Ce n'est pas de la guimauve - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

28 novembre 2007

Ce n'est pas de la guimauve

Me séparer de mes encombrements bien cachés en moi  pour retrouver l'or intérieur qui sinon dormirait  dans mes coins les plus secrets, sans que je sache qu'il est en train de se désoler de ne pas être cueilli, travaillé comme la matière précieuse qu'il est...

Chaque fois que consciemment je jette un préjugé, je me débarrasse d'un à-priori, je gomme une espèce "rare" de stéréotype, de certitude rigide, de conviction ankylosée, d'assurance orgueilleuse...je me donne une chance de devenir davantage vivante, et de pouvoir l'être jusqu'au bout de ma vie, même si un accident me cloue définitivement sur un lit immobile.

La danse de ma vie est intérieure et ne s'arrête pas à cause de plâtres ou autres béquilles

Ce n'est pas dans des livres, ni en surfant sur  Internet que j'apprendrai à déchiffrer puis à jouer ma partition personnelle, celle qui me permet de prendre place dans l'orchestre du monde. Certes, des mots  reçus d'ailleurs, peuvent m'aider à déciller mes yeux bouffis d'un trop plein de sommeil.

Mais c'est la vie elle-même, quand je tente de la vivre chaque minute le plus consciemment possible qui est mon meilleur Maître
Ecouter ce qui se chuchote ou se crie parfois en moi...et puis au fil des jours, agir, expérimenter, quitte à me tromper
Je ne considère pas que me tromper soit une fausse manœuvre...au contraire
C'est une manœuvre parfois nécessaire pour pouvoir aller plus loin

J'aime cette vie-là, qui n'est pas forcément dans le guimauve, loin s'en faut...

paysageMassar

Peinture Eric massar


Commentaires

    Je n'ai pas tout à fait la même analyse que toi.
    Certes, rien ni personne ne peut, à notre place, aprrendre qui nous sommes et être ce que nous devons être. Mais c'est en se confrontant à d'autres idées, à d'autres comportements, à d'autres milieux, et même à ce qui nous dérange le plus qu'on découvre le plus profond de son être. Et tu as raison c'est souvent le chaos qui démêle l'écheveau de l'appris et du subi de notre moi le plus nu possible. Les autres et les livres sont donc essentiels dans cette recherche. On se retrouve, sinon, avec le complexe de l'ermite qui, sans aucune tentation possible dans son désert n'a aucun mérite à résister ni aucune chance d'avancer.
    Je te rejoins dans la nécessitéd'admettre et d'expérimenter l'erreur dans cette quête. Sans se tromper et sans douter nous ne sommes que des machines formatées, pas des êtres vivants pleinement.
    Enfin, la quête ne doit jamais couper du moment présent, le seul qui soit réellement et que l'homme a tant de mal à appréhender...

    Posté par Aédia, 28 novembre 2007 à 12:58
  • Qu'il est joli ce texte, Coum!

    Posté par val, 28 novembre 2007 à 13:09
  • Aedia...tu le sais les livres sont super importants pour moi...
    Et bien sûr la confrontation avec d'autres idées, d'autres personnes ne peut que nous enrichir
    Mais j'ai rencontré dernièrement une personne qui cherche encore et toujours chaque fois dans de nouveaux livres (ou sites Internet) LA solution qui lui permettrait d'enfin trouver comment vivre mieux
    Elle est satisfaite du livre qu'elle a lu...et s'en va aussitôt à la recherche du suivant ENCORE meilleur si possible
    Cal m'a amusée et désolée en même temps
    Je suis persuadée qu'il faut se LANCER dans l'action et ne pas se contenter de réfléchir à comment agir
    C'est ce que j'ai essayé de dire ici

    Val...tu es gentille tout plein...

    Posté par Coumarine, 28 novembre 2007 à 15:05
  • beaujour Coum.

    "Ecouter ce qui se chuchote ou se crie parfois en moi...et puis au fil des jours, agir, expérimenter, quitte à me tromper"

    se tromper !
    mais faut-il encore s'en apercevoir, ou que quelqu'un le fasse pour nous...
    alors chère COUM. il faut quand meme
    que dans la vie, l'on soit accompagnée !
    il me semble que l'on peut faire beaucoup de choses seule, intérieurement, mystiquement...
    mais tout ne peut se résoudre de la sorte !
    il faut le regard de l'autre
    il faut le sentiment de l'autre
    il faut l'autre ...

    enfin je dis ça, parc'que
    seule je ne sais rien faire, il me faut du bruit, que ça bouge...*.*
    seule c'est pour quand je suis malade !


