A propos des adoptés - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

30 novembre 2007

A propos des adoptés

Hier, jour ordinaire
je reçois quasi en même temps deux mails privés
Longs, ces gens ont des choses à me dire
Je les lis avec attention

L'un de quelqu'un qui apprécie mes Petites paroles (inutiles) et prend la peine de m'expliquer pourquoi
Je reconnais que cela fait du bien, en tout cas m'aide à continuer, à y croire dans les jours de doute
Et il y en a...plus que jamais au fil des jours

L'autre concerne l'histoire de l'adoption de ma fille que j'ai racontée longuement (pour les curieux voir dans les catégories)
Tous les moments n'ont pas été faciles, il y a eu pas mal de galère, de doutes, de remises en question, de souffrance pour l'enfant, pour la famille
Et pour moi, la mère...aussi

Je reçois hier un mail qui me dit que je m'exprime en tant que mère adoptive...qu'on ne sait pas si l'enfant est heureux, qu'on ne donne pas le droit à la parole à ces enfants "pris" d'ailleurs (ce n'est pas exact,  ma fille s'est exprimée ici...mais il ne l'a pas lu apparemment)

L'auteur du mail a écrit un (deux?) livres sur son adoption "ratée", sur le "vol" par ses parents de l'enfant qu'il était, cueilli dans son pays d'origine pour combler des besoins possessifs d'amour d'enfant, besoins douloureusement frustrés.

C'est un sujet douloureux et délicat...qui peut donner lieu à des débats longs et pénibles..

Connaît-on la souffrance des couple stériles, de ceux qui tentent en vain d'avoir un enfant...? et si l'on se décide pour l'adoption,comment savoir si on fait bien? il faut beaucoup de lucidité pour aimer dans la justesse, que ce soit son conjoint, ses enfants, ses enfants adoptés et même son chien...aimer VRAI et pas aimer possessif, c'est le combat de chacun, non?

Je crois en effet qu'il y a des parents dévoreurs...mais ce n'est pas l'exclusivité des parents adoptifs, non?

Notre fille est au départ une enfant qu'on a accueillie pour un temps limité, le temps pour les parents de retrouver l'équlibre suffisant et qui leur manquait pour reprendre une vie de famille normale
Nous avions déjà quatre enfants, cela nous suffisait, nous n'étions certes pas en manque, simplement ouverts et accueillants
L'accueil s'est transformé en adoption, ce sont les parents eux-mêmes qui le demandaient (oui, je sais c'est un cas un peu spécial...et pas courant)

Celui qui m'a envoyé le mail se trouve être dans la position d'un adulte adopté (enfant venu d'ailleurs, donc "coupé " de ses racines) Il m'écrit de manière assez dure...que je dis des inepties, que je juge sans le connaître, qu'il a écrit des livres et qu'il fait des conférences pour avertir les adoptants des dangers de l'adoption et pour "aider" les adoptés. Il dénonce cet humanisme niais qui croit tout résoudre par les bons sentiments..je le comprends...

Mais j'ai perçu y très vite que les reproches qu'il me faisait n'étaient pas d'abord dirigés contre moi, mais qu'ils étaient l'expression de sa souffrance et de sa colère..

Ce qui me désole, c'est que malgré mes efforts (réels vous pouvez me croire) d'essai de "dialogue", d'ouverture, d'assurance que je ne jugeais rien ni personne (peut-on juger, jauger des souffrances, de quelque coté qu'elle viennent?) ce monsieur est resté dans son discours revendicateur, poursuivant son idée fixe de se sentir jugé et mal compris

Ce qui me désole c'est que pour dialoguer, se comprendre, il faut être deux...avec des pas à faire chacun et que accuser l'autre de dire des inepties, agresser l'autre n'a jamais fait progresser aucun dialogue.
J'ai d'ailleurs arrêté l'échange...de guerre lasse
Et j'ai essayé de ne pas "souffrir" des propos échangés qui m'ont fait mal, j'ai tenté de dormir en paix

Je me suis demandé comment il pouvait "aider" les autres tant qu'il restait manifestement dans sa problématique de colère non digérée

J'ai décidé de ne pas modérer les commentaires, il a donc le droit à la parole, je lui demande simplement de s'exprimer sans agresser, dans un souci de vrai échange
Je suis sûr qu'il a des choses à nous apprendre...
Et je le dis sans aucune ironie..et sans rancune



Commentaires

    beaujour COUM.

