Réaliser son rêve - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

07 janvier 2008

Réaliser son rêve

Je suis en train de réaliser un vieux rêve... je veux dire, un rêve que j'ai depuis toujours, depuis que j'ai l'âge de raison, on va dire...

Les choses se mettent en place petit à petit, non sans énormément d'efforts de ma part durant l'année écoulée (beaucoup de travail, une détermination sans faille et une persévérance presque têtue, malgré les doutes, les découragements, les embûches diverses et variées)
Mais soudain depuis les premiers jours de 2008, tout se met en place dans une espèce de glissement presque facile: les choses s'emboîtent et se répondent, tout coule, tout roule...Le rêve va devenir réalité!

De plus, je suis fière de ce que j'ai fait...le résultat est bon et déjà apprécié!
Tout va donc bien

Et pourtant...

Il y a juste à finaliser le projet...y mettre la dernière touche, et je n'y arrive pas. Je résiste. J'ai mille autres choses à faire qui m'empêchent de m'y atteler. C'est ce que je me dis... j'ai mille autres choses à faire...très importantes...et donc je me promets de m'y mettre sans faute...plus tard, demain ou après...
Comme si, tant que ce n'était qu'un projet, je le maitrisais encore: je peux encore ne pas aller plus loin, jusqu'au stade de la réalisation pure et dure, de la mise en action, et donc je peux continuer à rêver, sans prendre aucun risque.
Le rêve en lui même ne comprend aucun risque tant qu'il reste à l'état de rêve, c'est quand il passe au stade de l'action que tout devient risqué:  peur de me casser la figure,  peur d'échouer lamentablement, peur de ne pas être comprise aussi, qu'on me juge, qu'on me critique, et pire encore, qu'on se moque...

Ces peurs sont des peurs enfantines dont je suis bien consciente, mais elles sont là pourtant, très présentes.
Et elles m'empêchent de faire le DERNIER pas. Celui qui ferait que ce rêve devienne VRAIMENT réalité.
POUR DU VRAI!
Je le désire de tout mon coeur, j'y ai travaillé comme une dingue, et je réalise que je suis en train de freiner maintenant que j'arrive vraiment au bout

Etrange de me voir réagir comme cela... pour un peu, je ferai tout capoter pour pouvoir retourner à l'état de mon rêve...

Mais aussi, quand tout sera fini...que vais-je faire? ce projet a occupé tout mon temps depuis un an. Et maintenant? Je risque de me retrouver à tourner en rond, à ne savoir que faire, comment faire...
Bien sûr il y a le quotidien qui continue, mes ateliers à animer (en réel et en virtuel). Mais je sais connaissant  mon tempérament, que je dois me redonner un autre projet à réaliser.., sous peine de d'ennui, de déprime

Et là aussi, je tourne en rond dans mon bureau sans être capable de m'y remettre...
Car m'y remettre, c'est recommencer quelque chose à zéro...et je sais que ce sera du travail, mais surtout des doutes, des remises en question, des souffrances, des envies de tout envoyer promener, des doutes et encore des doutes...




Commentaires

    Post-partum

    Je connais bien ce sentiment d'être orpheline, après un long travail qui s'achève ; cette impression vertigineuse d'un vide qu'il faut à tout prix combler. Car le projet, tant qu'il n'est pas tout à fait abouti, nous tient compagnie. Après, il faut en faire son deuil, même si le succès et la réussite sont là... Un peu comme après une naissance, sauf qu'on n'a pas de bébé à cajoler. Alors, vite, passer à autre chose...

    Posté par Danalia, 07 janvier 2008 à 12:50
  • Danalia...je te dis un spécial merci: tu exprimes TRES bien l'état dans lequel je me trouve...je me retrouve à fond dans tes mots...

    Posté par Coumarine, 07 janvier 2008 à 12:54
  • tu sais qu'on se ressemble ? On pense trop.
    Bisous clin d'oeil

    Posté par claire, 07 janvier 2008 à 13:08
  • Si tu nous disais quel est ce dernier pas à faire je comprendrais mieux de quoi il retourne...
    Je crois, comprendre qu'il faut faire naître le bébé.Une fois accouché, le bébé n'est plus dans le ventre ,il va t'échapper tu devras comme faire un deuil, tu as peut-etre envie d'encore garder le bébé dans ton ventre...
    C'est marrant j'écris presque la même chose que Danalia! pourtant j'ai pas lu et pas copié!
    Bon accouchement Coumarine!J'attends le faire part de naissance.

