Les soliloques des photos - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

23 avril 2008

Les soliloques des photos

Il n'y a pas si longtemps j'ai "hérité" d'un énorme paquet de photos anciennes, des photos de famille.

Il m'a fallu du temps pour oser ouvrir ces enveloppes de photos plus ou moins classées par mon frère: elle me pesaient lourd, je savais ce que j'allais y découvrir...

J'allais découvrir des photos que je ne connaissais pas et qu'il allait falloir apprivoiser.

Ne pas fuir, ne pas céder à la tentation de m'en débarrasser à mon tour... J'ai affûté mes yeux, convoqué mes souvenirs et je suis allée au combat comme un brave petit soldat.

Ces photos anciennes que j'observe avec attention, me disent toutes quelque chose. Elle me racontent quelque chose d'un temps lointain, parfois complètement oublié, que je retrouve avec plus ou moins de précision. (plutôt moins que plus)

Mais il arrive qu'elles me murmurent bien autre chose que ce que je peux voir d'un premier regard

Des choses qui ne se trouvent pas sur la photo, mais juste à côté... en dehors du cadre, juste en dehors de la photo

C'est ainsi que j'ai écrit, beaucoup, durant ce WE d'écriture sur les choses "hors du cadre", celles dont je crois me souvenir, celles que j'ai entendues, ou plutôt celles que j'ai imaginées, ou celles dont j'ai rêvé..

Les photos ne sont pas muettes... elles ont une voix qui leur est propre, elle entretiennent des soliloques. Il suffit de les écouter. Ne pas se boucher les oreilles. Parfois je suis sourde...

Je regardais la photo de ma mère vieillissante
Et une voix intérieure me soufflait en même temps: j'espère que je ne lui ressemblerai pas... jamais...

Sans doute aurait-elle de la peine si elle lisait ceci... je sais...

Mais elle ne le lira pas, et c'est mieux comme ça.


Commentaires

    Ne pas oublier non plus celui qui est en deçà de la photo, celui ou celle qui l'a prise…

    Posté par Vertumne, 23 avril 2008 à 21:26
  • Chanceux ceux qui ont des photos à manipuler pour réveiller des souvenirs-repères, des rappels des autrefois qui s'estompent...

    Posté par TJ, 23 avril 2008 à 22:52
  • Oui Vertumne...celui ou celle qui a pris la photo est un de ceux dont je parle, qui se trouve en dehors de cadre...
    peut-être les plus intéressants

    @TJ...finalement on est jamais content...moi ces photos arrivées un peu sur le tard me pèsent...
    Mais je vous comprends...durant le WE dont j"ai parlé, des gens aussi "privés" de photos en souffraient beaucoup

    Posté par Coumarine, 23 avril 2008 à 23:12
  • Mais elle fut elle. Et tu es toi o

    On voit parfois aussi, noir sur blanc, sur une photo de famille la preuve de quelque chose qu'on a connu toute sa vie et ça fait un drôle d'effet. Tout fait un drôle d'effet, avec les photos, surtout quand des gens sont morts ou que des situations ont tellement changé qu'il y a forcément des manquants sur l'image (nouveaux conjoints, familles recomposées, enfants rapportés...)

    Ce doit être passionnant ces ateliers, mais dur, non ?

    Posté par Pivoine, 23 avril 2008 à 23:25
  • @Pivoine...oui cela a été (et est encore puisque je continue à écrire à ce sujet) passionnant!
    Mais remuant aussi!
    Je me demande si mes filles se disent aussi en regardant ma photo: j'espère que je ne lui ressemblerai pas...
    Non, non...je ne crois pas...

    Posté par Coumarine, 23 avril 2008 à 23:33
  • Mais non voyons ! Pourquoi ne voudrait-on pas te ressembler ? Quand même !

    J'ai trouvé une page de photos qui devraient te plaire (remplie d'arbres en fleurs et de champs de coquelicots...)

    http://fbonnet.canalblog.com/albums/yonne_en_fleurs/index.html

    Posté par Pivoine, 23 avril 2008 à 23:35
  • Troublantes, attachantes, amusantes parfois les photos anciennes ne font pas de place à l'indifférence.

    Posté par mab, 24 avril 2008 à 08:16
  • @Pivoine...en effet cette page de photos est splendide...tous ces beaux coquelicots...magnifique!

