Quand le blog s'interroge - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

11 septembre 2008

Quand le blog s'interroge

Entendu cet après-midi: "comment peut-on se déshabiller comme ça sur la place publique? Franchement, le blog...c'est quoi cette histoire? Et tous ces tordus qui  font ça...menfin...sont fous ou quoi?"

Oups, j'ai rien osé dire moi...la personne qui affirmait cela d'un ton péremptoire et sans appel avait l'air de savoir ce qu'elle disait!
Me suis regardée dans le miroir, ai guetté sur mon visage les premiers signes de folie...

Ça ne devrait pas tarder je crois...


Sérieusement, c'est exact que pas mal de gens ne comprennent pas le phénomène "journal intime" sur un blog. Je ne parle pas ici des blogs photos ou autres, je parle des journaux intimes, ou à la rigueur des journaux de bord, où on raconte peu ou prou de soi, ce que l'on vit, l'important et l'accessoire...
Et pas mal de blogueurs n'osent pas trop "avouer" qu'ils tiennent un blog, qu'ils écrivent au tout venant ce qu'ils ne parviennent pas à dire à leur entourage, soit parce que leur parole est maladroite, ou trop vite agressive, ou défensive...soit parce que, quoi qu'ils disent, ils ne se sentent pas écoutés, ou pas compris...ou pire: moqués, jugés, rejetés...

Souvent on ouvre un blog pour parler d'un mal être...on écrit alors souvent, on vide l'abcès, on écrit encore et encore, même sans aucun commentaire, quelques lecteurs silencieux dénoncés par les stats, suffisent à se dire qu'on n'est pas seul, qu'on est lu, compris peut-être.

Souvent aussi, ces blogs ouverts à la suite d'un malaise, ou d'un "gros sur le coeur," s'arrêtent quand le blogueur a épuisé le malaise ou le problème...il n'a plus besoin du blog, il a déblayé son terrain de questionnement, il peut passer à autre chose. Il disparaît donc de la blogosphère...

Que font donc ceux qui continuent sur le long cours?
Je pense à moi par exemple (ben oui! quatre ans bientôt)...je ne suis pas dans un grave malaise existentiel, (mais non, mais non) je n'écris pas ici pour voir clair dans une situation qui pose problème, d'ailleurs mon anonymat perdu ne m'y autorise plus

Alors quoi? pourquoi?
Vous le savez vous?

Je crois que par la force des choses un blog au long cours évolue, devient sans doute moins personnel, plus réflexif, plus littéraire ou ...quoi d'autre?

Dans quelques jours, on va m'interroger sur l'aspect "déshabillage en public du blogueur"
J'aimerais avoir votre avis... parce que la plupart des blogs que je lis sont du type "journal intime".. c'est cette écriture de vécu personnel et sincère qui m'intéresse, moi!
Mais moi-même je ne raconte plus trop de mon intime, j'ai sur ce point évolué beaucoup depuis le début de mon blog (mais alors, je n'étais "personne" dans la blogosphère... ). Oui, j'ai le  souci de me protéger, de protéger mon entourage... Ce n'est pas vrai qu'on peut raconter TOUT de soi. Je respecte le lecteur que je ne veux pas placer dans un fauteuil de voyeur, (c'est vrai qu'il n'est pas obligé de rester lire)  et je me respecte moi, qui ne souhaite pas utiliser mon clavier pour faire de l'exhibitionnisme...

D'autre part sur le Net ne circulent pas QUE des gens bien intentionnés. Je ne souhaite pas que certains de mes propos se retournent contre moi quand je serai célèbre niark niark

 

Je reconnais que...

Mon but n'est plus tellement de raconter de l'intime, mais d'écrire dans le plus d'authenticité possible, en réfléchissant sur tout ce qui fait la vie et ma vie... de préférence le mieux possible, dans une langue harmonieuse et agréable à lire...


 


Commentaires

    D'ailleurs je suis devenue tellement prudente que j'ai remanié plusieurs fois ce billet...

    Posté par Coumarine, 11 septembre 2008 à 20:42
  • Ecrire sur un blog en se planquant parce que les proches ne comprendraient pas, ou liraient mal. Ou pire, j'ai déjà connu cela: briseraient à coup de quolibets et d'humiliations. Comment dans ce cas leur dire que j'écris de la Poésie. Je suis déjà une étrangère dans ma propre famille, je ne sais pas si je supporterai d'être aussi un ovni. Tu as le pourquoi de mon pseudonyme ma chère Coum: avant j'écrivais quasiment sous mon vrai nom, avec la peur au ventre que frère, soeurs, parents ne me découvrent. A un moment la tension a été trop forte, il a fallut que j'agisse, que je me protège de toutes mauvaises éventualités.
    Mon écriture comme celle de tant d'autres est nourrie de réalités et de fantasmes, d'imaginaire, comment les miens pourraient-ils débrouiller le vrai du faux, ils ne me connaissent pas. Je sais d'avance ce que je devrai encaisser, et je n'en ai plus la force. Et en plus, doux Jésus, s'ils savaient que j'écris de la poésie cochonne!!!

    Il faut aussi reconnaître qu'on vit dans une société où l'écoute n'est pas toujours au rendez-vous, voire jamais. Parce que c'est difficile d'écouter vraiment l'autre. Alors le blog joue ce rôle d'écoutant, une poignée de lecteurs suffit. Pour le meilleur et pour le pire.