    bisous
    affectueusement rsylvie

    Posté par rsylvie, 28 novembre 2007 à 17:32
  • Sylvie...je ne parle pas de solitude ici...je ne dis pas que je me débrouille toute seule
    J'ai tout comme toi, besoin des autres
    Je parle de AGIR et pas de ce contenter de REAGIR
    Oups, je crois que ce billet est vraiment raté, là!Je ne me suis pas fait comprendre
    Ca fait rien, je promets de faire mieux la prochaine fois

    Posté par Coumarine, 28 novembre 2007 à 18:18
  • Une connaissance de mon époque algérienne m'avait dit un jour, alors que je critiquai l'industrialisation du Pays en disant,
    - Regardez ce qu'on fait les autres et ne faites pas les mêmes erreurs...
    Il me répondit :
    - Tant qu'on a pas fait l'erreur soi-même, on ne sait pas que c'en est une !
    Alors...tu vois, tout t'est permis !... )

    Posté par Maky, 28 novembre 2007 à 18:18
  • Quel joli cadeau que ton texte, ce soir, Coumarine, après une journée de travail particulièrement chargée d'où je suis ressorti en ne sentant plus trop où était mon centre de gravité. Et d'un coup d'un seul, ton texte a réussi à déblayer mes pensées-scories.
    Mais quel chemin de persévérance, j'imagine, pour parvenir à entendre ce que la vie te chuchote ! Cela doit supposer d'avoir éliminé tant de fausses rumeurs, de voix parasites, de séduisants vacarmes, qui couvrent la petite musique...
    Mais où sont tes mots dans tout ça ? Je ne les vois pas? Tu parles des mots des autres, de tes actes. Tu ranges donc tes mots parmi tes actes, ou bien alors sont-ils "juste" ce qui te permet de t'écouter, de petites caisses de résonnance pour amplifier les chuchotements ?
    Encore merci !

    Posté par Franck, 28 novembre 2007 à 18:21
  • héhé Maky...les grands esprits se rencontrent...on s'est croisés...
    et en plus tu me donnes la permission de me tromper, je savais bien que c'était pas une bêtise de dire ça...

    Posté par Coumarine, 28 novembre 2007 à 18:21
  • Franck...merci de me dire que tu viens te ressourcer un peu ici
    Mes mots? non je ne les range pas, et maintenant moins que jamais
    Ils sont présents partout, sur mon bureau, dans mon PC...et maintenant plus que jamais
    Ils m'aident à rester toujours éveillée" comme j'en ai parlé il y a quelques jours
    Mes mots sont parfois mes actes, parfois simplement mes caisses de résonance, comme tu l'évoques si justement

    Posté par Coumarine, 28 novembre 2007 à 18:27
  • Je les évoque pas si justement que ça... J'ai mis deux N à résonance !!! Heureusement que tu veilles au grin ! (non, là, je plaisante...)

    Posté par Franck, 28 novembre 2007 à 18:36
  • oups !!

    mais il n'est pas mauvais du tout ce billet...
    c'est moi qui tout d'un coup ait entendu ce que j'ai bien voulu comprendre ou plutot
    compris ce que j'ai bien voulu entendre !
    alors on est d'accord, il n'est pas question de solitude,,,, mais d'une démarche intérieure !

    wouhaOU j'apprécie pleinement le com. de Maky

    au fait
    Beausoir Coum/
    un p'tit tour dans le 61 ?
    bisous affectueusement rsylvie

    Posté par rsylvie, 28 novembre 2007 à 19:27
  • Pour moi, ce sont les voyages qui me décrassent le cerveau !

    Posté par Tietie007, 28 novembre 2007 à 19:34
  • j'ai grandi sans savoir qu'on pouvait tomber et se relever... alors quand une bonne âme me l'a appris, quel soulagement, quelle pression en moins sur mes épaules...
    comme je te comprends...

    Posté par Le Chat, 28 novembre 2007 à 20:51
  • Gommer des certitudes...

    Ton texte je vais le mettre dans mes méditations matinales. J'ai toujours aimé la quête, seule et avec d'autres, d'un meilleur soi, gommer, reprendre, lisser notre être intérieur... J'aime la quête, pourtant je ne cherche pas spécifiquement une réponse à mes questions. Trop d'incertitude et de souffrance si je me m'étais martel en tête...

    Je reprendrai tes paroles demain, j'ai un peu de temps.

