Premières impressions... (la vie en +) - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

22 octobre 2008

Premières impressions... (la vie en +)

Sur le plateau, plusieurs intervenants, plusieurs histoires d'adoption très différentes, mais toutes avec leur lot de difficultés et toutes cependant avec leur lot d'amour (encore faut-il s'entendre sur le terme "amour")

- Un couple témoigne: il ne peut pas avoir d'enfant... (c'est le cas de ma fille ainée. C'est un véritable crève-coeur, dont on ne mesure pas la souffrance incroyable. Ma fille ainée a pleuré sans s'arrêter pendant une année entière, au milieu des examens, des stimulations ovariennes, des fécondations in vitro, des échecs...et du parcours de combattant qu'a été l'adoption de ses deux enfants)

Ce couple donc, ne peut avoir d'enfant...je sais ce que cela signifie comme souffrance, comme vide, comme manque... Il va donc s'adresser à un organisme agréé pour suivre la filière normale des candidats à l'adoption

Trois enfants venus d'ailleurs (je ne sais plus exactement de quel pays) Trois enfants qui ne sont plus des bébés, et donc avec un passé qui leur est propre, et qu'on ne peut nier

La barrière culturelle, celle de la langue, des habitudes alimentaires, d'un environnement très différent, d'une autre couleur de peau, d'un amour soudain offert sans limite  et qui peut déranger l'enfant, qui dans son orphelinat, n'est habitué ni au luxe dans lequel les familles européennes vivent, ni à l'amour débordant qui soudain fond sur eux

Oui on a parlé de cela, l'amour immense que les parents adoptifs "offrent" à leur enfant peut n'être qu'un manque terrible que eux cherchent à combler... L'enfant a moins besoin d'amour que de sécurité, du moins dans un premier temps, et de respect de qui il est. Pas facile pour des parents qui voudraient tant que leur enfant devienne LEUR enfant

- Il y a eu aussi un couple d'homosexuels qui ont adopté une petite fille tout bébé, aujourd'hui âgée de 11 ans. C'est une adoption belgo-belge, pour laquelle je n'ose pas donner mon avis de peur de me faire lyncher.

(le sujet de l'émission n'étant pas d'ailleurs l'adoption par des couples homosexuels, l'animatrice l'a bien rappelé, ce n'était pas là le débat...mais il portait autour du désir (ou non) pour l'adopté de retrouver ses parents naturels...

Je retiens de leur intervention que cette petite fille par ailleurs aujourd'hui mignonne et qui semble équilibrée, a le grand désir de retrouver sa mère biologique, ce qui lui sera permis à 18 ans (et pourquoi pas plus tôt? quelle est cette frontière de l'âge? Est-elle légale? Je ne sais...

Ensuite il y a eu le témoignage d'une jeune adulte qui porte sur son adoption un regard très critique. On lui a donné beaucoup de place dans l'émission, je le regrette. Certes elle a des choses très intéressantes à dire, et elle oblige sûrement à une réflexion poussée sur les adoptions des enfants venus d'autres continents.

Je n'en dis pas plus: je vous mets le lien sur une interview à partir du livre qu'elle a écrit à partir de son expérience. Très intéressante...

(à suivre)


Commentaires

    Bonjour Coum. Hé oui, ils sont bien gentils les gens de la Télé (et c'est vrai de vrai!) mais ils ont quand même une 'méchante tendance' à privilégier un temps d'antenne pour ce qui est 'hors norme' plutôt que pour ce qui mérite d'être souligné pour une profondeur de la démarche. Le risque est grand qu'une part belle soit taillée pour un 'hors sujet' (juste hors, borderline)prometteur de réactions et donc d'audience!

    Posté par FC, 22 octobre 2008 à 17:27
  • FC

    Tu mets le doigt sur quelque chose d'important et que j'ai pu hier remarquer
    La jeune femme qui a reçu la parole quasi tout au long de l'émission est celle qui avait une histoire pas facile, qu'elle a en tout cas vécu de manière négative, qui a écrit son histoire dans un bouquin...
    J'aurai l'occasion de le dire, ma fille (et moi-même) qui avions une histoire, non pas simple mais sereine à raconter, avons reçu peu de temps de parole
    C'est un peu frustrant...nous avions des choses à dire...

    Posté par Coumarine, 22 octobre 2008 à 20:13
  • Bonjour Coumarine,
    Etrange effectivement que les gens ne te mettent pas de commentaires pour ce beau sujet qui, on le sait, si on te lit régulièrement, te tient à cœur et c'est normal...Moi, j'aime bien la générosité de votre grande famille qui a su s'ouvrir à l'adoption, plus prosaïquement l'envers du décor de la RTBF que je connais.
    Quand passe l'émission que je la regarde pour t'en dire plus...?

