La poupée de son enfance - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

22 octobre 2007

La poupée de son enfance

Quand elle était petite, elle a reçu une poupée. C’est normal toutes les petites filles jouent à la poupée n’est-ce pas ? Tandis que les garçons eux font d’autres choses, ils jouent à la guerre en général pif paf pan pan, ou avec des voitures vroum vroum, ou avec des trains tutut.

Un jour, sa maman décide qu’il est plus que temps que cette enfant si secrète, qui ne dit pas grand-chose, qui voyage beaucoup dans la lune, s’occupe à des jeux normaux de petite fille normale.
Désormais elle a sa poupée, comme toutes les petites filles de son âge… Et elle est priée de jouer avec son bébé, de la promener, de la laver, de la nourrir, de la gronder quand elle n’obéit pas, de lui apprendre les bonnes manières,  bref de s’en occuper comme une vraie petite maman.

La maman n’a pas du tout imaginé que la petite fille n’aimerait pas jouer avec cette poupée. Ce que la maman ignore, c’est que cette poupée est stupide, avec son sourire stupide et ses yeux qui le sont encore plus.  En fait l’enfant n’aime pas les poupées qu’on manipule à son gré. C’est bien simple : elle n’aime ni les poupées, ni les pantins, ni les marionnettes, ni les peluches, ni toutes ces figurines du monde de l’enfance qui lui rappellent trop qu’elle en est une de poupée, malléable et manipulable à merci.

Ce qu’elle aime, c’est lire, encore et encore, plonger dans des histoires où les petites filles ne sont pas des poupées, mais des enfants libres et heureux, qui courent et qui volent partout, comme des loups rapides ou des papillons légers, là où il est permis de se salir dans les prairies et les forêts et dans l’herbe après la pluie et tant pis pour la boue, des histoires où l’on vit des aventures incroyables, effrayantes parfois mais qui emmènent dans des lieux inconnus, passionnés et passionnants. Elle lit le jour, la nuit bien cachée dans son lit, elle mange des tonnes de livres, elle vit par procuration des vies historiques, magiques ou infiniment poétiques.

Pendant que sa poupée froide au sourire stupide patientait dans un coin de sa chambre. Pauvre petite poupée stupide qui a attendu tout le temps de l’enfance une petite fille qui ne la regardait même pas…

Elle ne sait pas pourquoi elle a ramené du monde de son enfance cette poupée dédaignée et l’a rangée une fois pour toutes  (et on n'y touche pas hein les enfants! C'est ma poupée de quand j'étais petite!) en  haut d’une armoire très haute, quasi invisible, comme inexistante, usée de transparence.
Elle ne sait pas pourquoi elle s’est soudain souvenue de cette poupée, l’a sortie de son oubli, a frotté la poussière de sa solitude, puis l’a photographiée et a décidé d’en parler ici, de la caresser de chaleur.

Elle ne sait pas…

Si, elle sait, mais c’est son secret…

automne_poup_e_013

























photo Coumarine


Commentaires

    Moi je sais pourquoi...

    Je n'ai pas ramené de poupée de mon enfance, je les massacrais avec une rage démentielle.
    Mais je me suis rachetée depuis en réparant des poupées froides que sans doute des petites ont aimé stupides et souriant béatement.

    Posté par Aédia, 22 octobre 2007 à 17:34
  • Ce que tu dis sur la lecture ressemble a mon experience. J'avais moi aussi une (jolie) poupee qui etait pratiquement ma 'fille', je lui avais meme donne un nom...
    Force est de remarquer que les lecteurs d'hier sont souvent les ecrivains de demain (merde, c'est beau c'que je dis! )

    Posté par Janeczka, 22 octobre 2007 à 18:12
  • oui Aedia...en fait j'ai pensé à toi en écrivant ce billet...
    Tu la trouves comment ma poupée de quand j'étais petite? tu la trouves stupide aussi?

    Janeczka...je crois que la lecture est INDISPENSABLE pour qui veut écrire un tant soit peu...

