avril 2008 : Tous les messages - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

29 avril 2008

Et maintenant, que vais-je faire...?

Je le dis et le redis, je veux sortir des marasmes et des détresses qui ont parfois été les miennes et me tourner résolument vers des chemins plus lumineux. J'ai décidé d'opter pour les lignes de crête, les écumes des vagues, les canopées qui ondulent au soleil, et de délaisser les racines noueuses et les boues des chemins engorgés. Je veux sillonner l'adret de la montagne, en  délaisser l'ubac. (beaux termes n'est-ce pas?) Va-t-en savoir pourquoi,  c'est juste que j'en suis là pour le moment. Seulement... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:43 - - Commentaires [37] - Permalien [#]

27 avril 2008

De l'importance d'oublier où l'on s'est (é)garée...!

Il n'y a pas si longtemps, je me gare dans un immense parking souterrain. Je fais tranquillement mes courses et au moment de récupérer ma voiture...je réalise que j'ai oublié complètement où la bêbête se trouve...Tout en parcourant le parking avec mes achats, pressée de rentrer because un petit besoin pressant...je me traite de tous les noms, tous plus colorés les uns que les autres, heureusement que personne ne pouvait m'entendreÇa volait bas... la colère contre moi-même devait sortir par des mots pas piqués des versBon d'accord, il... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:57 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
25 avril 2008

Traîtres coquillages

M'aventurer sur le sable neuf à marée basse m'y lancer les pieds en fête, à corps pressé, à cœur heureux, et me plier soudain en deux, en marchant sur des coquillages, beaux comme des dieux mais qui coupent, coupent, coupent... Il y a ce soir lutte ridicule entre moi et disons...moi Il n'y a pas de vainqueur, mais pas de vaincu non plus Ecoute... Emmène-moi danser le tango sur la crête des nuages et valser là-haut avec les cerfs-volants bleus S'il te plait...
Posté par Coumarine à 19:17 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
23 avril 2008

Les soliloques des photos

Il n'y a pas si longtemps j'ai "hérité" d'un énorme paquet de photos anciennes, des photos de famille. Il m'a fallu du temps pour oser ouvrir ces enveloppes de photos plus ou moins classées par mon frère: elle me pesaient lourd, je savais ce que j'allais y découvrir... J'allais découvrir des photos que je ne connaissais pas et qu'il allait falloir apprivoiser. Ne pas fuir, ne pas céder à la tentation de m'en débarrasser à mon tour... J'ai affûté mes yeux, convoqué mes souvenirs et je suis allée au combat comme... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:06 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
21 avril 2008

Je suis MOI tout en étant DE TOI, DE VOUS...

Tiens je réfléchissais à quelque chose hier...tandis que je travaillais dans le groupe de travail auquel je participais durant le WE Dans notre être ensemble avec les autres, on oscille sans cesse entre deux pôles: - entre le désir et le besoin d'être "semblables"...d'être comme les autres, intégrés parmi eux, pour qu'on puisse se comprendre, se reconnaître comme frères et sœurs en humanité...mais pas trop...sinon on risque de devenir complètement transparents, tellement semblables qu'on se perd, qu'on n'existe... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:00 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
18 avril 2008

Une histoire de ciel qui se noie, le pauvre ;-)

Pas le temps d'écrire ici un petit truc intéressant. Je suis sur le point de passer tout un WE en animation que je suis cette fois (du verbe suivre), une sorte de recyclage. J'aime ça de temps en temps, être une participante, écouter, écrire (ou ne pas écrire) simplement pour mon plaisir. Je vous en raconterai sans doute quelque chose lundi, car ce genre de WE est toujours intense. Je m'en réjouis. Alors,j'ai ressorti comme ça un p'tit poème écrit il y a déjà trois ou quatre ans... Le voilà! Moi, mon ciel s'est noyé un soir... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:57 - - Commentaires [29] - Permalien [#]

16 avril 2008

Une magicienne qui ne dit pas son nom...

Ils sont arrivés et aussitôt les murmures qui circulaient de-ci de-là dans la salle, sorte de brouhaha indiscipliné et flou, se sont tus. Instantanément! Stoppés net: la salle tout entière polarisée soudain vers la scène, dans une attente curieuse et fervente. Ils ont salué, les mains de la salle ont applaudi. Comme toujours... Ils se sont installés tous les quatre, ont formé un demi-cercle, prenant bien soin d'offrir aux yeux de tous, l'envers et l'endroit de leurs faits et gestes. C'est alors que le silence s'est... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:20 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
14 avril 2008

Dans les rues de ma ville

Dans les rues de ma ville, les gens se croisent, puis se décroisent. Sans se saluer, sans se dire un mot. Parce qu'ils ne se connaissent pas, ils se sentent libérés de ces mots de bonne conduite en société. "Bonjour, vous allez bien?" Il y a trop de gens dans les rues de la ville, s'il fallait les saluer tous, on n'en finirait pas, disent les gens raisonnables. Et bien sûr ils ont raison...Dans les rues de ma ville, les gens ne se saluent pas. Ils sont chacun bien engoncés dans leurs écharpes frileuses, bien au chaud dans... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:53 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
13 avril 2008

Narcisse amoureux

L'enfant blond se trouve au bord du lac. Il s'est penché sur les eaux tranquilles et lisses.Il se mire et s'admire. Il se regarde tendrement.Il se penche davantage: ses yeux se font doux pour le tendre aveu. Narcisse est amoureux pour la première fois. Il tend  la main vers son  bien-aimé. Il veut l'enlacer, le serrer dans ses bras, goûter l'ivresse de la complétude. Il tend la main plus encore et soudain, l'image se déchire...Le miroir d'eau s'est zébré d'une multitude d'éclairs miroitants. Narcisse... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:24 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
11 avril 2008

Enterrer ses vieux chagrins

Souvent, je me réveille triste...De cette sorte de tristesse qui n'a pas de nom, qui flotte indécise dans ma tête et mon corps, comme un fantôme sur lequel je n'ai pas de prise.Souvent, je me réveille triste...Comme si dans mon sommeil j'avais pleuré un très vieux chagrin, qui n'a plus de raison d'être, un chagrin inconsistant dont je n'ai plus aucun souvenir... sur lequel je n'ai décidément aucune prise.Je sais juste que la tristesse sommeille encore en moi, alors que j'émerge de mes rêves, appelée par le réveil, appelée par la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:21 - - Commentaires [31] - Permalien [#]