    @mab..non en effet pas de place pour l'indifférence, en fait je reconnais être remuée par tout ça
    bonne journée ensoleillée (ici en tout cas!)

    Posté par Coumarine, 24 avril 2008 à 10:12
  • Oui, les photos parlent, beaucoup plus qu'on ne l'imagine. Lorsque j'étais en analyse, j'en ai examiné quelques unes avec ma thérapeute et cela m'a ouvert les yeux. De plus, il y a parfois des inscriptions, au dos de certaines photos, qui sont précieuses : petites traces indélébiles d'une main qu'on a aimée autrefois...

    Posté par Danalia, 24 avril 2008 à 11:58
  • Je suis troublée à la lecture de ce texte, très troublée.
    La fin me trouble encore plus, mais ce doit être normal. Et en même temps, elle me donne envie de titiller le sujet. Je l'aurais certainement fait si nous en avions parlé en tête à tête, à la terrasse d'un café. J'imagine très bien avoir cette conversation avec une amie. Je suis incapable de le faire ici. Et ça me trouble aussi. Bien la première fois que je respecte une éventuelle pudeur d'un auteur avant même qu'il n'ait besoin de me dire "stop, je n'irais pas plus loin". Mais c'est peut être aussi ma propre pudeur que je protège.

    Argh ! je suis trop compliquée, je complique tout !

    C'est fou le poids que peuvent avoir quelques photos. C'est fou ce qu'elles réveillent en nous. Ce sont les indiens d'amérique, je crois, qui pensaient que lorsqu'on les prenait en photo, on leur volait leur âme, qu'elle était emprisonnée dans ce petit bout de papier. C'est peut être bien plus qu'une âme qu'on retrouve dans une photo. C'est toute une vie. Des vies.

    Merci pour ce très beau texte.
    Mais bon, il va falloir que je sois moins bavarde dans mes commentaires, que j'apprenne à résumer mes pensées

    Posté par kaliuccia, 24 avril 2008 à 12:24
  • @Danalia...sur ces photos dont j'ai "hérité" aucune inscription au dos...et ça me fait râler des fois
    La date, les noms, pourquoi n'a-t-on rien inscrit?
    pfff je sais pas quoi faire de tout ce tas
    Si, je sais ...écrire, écrire, écrire
    Cela seul me "sauve"

    Posté par Coumarine, 24 avril 2008 à 12:47
  • kaliuccia,

    Ne te prive surtout pas d'écrire de longs commentaires, ils m'intéressent!
    La fin de mon billet parle de ma mère
    J'en ai parlé sur ce blog il y a plus de trois ans (nov 2004) du temps où je n'étais QUE Coumarine, càd dans l'anonymat...
    Discuter en tête à tête avec toi, à la terrasse d'un café, cela me ferait plaisir, c'est sûr, on aurait sûrement des choses à se partager
    Sauf que je suis bruxelloise ;-(
    Merci en tout cas de réagir de cette manière...

    Posté par Coumarine, 24 avril 2008 à 12:57
  • Ce qui me fascine dans les photos c'est qu'elles sont parfois des faux-témoins. Quels drames, quels malheurs, quelles rancoeurs se cachent derrière ces sourires d'instantannés ?

    Ce que tu racontes sur ta mère, me parle beaucoup : ma mère a détesté ressembler à la sienne, une personne aux traits et au caractère durs. En voyant une photo de ma mère et de sa soeur que j'ai prise très récemment, une réflexion m'est venue : par sa coupe de cheveux, ma mère s'est éloignée de ma grand-mère alors que ma tante lui ressemble tant, physiquement j'entends. Pour ce que j'en ai perçu, la photo est fidèle aux relations qui liaient ces trois femmes.

    Posté par Farfalino, 24 avril 2008 à 13:40
  • j'aime ma maman mais je préférerai vieillir comme mon papa. Mais je préférerai qu'on ne cherche pas les ressemblances, qu'on me laisse être moi.