    Posté par Coumarine, 22 octobre 2007 à 19:09
  • Toutes les poupées ont l'air froid, niais, et figé bien sûr.
    Mais quand on se réconcilie avec soi-même, avec les impressions négatives que l'on traîne depuis l'enfance, que l'on renvoie nos blessures à ceux qui nous les ont causées, quand on comprend que ces blessures venaient de leur incapacité à gérer les leurs, on finit par les trouver belles.
    Et la tienne est magnifique !
    ( moi aussi je préférais lire, et Dieu merci on ne contrôlait pas ce que je piochais dans l'immense bibliothèque familiale ! )

    Posté par Aédia, 22 octobre 2007 à 19:23
  • Je me souviens plus de mes livres que de mes poupées. Toute petite j'allais à la bibliothéque municipale et j'y trainais des heures.. !

    Posté par brig, 22 octobre 2007 à 20:22
  • Ah ces poupées.... la mienne avait une petite broche avec marqué "Reynalds"..

    Ub jour j'en parle sur un forum, comme cela de ces poupées des années 50 et d'en évoquer le souvenir..

    Une participante avoue que pour elle c'était son rêve d'avoir une poupée quand elle était petite... mais elle n'en a jamais eu

    J'avais envie de lui trouver toutes les poupées du monde et de lui offrir...

    Je n'avais pas imaginé que certains enfants eux n'en recevaient pas. Depuis, c'est comme une blessure.

    Elle est belle et figée ta poupée Coum comme celles de mon enfance, mais celles d'aujourd'hui sont souriantes, moelleuses... presque des vrais bébés

    Posté par ilescook, 22 octobre 2007 à 21:12
  • Elle n'a même pas eu envie de faire semblant d'apprendre à lire à sa poupée ? Et la petite fille a joué à la maman plus tard, non ? Sa maman a eu peur ou non de ne pas la voir jouer à la poupée même quand elle en avait une ?

    Posté par gballand, 22 octobre 2007 à 22:03
  • Pierre, mon père...improbable poupée de mon enfance

    Je n'aimais pas non plus les poupées...J'en avais une cependant que j'avais appelée Pierre (comme mon père). JAMAIS je ne jouais avec... J'avais aussi un ours en peluche (pas très doux, plutôt rèche). Je m'étais appliquée à dormir en le serrant dans mes bras. J'ai essayé plusieurs fois, persuadée que c'était mon devoir ! Je m'appliquait, consciencieusement. Chaque fois, au bout d'un temps, je l'envoyais valdinguer au loin... Décidément, je n'étais pas déjà pas très douée pour les faux câlins. Par contre, les lectures sous traversin se prolongeaient jusqu'au petit matin

    Posté par claudée, 22 octobre 2007 à 22:21
  • @ oups si on ne contrôlait pas tes lectures...tu as dû en dévorer des livres
    (contente que toi qui t'y connais tu trouves ma poupée magnifique...yèèèèè

    @brig...lire pendant des heures...quel bonheur!

    @ ah oui! Ilescook...je n'avais pas pensé à cela...que des femmes puissent penser avec nostalgie à la poupée qu'il n'ont pas eue

    @gballand...que des questions que tu me poses...oups, c'est presqu'un interrogatoire
    mes réponses:
    - non
    - oui
    - non
    )

    Posté par Coumarine, 22 octobre 2007 à 22:33
  • @ Aedia...la réponse "oups" est pour toi, tu l'as deviné???

    Hello Claudée...ben cela me fait grand plaisir de te "revoir" ici
    j'aime bien comme tu t'es exercée à câliner un nounours que tu n'aimais pas...le sens du devoir...déjà!
    sauf que tu l'envoyais valdinguer...tu m'as fait sourire...

