Un condensé de doutes et de puissance - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

07 mai 2008

Un condensé de doutes et de puissance

Je suis je crois, un condensé de doutes et de puissance......

Fragile parfois à l'extrême, je me surprends à frémir d'une inflexion de voix, d'un froncement de sourcil, de deux mots que j'espérais et qui ne sont pas prononcés, d'un mail attendu et non reçu, ou pas comme je l'espérais...(m'enfin...il ou elle m'oublie ou quoi? C'est quoi ce truc?)

"Puissante" cependant, et parfois à l'extrême, parce que quoi qu'il arrive, je continue mon chemin, avec assez de courage pour traverser les obstacles, et franchir les passages nuageux, les sentiers assombris. (et les ubacs...fallait absolument que je replace ce mot, les adrets, ce sera pour le prochain billet! )
"Puissante" car j'aime au fond les défis que me lance la Vie, même s'ils font mal, même s'ils me laissent parfois un peu essoufflée (pfffffff) ou sonnée au bord du chemin. (repffffffffff). J'ai dans ma poche des mouchoirs solides (un instant, je me mouche) pour essuyer mes larmes, j'ai des ami(e)s qui m'aiment vraiment pour m'aider à voir clair, à aller de l'avant. (merci toi...et toi...et toi...!)


Je suis je crois, un condensé de doutes et de puissance...

Un condensé de doutes quand je reste parfois des heures à hésiter devant mon clavier avec les mots qui cognent dans la tête, mais les doigts paralysés, incapables de m'y mettre, de taper le premier mot qui enclencherait la délivrance, comme la rupture de la poche des eaux provoque le travail de la naissance.
Doutes  quant au thème du livre qui couve en secret dans ma tête et mon coeur. J'ai commencé, les premiers mots me sont venus facilement, dans un enthousiasme un peu euphorique, mais depuis deux jours, c'est le silence, le doute, les interrogations angoissées, les remises en cause incessantes...

Je retrouve les doutes si noirs que j'ai connus plus d'une fois l'année dernière quand j'ai mené de front l'écriture de deux livres, fort différents de ton et de thème. Tout d'un blog (voir ci-contre)...et le suivant dont il est plus que temps que je vous parle. Ce sera pour demain! (zêtes curieux? moi aussi! )

Et toujours je m'en suis sortie
... c'est pour cela que je crois que je suis "puissante", (mince, faut le dire, hein!) j'ai confiance en moi, en mes possibilités, je sais que j'y arriverai, que les moments de doute sont des passages obligés, qui produisent, quand ils sont dépassés, un regain de force et de fécondité. Tant pis si on me trouve présomptueuse, je préfère rester dans un sillage de pensées positives (vantardes) que de sombrer dans un découragement dévastateur. (na! voilà!)

Et pourtant...
Je suis pour le moment dans une période de doutes, incapable d'aligner deux mots cohérents, de ces mots qui, quand ils sont écrits, me donnent une satisfaction profonde, l'impression d'avoir écrit "juste", d'avoir écrit vrai...

J'essaie de ne pas m'en faire, parce que je sais que c'est un  prix à payer, l'écriture chez moi est douloureuse (aie ouille) à me demander si je ne suis pas masochiste, et si je n'aurais pas intérêt à cesser le plus vite possible ce pensum insupportable!
Mais ne plus écrire est tout aussi douloureux... alors, je fais quoi?

Vous inquiétez pas, je connais la réponse...


Commentaires

    et bien moi je me sens très impuissant !
    Est-ce ça va passer ? J'en doute ...

    Posté par Farfalino, 07 mai 2008 à 22:20
  • oups...Farfalino...
    faut prendre ce qu'il faut hein?
    ))

    Posté par Coumarine, 07 mai 2008 à 22:28
  • beausoir coum.

    et ben que d'exclamations
    super !
    tu doutes, tu retoudes et tu expulses l'inquiétude...
    tu crois, tu divines et tu colorises l'écriture...
    tu serpentes et tu positives
    tu résistes et tu existes !
    vas ZI
    fonces
    écoutes la petite voix
    ...la jolie Réponse.
    continues d'apprivoiser les mots avec ta mystérieuse plume tendresse.
    douce nuitée à toi
    affectueusement rsylvie

    Posté par rsylvie, 07 mai 2008 à 22:50
  • ah Sylvie...c'est toujours un véritable bonheur de te voir venir ici, écrire tes mots ensoleillés...
    Merci à toi...