    Posté par claire, 24 avril 2008 à 13:53
  • d'un autre côté tant qu'on cherche "à ne pas ressembler à", on perd une énergie fondamentale : celle de trouver qui on est
    et puis, à force d'être fixé sur ce qui ne nous plait pas en une personne (a fortiori la mère ou le père), on en oublie de leur restaurer leur part positive

    Perconnellement, je savais que mon père avait une grande famille (8 frères et soeurs, mariés, des enfants, des ocusins en nombre), mais pas de relation avec sa famille
    lorsque j'ai démarré ma recherche généalogique personnelle, certains cousins, que j'avais contacté, m'ont envoyé des photos de notre famille commune
    à ce moment-là, cela a cessé d'être une famille totalement fantôme, cela a pu reprendre un peu de matière, et je pouvais enfin mettre des visages sur des noms

    ce qu'il y a aussi d'étonnant c'est qu'autrefois on photographiait assez souvent les gens sur leur lit de mort, la mort avait donc une représentation
    c'est particulièrement frappant lorsqu'il s'agit d'enfant !
    je travaille avec des clients là-dessus, et cela permet de faire remonter les empreintes familiales des deuils

    Posté par Tisseuse, 24 avril 2008 à 15:04
  • Moi j'ai appris à mentir en photo.Il fallait toujours être bien coiffée, bien habillée et bien sourire.
    C'était tout à fait casse pied.
    Chaque année il y avait en été une matinée entière consacrée à la séance photo: photo de la famille avec papa et maman , photo des enfants sans papa et maman, photo du du père avec ses fils, de la mère avec ses filles etc.
    Mes tantes postées derrière le photographe ( mon père) faisaient sans cesse des signes et des remarques à l'un ou l'autre soit parce qu'il se tenait de traviole soit tirait la langue ou la gueule ou chipotait dans son nez!
    Il fallait recommencer beaucoup de fois sans s'énerver mais finalement tout le monde s'énervait.Moi, gentille, je tentais de faire de mon mieux en souriant comme il faut.Je me forçais à sourire .Il y en a des sourires forcés sur toutes ces photos qui veulent immortaliser le bonheur obligatoire d'une bonne famille unie.
    C'était quand même un très bon temps quand j'y pense.

    Posté par Charlotte, 24 avril 2008 à 18:29
  • Que ça doit être interressant de posseder toutes ces photos anciennes... de famille...
    J'aimerais bien, moi aussi. Un jour, peut-être qu'on me les remettra, qui sait?

    Moi, j'évite de regarder (de scruter) les photos de ma maman. J'ai trop peur de m'y voir. Je sais que je lui ressemble, et à l'inverse des autres, j'ai hâte de vieillir pour ne plus lui ressembler...

    Posté par Val, 24 avril 2008 à 20:12
  • la roue tourne

    Alors que pendant longtemps les photos ne m'intéressaient pas plus que cela,(peut-être parce que je n'ai pas d'enfant à qui transmettre cet "héritage" à la différence de ma soeur qui est très photo avec ses enfants), depuis quelques temps, je refeuillette avec plaisir et émotion les albums photos familiaux pour me rappeler des moments et des gens. Ceux qui ne sont plus mais aussi ceux qui ont vieilli et que je (re)découvre plus jeunes, que je découvre quand ils avaient mon âge.
    Et là je pense à cette roue de la vie qui tourne, avec les places qui se prennnent enfant-parent-grand-parent...
    J'ai passer l'êge de coulisser d'un cran, la roue de la vie tourne. Et je trouve cela angoissant, même si c'est dans l'ordre des choses.

    Posté par pandora, 24 avril 2008 à 21:15
  • Bonsoir Coumarine, tu m'as fait découvrir pourquoi je n'aime pas les photos de famille. Il y a les mauvaise, celle qui ont un hors-cadre dont on préfère ne pas se souvenir et il y a les bonnes mais qui apportent la nostalgie de ce qui n'est plus. J'adore prendre des photos mais uniquement de sujets neutres (art, animaux, nature...)

    Posté par catherine, 24 avril 2008 à 22:05
  • Je trouve

    Oui je trouve tous vos commentaires très intéressants...ils vont loin, ils obligent à réfléchir et ceux qui passent ici ont de quoi, grâce à vous tous que je remercie...