    Posté par Coumarine, 22 octobre 2007 à 22:37
  • Je lisais tout ce qui me tombait sous les yeux sans distinction aucune...
    C'est ainsi que je pouvais, vers mes 10 ans, passer de Julien Green au Dernier des Mohicans et de Kafka au reader Digest !
    ( je rassure, je ne comprenais pas toujours tout ! )
    Je lisais aussi le journal France Soir de fond en comble et je me souviens comme si c'était hier des deux premiers portraits robots d'assassins parus : ceux de Guy Trébert et d'un fameux Monsieur Bill.
    On me laissait tout lire.

    Posté par Aédia, 22 octobre 2007 à 22:51
  • Et voilà ! cette poupée dont on ne s'est pas occupée est devenue délinquante, racaille de bac à sable, elle a mal tourné et tout et tout...
    Encore une qui ne lira pas la lettre de Guy Môquet !

    Posté par Maky, 22 octobre 2007 à 22:59
  • Joli texte, qui me touche. J'ai une petite poupée en caoutchouc qu'on m'a offerte lorsque j'avais sept ans. C'est l'unique objet qui me reste de mon enfance et j'y tiens à cause de cela. C'est curieux comme on peut être nostalgique de son enfance, même quand elle n'a pas été heureuse. C'est un sentiment sur lequel je m'interroge souvent...

    Posté par Danielle, 23 octobre 2007 à 00:31
  • Un peu comme toi je préférais lire et les jeux de garçons aux poupées, mais j'ai eu tout ce qu'il fallait pour devenir une vraie maman et maintenant avec Maminette qui arrive aprés 3 garçons j'ai hate qu'elle joue à la poupée.

    Posté par mab, 23 octobre 2007 à 08:43
  • Allez comprendre les filles !
    Moi, j'ai dû batailler ferme pour en obtenir une et pouvoir lui réaliser des vêtements. On me disait : "Les garçons ne jouent pas avec des poupées".
    Mais j'ai eu gain de cause. Comme vous toutes je lisais, mais j'habillais aussi ma poupée. Par contre, je ne l'ai pas gardée, c'était un simple mannequin, c'est la couture qui m'intéressait.

    Posté par Walrus, 23 octobre 2007 à 08:53
  • La guerre pif paf, les voitures vroum vroum, les trains tut tut... Et les poupées, c'est comment ? Ouin ouin ?

    Posté par Vertumne, 23 octobre 2007 à 08:58
  • Aedia...et tu lisais aussi Pierre Loys??? (zut l'orthographe, chais pu)
    )

    Maky...une poupée délinquante, la terreur des bacs à sable, tu mefais rire là: je vois déjà le tableau

    Danielle...idem...ma poupée est le seul objet qui me reste de mon enfance, et comme je n'ai jamais voulu que mes enfants jouent avec, j'imagine que je devais y teleir malgré tout..

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2007 à 09:12
  • mab...comme toi j'ai plus qu'à mon tour joué à la maman...sauf que j'ai eu quatre filles et un seul garçon...

    Walrus, j'ai ri beaucoup en te lisant....ah bon!!! tu HABILLAIS tes poupées...(euh et tu les déshabillais aussi donc...)
    Sérieusement, je ne savais pas que tu étais devenu un couturier célèèèèèèèèbre! )

    Coucou Vertumne..non les poupées c'est: dis-moi que je suis la plus belle? (et ouin ouin quand on ne répond pas oui!)

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2007 à 09:18
  • trop touchant

    J'ai adoré ce petit texte, où je me suis un peu retrouvée, cette petite fille qui ne veut surtout pas être une poupée manipulée..... mais au fait où est ma poupée ? A la fois très mignon, et très touchant...

    Posté par lucina, 23 octobre 2007 à 09:33
  • voila un texte comme j'aime en lire ici...
    Vrai, fort, sensible, un texte qui parle de toi vraiment.
    L'authenticité dite avec talent !
    C'est vraiment beau...
    Et puis cela "dit" beaucoup de toi...

    Il me reste uen question, une question générale, sur "le lire" et "le faire".
    Lire ce n'est pas jouer...
    Lire structure la pensée et sert l'imaginaire.
    jouer structure l'action dans un environnement fantasmé.
    Il me semble (mais je suis loin d'être pédagogue) que jouer dans la petite enfance, est plus structurant que lire...

    enfin je m'interroge à ce sujet...