    -"aimer VRAI et pas aimer possessif, c'est le combat de chacun"
    que voilà le difficile rôle d'éducateur parental bien défini !

    -"Je me suis demandé comment il pouvait "aider" les autres tant qu'il restait manifestement dans sa problématique de colère non digérée"
    et ben comme tu dis, je ne sais pas comment il peut faire !

    tiens c'est dr0le c'est moi la 1er
    bon j'm'y colle,
    après avoir été moi-même adoptée, et oui, il y avait déjà de(futurs) parents inconscients (lol)
    ...nous avons fait le choix, mon 3/4 et moi m^m ,(après avoir mis au monde naturellement 2 enfants de sexes opposés), d'adopter pour le 3 ème voir 4.
    -le calvaire des démarches, ne nous a pas découragé (renforcés dans notre décision).. mais nous a effrayé de par le manque de "social"
    et ben oui... on s'est demandé dans quelle galère nous étions embarqués et combien les couples sans enfants devaient souffrir de tout ce temps et ces longueurs administratives.
    entre les dossiers perdus, les rv annulés, les questions sans réponses, les réponses qui ne convenaient pas et demandaient une autre rencontre, expertises psychiatriques et les contr'Expertises !!! une vraie misère... face à la dure réalité de ne pas pouvoir enfanter,,, et croiser à tout moment de gracieuses jeunes femmes prêtes à enfanter, ou de charmants couples plein d'attention envers un landau dernier cri !... nous avons eu un agrément, mais il nous fallait attendre au moins 5 longues années avant d'avoir une proposition alors.....
    "on a remis le couvert" !!!

    quand on est peu concerné par le sujet, je pense que l'on doit avoir assez de recul pour ne pas juger si sévèrement une partie ou l'autre.
    ce n'est pas un match !
    ce n'est pas une guerre !
    il n'y a pas de gagnant ni de perdant...
    le but 1er de cette rencontre étant le bonheur de chacun !
    par contre il est des fois, où cela ne se passe pas bien, pour l'un comme pour l'autre.
    alors hélas ! oui cela fait des dégâts.
    mais il n'y a rien de volontaire la-dedans !
    c'est comme ça l'amour ... ça ne marche pas à tous les coups !

    j'ai un peu de mal à comprendre cette personne !

    bonne journée
    affectueusement rsylvie

    Posté par rsylvie, 30 novembre 2007 à 15:35
  • N'ayant pas connu personnellement ce parcours du combattant je me garderai bien d'émettre une opinion, mais je vais suivre le "débat". Chaque cas est particulier 2 fois par l'en l'enfant et les parents.
    Bon courage pour la suite Coum'

    Posté par mab, 30 novembre 2007 à 15:42
  • Bonjour Coum',

    Ce sont des questions que nous nous sommes posé aussi, bien entendu. Adopter, pas adopter, parainner... Mais le problème n'est pas là, ou du moins, je ne pense pas qu'il faille le voir comme ça.

    Un enfant est mis à l'adoption quand il n'a plus de famille ou quand une famille décide de l'abandonner (ce qui au final revient au même).

    Il y a donc un enfant sans famille, et un couple sans enfant. Et un enfant c'est fait pour vivre au sein d'une famille, pas d'un orphelinat. Ca ce sont les faits.

    Ensuite, ce qu'il se passe, c'est la mise en présence de plusieurs individus, avec des histoires différentes, et la greffe va prendre... ou pas.