    Posté par Charlotte, 07 janvier 2008 à 13:56
  • le rêve laisse toute la place à l'imaginaire, on peut peaufiner son projet, le modeler à sa guise, mais une fois confronté à la réalité, il se peut qu'il ne corresponde plus à cet imaginaire. et il y a aussi ce vide, tout à fait comparable à la vacuité laissée par l'accouchement chez la jeune maman, ce creux dedans que l'on nourrissait sans en connaître les contours exacts. mais le rêve doit vivre, accéder au vrai, c'est une finalité qu'on lui doit. et ensuite le remplacer par d'autres projets, d'autres rêves. dans la vie quotidienne chaque nuit apporte un nouveau rêve, sans cesse renouvelé si il a abouti à son objectif: gardien d'un sommeil de bonne qualité pour accueillir un nouveau jour.

    Posté par chrysalide, 07 janvier 2008 à 14:03
  • Oui, c'est la peur de l''apres' qui paralyse...
    Comme moi avec mon permis!...
    Mais il faut toujours se motiver, meme quand un projet est fini, justement pour faire la transition a autre chose.

    Posté par Janeczka, 07 janvier 2008 à 14:10
  • Tu n'aurais pas un manuscrit à envoyer par hasard toi?

    Posté par mab, 07 janvier 2008 à 15:27
  • Tu es en état de manque, ton projet se concrétise et pour le moment en quelque sorte il ne t’appartient plus.
    Il est en d’autres mains, il devient le projet de quelqu’un d’autre jusqu’à qu’à l’accouchement final.
    Pour combler ce vide plonge dans une nouvelle aventure,
    tranquillement.

    Posté par Bernard/Asterie, 07 janvier 2008 à 16:09
  • La peur de réussir, ça existe, et je sais de quoi je parle... Allez, courage!

    PS: rien à voir mais je viens de m'offrir Ste Freya, je suis curieuse de lire ça!!

    Posté par Marie D., 07 janvier 2008 à 19:31
  • l'experience

    J'ai aussi validé des acquis dernièrement
    les choses devraient aussi bouger pour moi mais ca secoue c'est vrai:
    Bonne chance!

    Posté par laparhasard, 07 janvier 2008 à 19:43
  • On est bien au chaud dans la bulle de nos rêves...mais la vie c'est le risque...le risque du grand bonheur et le risque de la déception aussi.
    Mais tout de même...que l'on est bien lovés à la chaleur de nos rêves....lol

    Posté par Kloelle, 07 janvier 2008 à 19:47
  • L'aprés, ça me fait penser au depression post-natales. On porte un bébé le temsp de la gestation, et aprés, on a le ventre vide. c'est pas forcément évident, au début...

    Mais je sais que tu sauras le remplir à nouveau.
    Je sais aussi que tu vas aller au bout. Tu n'es pas de celles qui se contentent de rêver, t'as trop envie d'aller au bout, Coumarine !

    Bises

    Posté par val, 07 janvier 2008 à 20:02
  • Dur de se taire devant un billet comme celui-ci, chère Coumarine, mais aussi : dur de savoir quoi dire, ô grande Mystérieuse... Il s'agit peut-être pour toi de savoir :
    1)si c'est juste du trac (auquel cas tu n'as plus trop le choix, ton projet me semble trop avancé pour redevenir un rêve) ou :
    2)si le rêve tel que tu es sur le point de le réaliser ne te ressemble plus assez dans la forme que tu lui a donnée ? Peut-être en un an ce projet lui-même t'a révélée à toi-même et le résultat actuel te semble aujourd'hui insuffisant, pas assez représentatif ?
    S'en remettre peut-être au silence, ne pas en avoir peur : il grouille de petits échos. Etre sa propre "sentinelle de l'imminence" (Ricoeur) pour ne pas se tromper...
    A suivre, donc...