    Posté par Alainx, 23 octobre 2007 à 10:33
  • Le hasard m'amène sur votre blog que je découvre. Que de beaux textes et de phrases interpellantes, "l'inutile" qui fait notre vie.

    Posté par Lune de pluie, 23 octobre 2007 à 10:47
  • Oui, oui, j'ai lu l'Atlantide et l'histoire de la belle Antinéa. Il n'y avait que ce lui là de Pierre Louÿs ( je crois que c'est comme ça ! ).

    Posté par Aédia, 23 octobre 2007 à 12:32
  • Je n'étais pas trop poupée non plus, je battais la campagne plutôt, quand j'étais minote. J'étais une aventurière, une exploratrice tout le temps à courir la colline... Mon ours (que j'ai toujours préféré à ma poupée) lui, me servait de confident , je lui racontait le soir ce que j'avais conquis comme territoire, rencontré comme bêtes sauvages, construis comme cabane-château..., je lui faisais aussi la lecture à haute voix...souvent... Il adorait ça!

    Posté par tilu, 23 octobre 2007 à 12:38
  • J'avais beaucoup d'amour pour ma poupée. Je la coiffais, je la berçais, je la lavais et je lui parlais. En m'occupant d'elle je me disais que plus tard je serais Maman et que je ne travaillerai pas ou peu. Je l'ai donné à ma grande poulette et maintenant c'est petite poulette qui joue avec. Elles savent qu'il ne faut pas l'abimer. C'est la poupée qu'avait Maman. Maman qui ne travaille pas. Et pourtant petite, je lisais beaucoup aussi...

    Posté par BelleSahi, 23 octobre 2007 à 12:58
  • Hum !!

    Un léger parfum de déjà vu ou vécu flotte dans ce post. Et ça me parle beaucoup tout ça...

    Posté par Magel, 23 octobre 2007 à 13:25
  • Moi on m'en a acheté quand je souhaitais des ours pour me protéger...les livres ne m'ont été offerts qu'avec une parcimonie qui m'a longtemps pesée...
    Qu'il est beau ce texte, si émouvant. Comme quoi les à priori sur l'enfance ou l'indifférence adulte est vraiment de mise.

    Posté par VanessaV, 23 octobre 2007 à 13:45
  • très joli chandail tricoté main, tricoté coeur

    Posté par Bérangère, 23 octobre 2007 à 14:05
  • J'ai beaucoup joué , aimé jouer à la poupée.Je copiais entièrement ma mère qui embrassait, calinait, lavait, langait,jouait, si joyeusement avec ses bébés.
    le seul problème avec mes poupées c'est qu'elles étaient asexuées.C'est pourquoi j'ai sckotché un sexe masculin de ma fabrication à l'une d'elle!Mais je me suis bien gardée de montrer le résultat de mon opération à mes parents :je ne crois pas qu'il aurait approuvé : aussi elle restait toujours langée.Cette poupée s'appelait Jean luc!
    Et la tienne , elle s'appelait comment?

    Posté par Charlotte, 23 octobre 2007 à 16:37
  • @Lucina...bienvenue dans mon espace...merci pour ton appréciation...et oui! cherche un peu, tu la trouveras peut-être la poupée de ton enfance...

    @Alain, cela me fait plaisir que tu aimes mes textes perso..mais j'ai toujours un peu peur que ne passe ici du "trop" perso...la bonne mesure est parfois difficile à cerner
    Quant à ce que tu dis sur le "lire" et le "jouer", oui cela mériterait d'y réfléchir...

    @ bonsoir Lune de pluie (quel beau pseudo...) merci pour tes mots

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2007 à 17:37
  • @ Tilu...un ours confident, oui cela m'aurait plu ça...j'aime quand tu dis qu'il aimait que tu lui fasses la lecture à haute voix..c'est touchant

    @Bellashi, tu as tout fait à l'inverse de moi, je vois...jouer à la poupée, et la confier à tes filles...c'est mignon!