    Mais c'est la même chose quand un bébé arrive dans une famille, ça bouleverse les rôles, les habitudes. Et parfois c'est le bonheur, parfois l'enfer.

    C'est la même chose quand une famille se recompose et où des enfants se trouvent brutalement dotés de demi-frères et soeurs et d'un beau-parent avec qui il va falloir cohabiter. Des fois ça marche, des fois non.

    Et combien d'ados ont dit à leur parents (moi le premier) : je n'ai pas demandé à venir au monde !

    Certes, un jour Petite Fleur nous dira qu'elle aurait préféré vivre au Népal, que nous ne sommes pas ses géniteurs, que nous l'avons coupé de ses racines.

    Mais nous sommes ses parents. C'est nous qui l'élevons, l'aimons, l'éduquons.

    Et de toutes façons, si ça n'avait pas été nous, ç'aurait été un autre couple français, italien, suisse, belge, danois, japonais ou américain.

    Alors tout ça peut-être douloureux, insupportable, ignoble, dramatique. Comme peut l'être n'importe quelle vie.

    Faut juste le faire avec amour, dévouement, sérieux et surtout conviction !

    Posté par Le Chat qui Pète, 30 novembre 2007 à 15:45
  • Je n'aurai pas beaucoup le temps de réagir longuement et personnellement à vos commentaires. Je compte sur vous pour donner ici vos avis pertinents et respectueux lles uns des autres
    c'est cela qui me plait dans tous vos commentaires...c'est cela qui fait réfléchir et avancer

    juste dire ceci

    Sylvie merci d'être venue...je t'attendais en tant qu'adulte adoptée, j'espérais que tu nous racontes un peu...merci pour ce premier témoignage

    Le chat qui pète...je suis contente de te lire, je sais que tu as des choses à dire, que tu es dans la recherche de l'amour à donner et à recevoir...j'ai suivi l'histoire de Petite fleur avec parfois une énorme émotion...merci de t'être manifesté

    Posté par Coumarine, 30 novembre 2007 à 16:03
  • hem, à la place de :

    "Certes, un jour Petite Fleur nous dira qu'elle aurait préféré vivre au Népal"

    il faut lire :

    "Certes, un jour Petite Fleur nous dira PEUT-ETRE qu'elle aurait préféré vivre au Népal"

    (merci à rsylvie d'avoir sursauté suffisamment fort pour que je l'entende d'ici)

    Et moi ça m'apprendra à faire dix trucs en même temps !

    Posté par Le Chat qui Pète, 30 novembre 2007 à 16:05
  • ben oui...elle dira cela comme beaucoup d'ado qui font leur crise d'ado, qu'ils osient adoptés ou non...j'avais bien compris, cher Chat
    Ma fille l'a dit aussi...c'est tellement normal...et sans doute nécessaire pour acquérir une autonomie nécessaire

    Posté par Coumarine, 30 novembre 2007 à 16:08
  • re

    bon j'y suis revenue et j'ai bien tout relu !

    cette personne a de la rancoeur... mais qui n'en a pas un jour, une minute, un instant ?
    la colère, on l'a tous un jour "adopté ou pas"
    -oui j'étais morte de jalousie, qu'ils soient si vieux,
    -oui j'étais violette d'hystérie, qu'ils m'aient choisi, enfin pris pour ce qu'il restait (oups et pas la p'tite blonde qu'était déjà réservée)
    -oui j'étais rouge de nervosité, qu'ils soient comme ils étaient !
    -oui j'ai détesté changé de prénom
    -oui j'ai haï l'administration, des mensonges sur ma naissance
    -oui j'ai maudit l'état civil, des faux papiers que j'avais
    -En fait j'étais une jeune fille comme les autres qui faisait sa crise de revendications...
    sauf que j'avais milles raisons "pas valables" de me plaindre...
    parc'que j'ai eu la chance d'être choisie
    parc'que j'ai eu le bonheur de ne pas y rester à l'orphelinat
    parc'que j'ai eu la joie de découvrir la VIE ordinaire
    parc'que j'ai eu ma bonne étoile qui m'a guidée vers eux !

    en fait... j'ai beau retourner cela dans tous les sens. c'est une histoire merveilleuse que la mienne.
    bien sur, je ne suis pas déracinée comme certains mais les kilomètres (je crois) ne font rien à l'affaire,
    à pas de girafe ou à dos d'escargot la souffrance si elle existe est la même !
    par contre, la démarche intérieure de chacun fait le reste.
    il y a du positif dans tout...
    il faut seulement creuser beaucoup plus, certaines fois!

