Morte à 114 ans - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

16 août 2007

Morte à 114 ans

La doyenne de l'humanité est morte la semaine dernière à l'âge de 114 ans. C'est comme je vous le dis.
Le nouvelle doyenne se cache dans un tout autre coin du monde, elle a 114 ans elle aussi. Elle est née deux mois plus tôt: c'est une gamine!

Je n'ai pas vu de photo de ces dames respectables, (tiens comme par hasard ce sont des femmes!) mais je les imagine très bien. Et je vous jure, c'est embêtant, cela me chatouille, cela me démange.
Oui je l'avoue, mon imagination s'est mise à bouillonner, je lui enjoins sévèrement de se tenir tranquille, mais je la contiens à grand peine...elle fulmine d'impatience, elle va se rendre iconoclaste, je le crains...elle trépigne au portillon pour passer le tourniquet. Ca y est, elle ne peut plus se retenir, elle va décrire avec force détails une qui est sans dents, une toute de travers, une ramassée sur ses frissons, ses plis et replis de chair, son ventre bidon, ses odeurs de soupe passée et sûre, ses tremblements de demeurée, ses sourires figés dans des sillons de chair molle et flasque

Mon imagination est cruelle et méchante, elle sait très bien que la vieille ne parle plus, n'entend plus, ne pense plus, ne lit plus, ne marche plus, ne sourit plus, ne rit plus, ne mange plus, ne vit plus en fait. Et qu'elle pisse dans ses langes, et y fait le reste aussi...

Et cela depuis sans doute déjà vingt ans au moins! Vingt ans de vieillesse au bout du rouleau, au bout d'une bougie qui bredouille. Mais qui tient bon...et mince!

Parce que ses enfants à cette vieille sont peut-être morts depuis longtemps, ou alors sont des tremblotants comme elle, pires qu'elle peut-être, à chochoter et à ruminer dans leurs sourires sans dents.

Et mince!
Mon imagination a des paroles cruelles, je vous ai avertis! pardon pour tous ceux et celles qui ont un parent âgé ou une grand mère aimée. Et dont la vieillesse extrême n'empêche pas de sourire et d'aimer. Même en tremblotant.

Je voulais dire ceci: il me semble tellement normal de partir une fois un certain âge atteint. Vivre centenaire est déjà exceptionnel et je ne sais pas si j'envie ces personnes qui n'en finissent pas de vivre, d'user leur fauteuil et de touiller dans leurs souvenirs...

Je ne veux pas vivre une vie toute rapetissée, pliée dans un corps d'extra vieille...

(Je vous promets de mourir à 113 ans!)


Commentaires

    Tu es impitoyable Coumarine !

    Mais combien réaliste.

    Mourir avant de devenir dépendante. C'est ce que ma grand-mère m'avait dit, qu'elle ne voulait surtout par devenir impotente, être à la merci des autres.
    Elle est morte à 90 ans. Elle a été impotente 6 longs mois mais elle ne l'a pas su.

    Posté par Annick, 30 octobre 2008 à 13:12
  • Tout dépend comment on vieillit ... Si on vieillit bien, il n'y a pas ( je pense ) trop de problèmes à gérer, mais si on vieillit mal ( mentalement et physiquement ), là c'est une autre histoire. Quelque part ça a son charme de vivre très vieux parce qu'on est des témoins vivants de différentes époques. Evidemment, vieillir signifie aussi perdre ses proches et se retrouver seul ...

    Posté par manstrop, 16 août 2007 à 18:36
  • .....★

    Dis donc comme tu es gaie en ce moment....
    )

    Posté par juju.k, 16 août 2007 à 19:50
  • tiens Manstrop...ben il y avait longtemps...c'est sûr que ce que tu dis a son pesant de bon sens...
    C'est vrai que les personnes âgées peuvent être remplies de sagesse...avoir connu des temps héroïques ou le portable, l'ordi pour ne donner que ces deux exemples n'esixtaient pas...

    juju, j'ai mal à l'épaule, ça doit être pour ça!!!!je sens mes vieux os...ça influence le moral...

    Posté par Coumarine, 16 août 2007 à 19:55
  • 1500 ou rien !