    Posté par Franck, 07 janvier 2008 à 20:11
  • Tu analyses et décris très bien le phénomène, Coum. Je trouve que les commentaires qui font la comparaison avec une naissance sont tout à fait éloquents: dépression post-partum.

    Il y a aussi cette peur du vide, après avoir été "remplie" : et après, je fais quoi ?

    Aller jusqu'au bout de ces rêves est un très bel accomplissmenen, mais ce n'est pas une fin. Après cela tu seras différente et d'autres rêves prendront la place laissée vacante après t'avoir transformée. N'aie crainte, affronte cette peur avec confiance, la vie n'est jamais immobile )

    Accueille ces sensations, laisse les te traverser, et vois ce que tu deviens "après".

    Posté par Pierre, 07 janvier 2008 à 21:37
  • Ne plus marcher les yeux baissés dans un songe sans rêve et sans mot... Enfin, fixer la foudre alors que, déluge insoutenable de lumière, elle fend en zigzaguant un ciel couleur de suie: tels sont les yeux de l'oeuvre annoncée... Chère Coumarine l'oeuvre d'art est déjà dans tes yeux avec quelques mots pour la dire...

    Posté par Jacques, 07 janvier 2008 à 21:52
  • beausoir Coum.

    c'est beau les rêves.
    et c'est pour cela que c'est le R^ve...

    il me semble que dans la vie,
    c'est comme un escalier avec un nombre inconnu de paliers.
    et l'on monte, l'on monte
    et ça tourne, ça tourne...
    et l'on rêve, l'on rêve.
    soudain un palier !

    je monte
    je descends
    j'avance
    je recule

    dans la vie, il y a des choix à faire
    il y a des décisions à prendre
    mais toujours il faut regarder devant
    aller de l'avant...
    alors pas d'effor sans réconfort !

    quelque soit ton rêve
    donnes toi, la possibilité de le vivre
    avec un grand V.
    prends le temps
    mais pas trop
    meme les fleurs ne durent qu'un printemps !

    allé t'inquiètes pas
    il faut croire en toi.
    le rêve n'a pas d'age
    le rêve n'a pas d'interdit
    le rêve ne se juge pas
    le rêve ne se comptabilise pas
    le rêve ne se trompe pas
    le rêve est beau
    le rêve est tien
    le rêve te va bien...

    et puis 2OO8 commence
    alors tous les rêves sont permis. non ?

    je crois en toi
    je connais ta sagesse
    et je sais que tu es incapable de te lancer dans n'importe quoi !
    bisous
    affectueusement
    rsylvie

    pst.. demain, ai un p'tit besoin de conseil dans le 61.

    rePST... tu sais, quand un rêve est abouti,,,,
    il permet de rebondir
    encore plus fort, de l'expérience que l'on vient de vivre... et là tout est permis
    j'espère que tu excuses ma familiarité pour te conseiller de la sorte.
    mais j'ai foi en toi...
    comme toi en la VIE

    Posté par rsylvie, 07 janvier 2008 à 22:00
  • Comme je te comprends... la peur de décevoir, de te décevoir, la peur du regard de l'autre (on est tranquille dans son rêve, hein, aucune critique).

    Et puis comme je comprends ce baby blues aussi, cette viduité (??) vacuité plutôt, j'ai connu il y a un an, souviens-toi !

    Bon, tu m'écris un p'tit mail quand il est sorti ? et tu me le dédicaces ?

    XXX

    Posté par telle, 07 janvier 2008 à 22:12
  • Promis, je n'avais pas lu les autres commentaires (honte sur moi) et nous parlons tous d'accouchement et de post-partum.

    Du bleu ou du rose alors ??

    Posté par telle, 07 janvier 2008 à 22:23
  • voyons, voyons... Quand on est passé par là, on peut comprendre. Enfin, on est tous différents, bien sûr. On garde l'enfant près de soi, et pourtant, il ne nous appartient déjà plus.

    De toute façon... Dès qu'il sera dans le lieu où il prendra corps, tu n'auras peut-être pas le temps d'être vide. Il y aura tant de choses à faire. A prévoir. Tant de choses qui se mettront en place. Promo... Dédicaces... Presse... Interviews... Bien du vertige en perspective. Laisse-toi donc vivre, et profites-en à 1000% de ce bonheur tant attendu. Ce sera vraiment un des plus beaux jours de ta vie...

