi de tout cet amour qui t'est donné par tant de gens (mari, enfants, amis...)Je souhaite que tous les sourires que tu vas recevoir, effacent un peu tous ces souvenirs qui t'ont blessée...
    Joyeux Noël Coum!

    Posté par tilleul, 23 décembre 2008 à 23:45
  • ( soupir ! )...

    Tout est dis... Mais cela ne m'empêche pas de te souhaiter de bonnes fêtes malgré tout!
    Vivement que je me sente comme Filo Filo pour cette période de fin d'année! @+

    Posté par Magel, 24 décembre 2008 à 01:42
  • @Filo Filo...tu me donnes envie de me mettre au zen...cela semble te pacifier vraiment...
    Belle veillée de Noël à toi...

    @Tilleul..bien sûr je me réjouis de recevoir tous les miens ce soir...tout est prêt (ou presque)

    @Magel...toi aussi tu pourrais te mettre à la pratique du zen) à moins que tu le fasses déjà?

    Posté par Coumarine, 24 décembre 2008 à 10:14
  • Noël, Novel an et touti quanti

    J'aime pas les fêtes et quelque chose me dit que je dois les vivre, bien sûr qu'il faut que ces jours passent et qu'on fasse semblant de les bien vivre, ce que je ferai avec mes enfants en espérant que tout se passera bien. Allez, j'y crois et je te souhaite à toi aussi et à tout ton petit monde de joyeuses fêtes de fin d'année. J'ai des choses à te dire, ce sera pour plus tard.

    Posté par eneri, 24 décembre 2008 à 10:17
  • Juste pour te dire que j'ai beaucoup pensé à toi depuis hier.Et puis, cette photo me touche. J'sais pas pourquoi. Bisous.

    Posté par Maca'dame, 24 décembre 2008 à 10:29
  • Nous sommes le résultat de ce que nous vivons avec les autres. Nous sommes un peu de cette dispute dans la cour d'école de nos six ans, nous sommes l'émoi du premier amour, nous sommes le regard inoubliable d'un inconnu, nous sommes une gifle, une caresse, les mots, le vécu de nos aieux, nos parents, la vie des autres, nous sommes l'imbrication de rencontres, des vies qui nous touchent, même de celles qui nous indiffèrent. Un peu comme si nous avions été sculptés par les autres. Et de cette richesse, nous donnons autres un peu de ceux qui nous ont sculptés et devenons sculpteurs à notre tour.
    Je veux dire par là, que tu es une partie de ta grand-mère,ta mère, ton père, ton frère, tel ou telle ami(e)s l'oubli n'y pourra rien changer, c'est en toi. Tu as laissé, laisses et laisseras des morceaux de ta vie à ceux que tu aimes. Ton empreinte celle là même qu'on a sculpté sur toi, en fait ne s'effacera jamais réellement, c'est une chaîne infinie.
    C'est brouillon, je sais, mais j'espère que tu m'auras comprise.

    Je vais résumer très simplement, mes parents sont morts. Ils ne me manquent plus aujourd'hui parce que j'ai réalisé que j'étais un peu eux, faite de ce qu'ils étaient faits, , qu'ils sont défintivement en moi à travers mes actes, mes pensées, ils sont là, dedans, je suis un peu eux. Ce que je donne et transmets à mes enfants, c'est aussi un peu de ce que mes parents ont laissé en moi...
    J'arrête
    )

    Joyeux Noël Coumarine
    Je t'embrasse

    Posté par lidia, 24 décembre 2008 à 10:37
  • Bonne année

    Et bien oui, c'est comme ça, heureusement qu'il y a cette tendresse à l'envers, à l'endroit, de travers et les larmes qui vont avec, qui servent à conserver ce qui nous reste à vivre...J'ai appris à n'attacher de l'importance qu'au présent, à oublier ce passé qui n'existe plus, qui ne laisse que des traces d'une écriture illisible sur le papier de toutes ces journées écoulées, triste rançon de la vie et du bonheur ou du malheur d'être vivant. Que suis-je venu faire sur cette terre qu'un jour on abandonne pour créer des souvenirs aux autres qui eux aussi ne laisseront que cela aux autres dans le prolongement de nous ? Dans le moment présent je te souhaite une pure jouissance de lumière et de joie, des jours et des jours de soleil, de rêve, de création, de douceur, de tendresse, d'amour. L'amour, il n'y a que ça de vrai, le reste s'envole, s'oublie, s'efface, disparaît...Bonne année 2009, avec tout ça...

    Posté par Jean Botquin, 24 décembre 2008 à 11:44
  • Je fais moi aussi partie du club apparemment fourni de ceux que les fêtes de fin d'année rendent tristes. Cette gaité feinte et artificielle.
    Je cherche un sens à tout cela qui serait autre que celui de consommer en garnissant le pied des sapins de tellement de paquets que les enfants n'auront pas l'occasion d'y jouer et de manger (pour ne pas écrire bouffer.)
    Dommage que je ne crois plus en grand chose sinon je me réjouirais de la nativité et de l'espoir sucité par la venue de l'enfant jésus...
    Mais je retrouverai ce soir un peu de cette magie de Noël dans le regard de mes neveux et ça me rend le sourire. Aujourd'hui je ne veux penser qu'à ça, demain viendra bien assez tôt
    Quant à mourir demain (ou après demain), on verra, cela viendra forcément mais c'est ce qui rend la vie si intense. Carpe diem
    Joyeux Noël en famille Coumarine

    Posté par Pandora, 24 décembre 2008 à 11:44
  • Espoir!