    Marguerite Yourcenar à la fin de sa vie disait un jour à Jacques Chancel qu'elle trouvait 1500 ans parfait comme âge pour apprécier les effets d'une civilisation sur l'individu, une vie humaine n'est pas assez longue pour pouvoir penser quelque chose de sage sur tout ce qui peut advenir et devenir... Le corps n'est qu'une carapace , une défroque, à l'intérieur de nos pensées nous sommes éternels et pleins d'allant.
    Quand j'ai peur de vieillir je regarde les étoiles et je m'endors...

    Posté par Mth P, 16 août 2007 à 20:11
  • Pour fréquenter pas mal les maisons de retraite en ce moment, je ne peux qu'être d'accord avec toi !
    114 ans c'est beaucoup trop !La vie humaine n'est peut être pas assez longue, mais quand les neurones nous lâchent les uns après les autres , il vaut lâcher totalement prise.
    J'ai un ami très cher qui a 64 ans et qui décline à vitesse grand V. C'est pas juste...

    Posté par la discrète, 16 août 2007 à 20:32
  • Mth, c'est sûr que le corps n'est qu'une défroque
    Mais quand le mental lui même est atteint, quand il n'y a plus qu'un très vieux corps sans plus de faculté de penser, de réflechir, de ressentir...je trouve ça dommage d'en arriver là
    Toi comme moi, même si petit à petit nous vieillissons, notre esprit reste vif, vivant? nous nous sentons jeunes à l'intérieur (encore faudrait-il savoir ce que c'est que se sentir jeune: je me préfère aujourd'hui qu'il y a vingt ans!)
    Mais je n'aimerais pas être condamnée à la décrépitude corps et âme, et n'être plus qu'une défroque...

    Posté par Coumarine, 16 août 2007 à 22:54
  • la discrète...je sais que tu passes du temps dans les moments de retraite, et tu es de ces personnes que j'espère ne pas avoir blessée par mes propos qui pourraient sembler excessifs
    Je suis rassurée en lisant ton commentaire
    Et ce que tu écris me fend le coeur: je trouve en effet très injuste que quelqu'un qui n'a que 64 ans décline aussi vite quand de très très vieilles personnes continuent leur chemin de très très vieilles personnes
    Bon courage

    Posté par Coumarine, 16 août 2007 à 22:58
  • Evidemment. Ma mère disait souvent, "la vieillesse, je souhaite ça à mon pire ennemi".

    C'est délicat de parler de la vieillesse, parce que je pourrais parler de la même façon des handicapés mentaux ou moteurs profonds et je n'oserais pas le faire (et pourtant, ils pissent aussi dans leurs langes, et des fois, un jeune prof se demande même s'il faut le changer ce lange, ou attendre lâchement la relève). Je n'ai pas changé le lange, mais j'ai nourri des handicapés profonds avec patience, après quoi, je suis allée "tousser" un peu dehors. Des fois, il n'y a que l'humour, pour dédramatiser, mais, peut-on rire de tout ?

    Aussi, je me doute que si tu écris ceci, avec la pointe acérée de ta plume, cela n'enlève rien à ton humanité quand tu es avec des personnes souffrantes.

    J'ai longtemps pensé m'occuper de personnes âgées (je comptais même devenir conseillère laïque... Et puis finalement, après avoir fréquenté maisons de repos et services de gériatrie, j'ai renoncé, je ne suis décidément pas une sauveuse).

    Au CAL, nous avions beaucoup de journées d'info sur les personnes âgées. J'avais beaucoup d'admiration pour un très grand toubib bruxellois, un geriatre, qui commençait toujours ses exposés en disant "un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle".

    Ceci dit, je crois que Jeanne Calment se défendait assez bien, et il existe, en Australie, une centenaire qui... Blogue (l'info vient de Nuages).

    Posté par Pivoine, 17 août 2007 à 00:38
  • Mais d'un autre côté, que pouvons-nous faire, si nous atteignons un tel âge? L'euthanasie a été légalisée en Belgique, certes, mais dans un cadre légal bien précis, et le grand âge n'est pas une cause suffisante... Et il n'y a que la personne concernée qui peut rédiger son "testament de vie".

    Enfin, il n'est pas si facile que ça de se suicider, sauf à se jeter d'un 21ème étage (et même moins), mais bon, qui va se résoudre à ça !