    "vous me direz, -si si je vous entends !!!-
    ...oui mais vous, cela à bien fonctionné" !
    ce qui a bien fonctionné, c'est qu'il n'y a jamais eu de mensonge, de nonDITs...
    ainsi j'ai toujours su, que j'étais une enfant adoptée, une enfant de l'amourDifférent.
    et voilà, j'ai fait mienne cette réalité, elle a grandit en moi, avec moi... nous nous sommes apprivoisées avec des hauts et des bas, et maintenant nous ne faisons qu'UNE !...

    vous savez, faire un enfant c'est facile (enfin presque)
    mais aller le chercher à l'avion, à l'orphelinat ce n'est pas si facile !
    "un petit cambodgien adopté que nous connaissons qui se faisait taquiner par ses camarades de maternelle parc'qu'il était adopté, leur à répondu.
    -moi mes parents ils m'aimaient tellement qu'ils sont venus me chercher EN avion !

    bonne soirée à vous tous.
    affectueusement COUM.
    rsylvie

    Posté par rsylvie, 30 novembre 2007 à 16:52
  • MERCI

    MERCI chère Sylvie...
    ton témoignage est émouvant...et si vrai
    Je ne sais pas te dire autre chose que merci d'avoir pris la peine de venir écrire tes ressentis

    Je vous le demande...POUR QUI LA VIE EST-ELLE FACILE, LISSE, SANS PROBLEMES NI SOUFFRANCES?

    Posté par Coumarine, 30 novembre 2007 à 16:57
  • Nos meilleurs amis ont adopté deux enfants. Elle, a subi 2 greffes de rein, faire un enfant serai dangereux et pour l'enfant et pour elle. Mon mari est le parrain de l'un d'entre eux. Ce sont deux enfants débordant de vie, s'aimant et se tapant comme des frères. Pour nous ce sont les enfants de nos amis. Ces enfants sauront qu'ils ont été adoptés tout simplement parce que leur parents sont blonds et eux sont asiatiques. Ils demanderont sûrement à voir leur pays et nos amis les y emmeneront. Il existe de nombreuses adoptions réussies.
    Combien y a -til d'enfants malheureux avec leurs parents biologiques ? Combien qui sont battus ou encore pire ? Ces parents adoptants se battent pour aimer un enfant. Des enfants attendent d'être aimés dans les orphelinats. Il faut les réunir c'est tout.

    Posté par BelleSahi, 30 novembre 2007 à 18:33
  • Je suis très mal placée pour parler d'adoption, je n'ai pas adopté et c'est donc une situation dont j'ignore tout.
    Mais j'ai cinq enfants qui sont passés, puisque je les ai élevés pour qu'ils soient libres d'être, pas diverses phases durant leur adolescence, chacun selon son caractère, sa manière d'avoir vécu son enfance et son adolescence, et sa capacité à mûrir et à digérer le tout.
    Cela n'a pas toujours été de la tarte parce qu'ils ont un caractère fort et pas la langue dans la poche.
    Alors il y a " Aimer vrai " oui, et c'est difficile, très difficile.
    Mais il y a aussi " Accepter de se laisser aimer vrai " accepter de se laisser aimer tout court.
    Et si on bloque sur l'acceptation de l'amour, adopté ou non, on a du mal à se construire, du mal à asseoir son identité propre.
    Je voudrais donc juste dire à ce monsieur de ne pas rejeter l'amour qu'on lui a apporté, niais ou pas, maladroit ou non, c'était de l'amour et ça n'a pas de prix.

