Traîtres coquillages - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

25 avril 2008

Traîtres coquillages

M'aventurer sur le sable neuf à marée basse

m'y lancer les pieds en fête, à corps pressé, à cœur heureux,

et me plier soudain en deux, en marchant sur des coquillages,

beaux comme des dieux

mais qui coupent, coupent, coupent...

Il y a ce soir lutte ridicule

entre moi et disons...moi

Il n'y a pas de vainqueur, mais pas de vaincu non plus

Ecoute...

Emmène-moi danser le tango sur la crête des nuages

et valser là-haut avec les cerfs-volants bleus

S'il te plait...



coquillages



Commentaires

    Madame, m’offrirez vous cette danse?

    Posté par NarB, 25 avril 2008 à 20:31
  • Valser les pieds en sang ?

    Posté par Vertumne, 25 avril 2008 à 21:59
  • @Vertumne Je valserai les pieds blessés, dans les bras de celui qui m'emmènera au dessus des nuages...je ne toucherai plus terre...
    NarB par exemple puisqu'il le propose...rires...

    @NarB, tiens tu sais danser toi??? (re-rires)

    Posté par Coumarine, 25 avril 2008 à 22:04
  • "A corps pressé, à coeur heureux"
    J'aime bien quand la vie fait déborder tes mots d'écume... Ca me donne toujours des idées...

    Posté par Franck, 25 avril 2008 à 23:18
  • Les plages du sud manquent de coquillages pour la plupart et c'est bien dommage pour les enfants!
    Poème teinté de tristesse bleue comme la mer.

    Posté par mab, 26 avril 2008 à 06:42
  • Requête

    S'il te plait, dessine-moi un pas dans le sable neuf.

    Posté par Laurent Morancé, 26 avril 2008 à 07:44
  • le revers de la passion et de l'amour est parfois la déchirure......

    Posté par Tisseuse, 26 avril 2008 à 08:39
  • Des gouttes de sang sur les nuages, donc…

    Posté par Vertumne, 26 avril 2008 à 10:02
  • oui mais en même temps les coquillages (j'omets les huitres), c'est tellement bon....
    bisous

    Posté par claire, 26 avril 2008 à 13:25
  • duo de coques...

    et qui s'est ouvert (pas le pied, le coeur) le premier ? Joli thème... la mer et moi sommes en toute complicité ! Alex

    Posté par iskander, 26 avril 2008 à 13:46
  • La plage, la mer, le ciel ont toujours fait rêver! Même si parfois les pieds où le coeur en souffrent... Les mets sucrés-salés ne sont pas forcément désagréables au goût! Amitiés.

    Posté par Papa de Lili, 26 avril 2008 à 14:47
  • J'ai l'impression de commettre un crime en marchant sur les coquillages car je les casse en y posant les pieds.Maintenant je fais un détour et les contourne.
    L'ennui c'est que j'ai toujours envie d'en ramasser et ca y est, je marche dessus et j'en casse, tout cela pour en avoir dans ma poche et les caresser.

    Posté par Charlotte, 26 avril 2008 à 15:10
  • Viens t'asseoir sur mon banc de pierre
    Je t'y fais une place.
    Je te montrerai comment le monde se dépêche
    autour des coquillages que tu pêches.
    Viens t'asseoir sur mon banc de pierre
    il y a une place pour toi.

    Posté par TJ, 27 avril 2008 à 00:34
  • à tous

    j'aime quand vous passez mettre un petit mot me disant que vous m'avez lue...

    Merci pour cela

    Un merci tout spécial à TJ dont j'ai aimé l'invitation à m'asseoir

    Posté par Coumarine, 27 avril 2008 à 17:47
  • Alors voilà, je laisse un petit mot juste pour dire que je t'ai lue (et même relue).

    Posté par Pivoine, 27 avril 2008 à 20:26
  • oh oui... aller "danser le tango sur la crête des nuages"... malgré la pluie du jour, partir légère et sentir son corps se laisser aller à aller bien...

    Posté par Le Chat, 29 avril 2008 à 09:31

Poster un commentaire