    Pour ce qui est de l'exhibitionnisme moi ce que je ne comprends pas ce sont les gens qui montrent leurs parties intimes, ça me dépasse. *rire* Et celles qui en plus montrent leur visage! Avec à la clé le risque d'être reconnue par leur boulanger!

    Posté par Chris, 11 septembre 2008 à 21:15
  • Dans le commentaire de Chris.. Tout est dit.
    J'ai eu plusieurs blogs... avec des lecteurs différents pour chacun.. et puis j'ai créé ce blog photo qui me plait... et puis je n'ai pas résisté à recréer un blog "intime".. parce que c'est important pour moi de dire... en savant que peut être je serais lue et comprise.

    Peu de gens en connaissent le chemin et c'est trés bien... Il y avait trop de monde sur mon deuxième blog intime... et parfois nos mots sont mal compris et l'on reçoit des mots qui peuvent blesser.

    Il y a quelques années, une discussion un midi avec mes collègues de bureau. Et l'une de mes jeunes collègues (à l'époque elle avait entre 26 et 27 ans) pas tout à fait l'âge d'être ma fille mais presque, qui se met à "critiquer" les ados qui passent leur temps à s'envoyer des textos (ce que je fais pas) et à blogguer.

    Et moi "adolescent très attardée" de ne surtout pas m'engager sur ce sujet de conversation. J'aurais pourtant leur dire toute la richesse des blogs, j'aurais pu.. mais je me suis tue... car je crois effectivement que l'on m'aurait prise pour une "folle".

    Posté par Annick, 11 septembre 2008 à 21:21
  • Mon blog est un journal intime, mais je ne trouve pas si intime que cela: j'ai tout de même tendance à garder pour moi certains moments de doute (ou à ne pas trop en parler) et à plutôt mettre l'emphase sur les bons moments, les découvertes culturelles, les loisirs créatifs...

    Mon blog est connu de ma famille et de mes amis car c'est justement pour eux que je l'ai fait (pour moi aussi bien sur, mais d'abord pour eux): comme je voyage beaucoup (en ce moment expatriée au Canada, mais qui sait où je serais bientôt?)cela leur permet d'avoir des nouvelles, des moments "pris sur le vif" que je ne pourrais pas partager avec eux sans cela.

    Et puis c'est un bon moyen de se découvrir et de (re)tisser des liens: beaucoup ne savaient pas que j'écris, que je tricote ou suis résolument fan d'AC/DC par exemple.

    Enfin, cela m'a tout de même permis de faire des belles rencontres et découvertes. C'est bête à dire, mais je pense que cela m'aide à vivre mieux, à mieux me connaître...

    Chacun voit midi à sa porte, mais c'est ma (modeste) contribution aux questions que tu te poses.

    Bonne journée et bonne fin de semaine.

    Posté par Louloute, 11 septembre 2008 à 21:23
  • Coum,
    J'en parle moi aussi assez peu dans mon entourage, même si mon blog n'a jamais été si "intime" !!
    Comme une drôle de maladie pas sérieuse !!

    Posté par antigone, 11 septembre 2008 à 21:24
  • Des interrogations aussi de mon côté, surtout quant à ce qui relève de mon entourage, j'ai trop peur de les figer dans des catégories.
    Sur mon image à moi, pff ! c'est moins grave.

    Avouer ? Quel intérêt si l'autre ne va jeter un oeil que pour y détecter ce qui est critiquable ?

    Posté par telle, 11 septembre 2008 à 21:30
  • Je lis des journaux intimes et je dois dire que certains m'ont beaucoup aidée à traverser certains évènements difficiles à vivre pour moi, j'y ai découvert un éclairage nouveau qui a changé mon regard, cela m'a permis d'évoluer, car ils contenaient une vraie réflexion sur certains sujets. Il y a un partage assez riche qui peut s'instituer entre celui qui écrit et celui qui lit et commente.

    Posté par Lukeria, 11 septembre 2008 à 21:33
  • MINCE DE MINCE DE MINCE

    je connais des personnes qui feraient bien de lire ces premiers commentaires...
    c'est extraordinairement "parlant"

    @Chris...en fait la poésir est tellement mal côtée, considérée avec hauteur et petit sourire en coin, que c'est pas facile d'en parler à ceux qui ne comprennent pas
    Ici dans un blog, tu as des lecteurs qui communient à ces mots poétiques....c'est important
    Je me souviens...tu es une blogueuse au long cours, mais tu as souvent changé d'endroit: tu as reconquis ta liberté sans doute...

    @Annick...voilà tu confirmes que les gens en général ne comprennent pas vraiment le pourquoi du blog, et le regardent avec une certaine condescendance

    Posté par Coumarine, 11 septembre 2008 à 21:42
  • @louloute...ta démarche sans doute est légèrement différente, puisque non seulement tu ne te caches pas de ton entourage, mais tu tiens de blog pour faire savoir ce que tu fais etc...
    Merci pour ton avis...

    @antigone...j'aime ton expression: une drôle de maladie pas sérieuse...

    @telle...peux-tu expliciter un peu (je sais tu en as parlé sur ton blog...mais je ne comprends pas trop ce que tu as voulu dire...