    Posté par Aédia, 30 novembre 2007 à 18:54
  • J'ai lu aujourd'hui le récit de l'adoption de votre fille. Je ne suis pas adoptée, je n'ai adopté personne mais je trouve que c'est vraiment une belle réussite. Avoir un ou plusieurs enfants et les élever correctement n'est pas si facile, mais adopter une petite dernière et la rendre heureuse, c'est vraiment formidable. Même si les commentaires montrent que toutes les adoptions ne sont pas si faciles. Il n'y a pas de règles. Je suis en admiration devant vous.

    Posté par antagonisme, 30 novembre 2007 à 19:36
  • Ce qui suit n'est qu'un témoignage, le mien...
    L'adoption, légale ou non, est un sujet auquel je pense souvent, car j'ai été "confiée" par ma mère à une autre femme, qui ne pouvait avoir d'enfants, vivait seule et me voulait de toutes ses forces... J'avais six ans et demie. Ma mère ne m'a jamais reprise. Bien sûr, à ce moment-là, elle était en difficulté (elle n'avait que vingt-quatre ans et pas de travail. Après qu'il lui eut fait quatre enfants, elle s'était décidée à "virer" mon père). Tout ce préambule pour en arriver à ma mère adoptive. Hélas, elle était gravement dépressive, névrosée et angoissée. J'ai beaucoup souffert de son comportement passionné envers moi, exclusif, violent, j'irai jusqu'à dire "pathologique". Mais au moins, j'avais tout ce qu'il me fallait sur le plan matériel... Longtemps, j'ai pensé que ce n'était pas suffisant. Une psychanalyse et quelques années après, j'ai enfin compris que cette femme m'aimait, d'un amour très exigeant et très sévère, difficile à recevoir et à reconnaître, mais qu'elle, au moins, avait toujours été là pour moi. Tandis que ma mère s'est éloignée peu à peu, ne savait rien de ma vie, n'a pas été une mamie pour ma fille. Elle s'était refait une vie sans moi. C'est très dur à admettre...
    Je crois que tous les enfants abandonnés portent, comme moi, une cicatrice indélébile, que les parents adoptifs se doivent de reconnaître et respecter. Pour ce qui est des erreurs commises, les "vrais" parents sont logés à la même enseigne. Ce qu'il faudrait dire, peut-être, c'est qu'avant de s'engager dans une démarche aussi grave que l'adoption, il conviendrait de s'interroger sur ses motivations profondes. Mais avant de faire un enfant aussi !...

    Posté par Danalia, 30 novembre 2007 à 20:59
  • Protège-toi

    Finalement, pourquoi ne pas mettre un modérateur de commentaires ? C'est bien facile d'attaquer des gens sur leurs blogs. Ca fait mal des mails pareils et à quoi ça sert ?

    Posté par Sodebelle, 30 novembre 2007 à 22:06
  • Chaque cas est different, je crois que dans un sense la personne adopté doit etre content de avoir un famille qui l'adore.

    Il y a de familles que ne veulent pas donner les enfants dans adoption, mais leur situation economique font les choses difficile pour eux.

    La communication est tres important, adopté ou pas, on ne sait pas si nos fils sont contents.On doit parler.

    Salut

    Posté par baakanit, 30 novembre 2007 à 22:28
  • Je suis frustrée

    Oui je me sens frustrée de ne pouvoir répondre longuement à chacun d'entre vous
    Je suis TOUCHEE par certaines de vos paroles
    Je suis touchée par vos témmoignages
    Touchée que vous n'hésitez pas à vous rendre vulnérables...
    merci pour cela
    j'aime un échange constructif en guise de commentaires...
    C'est vous qui les faites les commentaires...