    @Magel, que veux-tu dire en parlant de déjà vu? tu fais allusion au billet "elle s'appelle Christiane"?

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2007 à 17:40
  • Il était beau, un peu pataud, il s'appelait Patrick, un nounours au poil jaune, et à la tête violette depuis une expérience malheureuse de coiffeur. Je le trouvais beaucoup plus beau que Pascal, celui de ma soeur, qui était d'un gris terne.
    Un jour, nos routes se sont séparées.
    Je ne sais pas ce qu'il est devenu.
    Il ne manque pas.

    Posté par Rebert, 23 octobre 2007 à 17:41
  • @Vanessa, c'est fou comme les adultes s'imaginent parfois bien connaître leurs enfants et croient faire plaisir en donnant des cadeaux à côté de la plaque...

    @ bienvenue Bérangère ici
    Ton commentaire est court, et m'a fait un petit choc: ma mère a tricoté ce chandail en laine (elle adorait tricoter, elle s'inventait des raisons de tricoter) pourtant tu me fais prendre conscience qu'elle a pris la peine de tricoter ce petit chandail pour ma poupée? et je me demande pourquoi? Serait-ce pour me faire plaisir?
    Je suis touchée là, vraiment touchée
    merci pour ton passsage

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2007 à 17:46
  • @Charlotte, incroyable Charlotte qui a fabriqué le sexe manquant à sa poupée garçon!!!
    Je suis MDR en te lisant!
    euh...je ne me souviens pas avoir jamais donné un nom à cette poupée...

    @ Rebert...ne croies pas que je ne t'ai pas vu!
    un nounours à la tête violette...il devait être très original hein!
    Dieu sait dans quel vide grenier il a abouti...

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2007 à 17:50
  • Eh bien moi je n'ai jamais eu de poupée pour jouer, donc je ne risquais ni de les trouver laides ni de les casser rageusement... moi il fallait que je prenne un bout de pain en cachette de mon père... voilà, c'est tout...ou presque...

    Posté par Pralinette, 23 octobre 2007 à 19:57
  • Pralinette...;-(
    Je t'embrasse

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2007 à 21:28
  • Vérité

    Quelle vérité, magnifique ce tricotage de témoignages !

    Posté par L'Oeil Vagabond, 24 octobre 2007 à 10:37
  • beaujour coum.

    les poupées ... ha mes poupées !
    j'ai toujours était déçue par celles que l'ont m'offraites.
    moi la poupée, je la voulais "baigneur" que l'on peur laver, pouponner, langer, donner le biberon ... bref le bébé que je n'ai jamais été.
    et voilà qu'on m'offrait une poupée qui marche.
    la belle poupée de 50 CM qui marche toute seule, la vraie blonde en + !!! (moi qui était brune et à qui l'on a tjrs dit qu'il y avait bien une petite blonde sur la liste des enfants à aimer, mais elle était déjà réservée !!!!)
    et en plus, elle parlait !
    tiens je m'en rappelle encore de sa ritournelle "je m'appelle Caroline, est-c'que tu veux être ma maman ? regarde comme je marche bien ! veux tu que je te chante une chanson 0clair de la lune gnagnangnangnangna...."...
    j'ai encore le souvenir de ma déception quand j'ai ouvert la boite le soir de Noël, et forcément (tout naturellement) il n'y avait qu'un seul paquet !
    mais cela ne vaut pas la barbi (et oui, j'ai joué aux "poupées manequ'1") que j'avais commandé à Noël... avec son KEN !
    ma tante (pas dans l'coup pour 2 sous) m'avait offert un PowerRangers ! (ho c'est pas drôle !)j'ai pleuré toute la journée ....
    alors mes poupées,,,, elles sont restées dans leur coffre à jouets. bien cachées !!

    affectueusement,
    bisous à+ rsylvie

    Posté par rsylvie, 24 octobre 2007 à 10:38
  • Je trouve aussi L'oeil vagabond que ce tricotage de témoignages est criant de vérité...j'aime beaucoup


    Sylvie...c'est poignant ce que tu racontes... (la petite fille blonde déjà réservée, pour moi qui connais ton histoire, j'en ai les larmes aux yeux
    Je t'embrasse affectueusement

    Posté par Coumarine, 24 octobre 2007 à 12:19
  • OUps !!!