    @Farfalino, je te rejoins quand tu parles des drames qui se cachent derrière les sourires parfois si figés, les sourires obligatoires des photos de famille

    @claire...ressembler à soi-même, ça c'est l'idéal: je crois que quand on s'est "trouvé", quand on est soi-même, on n'a plus peur de ressembler physiquement à quelqu'un

    @Tisseuse..c'est vrai que c'est assez étonnant: photographier les gens sur leur lit de mort...et montrer ces photos...pourquoi fait-on ça?
    (§merci pour ton éclairage de pro que je lis toujours avec beaucoup d'intérêt..parfois j'aurai envie de te poser mille questions, mais bon...

    Posté par Coumarine, 24 avril 2008 à 22:24
  • @Charlotte, tu me fais sourire en te lisant, car j'imagine très bien la petite fille que tu étais, sage et gentille (hum hum!)
    Et donc tu trouves que c'était le bon temps? Je ne m'attendais pas à cette conclusion-là!

    @Val tu ressembles sans doute physiquement à ta maman, mais pas pour autant moralement...pour toi aussi je crois qu'il est important de te sentir bien en tant que TOI
    D'ailleurs Manu, tes enfants t'aiment comme telle
    (et moi aussi!)

    @Pandora...qu'est-ce qui fait que maintenant tu t'intéresses à ces photos et que tu les regarde avec émotion? Je suis un peu dans le même cas que toi? je ne m'intéressais guère aux photos, jusqu'il y a peu...bizarre

    @catherine...je dois dire que cette notion de "hors cadre" proposée par l'animateur du WE m'a semblé à moi aussi très révélatrice...
    Ecrire à partir de là...c'est assez fascinant

    Posté par Coumarine, 24 avril 2008 à 22:32
  • Dans l'excellent film "Les autres", on voit ce genre de photos. Il y a même un photo-poche entièrement consacré à cela.

    Posté par Farfalino, 24 avril 2008 à 23:07
  • je parlais des photos de personnes sur leur lit de mort.

    Posté par Farfalino, 24 avril 2008 à 23:08
  • Les ressemblances se glissent là où on ne les attend pas... mais "ressembler à" ne veut pas dire "être comme".

    Posté par gballand, 25 avril 2008 à 08:08
  • @Farfalino...merci pour la référence...je ne connais pas ce film, peux-en en dire le metteur en scène?
    (zut n'ai pas pensé à chercher sur Google

    @gballand...il y aurait là matière à creuser: en effet c'est quoi "ressembler à"...c'est quoi "être comme"...
    merci pour ton passage alors que pour le moment je suis un peu trop prise pour visiter mes favoris...

    Posté par Coumarine, 25 avril 2008 à 09:07
  • Réflexion

    Oui Coumarine, cet article est un sujet énorme de réflexion.
    Il m'interpelle beaucoup. J'ai énormément de photos de famille. J'ai aimé et plus tellement. je ne sais pas pourquoi.
    Un certain malaise que je ne sais pas expliquer, mais dont tu m'as donné en partie la clef.
    La peur de la ressemblance en vieillissant ...qui existe.
    C'est vrai qu'il peut etre très douloureux de n'avoir aucune photo.
    L'autre grand mère de mon petit fils a perdu sa mère à la naissance. Aucune photo, aucune image. C'est extrèememet douloureux de ne pouvoir évoquer le visage de sa mère.
    Merci de cette réflexion bien nourrie par des commentaires très interessants.
    A bientot...

    Posté par Juliette, 25 avril 2008 à 11:58
  • je n'ai pas l'intention de "plomber" l'atmosphère, mais suite à la discussion sur les photos de famille de personnes sur leur lit de mort, j'ai retrouvé un article fort intéressant à mon sens à ce sujet, écrit lors d'une expo d'art au musée de Saint Etienne (détail amusant, qui est ma ville de naissance et le berceau de ma famille) :
    http://filiation.ens-lsh.fr/mort/mort_3.html

    comme si les trais de la mort marquaient encore plus la personnalité de l'être

    Posté par Tisseuse, 25 avril 2008 à 12:04
  • Ah les photos de famille ... J'en possède très peu et je le regrette vraiment. Moi aussi, longtemps je redoutai de ressembler à ma mère. Et puis, l'âge venant, j'accepte mieux, sans doute parce que maintenant je comprends mieux ce qu'elle a vécue.

    Posté par Michèle, 25 avril 2008 à 17:11
  • @Juliette...tu veux que je te dise? je suis heureuse de te lire ici
    C'est vrai que les commentaires creusent cette réflexion intéressante, je crois

    @Tisseuse...il faut pouvoir affronter toutes les réalités...merci pour l'article.