    Posté par Coumarine, 11 septembre 2008 à 21:46
  • c'est toi qui l'a voulu ;-)

    Même si je ne fête le premier anniversaire de blog que fin octobre et que je ne suis donc pas dans le long cours, je vais essayer de te répondre
    J'ai ouvert mon blog parce que j'avais besoin d'un endroit où crier mon malaise, et je l'ai fait au départ, de façon très personnelle et peut-être impudique, mais toujours en essayant de rester décente. Pour crever l'abcès sur cet espace de liberté où je ne suis qu'un pseudo anonyme (sauf pour de rares personnes de ma vraie vie) sans nom, sans métier, sans localisation géographique...
    Et j'ai crié !( Aline ))
    Et petit à petit mon écriture s'est apaisée et est devenue moins personnelle avec le passage des poèmes à de petits textes qui sont devenus de plus en plus longs... avec de temps en temps des billets plus introspectifs mais qui n'ont plus la fonction qu'ils avaient au départ et je me reconnais actuellement complètement dans ce que tu écris dans ton dernier paragraphe
    Mais j'aime aussi écrire simplement de petites histoires pour faire rêver les gens...

    Alors pour résumer, je dirai que me déshabiller sur mon blog m'a permis de vider un grand mal être en ayant enfin un endroit où je pouvais être moi-même et parler de ma maladie et de mes ressentis bien loin du secret que je garde et de l'image sociale que je joue dans ma vraie vie.
    Au plus profond de moi je suis beaucoup plus proche de Pandora que de l'image que je donne de moi.
    Et à force de me libérer au travers de Pandora, je me dévoile de plus en plus dans ma vraie vie, hors blogosphère, j'apprends à être un peu plus moi-même.

    Et ça fait un bien fou

    Posté par pandora, 11 septembre 2008 à 21:48
  • Lukéria...ce que tu dis est important: donc de lire des blogs "intimes" aident dans son propre chemin
    Merci, c'est très éclairant!

    Posté par Coumarine, 11 septembre 2008 à 21:48
  • pandora...
    Merci de rendre ce témoignage public (tu me l'avais écrit d'abord en MP)
    Il décrit assez bien ma propre démarche: ouvrir un blog pour crever un abçes crier ton malaise
    Et puis avec le temps...tout cela s'apaise, et maintenant tu écris moins personnel, plus "littéraire"...
    Ton dernier paragraphe est TRES parlant...merci pour cela
    Surtout ces phrases:
    "Et à force de me libérer au travers de Pandora, je me dévoile de plus en plus dans ma vraie vie, hors blogosphère, j'apprends à être un peu plus moi-même.

    Et ça fait un bien fou "

    Posté par Coumarine, 11 septembre 2008 à 21:58
  • Coumarine,
    même si vous savez par ailleurs que je ne suis pas encore prête à m'ouvrir (si un peu quand même...), ce que je lis au travers de vos petits billets et des commentaires qu'ils suscitent m'ont appris une chose ; vous avez le courage d'"ouvrir " vos pensées.
    Vous faites, ainsi que tous les autres,preuve de beaucoup d'amitié via l'écriture, sans vous connaître.
    ce n'est jamais vulgaire, jamais de voyeurisme ni de misérabilisme,
    alors, continuez et laissez... les chiens hurler ! ils ne comprennent rien.

    Posté par loulotte2, 11 septembre 2008 à 22:18
  • loulotte

    Je ne sais pas si écrire ici, c'est du courage
    En fait j'aime écrire de toutes façons et ici je m'en donne à coeur joie!
    Tant mieux si cela éveille l'intérêt chez des lecteurs
    J'en suis flattée
    Une petite précision: dans ce billet, je ne me plains pas, j'interroge les blogueurs
    leur avis m'intéresse car dans on va m'interroger sur cette "folie" qu'est le blog (à cause de mon bouquin...)
    merci d'être venue me donner cet avis

    Posté par Coumarine, 11 septembre 2008 à 22:25
  • Je n'ai jamais caché à mon entourage que j'avais un blog, au contraire. En plus, il ne me serait pas venu à l'idée de prendre un pseudonyme.
    Bien sûr, j'avoue ne pas tenir un blog “journal intime“, et ne pas trop parler de moi. Non que cela me gêne. Simplement, mon Moi n'est pas la raison qui m'a poussé à devenir un blogueur acharné.
    Ce qui m'y a poussé est le besoin vital de m'exprimer non plus dans mon coin en écrivain solitaire et maudit, mais devant un public, un public qui souvent réagit.
    Et je m'aperçois peu à peu que dans ce public je suis en train de me lier d'amitié avec quelques uns (et quelques unes).
    Et lorsque je me promène dans les blogs des personnes avec lesquelles je suis en relation, ce n'est jamais par voyeurisme. J'entre, je regarde, j'écoute…
    Si ce que je lis m'est étranger, je passe mon chemin. Si au contraire je suis touché, je communie et je le dis.
    En bref, au bout de quatre mois de pratique, la blogosphère m'est devenue indispensable. Comme si elle remplaçait une communication en “live“ qui se fait de plus en plus rare, voire qui n'existe plus dans notre société malade.
    Mais le plus merveilleux est que le blog m'offre un champ de liberté d'une telle ampleur que j'en suis encore ébloui.