    Posté par Caro(carito), 28 novembre 2007 à 22:52
  • Sylvie...on est d'accord alors... je t'embrasse (pas bcp le temps pour l'instant d'aller sur les blogs amis...je dirai bientôt à quoi j'occupe mon temps précieux...)

    titie...je n'aime pas voyager quant à moi...mais c'est parce que je DETESTE faire des valises)

    Le Chat...pouvoir "tomber" (faire des erreurs)sans se juger, sans culpabilité...oui cela apporte de la légèreté

    Caro...j'aime aussi cheminer intérieurement, j'ai l'impression que je n'aurai jamais fini de grandir

    Posté par Coumarine, 28 novembre 2007 à 23:53
  • Oh oui Coum toujours grandir et garder un bout de l'enfance...

    Posté par Caro(carito), 29 novembre 2007 à 07:00
  • Tu as raison l'important c'est d'avancer et petit à petit on atteint son but, ce qui n’est pas forcement une fin mais souvent un début …

    Posté par Bernard/Asterie, 29 novembre 2007 à 07:10
  • Je vais me laver l'esprit des mes "encombrants" avec la dernière consigne, j'ai hâte de m'y mettre. merci Coum

    Posté par mab, 29 novembre 2007 à 07:55
  • Agir...oui, être présent dans sa vie!

    Posté par VanessaV, 29 novembre 2007 à 13:49
  • et ben b0.toi

    déjà dans la consigne!
    bises

    Posté par rsylvie, 29 novembre 2007 à 14:08
  • Bernard...atteindre son but, du moins UN but qu'on s'était fixé, ce n'est pas mal non plus...

    mab...et sylvie...aie, je crois que la consigne n'est pas si facile cette fois...

    Vanessa...être vraiment présent..oui!

    Posté par Coumarine, 29 novembre 2007 à 14:30
  • Bonsoir Coumarine,
    Je suppose que tu ne seras pas trop suprise si je te dis que je me sens proche de tout ce que tu as écrit dans ce billet
    D'accord, re-d'accord, et pata-d'accord !
    Et puis, bien sûr, sous ta plume, cela dépasse bien la simple complicité possible : il est superbe ce texte. Et toujours tellement vivant...

    Posté par D&D, 30 novembre 2007 à 21:38
  • ah D&D...ce texte pour moi n'est pas formidable...il a été écrit vite vite
    Mais je te remercie pour ta gentillesse, et je t'embrasse

    Posté par Coumarine, 30 novembre 2007 à 22:41
  • Un petit coucou en passant...
    Ta réponse m'a fait beaucoup fait réfléchir... Pour le meilleur, c'est promis !
    Il me faut un peu de temps pour démêler tout ça, mais ça ne devrait plus trop tarder maintenant.
    Je t'embrasse,
    Bonne fin de soirée, ma Reine

    Posté par D&D, 02 décembre 2007 à 21:31
  • merci D&D...
    je t'écris ce soir

    Posté par Coumarine, 02 décembre 2007 à 21:42
  • Bonsoir ma Reine,
    Moi aussi, finalement, je l'aurai particulièrement lu et relu ce texte
    Tu sais, quoi : y a rien à faire, je l'aime, je crois que je le comprends
    Mais tout autant ce que tu dis dans ton commentaire en réponse au mien, car ce qui me saisit avant tout ici c'est la justesse (non restrictive) de ce que tu évoques. Mais oui, tu as de nombreux billets plus "brillants". Et celui-là (me) gagne quand même.
    Pour autant, il faut que je sois plus vigilant. Ce texte m'a emporté et je suis bien avec lui. Il ne doit pas me rendre involontairement injuste avec d'autres qui réunissent plus harmonieusement toutes tes qualités.
    Il ne faut pas que je laisse le vrai plaisir de venir te lire aussi souvent que possible me rendre partiellement inattentif, même si c'est par bonheur...
    Pardonne-moi donc pour mes imprécisions,
    Et à très très vite,
    Je t'embrasse

    Posté par D&D, 05 décembre 2007 à 22:51
  • Vendredi soir je suis allée à une conférence dont le thème était "La peur".
    Une conférence proposée, animée par une femme.. une femme qui cherche son "or intérieur", qui aide les autres à chercher leur "or intérieur" ou plutôt comme je l'ai entendu dire lors d'un atelier auquel j'avais participé leur "reine intérieure" (ou leur roi intérieur pour les hommes mais l'atelier en question était destiné aux femmes).

    Si tu savais comme je comprends tout ce que tu as dit là.
    Et si tu savais toutes les barrières que je me mets pour cheminer vers ma "reine intérieure" !

    Posté par Annick, 17 novembre 2008 à 13:08

Poster un commentaire