    @Michèle...on comprend mieux, alors on peut faire la paix, une paix profonde

    Posté par Coumarine, 25 avril 2008 à 19:21
  • Bonjour Coumarine,
    J'ai un certain nombre de photos de personnes du côté de ma branche maternelle qui ont été rangées soigneusement dans des enveloppes par mon grand père. Le problème ce sont les photos elles-mêmes : pas de date et je ne sais pas qui elles représentent. Ce sont donc des ancêtres ou amis d'ancêtres inconnus. En revanche, ma maman disparues il y a 10 ans, demain, n'aimait pas regarder les photos, cela lui donnait "le cafard". Je ne comprenais pas à l'époque. Maintenant, j'ai compris. J'ai un gros stock de photos de mes parents prises par ma mère les 4 dernières années avant son décès. Je fonds en larmes, rien d'autre à dire.

    Posté par dasola, 26 avril 2008 à 07:45
  • question

    Merci Coumarine, cela me fait plaisir.
    Une question : As tu reçu un texte et un message signés Malvina. C'est le pseudo que j'ai toujours utilisé pour écrire?

    Posté par Juliette, 26 avril 2008 à 11:24
  • j'aime la photo, j'aime les photos et surtout les photos anciennes de la famille, je les ai reclassées, j'ai fait de nouveaux albums, je garde même les visages inconnus, ils ont leur mot à dire! c'est notre mémoire familiale visuelle, et puis j'essaie de réécrire la vie de mes ancêtres,à travers les archives, les dates etc...pour les générations suivantes parce que les racines c'est important!mais quel travail!

    Posté par clise, 26 avril 2008 à 17:42
  • Toujours aussi passionnant ce sujet. Il n'y a qu'à voir le nombre de messages et de réflexions qu'il a suscité. Merci à chacun pour ces partages.

    Très intéressée aussi par ce que tu suggères sur les personnes "hors cadre" abordées dans ton stage.
    Pourrais-tu nous en dire un peu plus, dans un autre billet par exemple ?

    Ce thème des photos est quelque chose de très fort pour moi aussi, et je viens de récupérer chez mes parents encore tout un tas de vieilles photos que je ne connaissais pas sur mes grands-parents maternels et paternels et sur lesquelles je voudrait essayer de "travailler".

    Posté par calliprune, 27 avril 2008 à 13:06
  • @Dasola...je crois que nous sommes plusieurs à fondre en larmes en regardant de vieilles photos...
    Je pense spécialement à toi (anniversaire de la mort de ta maman)

    @Juliette je t'ai répondu par mail, non! je n'ai pas reçu de texte signé Malvina...

    @Clise...mettre les photos dans un album mais aussi écrire, réécrire la vie de tes ancêtres, je crois cette démarche très importante, si on en a le courage...
    Je l'ai fait quant à moi...

    calliprune...oui le sujet a généré des commentaires nombreux et intéressants
    Le "hors cadre" concerne ce qu'on imagine qui se passe ou s'est passé en dehors du cadre de la photo...c'est de l'ordre de la fiction...il s'agissait bien d'écrire...
    Mais cette démarche est passionnante par ce qu'elle provoque comme chocs de mémoire...
    Je ne sais pas si j'en parlerai encore de peur de lasser...mais j'espère avoir un peu répondu à ta requête
    Amitiés

    Posté par Coumarine, 27 avril 2008 à 17:53
  • Merci de ta réponse. Je vais cogiter !

    Posté par calliprune, 27 avril 2008 à 18:51
  • Je n'ai pas reçu de mail Coumarine. Pour le texte, je pensais bien. Encore un problème de boite à lettres! Ce sera pour une autre fois....

    Posté par Juliette, 28 avril 2008 à 06:53
  • Juliette je t'ai envoyé un mail en réponse à un précédent commentaire...
    As-tu des problèmes de mails?
    voici mon adresse de blog:
    coum.coumarine@skynet.com

    Posté par Coumarine, 28 avril 2008 à 17:28
  • Oh ma Reine...
    Ce billet aussi : terrible, et magnifique.
    Et le hors cadre... oui... essentiel.
    Je t'embrasse

    Posté par D&D, 14 juin 2008 à 03:08

Poster un commentaire