    Au delà des cadeaux, au delà des victuailles, au delà de la liesse populaire, Noël c'est la fête de l'espoir et de l'Amour (avec un grand A) Alors comme le chantait Thierry Le Luron:
    Nous nous reverrons un jour ou l'autre,
    Le hasard souvent fait bien les choses
    Surtout quand on peut l'aider un peu
    Une étoile passe, et je fais un voeu

    Nous nous reverrons un jour ou l'autre
    Si Dieu le veut.
    Amitiés!

    Posté par Papa de Lili, 24 décembre 2008 à 11:47
  • que NOEL soit une belle fête (réunion) familiale pour TOUS !

    Posté par becassine, 24 décembre 2008 à 13:09
  • Ce n'est pas notre future absence qui nous fait pleurer, mais plutôt le souvenir si doux de l'enfance où tout était encore possible, l'existence de ce qui n'existe pas et l'éternité des gens qu'on aime.
    Je crois.
    Arrivent les déceptions, la mort, les guirlandes ternissent, la poussière du chagrin si difficile à enlever recouvre nos vies et nos cœurs.
    Mais tant qu'il reste autour de nous des gens qu'on aime, dont on aime le rire et les paillettes dans les yeux, passons Noël avec eux, comme on peut.
    Merci de tes gentils mots chez la petite Mère Castor, et passe malgré tout un très bon Noël.

    N'oublie pas, déjà les jours reprennent le pas sur les nuits, et les étoiles au ciel sont de merveilleux cadeaux.

    Posté par la Mère Castor, 24 décembre 2008 à 13:54
  • et puis.... Il y a le temps de la renaissance,,,
    non c'est pas vraimet ça !
    et puis il y a l'aprés. mais trés longtemps aprés. tellement que cela n'est plus vraiment aprés.
    et puis il y a le temps d'il faut faire avec !
    non c'est pas ça non plus, car ce n'est jamais plus pareil.
    et puis, il y a la vie qui continue et nous comme des automates.
    et puis, il y a le pourquoi vous ne viendriez pas fêter noel chez nous ?
    alors, oui, c'est vrai pourquoi. plus rien ne nous tient.
    alors il y a le maintenant c'est si différent.

    cette année nous sommes partis pour la première fois depuis le décés de papa et maman fêter noel en dehors de notre 61 d'attache. et étrangement, si peu habituer à fêter cette f^te en dehos de notre maison, nous n'avons pas décoré,,,, mais pas décoré du tout la maison. meme le sapin arrivé la veille du départ est nu !
    sentiment étrange
    de devoir passer une étape pour
    continuer le chemin....
    que c'est dure d'avance quand le coeur est en deuil....


    "Sur les ailes du temps la tristesse s'envole"
    La Fontaine
    amitiés rsylvie

    Posté par rsylvie, 25 décembre 2008 à 16:47
  • illusion

    Cent pour cent d'accord. Rien ne restera ou si peu. Mais plus de cailloux ont été jetés, plus il y a de chance qu'un petit farfouilleur d'archives, arrière-arrière-arrière ou non en ramasse un ou plusieurs même. Pourtant cela aussi n'est que vanité. Douce illusion de celui qui est passé et croit en une possible connivence avec ce qui se passe. Mais peurs,regrets,appréhensions d'aujourd'hui ne sont aussi que vanité puisque tout s'évapore. Comme la rosée du matin au premiers rayons du soleil. Le plaisir que nous prenons, voilà notre seule justification, et écrire est, pour certains, un grand plaisir.

    Posté par segroeg, 25 décembre 2008 à 17:42
  • Joyeux Noël même si c'est la fin de la journée.
    Bisous intemporels

    Posté par Claire, 25 décembre 2008 à 19:07
  • J'aime Noël...j'ai de plus en plus la nostalgie des Noël d'enfance qui restent les plus beaux à mes yeux (ex-enfant!), j'aime le culte de Noël et ses chants . C'est bien nos premiers noëls qui conditionnent les autres, comme tous nos souvenirs. Par contre j'aime pas trop le réveillon du jour de l'an!

    Posté par clise, 25 décembre 2008 à 19:18
  • Bonnes fêtes Coumarine ,

    Posté par soulef, 25 décembre 2008 à 19:55
  • Vous êtes passés encore nombreux encore sur mon blog...je voudrais dire merci à tous, et vous demander de ne pas m'en vouloir de nepas vous répondre perso à chacun
    Chers Eneri, Maca'dame, lidia, Jean, Pandore, Papa de Lili, bécassine, Sylvie, Claire, Soulef...comme toujours vos mots me touchent beaucoup

    Je souhaite spécialement la bienvenue à la Mère Castor et à Segroeg
    A bientôt...

    Posté par Coumarine, 25 décembre 2008 à 20:32
  • Clise

    pardonne-moi, je t'ai oubliée...voilà qui est réparé...

    Posté par Coumarine, 25 décembre 2008 à 20:33

Poster un commentaire