    Foi de Pivoine qui sait de quoi elle parle !!!

    Posté par Pivoine, 07 janvier 2008 à 22:26
  • Et pour finir... Le jour où les caisses sont (enfin) arrivées, avec ce quelque chose que j'avais préparé durant... Après tant et tant de remises sur le métier... (C'est assez comme tu le décris, impression de recommencer à zéro chaque fois) Après quasiment un an! Oui... Je me suis assise, je me suis fait servir un verre de vin et j'ai dit à mon collègue le plus proche: et maintenant! Je peux me saoûler la g*** Eh oui ! J'ai dit un vilain mot...

    Mais quel bonheur!

    Posté par Pivoine, 07 janvier 2008 à 22:29
  • Coum, il y aura un matin ou un soir et tu franchiras le pas. Déjà parce que tu mets cela sur papier...Dire c'est peut-être un petit bout de ce pas-là.

    Posté par Caro(carito), 07 janvier 2008 à 22:46
  • Réponses... courtes

    Claire...mon mari dit ça souvent: tu penses trop. Sous entendu: tu te fais du mal...

    Charlotte...dans peu de temps je serai plus explicite...je n'avais pas l'intention d'annoncer auj une quelconque nouvelle, juste décrire l'état dans lequel je me trouve...

    chrysalide...le rêve a été pour moi une fameuse dose de travail, mais j'ai aimé cela!

    Janeczka...peut-être que je me donnerai 15 jours de vrai repos... cela me fera du bien
    (et bonne chance pour ton permis! à moins que tu ne l'aies déjà??)

    mab...menfin!!! quelle idée...!!!tsssssssssss

    Bernard, tu me connais assez pour savoir que je serai très vite en manque. C'est mon tempérament de recommencer sans relâche...tant que je serai en vie

    Posté par Coumarine, 07 janvier 2008 à 22:47
  • Réponses suite

    Marie...super que tu lises un bouquin de Armel Job et surtout Sainte Freyas...tu verras, tu ne le lâcheras pas avant la fin...

    làparhasard, quel chouette pseudo...mais on te l'a déjà dit souvent non? il y a toujours un petit pincement au coeur...et ça secoue comme tu dis de passer à l'action

    Kloelle...c'est surtout que dans le rêve pur, il n'y a aucun risque...

    Val...pas de danger que je n'aille pas jusqu'au bout...c'est d'ailleurs maintenant ou jamais!

    Franck...j'adore ton dernier paragraphe...tu as toujours de ces citations qui me parlent
    Le silence grouille en effet de petits échos...

    C'est bien vrai Pierre, la vie n'est pas immobile, si elle l'était ce serait déjà la mort...
    Mais faire le saut dans l'inconnu reste difficile...

    Posté par Coumarine, 07 janvier 2008 à 22:56
  • Jacques...que te dire, je ne sais si l'oeuvre est d'art, mais elle est dans l'intensité de mes yeux levés!

    ah sylvie...toujours résolument tournée vers la VIE
    Merci de croire en moi! Cela n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde!)
    Sur que je viendrai demain dans le 61!

    dis donc Telle...tu parles de quoi là?? tsssssssssssss tu notes que je n'ai rien dit de précis!...qu'est-ce que c'est que ces devinettes???
    (rires)
    (Telle...du bleu ET du rose...chuuuuuuuuut)

    Pivoine, je n'ai rien dit de précis ici!
    Bien sûr, je fais un peu la mystérieuse...mais tu fais des lectures de pensées...
    Promo...presse...pfffffffff, mais tu parles de quoi là?

    Caro...cela me fait du bien de dire un petit peu ici ce que je vis, même si je ne suis pas très explicite..