    Posté par Michel Cornillon, 11 septembre 2008 à 22:39
  • Michel

    ah Michel, Michel...
    ton cas est très spécifique...(sourire)
    Tu es avant tout un écrivain (maudit, c'est toi qui le dit!)qui blogue
    Donc pas de pseudo, et l'entourage sait...
    Ton but en effet est d'avoir des lecteurs, de proposer à la lecture certains extraits de tes oeuvres...
    Tu commences à avoir des lecteurs (dont moi, souvent...) et des lecteurs bienveillants et amicaux
    Moi, c'est le contraire qui m'est arrive: je suis avant tout une blogueuse qui a publié...du fait de la publication, pour présenter mes livres, fallait que je sorte de l'anonymat et du coup que je me restreigne dans le personnel
    c'est vrai sue tu n'es pas trop perso dans tes billets, et pourtant on se fait une image (fausse ou incomplète) de qui est Michel Cornillon...
    Je suis contente que tu te sois exprimé sur ce billet, merci

    Posté par Coumarine, 11 septembre 2008 à 23:00
  • Au départ mon blog était effectivement pour déverser un mal être et mettre par écrit des tornades de tourments. Comme je tenais à l'anonymat, un reste de paranoïa d'homo, j'ai donc pris un second pseudo, Farfalino puisque le premier est publique et réservé à la photo et très clairement relié à mon nom réel, à ma vie professionnelle etc. D'autant plus qu'avec ce pseudo, j'ai écrit des textes plus que licencieux ...

    Et puis mon copain est tombé dessus, un peu par hasard, un peu par imprudence. Nous avons traversé une crise car je pensais que j'allais le quitter, je l'écrivais et j'avais quelqu'un en tête.

    La crise passée, j'ai écrit de moins en moins personnel, moins intime, comme le dit Coumarine, pour protéger les siens. Mes tourments en fin de compte ne regarde que moi et mon psy que je ne vois plus depuis trois mois et cela ne me manque pas. De ce fait je fais beaucoup moins de billets. Heureusement qu'il y a la courbe de poids !

    J'ai pensé à créer un second blog, sous un autre pseudo, un troisième donc, mais cela devient compliqué à gérer, et il y aurait une sorte de fraude, de mensonge que je n'ai plus envie de vivre.

    Aujourd'hui je ne raconte plus grand chose à personne et c'est mieux ainsi ... pour l'instant.

    Posté par Farfalino, 11 septembre 2008 à 23:18
  • Quand je dis "textes plus que licencieux" c'est avant feu PP

    Posté par Farfalino, 11 septembre 2008 à 23:19
  • Ho,ho...

    ...Quant à ma pomme, partout elle le dit: j'ai un Blog!... J'ai toujours eu un petit côté rebelle, lol, mais la réticence au blog, on l'a tous connu un jour ou l'autre.
    Blog=Journal Intime?! je suis plutôt dans ta démarche de réflexion Coum, et à 100%. Chez moi, un Blog aide à remplir le besoin d'écrire, de partager, de communiquer, ... d'exister! J'assume tout mes posts, mais je suis loin de tout dire, n'étant pas totalement exhibitionniste, gardant un minimum d'intimité, ...l'intimité étant un droit pour soi et un devoir par rapport aux autres (mes proches).
    Bon OKAY, il y a du mauvais partout, mais ... il ne faut pas le voir non plus partout, sinon, on finirait peut être par le chercher pour risquer de le trouver et le croiser!
    http://lejournaldemagel.canalblog.com/archives/2008/03/25/8464145.html#comments
    J'en ai parlé mieux là (aller sur le lien) peut être, un 25 mars 2008, ...moi aussi je m'étais interrogé sur le sujet!
    @+

    Posté par Magel, 12 septembre 2008 à 00:27
  • Voyons

    Moi, j'aurais peut-être procédé à une sorte de démonstration, dénoué ma ceinture, fais tomber mon pan ... me serais interrompu et aurait demandé : savez-vous regarder les choses en face?
    Vous me direz ce qui se serait passé?
    Balthazar

    Posté par balthazar, 12 septembre 2008 à 03:24
  • Du débroussaillage à la vivisection en passant par…