    Juste dire à Sodebelle, que je n'ai jamais modéré mes commentaires parce que je fais confiance à ceux et celles qui viennent me lire
    Mes lecteurs sont comme moi, des gens de confiance (sourires, mais je crois vraiment ce que je dis)
    Je fais allusion à un échange qui s'est fait par mail hier soir...
    Et qui en effet n'a pas été facile pour moi
    Mais il faut savoir que le blog rend parfois très vulnérable

    Juste souhaiter aussi la bienvenue à baakanit
    merci de t'exprimer ici dans une langue qui n'est pas la tienne
    Merci et bravo!

    Posté par Coumarine, 30 novembre 2007 à 23:14
  • Lecture silencieuse

    Posté par TJ, 30 novembre 2007 à 23:49
  • Je n'ai pas adopté d'enfant et je ne suis pas une enfant adoptée. Et pourtant, je reste persuadée que la démarche de faire un enfant comme celle d'adopter nécessite la même réflexion. Ce qui fait que l'on est parent n'est pas de donner biologiquement la vie. C'est de passer du temps à élever les enfants, de leur donner du temps, de l'amour, une autonomie. C'est le temps consacré et la construction de l'être qui en résulte qui fait que l'on est parent. C'est ce que j'explique à ma fille biologique. C'est ce que j'expliquerai aussi à mes enfants adoptés si un jour j'en ai.

    Posté par BBK.mel, 01 décembre 2007 à 10:15
  • Il arrive que les liens du sang ne soient pas grand chose à côté des liens de coeur que peuvent se créer entre deux personnes.

    Posté par Kloelle, 01 décembre 2007 à 12:52
  • Coum,

    Juste un petit mot pour te dire que ton blog et tous les temoignages que j'ai lu me boulversent.
    Je ne saurais pas par ou commencer pour exprimer ce que je ressens, les autres lecteurs ont deja dit tellement de choses vraies!!...
    Ca me fait reflechir...
    C'est un beau debat qu'il y a ici entre tous.
    Merci a toi de faire des blogs pas inutiles du tout qui nous font nous poser les vraies questions.
    Amities.

    Posté par Janeczka, 01 décembre 2007 à 14:18
  • Je ne me porterai pas en juge, je n'en ai pas les moyens, mais j'ai l'impression que cette personne est surtout très en colère contre ses parents génétiques.
    Car de manière pragmatique quel est le choix ?
    - Rester toute sa vie d'enfant et d'adolescent dans un orphelinat ?
    Ou
    - Etre adopté par des personnes en demande d'amour ?
    Sachant que tout n'est pas rose y compris pour ceux qui ne sont pas adoptés !

    Posté par Maky, 01 décembre 2007 à 15:34
  • Je ne peux m'empêcher de penser en relisant ton article que ce jeune homme n'aurait sans doute jamais eue l'opportunité d'avoir le niveau d'études suffisant pour écrire ses livres sans cette adoption "râtée".
    En toute chose il faut savoir voir le bon....

    Posté par Kloelle, 01 décembre 2007 à 17:23
  • Les adoptions réussies

    On en parle moins que des ratées, c'est normal de même qu'il y a plus de livres sur les enfants qui ont des problèmes que sur ceux qui vont bien !
    J'ai deux petits garçons biologiques et mes voisins du dessous deux petits garçons adoptés à peu près du même âge (colombiens d'origine) et vu de chez moi, les relations parents, enfants, dans les deux cas, sont de même nature.
    Nous avons chacun nos difficultés et nos joies avec nos enfants, elles ont à voir avec qui nous sommes bien plus qu'avec le trajet de la cigogne.

    Posté par Marie-Hélène, 01 décembre 2007 à 18:29
  • Je lis en silence.

    Je comprends ton inquiétude quand qq donne des conférences en étant en mal-être mais cela arrive si souvent et notre part de conscience nous aide à faire la part des choses ; si nous en faisons fi, je ne suis pas sûre qu'il y ait une protection valable. Ainsi est la vie, non?...

    Je suis aussi d'accord que comme dans les contes, ils vécurent heureux etc... ne tient qu'en une ligne dans le récit. On parle peu de ce qui va.

    j'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en partant disait Prévert

    A nous d'entendre les silences qui témoignent aussi.