    Posté par Coumarine, 07 janvier 2008 à 23:10
  • Tu soulèves tellement de choses, qui coexistent c'est vrai, dans ce billet !
    La dépression "post-partum" souvent reçue et relevée dans les commentaires, je crois que je comprends.
    La ferveur du rêve, souvent partagée ici aussi, avant l'entrée dans l'arène - tu vois ce que je veux dire -, je crois que je comprends aussi.
    Et puis il y a une autre chose ou deux, dans le mouvement de tes mots, qui m'arrêtent encore plus, j'espère pas uniquement par projection. Ce que Marie D. te dit. La peur de réussir. En même temps, c'est très complexe aussi, ce que cela veut dire : la peur de réussir. Tu dis "le dernier pas" et "recommencer quelque chose à zéro", ou encore "un rêve que j'ai depuis toujours". Il y a toute une vie, aussi, portée (pas seulement bien sûr) par cette volonté et cette ferveur. Est-ce que c'est comme perdre sa virginité quand on attend un grand amour pour la donner ? Je crois qu'il y a quelque chose comme ça. En tout cas, pour moi, oui. J'espère que je ne suis pas trop confus.
    Mais.
    Il n'y a pas de prince charmant qui arrive. Et tu le sais. Ce n'est pas triste. Et même s'il y en avait un, ce n'est finalement pas ce qui compte. Et tu te le sais. Quand ce sera passé, et tu le dis, ce sera passé. Il faudra autre chose, oui. Mais cette autre chose ne sera peut-être pas de l'autre côté d'une si grande frontière. On ne sait pas. On ne peut pas savoir tant qu'on n’y est pas. Il y a fort à parier. Parce que cette grande frontière là : il a été longtemps attendu de pouvoir la franchir. Comme un but ultime. Comme la réalisation ultime de soi. Ou le début de sa "vraie" vie...
    Mieux vaut prévoir le pire ? Il n'y a pas de prince charmant. Il n'y a pas d'autres frontières si belles à franchir. Il y a pourtant des loups, des sorcières, des guerres, et tout ce que l’on n’a pas souhaité, que l’on ne porte pas.
    Qu’importe.
    L’amour : c’est toi qui l’a. Il est écrit dans chacun de tes mots. Le prince charmant c’est toi. C’est dur aussi. Mais il y a des alliances avec d’autres royaumes. Toujours.
    L’enfant : c’est toi qui l’a porté. Il a toute la force que tu lui as donné. Est-ce que le monde lui fera bon accueil, profondément ? Certains (et je te les souhaite les plus nombreux) lui feront bon accueil. C’est tout ce qui compte. Tout ce que tu lui as donné lui permettra de vivre sa vie. Et c’est tout ce qui compte.
    Le rêve, ou encore le possible : c’est toi qui le révèle ou le recrée. Il ne peut pas t’abandonner. Il n’y a que toi qui puisses.
    Il y aura sûrement la fatigue, quelque chose comme cela, le vide, tout ça. Cela passera très vite ou pas. Et ce sera déjà passé à la fois : regarde ce que tu as écrit là. Ce que tu as écrit là, c’est déjà : après.
    Alors, cela ne sert presque à rien de le dire puisque tu le fais, puisqu’au fond tu le sais. C’est maintenant. Tu l’as fait. C’est fait. Un ou deux gestes à faire encore ? Tu les fais, bien sûr.
    Tu recommences.
    Et je recommence avec toi.
    Et beaucoup, je crois.
    J’écris un peu de travers. J’espère que tu sais que je ne te fais pas une leçon. C’est simplement un gros bisou à ma manière. Un peu de travers. Je voudrais te donner le plus gros bisou que je sache faire.
    Bon voyage ma Reine. Dans l’arène !
    Ta résistance prolonge un peu le moment sur le quai, tu savoures douloureusement et tu as un peu peur de déguster
    Ce voyage ne peut que te nourrir (et sans doute par moment te gaver !) : tu as une belle faim, douloureuse et nécessaire, aux antipodes de l'avidité.
    Tu feras de tout ça un festin. Bien à toi, bien au monde : bien vivant !

    Posté par D&D, 08 janvier 2008 à 10:56
  • On y passe tous...