    Le BLOG … le blog existe, bonne intention, belle invention... il est avant tout un outil de représentation de soi et des autres, rapprochés ou non. Il est une sorte d’auberge espagnole : une fois passée l’étape d’adoubement, toujours facilitée dans les débuts, sauf dans les sites sans interaction ou d’accès restreint, on y consomme ce qu’on y apporte et on y partage un peu les restes diurnes des fantaisies créatrices mises en pâture. Il peut y avoir autant de différences entre deux blogs qu’entre un bar P.M.U de banlieue et un salon de thé Place Vendôme. La vitrine est là pour donner l’idée des prix, des saveurs et des tarifs plus ou moins rédhibitoires …
    On s’en fout, on trouve toujours un couvercle acceptable pour nos marmites de camping sauvage . On s’essaie aux couleurs, aux formes, aux graphismes, aux champs lexicaux, aux « accroches ». Ce qui importe , c’est de prendre une place reconnaissable et d’en conserver un peu les avantages jusqu’à tarissement éventuel de l’intérêt du « truc ». L'autopub se fane comme les bégonias...
    Ce qui m’intéresse dans ce phénomène est qu’il réactualise cette notion de « foule sentimentale » avec sa « soif d’idéal » , dans laquelle le blogueur tente de prendre un bain de considération. La température de l’eau dépend de la longueur des ablutions et du temps consacré à la réchauffer ou à renouveler les bulles … Envie de plaisanter avec ça… Pour LA CAUSE DES CAUSEUSES au début , rien n’était sérieux … Sa création vient d’une suggestion de CAUSEUSE me parlant du Site ZAZIEWEB et d’un grand éclat de rire : « Tiens, essaie cette adresse, ça va te plaire… ». Elle avait raison Marie-Ange… J’y suis encore… mais un peu ailleurs, de plus en plus ailleurs… Je veux dire, en résonnance… La poésie étant l’habit anti-exhibitionniste par convention… Il ne sera jamais question de bloguer à ventre ouvert. J’ai depuis longtemps cette conviction. Moins on en dit et plus les paroles se choisissent en se débarrassant de ce qui n’est pas assez généreux. Dans un blog comme dans toute médiation d’expression, on écrit pour savoir ce que l’on pense, et on pense de plus en plus ce qu’on écrit, pour finir par n’écrire que ce qu’on pense. Jouissance à cela. Recherche de sensations d’écriture et de lecture que l’on ne trouve pas ailleurs. J’ouvre et referme les portes de la connivence à mon gré, j’en laisse certaines entre-baillées , je visite tout ce qui me visite ,le moindre livre qui me croise a le droit de tenter sa chance , j’en brasse beaucoup… Voilà pourquoi mes images mentales se promènent nombreuses, comme de fines barques enluminées sur une eau de plus en plus navigable… Lorsqu’elles coulent à pic ( C’est leur destin sur internet) dans l’indifférence ( La mienne d’abord) , je n’en fais pas une histoire, je demande à l’eau de faire son travail de porteuse et de fugueuse ,et je la suis, je la suis, tant que je peux … Lorsque je n’ai plus de barque étanche à créer, à protéger ou à rafistoler, je fais la planche avec mon cœur bien au dessus des récifs , j’aspire à fréquenter les hauts –fonds mystérieux et silencieux.
    J’ai lu un jour dans un livre quelque chose qui m’a permis d’avancer sur ces questions de frontière entre les espaces dans lesquels nous parlons et nous émouvons. L’intime, en fait, est régi par le secret, le privé l’est pas la discrétion et le public par l’échange concerté et contractuel qui débouche sur des contenus de vie partageables. Il est utile de savoir dans lequel de ces trois espaces on propose nos moments d’écriture. Avec mon raisonnement, on comprendra que je ne considère pas la plupart des journaux en ligne comme des journaux intimes. Il s’agit plutôt d’exercices de caché-montré où une certaine complaisance (pas toujours condamnable) se développe. Cela devient intéressant à partir du moment où cela crée du lien de pensée et de développement entre des personnes qui ne se seraient jamais rencontrées dans la vie courante. Mais le virtuel a l’avantage de régler d’emblée la distance, on peut ne répondre qu’aux personnes qu’on choisit (comme dans la vie). Les amitiés internautiques sont en fait des cooptations réussies qui ont la même longévité que dans les voisinages, les proximités familiales ou professionnelles de la vie. Avoir le choix des interlocuteurs et la possibilité de les contacter à toute heure de la nuit ou du jour - sans forcément les déranger- nous met dans la position du nourrisson maître d’œuvre de son propre accès au sein nourricier. Il sait où le trouver, et si la nourrice devient marâtre, il sait qu’il existe une multitude potentielle de seins à redécouvrir. Vient un moment où germe l’idée de produire soi-même la nourriture artistique qu’on a reçue. Le passage, lorsqu’il se fait tranquillement aboutit à des chantiers d’écriture et de lecture inédits.
    C’est ton cas Coum. Puisque tu ne fais que travailler ta propre écriture et ta capacité de lecture à travers celles de ceux et celles qui viennent boire dans ton auberge belge… Quant à la célébrité, je pense qu’il faut la célébrer à bulletins secrets, sur un coin de table, dans un monastère ou un sentier de montagne un peu sauvage. La gloire est un œuf dur qui est un peu étouffant lorsqu’on est seul dans une foule à le déguster sans sel dans la bousculade des groupies… Quand tu viendras à Lyon, on t’offrira des quenelles et des grattons ( de la salade aussi…) , et un chapeau de mitron.

    Posté par Causeuse, 12 septembre 2008 à 05:24
  • Chère Coumarine,

    J’aime ton écriture, car elle fait, naturellement, partie de ta toute beauté. Les secrets qui président aux destinées sont mystérieux, mais tous ces cheminements du hasard et de l’art aboutissent soudain à l’épanouissement d’un être admirable.
    Guy de Maupassant écrivait : « Je me suis fait une loi absolue de ne jamais laisser publier mon portrait toutes les fois que je peux l’empêcher. Les exceptions n’ont eu lieu que par surprise. Nos œuvres appartiennent au public, mais pas nos figures. »

    Posté par Jacques, 12 septembre 2008 à 10:45
  • Tous les jours, je dis que je vais fermer mon blog, enfin le principal, mais j'hésite, j'hésite vraiment à "tuer mon bébé" et à décevoir les quelques fidèles (une soixantaine) qui viennent chaque jour me lire. On me dit : la 1ere chose que nous faisons le matin, c'est d'aller sur ton blog..Mon ego est ravi.

    J'ai commencé à bloguer suite à un cancer, il y a je ne sais + si c'est 2 ou 3 ans, je parle du blog, car le cancer, je sais que c'est fin novembre 2004 que le coup de massue m'est tombée sur la tête..

    J'ai poussé des coups de gueule, mon ras le bol de tout..Ensuite, je me suis aperçue que j'avais des lecteurs fidèles que je faisais rire, des gens atteints comme moi d'un cancer, encore en traitements lourds (j'espère que pour moi, c'est du passé)

    Mes enfants, quelques membres de ma famille savent que je blogue et ça les fait marrer, mais ils ne me lisent pas..Ils ne veulent pas "savoir" ce que je pense..Ca les gêne..Je n'ai qu'un fils qui me lit de temps en temps.