    Posté par caro(carito), 01 décembre 2007 à 19:23
  • A tous

    Je lis moi aussi en silence tous vos commentaires
    Vous avez des paroles "justes" et qui je suis sûre intéressent tous ceux qui viennent ici se faire une idée de ce que c'est que d'adopter un enfant
    Il y a pas mal de gens qui atterrissent ici en faisant un recherche sur Google au sujet de l'adoption
    Beaucoup se posent des questions
    Alors MERCI à tous de donner votre petite pierre

    Posté par Coumarine, 01 décembre 2007 à 21:08
  • waouh ! je viens de lire tous les commentaires venus du coeur des sensibilités de chacuns et comme Coum j'en suis toute émue.

    Bien sûr , je pourrais commencer par : j'ai trois enfants que j'ai fait et pas adoptés et je ne sais pas ce qu'est l'adoption. Et bien non !
    je rebondis sur un comm de Kloelle sur les liens du coeurs . ET je vous dis que moi aussi à ma façon j'ai adopté, j'ai adopté mon petit frère. Il n'a pas le même père que moi et pourtant nous avons été élevés ensemble, nos parents c'est à dire maman et le mari de maman ont fait de leur mieux, comme tous les parents.
    Je refus aujourd'hui qu'on dise que j'ai un demi-frère, car en amour il n'y a pas de demi mesures ^^
    Adoption ou vie de tous les jours , tout est affaire de sensibilités , nous avons tous à nous apprivoiser les uns les autres et parfois c'est vrai ça peut être plus difficile, plus douloureux...c'est la vie . En tout cas Coum, le jeune adopté révolté l'est sans doute car il a ses raisons (il chemine dans le deuil des parents idéaux qu'il espérait et le travail de deuil passe par pas mal d'étapes dont la révolte, je lui souhaite d'arriver à la dernière étape, celle de l'acceptation et de la sérénité) mais toi tu as ton histoire, rsylvie a la sienne, nous avons tous nos histoires et il est un peu utopique de vouloir faire un copié-collé de tout ça pour juger les autres *sourire* .
    Laissons ce jeune homme vivre sa vie, prends le témoignage pour ce qu'il est, le témoignage d'une autre vie , d'une autre sensibilité que la tienne ; et continue d'être fière de toi , et de ta fille
    des bises

    L_isa

    Posté par L_isa, 02 décembre 2007 à 16:45
  • tu es pleine de bon sens L_Isa
    Je te remercie...

    Posté par Coumarine, 02 décembre 2007 à 20:32
  • n'étant ni adoptée ni adoptive je ne peux donner une opinion éclairée sur le sujet, mais je sais qu'il y a des parents naturels qui font du mal, ô combien, et qu'il y a des parents de coeur qui essaient de guérir. reste le souci réel de la filiation, des racines biologiques...

    Posté par chrysalide, 04 décembre 2007 à 08:24
  • Bonsoir Coumarine,
    Voilà bien des questions proprement vitales, et des situations plus que délicates...
    Le moment venu, j'irai me plonger dans ce que tu as écrit sur ton vécu de l'adoption, et avec un vif intérêt, tu peux me croire...
    Là, sur l'histoire des mails persos et du billet, tout cela est très douloureux, pour tout le monde, mais qu'est-ce que tu veux, de mon petit point de vue : tu proposes de belles délivrances et tu dénoues tout cela, comme une R...
    Bien respectueusement

    Posté par D&D, 06 décembre 2007 à 22:20
  • "Aimer VRAI et ne pas aimer possessif".

    Chaque histoire est unique, nul ne détient LA vérité. Nous avons tous des "vérités" différentes que nous ne pouvons pas comparer avec la "vérité" des autres personnes. Des fois elles se rejoignent, d'autre fois non.

    Posté par Annick, 05 novembre 2008 à 13:51

Poster un commentaire