    ... dans les phases de doute, et elles sont importantes et nécessaires certainement, bien que pénibles aussi, mais quoique tu fasses, cela doit être chouette, alors quelques gouttes de "RESCUE" en fleurs de Bach dans les moments de crise pour retrouver la confiance en soi et quitter le stress, et "HOP!" on s'y remet... j'espère savoir le "à quoi" un jour, ...en bonne curieuse que je suis!!! Et puis "qu'on pense trop", je connais aussi, lol, mais ça, c'est un trait typiquement féminin.
    Bonne continuation Coum.

    Posté par Magel, 08 janvier 2008 à 11:04
  • un petit coucou Coum, pour ne pas dire grand chose de très intelligent je le crains; les comm sensés ont déjà dit tellement de choses avant moi ^^
    et puis commenter ton état ?
    je pourrais te dire aussi des miens souvenirs d'un projet porté à bout de bras , et la petite période de vacuité qui suit ou l'on se demande encore ou l'on a pu trouver toute cette énergie , à se demander si on pourra un jour recommencer ...à rêver, à faire des projets .
    Mais la vie n'est faite que de ça : des projets ( plus ou moins réalisables, plus moins réalistes) qui nous tiennent et nous font avancer comme des "vivement lundi prochain", "vivement ce moment ou..."....et puis les moments arrivent et ils faut trouver d'autres échéances vers lesquelles on a hâte d'arriver *sourire*

    mais toute la sensibilité qu'on te connait à force de te lire aura vite fait de te retrouver d'autres rêves vers lesquels poindre; seront ils aussi grand que celui qui s'acheve ? est ce la l'important ?

    continue de rêver Coum et aussi à nous faire rêver en partageant tes mots, tes maux et toutes tes autres émotions

    des bises

    L_isa

    Posté par L_isa, 08 janvier 2008 à 13:38
  • Tu feras partie des personnes autour de moi qui réaliseront un de leur rêve voire même Leur rêve. Et je suis tellement fière pour vous, pour toi. Surtout heureuse. D'avoir eu cette force : celle d'y croire, de le vouloir et de s'en donner les moyen, au prix parfois de long passages de doutes, remises en question mais aussi de souffrance, d'épreuves. Mais voilà, le reve est là, à portée de main et il VA se réaliser.

    Alors Coum', s'il te plaît, soi surtout fière de toi. Et apprécie ce chemin que tu as fait pour réaliser ce rêve qui te tenait tant à coeur .. (et tiens nous au courant de son jour de sortie, de ce rêve ...)

    Il faudrait que ta volonté et ton courage puisse aussi m'aider à ne plus avoir peur que mes rêves se réalisent également ...

    Je t'embrasse

    Posté par Miss Line, 08 janvier 2008 à 13:55
  • Je ne vais pas beaucoup commenter, au risque de redire ce qui a été déjà exprimé par d'autres.

    En te lisant ne venait cette expression : « périr au port ».
    Mais tu éviteras cet écueil...

    Plus globalement, ton entrée m'a inspiré un texte sur mon blog...

    Posté par Alainx, 08 janvier 2008 à 15:06
  • Voilà une bonne nouvelle! Ton projet serait donc presque prêt? On va pouvoir en profiter? Parce que, te connaissant, je suis sûre que tu vas faire ce dernier petit pas, nécessaire à la réalisation de ce qui te tient à coeur, et te prend tellement de temps depuis un an...

    Posté par dan, 08 janvier 2008 à 17:11
  • Je n' aurai pas du lire les commentaires...tant de choses dites, si bien dites...je n' ose plus, seulement te dire qu' enfin je laisse une trace de mon passage(!) et que je te comprends, je crois.luisasi

    Posté par luisasi, 08 janvier 2008 à 19:58
  • La peur de la réussite beaucoup plus courante qu'on le croit...

    Posté par heure-bleue, 08 janvier 2008 à 22:09
  • Mais c'est bien aussi l'aboutissement d'un projet qui a demandé tant d'énergie !
    Je comprends néanmoins ton vague à l'âme et ta résistance, mais je te fais confiance va, tu auras vite conçu un nouveau projet qui va t'embarquer dans de nouvelles aventures !
    Des bises Coumarine.