    J'avais ouvert 2 autres blogs l'année dernière, un de basket qui était peu visité et ça m'a gonflé, donc je l'ai fermé..
    Cela veut bien dire que j'ai envie qu'on me lise..Je dois avoir comme bcp une âme d'écrivain frusté, en mal de reconnaissance..

    J'ai aussi en stand-by un autre blog dont j'ai effacé tous les articles mais qui est en principe tjrs là, prêt à être réactivé..Un blog dont je me servais comme thérapie..J'espérais qu'il allait me guérir d'une pathologie, hélas sans succès..J'hésite à le montrer au grand jour.

    Je me pose tous les jours la question de savoir jusqu'où je peux aller dans mes élucubrations.

    J'adore autant écrire sur mon blog que mettre des coms partout..Si vous tapez Juliette03, vous verrez comme je suis prolixe dans mes commentaires..Les blogueurs en redemandent..Mais, je vais, je viens, on ne me voit + pendant plusieurs mois (comme ici) et puis un jour, dans mes stats, je retrouve un blog que j'avais perdu de vue et je reviens.

    ps : j'ai encore fait très long, comme d'hab..Rassurez-vous, je continue ma route...et reviendrai un jour au hasard d'un visiteur chez moi..Quoique Coumarine, quand je te lis, j'aime rester quelques jours chez toi..Pas trop longtemps, car je ne fais pas partie de votre monde..Et oui, même sur les blogs, on ne mélange pas les torchons et les serviettes..Si, si, réfléchissez un moment à ce que je viens de dire.

    J'efface pratiquement tous les 4 mois mes articles..Je n'ai pas envie de laisser derrière moi un blog qu'on visite comme un cimetière (tel celui d'Ioana qui m'a bcp marqué mais qui est si triste depuis qu'elle est morte)

    Vous voyez, j'ai encore fait très long..Certains blogueurs se plaignent de n'avoir que des coms bidons..Avec moi, vous êtes servis..Vous voyez, j'adore écrire et blablater.

    Bonne chance Coumarine..Si je me souviens bien, tu as marié ta fille la semaine dernière..Je crois avoir mis un com..Je vais aller voir comment s'est passé la noce..C'est que nous sommes curieux, nous autres blogueurs.

    Posté par juliette03, 12 septembre 2008 à 11:22
  • Chère coumarine,

    je suis un peu dans la même démarche de Michel Cornillon, j'ai fait un blog (il y a à peine 3 mois, je suis un novice) pour ne plus écrire seulement dans mon coin... Et d'ailleurs c'est par PP (et son arrêt ... provisoire ?) que j'en suis arrivé là !
    Mais c'est vrai que ce n'est pas facile de dire à tout son entourage qu'on fait un blog. Je le dis petit à petit, par sélection. Et j'ai préféré me présenter sous un pseudo car de cette façon, je me sens plus libre. Voilà maintenant je crois que je suis pris par le virus ! car mettre des commentaires sur les blogs amis me plaît tout autant que de déposer mes textes et photos sur mon blog !



    J'aime tout autant "travailler" pour mon blog

    Posté par sebarjo, 12 septembre 2008 à 11:55
  • Mille excuses, un bout de phrase s'est égaré à la fin de mon précédent commentaire !

    Posté par sebarjo, 12 septembre 2008 à 11:58
  • Très intéressant tout ça !
    Je n'ai pas de blog mais je suis une lectrice assidüe de quelques blogueurs. Je prends plaisir à venir lire les billets et à laisser quelquefois des commentaires. Si je me sens étrangère à ce qui est écrit ou si je ne veux pas rentrer dans l'intimité de l'autre, je préfère ne pas laisser trace de mon passage. Je lis mais je respecte le blogueur.

    Voilà maintenant un an que je lis régulièrement certains blogs et grâce aux commentaires il existe un réel échange avec le blogueur. J'apprécie ce dialogue. Je ne suis pas qu'une lectrice anonyme qui passe.... !

    Posté par brig, 12 septembre 2008 à 14:04
  • Les blogs restent un espace de liberté limitée dès lors que l'on ne se cache pas derrière un pseudo ou une fausse identité La liberté de toute expression reste fondée sur le rapport qu'elle crée entre celui qui s'exprime et celui qui reçoit le message. Je veux dire en cela qu'il faut un consentement mutuel pour partager la communication. Les voyeurs iront voir les exhibitionnistes, les amoureux de littérature et de poésie chercheront un reflet à travers les personnes attirées par la même passion... Mais mon développement ne peut qu'être succint et bien que j'essaie d'être objective, sans doute devrions nous tous, blogueurs accepter que notre présence dans cet étrange univers à pour but d'être "aimés". Je parle d'un "amour" de reconnaissance qui serait susceptible de renforcer notre estime, je précise, que cette dernière soit pathologique (orgueil, mégalomanie...) ou qu'elle soit saine (développement personnel, ouverture aux autres, partages...), elle reste selon moi à la base de notre démarche. Toute séduction est une chose essentielle, une façon vile ou magnifique de se sentir en vie.

    Je viens pour la première fois sur votre blog. Merci pour cette rencontre.
    Vous m'avez séduite...

    Posté par Lidia, 12 septembre 2008 à 15:16
  • :-)

    J'ai préféré répondre chez moi parce que c'était trop long. l'exhibitionnisme, comme le voyeurisme, c'est une agression.
    Pas le blog

    Posté par kaliuccia, 12 septembre 2008 à 15:54
  • Je suis plutôt en mode "extime", ne faisant ressortir que certains côtés de ma vie, plutôt de l'effeuillage que du déshabillage.