    Posté par Coumarine, 07 mai 2008 à 23:00
  • Je pense qu'on a chacun plusieurs facettes...
    Forte et fragile, je me reconnais la-dedans aussi...
    L'important est de savoir doser et de savoir quand on doit avoir recours a l'une plutot qu'a l'autre...

    Posté par Janeczka, 07 mai 2008 à 23:22
  • Je sais que tu connais la réponse .
    Je me retrouve dans certaines de tes phrases.Les utre premières lignes, j'aurais pu les écrire. J'ai déjà pleuré d'attendre un mot qui n'est jamais venu. J'te jure!
    Mais j'me soigne!

    Toi aussi, soigne-toi bien.
    Tu sais que ça va venir...

    Posté par Val, 07 mai 2008 à 23:45
  • Les vantard(e)s qui doutent noir, c'est des happy few, non ?

    Posté par Franck, 08 mai 2008 à 00:53
  • Le doute est une force et non pas une fragilité, bien sûr nous savons bien que tu connais déjà toutes les réponses!

    Posté par mab, 08 mai 2008 à 07:33
  • Comme tu es puissante, ton doute aussi est puissant (et donc parfois encombrant). Probablement que "intensité" est un maître mot chez toi, rien ne peut être tiède.
    Mais tu avances,encore et encore.
    Alors...un autre pas, un autre mot....

    Bonne journée à toi, Coumarine

    Posté par Tisseuse, 08 mai 2008 à 08:34
  • Hello Coumarine,

    Fragile quand tout autour de soi s'écroule
    Boulversée quand les émotions prennent le dessus
    Puissante quand on a le choix
    Le choix de prendre congé pour profiter du soleil
    Le choix d'abandonner les ruines
    Partir,
    Puisser l'inspiration,
    Se ressourcer
    Revenir et construire en mieux
    Ou aller plus loin et reconstruire ailleurs
    La puissance, c'est le recul qu'on se donne pour analyser, pour s'énergiser et oeuvrer en accord avec soi-même

    Bonnes photos
    Entre tes doutes et les aléas de la vie,
    Offre-nous tous ces rires, ces sourires, ces ballons blancs, ce soleil au gré de tes balades
    Amitiés
    Fanfanc26

    Posté par fanfanc26, 08 mai 2008 à 09:46
  • @Janeczka...(oup j'ai toujours des hésitations en recopiant ton pseudo...) je crois en effet que je n'ai rien de bien original...que tout le monde peut de reconnaître dans la force et la fragilité...

    @Val... ce que tu dis là: pleurer parce qu'on prend les choses très à coeur, moi la plus agée, cela m'arrive encore...je me suis soignée...mais bon, on reste qui est est hein!

    @Franck...oui )

    Posté par Coumarine, 08 mai 2008 à 10:10
  • @mab...je DECIDE de connaître les réponses...mais ton accompagnement virtuel (le tien et celui des autres est important pour moi)

    @Tisseuse...je crois en effet que l'intensité, l'ardeur, la fougue, l'enthousiasme (oups! tout ça!!!) sont des valeurs importantes pour moi...
    Et que mes doutes sont à la mesure de cette intensité, oui! cela me semble évident...

    @Fanfan, je te cite:
    "La puissance, c'est le recul qu'on se donne pour analyser, pour s'énergiser et oeuvrer en accord avec soi-même"

    Je pense que c'est exactement comme ça que je ressens les choses...merci pour tes mots!

    Posté par Coumarine, 08 mai 2008 à 10:14
  • ....★

    Je crois pour ma part, que ce "condensé" est un des meilleurs jus qui soit!
    je t'embrasse Coum

    Posté par juju, 08 mai 2008 à 13:17
  • C'est dans les doutes que tu approfondis ton écriture en lui donnant un sens (et pas forcément DU sens) même si c'est parfois douloureux mais c'est ta puissance qui te permet de continuer à écrire malgré tout, de sublimer (je relis tisseuse pour vérifier qu'elle n'en a pas parlé lol) toutes tes angoisse, doutes, soucis, craintes j'en passe et des pires (pas des meilleurs).
    Une puissance qui submergera tout cela comme un désastre naturel pas toujours contrôlé... et de ce chaos renaitra la vie.*
    A bientôt de te lire, puisque cela fait si intimement partie de toi