    Posté par Fauvette, 08 janvier 2008 à 22:20
  • heure-bleue...oui étonnamment cette peur là est plus courante qu'on ne croit...et je la vis, donc je freine... mais c'est bien d'en prendre conscience

    luisasi...tu sais que quand quelqu'un se manifeste par un petit comm sympa comme tu le fais...cela mme fait chaud au coeur? TOUS les commentaires se sont importants, et le tien ce soir...
    Bienvenue donc

    dan...bien sûr que je le ferai ce dernier petit pas...merci d'être là...cela m'aide bien sûr

    Alain, j'ai vu, j'ai lu, j'ai commenté longuement
    Je vais te rassurer: NON je ne périrai pas au port...un nouveau voyage m'attend...

    Miss Line...j'ai juste envie de te souhaiter volonté et surtout courage...je te souhaite que ton rêve si cher se concrétise cette année...
    Je t'embrasse, fort...

    L_isa...ton comm au même titre que les autres est précieux pour moi...je te connais assez pour savoir la dose énorme d'énergie qu'il y a en toi...et que j'admire

    Posté par Coumarine, 08 janvier 2008 à 22:20
  • Fauvette...sourire..on a posté en même temps...
    Ouiiiiiii je suis prête à m'embarquer, pas s'en faire...

    Magel..des gouttes de rescue, c'est pas de l'ordre du placebo ça?
    c'est sûr qu'en temps voulu j'en dirai plus...mais c'est juste encore un peu tôt

    D&D...tu m'en dis des choses importantes, intéressantes, que j'ai lues et relues pour ne pas en perdre une goutte
    J'adore (mais tu le sais) -la manière dont tu écris...
    Il y a des choses qui me font plaisir, vraiment un profond plaisir: que dans mes mots il y a de l'amour...oui, j'essaie en tout cas...
    Et puis il y a ceci qui m'interpelle: il y a le rêve, et puis l'entrée en arène...
    La ferveur du rêve, je l'ai depuis si longtemps...l'entrée en arène, je la vis depuis quelques années seulement...et c'est à la fois palpitant et angoissant

    Posté par Coumarine, 08 janvier 2008 à 22:35
  • Il n'y a pas de rêve réalisé qui ne nous oblige pas à nous quitter un peu par l'impression du vide qu'il nous laisse en naissant.
    Et puis un autre rêve germe...
    Heureusement !

    Posté par Aédia, 09 janvier 2008 à 01:51
  • Oui, c'est ça… il arrive un temps où les "choses" qui nous "empliss(ai)ent" ne nous appartiennent plus.
    (Bon, là c'est con parce qu'on sait pas ce que c'est ce rêve…

    Posté par Vertumne, 09 janvier 2008 à 08:44
  • Après avoir lu Alainx: oui, je crois en effet que les rêves doivent demeurer des rêves…

    Posté par Vertumne, 09 janvier 2008 à 09:41
  • Aedia...un autre rêve germe...heureusement...oui!

    Vertumne...ben c'est juste encore un peu trop tôt pour en parler

    Posté par Coumarine, 09 janvier 2008 à 16:51
  • SA-BO-TAGE !!!
    je te lis en diagonale et en coup de vent : très frustrant pour moi et tu mérites meix que ça mais ainsi va la vie tourbillonnante en ce début de janvier très lumineux par ici.

    Posté par Sodebelle, 10 janvier 2008 à 14:37
  • coucou Sodebelle
    chouette ton mois de janvier est lumineux?
    c'est vrai qu'il faut prendre le temps de me lire avec ATTENTION!!!))
    Je t'embrasse

    Posté par Coumarine, 10 janvier 2008 à 18:26
  • Oui... mais un nouveau projet... quelle aventure !!!
    quelle excitation, même s'il y a des moments de doute.....
    Quel plaisir de se sentir... vivant !!!

    Posté par teb, 10 janvier 2008 à 23:33
  • hé hé... j'en déduis qu'un certain Rv s'est finalement bien passé ?...

    Une fois que les démons sont identifiés ils sont plus facile à vaince... allez au boulot Coum'

    Posté par Le Chat, 11 janvier 2008 à 10:17
  • Teb...le Chat...merci d'^tre passées
    Oui les choses sont "vivantes"
    j'en parlerai plus explicitement bientôt

    Posté par Coumarine, 11 janvier 2008 à 13:09

Poster un commentaire