    Je n'avais pas répondu Coumarine. Alors voilà, je te cite:
    "...voyage beaucoup dans la lune..."
    "...en haut d’une armoire très haute, quasi invisible..."
    Ce sont ces petits passages qui ont fait ressurgir plein de souvenirs d'enfance. Ma Maman avait caché aussi ma poupée, dans le placard de sa chambre sur la plus haute étagère, mais seulement parce que je leur coupais les cheveux ou que je les maquillais au feutre. Elle la trouvais trop jolie encore, alors elle me l'avait confisqué. Une belle poupée plastique chair, aux yeux vert en verre, aux souliers vernis noir, et avec une robe style années 60 courte et taille basse vert amande. La pauvre malheureuse, fut préservée de très longues années jusqu'à l'arrivée de ma fille et de ses cousines... un carnage!!! lol
    Pour la rêverie, ce n'était pas la lecture, mais mon imaginaire qui me faisait tenir des heures dans la lune. J'espère que tes souvenirs sont moins difficiles qu'ils n'en ont l'air. Merci pour cette belle évocation...

    Posté par Magel, 24 octobre 2007 à 23:56
  • étrange ce besoin (féminin ?) de retrouver ces témoins de notre enfance.
    J'ai toujours mon "doudou" dans ma table de nuit ^^
    et j'ai retrouvé avec émpotion ma première poupée de chiffon au corps bleu mais au visage plastique tout doux ....
    comme disait antoine (de st ex) on est de son enfence comme on est d'un pays....^^

    des bises

    L_isa

    Posté par L_isa, 25 octobre 2007 à 13:22
  • Je ne passe que maintenant sur mon blog, et je lis vos gentils messages à toi magel et à toi L'isa...

    Merci pour cela

    Posté par Coumarine, 25 octobre 2007 à 22:27
  • à nouveau un très joli texte qui résonne de mes propres souvenirs. moi aussi je me réfugiais dans les livres, moi aussi on m'a "offert" une poupée, qu j'aurais pu aimer, mais qu'il ne fallait ni déshabiller ("c'est sale"), ni maquiller ("ça fait ...ope"), ni envoyer valdinguer ("faut toujours que tu bousilles tout"). alors petite poupée inutile, petite poupée morte parce que interdite de vie, je n'ai pas pu t'aimer, d'ailleurs tu me ressemblais trop, immobile dans ton coin

    Posté par chrysalide, 26 octobre 2007 à 15:16
  • Un nouveau texte souverain... Me voilà bien cueilli, là, au coeur de la nuit...
    Je n'ai rien à dire de nouveau : j'adhère à fond, à ce que tu dis, à ton écriture.
    Ou alors une anecdote : je suis devenu myope, à l'enfance, parce que je lisais en cachette, la nuit, avec une lampe de poche... Tiens, je ne dormais déjà pas beaucoup en fait !... Ce que je regrette un peu, c'est que je ne lisais presque rien de beau, je ne savais pas, je m'amusais... Les vraies transmissions ne sont arrivées que bien plus tard, quand mes yeux avaient déjà pris un peu trop de distance
    Bonne nuit, ma Reine.

    Posté par D&D, 28 octobre 2007 à 02:39
  • hhh

    moi aussi je suis tres attachée avec mes souvenir d'enfance et surtout mes poupée maintenant j'ai 23ans je fait une master de recherche et j'ai choisi comme sujet la poupée.

    Posté par haifa, 30 novembre 2007 à 09:48

Poster un commentaire