    De plus, ma vie sociale de blogueur est totalement déconnecté de mes autres vies sociales (familiale, amicale, collégiale) elles-aussi non connectées entre elles.

    Posté par jid, 12 septembre 2008 à 18:05
  • j'ai poussé le narcissisme à dire à Tous mes collègues que j'avais un blog au moment où je parlais de mes problèmes de santé en plus. Bon là, c'est tombé comme ca )))
    Mais au moins certains (peu) sont allés voir mes photos.
    Bisous

    Posté par Claire, 12 septembre 2008 à 18:37
  • Oh, en fait ton article rejoint celui d'ondine... En fait je n'ai pas vraiment un blog intime. J'aime bien écrire des eptites histoires et cela me permet de les partager au-delà de mon cercle. Mes proches le lisent, ils m'en parlent mais ils ne font pas de comm en direct. Mais ils m'ont tjrs connue écrivante et pas comme les autres, cela ne les dérange pas.
    Oui sans doute il y a des malveillants mais franchement ils ont peut-être mieux à faire que venir ici. C'est plutôt comme un point d'eau où trouver un peu de profondeur, de poésie enfin ce qui semble étouffé par notre monde en toc.

    Posté par caro_carito, 12 septembre 2008 à 18:41
  • J'ai entendu des choses dans ce genre là, moi aussi, Coumarine. "Quel intérêt de raconter à vie à une multitude de gens qu'on ne connait pas?"
    Impudeur, façon de se faire remarquer, manque d'amour... j'ai tout entendu .

    Je n'ai jamais eu cette impression. Mais je réalise également que plus ça va, moins mon blog est un journal de blessures... bientôt il ne le sera plus du tout. Il se transforme à l'occasion en recueil d'écrits ou bien en plateforme de communication entre mes blogamis et moi. les billets ne sont alors que prétextes .

    Posté par val, 12 septembre 2008 à 20:18
  • ça me rappelle Pagnol : toi aussi tu cultives de l'authentique?!?.

    pour ma part cela me fais du bien d'écrire. ça fait 2 ans déja que je ne sors plus de chez moi (agoraphobie).n'ayant plus d'amis, presque plus de famille (voir dans psychoter le pourquoi des choses) et une belle-famille langue de vip qui ne connait pas ma vie d'antan et qui dénigre ma maladie, pianoter me permet de me livrer un peu, me relever sans avoir les inconvénients d'une incompréhension certaine vu le niveau de méchanceté qui règne autour de moi...
    mon premier vrai journal enfin...en effet, petite, je ne pouvais pas avoir de journal car ma mère le lisait ainsi que les lettres reçues de mes camararades pour voir si je n'avais pas de mauvaises pensées non chrétienne et une conduite irréprochable. (sinon gare à moi).
    Amitiés

    Posté par elisa, 12 septembre 2008 à 20:38
  • Ne touchez à rien

    Bonjour Courmarine,

    Je viens de lire votre billet du 11 septembre et je dis "ne touchez à rien sur votre blog".
    Votre écriture est tellement agréable à lire, vos sujets peuvent concerner tous le monde.
    Leurs récits font du bien, ils sont toujours positifs, même..., quand ont sent qu'il y en a gros sur la patate!!!
    Sur un blog je ne cherche pas l'intimité de quelqu'un (je m'en fou), je cherche une façon de penser qui me ressemble et qui est racontée agréablement bien. Souvent je viens vous lire et vos paroles ne me sont jamais inutiles.
    A bientôt

    Posté par hrannou, 12 septembre 2008 à 20:50
  • tu le sais Coumarine, mes 2 blogs sont des blogs d'écriture et principalement de poésie
    mais à travers mes textes j'expurge pas mal de choses de mon être profond
    quasiment toute ma famille, et mes amis ont eu à un moment ou à un autre l'adresse de mes blogs
    très peu les lisent et encore moins commentent

    mais, les choses sont étonnantes et paradoxales à un point que dans mon milieu professionnel on prône beaucoup l'utilisation du créatif, de l'expression et de la communication pour mieux être et se révéler plus soi-même
    et bien, même dans ce contexte, et avec des collègues avec lesquelles j'ai pu participer ou animer des stages d'art-thérapie, il n'y a pas de commentaires, ni semble-t-il d'intérêt réel, vis-à-vis de mes écrits

    je ne me l'explique pas, mais je prends ça paisiblement, tout en explorant avec bonheur certains contacts créés et fidélisés avec certains compagnons blogueurs, avec lesquelles nous partgeons notre passion de l'écriture, mais aussi échangeons sur nos interrogations plus intimes et profondes sur la vie
    et il me semble que c'est plutôt bien de se faire du bien )

    et de deviser comme ça tranquillement avec toi et avec tes hôtes ce soir ))

    Posté par Tisseuse, 12 septembre 2008 à 21:54
  • Je ne crois pas qu'on ouvre un blog (intime) comme ça par hasard, il y a une raison, un besoin, quelque chose à expurger de son intérieur. Mais un jour, on n'a plus envie d'écrire parce que le moteur de l'écriture s'est tari. On aimerait bien retrouver encore un peu les lectrices éplorées, les compatissances sincères, le réconfort sucré des commentaires. Mais le malheur n'est plus là, il est derrière, il est loin, c'est un mauvais souvenir, on n'a plus envie d'être malheureux. Alors le blog lançé à tout allure pendant des mois, des années, n'a plus de carburant, il va s'arrêter. Ils sont rares ceux qui comme toi peuvent passer au fil des années de l'intime à des choses simplement personnelles. Je crois qu'il faut avoir un fort goût de l'écrire, avoir une âme d'écrivain.