    Posté par pandora, 08 mai 2008 à 13:58
  • "Méthode Coué" : Renonçant finalement à l'usage de l'hypnose, Coué élabore une méthode qui fait appel à la suggestion lucide et méthodiquement conduite d'idées positives. Cette méthode agit aussi bien sur le plan physique que sur le plan moral. Coué condense sa méthode en une phrase-clef : « Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. », à répéter matin et soir, en vue de conditionner l’imagination de manière favorable. En répétant cette formule de manière machinale, sans intervention de la volonté, il est ainsi possible de faire pénétrer mécaniquement dans l’inconscient l’idée d’amélioration, de progrès. Et lorsque cette idée a fait son chemin dans les profondeurs de l’inconscient, elle devient agissante. (source Wikipedia)
    Conclusion : continue à dire "je suis puissante" et "j'y arriverai" !

    Posté par madamedekeravel, 08 mai 2008 à 15:01
  • Chère Coum,
    Dire la vérité, ce n'est pas être vantarde...
    Pour quelqu'un qui est dans le doute, "incapable d'aligner deux mots cohérents" tu t'es drôlement bien débrouillée pour écrire ce billet.
    Continue à dire "j'y arriverai", parce que vouloir c'est pouvoir (être capable de...)

    Posté par dan, 08 mai 2008 à 17:29
  • L'intensité d'un vouloir, d'un désir, ne genere-t-elle pas parfois une sorte de surtension qui fait disjoncter l'acte d'écrire ?

    je ressens ça parfois.... Et donc je me demandais pour toi....

    Posté par alainx, 08 mai 2008 à 17:50
  • sans le doute tu ne serais "sans doute" rien, rien d'intéressant, je suis toujours stupéfaite par ces gens qui traversent la vie sans se poser de questions comme sur une autoroute, moi j'aime les chemins tortueux, ils ont un charme incroyable malgrès tous les obstacles qu'ils nous opposent.

    Posté par clise, 08 mai 2008 à 18:10
  • @Alain...il y a du vrai dans ce que tu dis...à trop me crisper, je perds la plume. Il vaut mieux que je me donne quelques jours de vacance. je suis sûre que tout cela ira mieux lundi, quand cette période de stress sera passée...

    @Dan...tu sais bien hein, que je suis une "enthousiaste"...alors...

    @madamedekeravel...viiiii, la méthode COUMé, ça marche TRES bien chez moi...alors j'use et j'abuse... le matin au réveil, le soir au coucher, et la journée...je répète ma leçon.
    )

    @Pandora...et toi? c'est aie ouille l'écriture pour toi???

    @coucou juju...je t'embrasse aussi

    Posté par Coumarine, 08 mai 2008 à 18:15
  • Ambivalence

    Douter ne rends pas la communication plus forte , c'est le soucis de la mesure de la precision de sa pensée.
    Le doute c'est le royaume de l'ambivalence

    Posté par Giacomo, 08 mai 2008 à 19:30
  • En train de lire et de te relire... Je comprends, je connais, mais on sait que tu y arriveras, n'est-ce pas? D'ailleurs, il paraîtrait que douter, c'est croire...

    Posté par Pivoine, 08 mai 2008 à 21:10
  • Non Coumarine, pour moi écrire n'est pas aie et ouille. Elle me permet au contraire de rentrer dans une bulle et d'exprimer ce qui m'obsède et me fait mal, de le retravailler en imaginant les choses sous un angle différent pour avancer. L'écriture m'apaise malgré les doutes et ce qu'elle met à jour. L'écriture est libération comme le vomissement qui met fin aux nausées insupportables, elle me délivre de certaines choses en les transformant en mots impersonnels et en histoires retravaillées où je deviens un personnage parmi d'autres et plus le personnage principal de ma vie ...
    Mais je n'écris pas depuis longtemps )

    Posté par pandora, 08 mai 2008 à 21:24
  • Sans tes doutes, tes temps de réflexion, de recul qui te permettent d'écrire avec puissance crois-tu que ton écriture aurait autant d'intérêt ?

    Elle est comme toi, elle est dynamique, elle stimule, elle fait réfléchir, il n'y a qu'à lire toutes les réactions qu'elle provoque juste pour de "simples" (façon de parler) billets sur un blog.
    J'ai hâte de te lire autrement que sur ton blog.