    Posté par catherine, 22 octobre 2008 à 20:46
  • Catherine...merci, tu me fais du bien ce soir
    L'émission passe le 21 novembre sur la RTBF1 à huit heures quarante cinq
    Merci à toi

    Posté par Coumarine, 22 octobre 2008 à 20:56
  • Coumarine, j'entends de la déception, de la frustration peut-être. Peut-être les lecteurs me resemblent-ils et attendent d'avoir lu les billets suivants pour s'exprimer. Ce sujet , me fait penser à l'un de mes élèves en rejet scolaire et en révolte contra sa mère que nous ne parvenons pas à accompagner vraiment, son attitude jugée laxiste par certains collègues a provoqué des réactions particulièrement négatives de leur part. La confrotation de deux désirs, de deux projets de vie mène à de grandes souffrances et d'un profond désarroi.
    Une famille amie pourrait au contraire proposer un témoignage apaisé, malgré une adoption tardive ( Jérémie avait 5 ans) précédée de maltraitance, cette famille ressemble peut-être à la tienne : trois enfants " biologiques "avaient précédé Jérémie, une adoption choisie et murie, un projet soutenu par la famille élargie ( grands parents en particulier ). Un challenge réussi. Jérémie était le projet , il ne venait pas combler une absence ( au moins à cette génération-là), il s'inscrivait dans une éthique de partage et d'ouverture. Il serait faux de dire que tout a toujours été facile, il y a eu des hésitations sur certaines décisions à prendre mais jamais le projet n'a été remis en cause par un membre de la famille, ce n'était pas un enfant rêvé, c'était un enfant qui arrivait avec son passé à apprivoisér, son présent et son futur à construire. Les quatre enfants ont tous "un air de famille" et c'est bien ainsi.

    Posté par nicole 86, 22 octobre 2008 à 21:01
  • Nicole

    Si tu savais combien le témoignage que tu mets ici de la famille amie et de Jérémie me fait du bien à lire...
    Cette histoire ressemble à la nôtre: il n'y avait chez nous nul besoin d'une nouvel enfant, juste une envie de partage et d'ouverture à un enfant en difficulté, c'est tout
    Je vais raconter terminer le sujet ce soir encore
    (mais merci à toi...)

    Posté par Coumarine, 22 octobre 2008 à 21:13
  • Surtout dans ce genre d'émission : ca va faire péter l'audimat coco ! Bien vu FC !

    Je suis un peu mal à l'aise avec le sujet de l'adoption dans la mesure où je n'ai aucun désir d'enfants et donc, cela fait partie de ces sentiments, de ces envies, que j'ai du mal à bien appréhender, à ressentir (un peu comme le sentiment religieux).

    J'ai donc une compassion un peu distanciée pour les parents en souffrance qui se battent comme de beaux diables contre la nature, contre les administrations et contre une partie de la société qui, comme pour ce qui n'est pas dans la norme, rejette ou dénigre l'adoption.

    Je pense plus au gamin qui n'a pas demandé à venir au monde et qui se retrouve dans une famille où tout est à faire, parfois écrasé par un amour immense pour un fantasme d'enfant mais pas lui, peut-être étranger, en tout cas déraciné.

    En fait, adoption ou non, il s'agit de vouloir connaitre ses racines ou non, de savoir ou non d'où l'on vient pour connaitre qui l'on est. Peut-être aussi effacer une faute qu'on n'a pas commise ? La sourde culpabilité : qu'est-ce que je fais de mal pour être abandonné ? Mon père par exemple, adopté et l'ayant su très tard, n'a pas voulu connaître son vrai père : ses racines étaient dans ses parents non biologiques.

    Je suis content que ta fille et toi soient assez sereines sur ce point.

    PS: je ne suis pas intervenu sur le post précédent pour la simple raison que je n'étais pas venu hier soir, le "devoir" m'appelant ailleurs. Satanées statistiques

    Posté par Farfalino, 22 octobre 2008 à 21:42
  • C'est vrai que les émissions télé sont programmées pour la chasse à l'audimat... Je me souviens d'un débat (il y a quelques années) sur la vie en couple... Sur les dix couples présents pour témoigner, il y en avait un seul "normal" (un homme et une femme, mariés depuis plusieurs années) et mise à part leur présentation, on ne les a pas laissés parler...

    Posté par tilleul, 22 octobre 2008 à 23:12
  • @Farfalino...j'aime toujours quand tu viens me donner ton avis...
    Connaître ses racines, je crois en effet que souvent c'est important
    Ton père n'a peut-être pas voulu faire cette démarche?

    @Tilleul...chasse à l'audimat...quel dommage...!