    Posté par zacki, 12 septembre 2008 à 22:50
  • Zacki...ce que tu dis est très juste je crois...j'y fais référence dans mmon nouveau billet
    (dommage que tu n'écris plus...j'aimais beaucoup te lire, avec ton écriture "spéciale")

    Posté par Coumarine, 12 septembre 2008 à 22:57
  • Vivance

    Evidemment , cela ne peut pas laisser indifférent , cet espace "virtuel" offert à chaque internaute ... le blog , effraie parce qu'il semble être une manipulation , pas bien sûr que l'on tombe entre de bonnes mains ...
    je ne vis pas du tout les choses comme cela , je suis la même là et ailleurs avec peut-être même une liberté supplémentaire sur la toile ... je suis d'accord avec Lidia , c'est intéractif , et ça se sent , ça se lit , ça s'entend ... se ressent ...
    pour ma part , c'est bon pour moi , parce que je peux être moi-même sans détour , non pas un journal intime , trop dense !!! mais plutôt une forme de thérapie , une auto-analyse , s'ouvrir au regard de l'autre "à l'aveugle " !!
    se permettre d'être soi-même ...
    oui c'est cela qui m'a intéressée , pas paraitre mais être ...

    Posté par helenablue, 12 septembre 2008 à 23:10
  • merci helenablue et bienvenue chez moi...

    Posté par Coumarine, 12 septembre 2008 à 23:25
  • (pardon si je doublonne, pas le temps de lire les commentaires précédents).

    Je crois que ce qui fait la différence du long court c'est l'écriture, essentiellement. Tu ne blogues pas pour raconter ta vie, tu blogues pour écrire avec des éléments intimes dedans (presque inévitables si l'on veut écrire sincèrement).
    Quelqu'un qui blogue simplement par épanchement, passé la période (souvent de crise ou de mal-être) qui a enclenché l'activité, n'aura plus rien à exprimer.

    J'ai remarqué aussi que les personnes les plus promptes à balancer des jugements définitifs comme ceux que tu cites sont :
    - celles à qui justement ça ferait le plus grand-bien de trouver un média pour lâcher un peu de lest ;
    - celles qui n'ont pas le courage de faire l'effort de s'y mettre (soit à l'internet en général soit aux blogs en particulier) et masquent ainsi leur absence de sens de l'adaptation (qu'on le veuille ou non au XXIème siècle c'est ici que ça se passe).

    Posté par gilda, 14 septembre 2008 à 22:56
  • OUi Gilda

    Ton premier paragraphe donne vraiment une clé importante me semble-t-il...
    Nous écrivons, (nous= toi et moi entre autres...)
    Non pour nous épancher...mais pour écrire avant tout...
    Et se faisant, bien sûr que nous disons beaucoup de nous...

    Posté par Coumarine, 14 septembre 2008 à 23:39
  • faut être dingue pour écrire un blog ?

    *sourire* et bien nous sommes pas mal de milliers de dinguos alors !!

    un petit coucou coumarine, cela faisait longtemps que je n'étais pas venue te lire et cet avis là m'a bien fait sourire et bien entendu je me suis sentie concernée aussi car j'ai aussi eu àfaire à des gens , un peu pressés de jugés et qui vouaient aux gémonies les blog-épancheurs. Dans ces cas là ? jai renoncer à une partie de bras de fer avec des gens de mauvaise foi dès le départ, e je laisse aux blog-promeneurs le choix de venir ou pas se balader sur mes mots ( maux).

    la vie étant faite de hauts et de bas j'ai depuis un petit moment délaissée "L_isa" pour cause d"incident de la vie sociale" en bref je suis en instance de divorce, je n'ai pas envie d'en parlé sur le L_isa (pas envie qu'on me plaigne, me juge, me conseille ou autre ) et pas trop le courage de venir raconter mes anecdotes d'hopital ces derniers (même si pourtant elles continuent de fourmiller avec notamment des propositions malhonnêtes d'un JH de 98 ans -loool-).

    voilà ! rien de dramatique, juste la vie qui prend un virage plutôt qu'un autre.

    je te fais de gros bisous

    L_isa

    ps : j'ai mis qq photos sur lessenciel, c'est déjà au moins un reste de petit contact .
    je reviendrais te lire Coum, je ne te perds pas de vue et le blog quoi qu'on en dise aide à maintenir le lien ,

    Posté par L_isa, 30 septembre 2008 à 15:46
  • sorry pour les participes passés, les infinitifs et confrères tombés au champs d'horreur de l'inadvertance

    L_isa

    Posté par L_isa, 30 septembre 2008 à 15:47
  • De retour... Et je compte bien rattraper mon retard...
    Mais si, mais si : j'y arriverai !
    Beau billet à lire en reprise pour MOIJE. C'est vrai que même depuis que je te lis (mazette et cela fait déjà plus d'un an !!!), le "centre de gravité" (et de légèreté, bien entendu) de ton blog s'est déplacé. C'est ton chemin, tout à fait passionnant. Même si je reste également très attaché aux formes d'expression très très directes de l'intime (et bien que ce ne soit pas tout à fait ma pratique sur internet).
    Bon, bon, bon, me voilà que je bavarde alors que je suis en retard, en retard, en retard !
    Je t'embrasse
    Bon dimanche, ma Reine

    Posté par D&D, 19 octobre 2008 à 01:10

Poster un commentaire