    Posté par calliprune, 08 mai 2008 à 21:59
  • J'ai rêvé il y a 2 jours( je note mes rêves dans un cahier) d'une personne (non identifiée)autoritaire( qui fait autorité= pouvoir= puissance) qui dirigeait un atelier d'écriture et déchirait nos feuilles une fois 2 mots écrits dessus!
    Et maintenant,je lis ton texte qui parle que parfois tu ne peux alligner 2 mots!"Je suis pour le moment dans une période de doutes, incapable d'aligner deux mots...."
    Il y a de ces coincidences bien marrantes.
    Ce que je constate c'est que pour quelqu'un qui se sent incapable parfois d'aligner deux mots cela donne une bonne petite note très intéressante et bien analysée.
    Ecris toujours Coumarine ,tu m'intéresses et enrichis ma réflexion.
    Moi aussi je suis pour le moment dans une période de doute: je déchire ou je continue? je jette ou je garde, j'arrête ou je poursuis?
    Faut pas oublier les gammes!( comme tu m'as dit)
    Très important les gammes.

    C'est mon dernier mot( pour aujourd'hui) Coumarine!

    Posté par Charlotte, 08 mai 2008 à 22:11
  • @Giacomo...bienvenue et merci pour ta visite

    @Pivoine...bien sûr Pivoine que j'y arriverai...(tu as passé une bonne journée?? )

    @pandora...merci d'être revenue m'expliquer ce que c'est que l'écriture pour toi...
    Tu sais, je me retrouve dans ce que tu écris...l'écriture est source de vie pour moi aussi
    Mais c'est simplement que parfois elle me donne du fil à retordre, et me fait mal.

    @calliprune...parfois je me demande ce que les gens viennent chercher ici...
    En tout cas, je te remercie beaucoup pour ces mots. Ils me font du bien dans des temps de doute...

    Posté par Coumarine, 08 mai 2008 à 22:12
  • @Charlotte...oui c'est amusant ce que tu racontes au sujet de ton rêve...j'aime bien...!
    Pour ce qui est de toi...oui, n'oublie pas les gammes: tous les jours écrire pour toi, simplement, discipline obligatoire pour progresser
    Mais se donner de temps en temps des temps de repos...ne pas se crisper (comme j'ai tendance parfois à le faire...)
    Tout arrive en son temps!
    Merci pour ton amitié fidèle...

    Posté par Coumarine, 08 mai 2008 à 22:17
  • Juste un clin d'oeil, Coum, pour te dire que je connais bien, quoique avec moins d'intensité, ce dont tu parles ;o)

    Posté par Pierre, 08 mai 2008 à 22:40
  • Merci Pierre...ta visite me fait plaisir

    Posté par Coumarine, 08 mai 2008 à 22:58
  • Merci pour votre commentaire chez Flipo, ça fait du bien de le lire )

    Posté par Loïs de Murphy, 09 mai 2008 à 08:17
  • Je me suis...

    .. reconnue dans ton premier paragraphe.. "fragile".. mais pas dans la suite...

    J'admire les gens comme toi qui ont le don de l'écriture.. je suppose que le doute en fait partie.. et quand le doute sera envolé.. ta puissance reviendra encore plus puissante...

    Posté par Annick, 09 mai 2008 à 08:38
  • Merci à vous Loïs de Murphy d'être venue me le dire...

    Annick...un don? c'est possible...
    mais il ne tombe pas du ciel...il se travaille...
    Bien sûr j'aime ça, sinon je ne le ferais pas...
    merci d'être venue me lire jusque tout au début )

    Posté par Coumarine, 09 mai 2008 à 10:25
  • Tu ris un bon coup !

    Posté par Le Chat, 16 mai 2008 à 19:55
  • ben oui, Le Chat...c'est ce que je fais...
    bises à toi

    Posté par Coumarine, 16 mai 2008 à 20:51
  • Bonsoir ma Reine,
    Tu ne seras pas surprise si je t'avoue que ce billet résonne singulièrement pour moi aussi... et la fin m'a offert un bel éclat de rire !
    Ah oui, me revoilà parce que...
    Dis-moi : il y a décidément une belle "synchronicité" offerte par mon retard de lecture, puisque semble pointer ici le billet parlant de ton second livre... alors que je viens de terminer le premier. Alors je t'écris ce week-end (tout va bien )
    Je t'embrasse !

    Posté par D&D, 04 juillet 2008 à 02:12

Poster un commentaire