    Posté par Coumarine, 22 octobre 2008 à 23:16
  • Il est évident que les gens qui ont vécu une adption estimée "réussie" n'interessent les TV que comme caution intellectuelle (on a qd m invit des "normaux"), mais il seront coupés au montage, si ce n'est 2 ou 3 minutes en début d'émission.C'est la loi des TV... de toutes le sTV...

    Posté par alainx, 23 octobre 2008 à 09:22
  • Alain

    Oui cela se passera sans doute comme ça...et je le regrette
    De plus nous avons eu un temps de parole court apr rapport à d'autres intervenants
    C'est dommage car tant ma fille que moi, nous avions de choses à dire

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2008 à 14:11
  • J'étais très partagée sur l'adoption par des parents homosexuels. Comme beaucoup je me posais des questions quand au développement psychologique de l'enfant. Jusqu'à ce que je regarde un reportage réalisé aux Etats-Unis sur ce sujet. Là-bas ils ont plus de quinze ans de recul pour en parler. Et visiblement les enfants adoptés sont tout à fait heureux et équilibrés. Une jeune fille de 14 ans élevée par deux papas a dit, qu'il valait mieux "de bons parents homosexuels que de mauvais parents hétéros" ce qui m'a paru une évidence. Les seuls points noirs sur ces adoptions en fait, sont "extérieurs", les enfants souffrant surtout du regard des gens, et le fait de vivre dans des ghettos.

    Merci Coum d'avoir partagé cette très intéressante expérience avec nous

    Posté par Chris, 23 octobre 2008 à 17:21
  • Chris, je reste partagée au sujet de l'adoption d'un enfants par un couple d'homosexuels...
    L'adoption est si difficile déjà par elle-même...
    Mais je préfère ne pas en dire plus ici, d'une part pour ne pas blesser certains qui me lisent
    Et d'autre part, parce que c'est un sujet très délicat
    merci de m'avoir lue

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2008 à 22:03
  • Coum,

    Voici bien longtps que je n'étais pas venue me perdre sur ton blog. Eh voilà que je tombe sur un sujet qui me concerne, adoptée d'une part (comme tu le sais) et homosexuelle d'autre part (comme tu le sais aussi).
    Je me suis longtps posée des questions sur l'adoption par un couple homo. Et j'en reviens tjs à la même chose:

    Si une femme seule estimée capable d'élever un enfant, si un homme seul en est capable ou qu'un couple hétéro en est capable, alors pq pas 2 personnes de même sexe? Tu le sais bien mieux que n'importe qui d'autre qu'un enfant on l'élève avec de l'Amour

    Eh puis, un couple homo, généralement lorsqu'il décide d'avoir un enfant, c'est que la question a été plus que mûrement réfléchie, je pense (et qu'on m'arrête si je me trompe).

    Qu'en penses-tu?

    Posté par LN, 27 octobre 2008 à 20:29
  • LN

    LN
    Je suis contente de te revoir sur ce blog...
    Tu me croiras si j'ai pensé à toi lors du tournage?
    Parce que je sais que ton adoption...c'est pas vraiment ça...
    Tu te trouves donc du côté des adoptés qui ont eu à "souffrir" de leur adoption
    Quant à l'adoption par un couple homo...
    Franchement je ne sais pas...je reste en recherche, sans certitude
    Je sais une chose: c'est que l'amour (avec ou sanas majuscule)ne suffit hélas pas...j'en ai eu des témoignages lors du tournage, et aussi par des mails privés: j'en ai reçu ENORMEMENT (de là ma pause)
    L'amour ne suffit pas, LN
    Ni pour les couples hététo qui ont des enfants "normalement" et qui peuvent, malgré tout leur amour, rencontrer de grands problèmes
    Ni pour une veuve ou divorcée avec ses enfants naturels...
    Une personne seule qui adopte ne rend pas les choses très faciles...vraiment pas...!
    Un couple homo qui adopte malgré tout 'amour qu'il va donner, se heurte au fait que leur enfant n'aura pas UN papa et UNE maman
    La petite fille à l'émission malgré l'amour dont on voyait qu'elle était entourée, avait un grand désir de connaitre sa maman..d'avoir une maman..
    Elle est en manque...
    Comme chacun d'entre nous OK...mais là c'est ajouter un problème au problème de l'adoption
    Tu sais LN, l'adoption est difficile à vivre, par n'importe qui, dois-je te le dire?
    Nous-même nous avons vécu des moments très pénibles...
    Alors franchement je ne sais pas...
    Il y a dans la vie des deuils à faire..je me demande si ne pas avoir d'enfants, ne pas pouvoir en avoir, soit par stérilité, soit par l'orientation sexuelle ne fait pas partie des deuils douloureux et nécessaires.
    La vie n'est pas facile
    Merci d'avoir donné ton avis...j'apprécie cela...

    Posté par Coumarine, 27 octobre 2008 à 20:53

Poster un commentaire