    Posté par Pivoine, 17 août 2007 à 00:42
  • Les belles ambivalences

    J'ai toujours ce sentiment que les ambivalences, la co-existence pure et simple des contraires, sont la nature même du vivant...
    Et c'est pourquoi ce blog me semble particulièrement bien vivant (et bien portant !)...
    Je suis à la fois touché par la réaction que constitue l'article et le commentaire qui évoque Yourcenar.
    Entre les deux, mon coeur balance... Donc bat encore ?

    Posté par D&D, 17 août 2007 à 02:20
  • Est-ce bien nécessaire d'aller si loin?

    Posté par mab, 17 août 2007 à 09:00
  • Pivoine...j'espère que tu me connais assez pour savoir qu'au delà de ma plume parfois acérée comme tu le dis, il y a toujours le respect pour les êtres humains
    Le sais-tu aussi qu'il y a dans les participants à mes ateliers d'écriture une personne en chaise roulante?
    De plus je ne fais pas l'apologie du suicide... pas du tout, je dis simplement que MOI je n'aimerais pas vivre si vieille... faut bien me comprendre hein!


    D&D, le soleil et la lune, le ying et le yang, l'envers et l'endroit etc
    S'il n'y avait pas ces ambivalences dont tu parles, il n'y aurait pas de vie. La vie est avant tout mouvement: le coeur qui s'arrête de battre, l'encéphalogramme plat signe la mort
    Merci de me dire que ce blog est VIVANT, j'aime ce genre de compliment

    mab...que veux-tu dire exactement? évoques-tu là la possibilité de l'euthanasie?

    Posté par Coumarine, 17 août 2007 à 10:38
  • J'ai beaucoup de mal a envisager la vieillesse sous un angle " grabataire ", du moins l'extrême vieillesse, parce que mes deux grand- mères maternelles sont mortes à un âge canonique avec toute leur tête ( et quelle tête ! ) et tous leurs moyens physiques.
    Mon arrière grand-mère Louise a 96 ans, j'avais 15 ans...qui grimpait à califourchon dans les arbres pour les élaguer un an avant sa mort, et ma grand-mère Denise à 97 ans...qui se maquillait encore et s'occupait de politique.
    Je ne connais donc pas les dégradations de l'âge.
    Mais en ce qui me concerne, sauf si je devais faire comme mes aïeules, je n'y tiens pas du tout.
    J'ai toujours la mort à l'esprit et ce depuis mon plus jeune âge : Je l'accepte, c'est elle qui donne du poids à ma vie...mais souffrir et perdre mes moyens intellectuels n'est pas concevable.
    Je suis donc pour le droit à choisir ma mort, quand et comment.
    Mais à chacun de choisir ou ne pas choisir. C'est un sujet très personnel, très intime que la vieillesse et ses conséquences...
    Ceci dit, vieillir ne me dérange pas en soi, c'est un élément essentiel et inéluctable de la vie. Nous sommes tous en sursis dès la première seconde de notre vie.

    Posté par Aédia, 17 août 2007 à 12:12
  • Bonjour Coumarine,
    Moi, non plus,je ne veux pas vivre si longtemps, je ne veux pas vivre dans un tel état de délabrement...
    Je n'aime pas la vieillesse,j'aimerais mourir avant de devenir aveugle, sourde, rapetissée, grabataire, incontinente, folle, débile, méchante, embêtante et puante.
    J'aime la vie ,et puisque de toute façon, je vais mourir un jour ,j'aime autant mourir vivante, encore belle et en bonne santé...
    Je laisserai ainsi, un bon souvenir!

    Posté par Charlotte, 17 août 2007 à 12:21
  • Aedia la Sage...
    Je n'aime pas l'idée de vieillir, tu vois, et comme je n'ai pas comme toi devant moi aucune de mes grands mère ou mère (ainsi que belle mère) parties en pleine possession de leurs moyens...j'ai je crois une dent contre la vieillesse
    Elle me fait peur

    Pour cela que Charlotte, tes mots me parlent , ben oui...

    Posté par Coumarine, 17 août 2007 à 12:51
  • pouvoir partir avant d'etre piégée dans son corps ou dans un recoin de sa tête, oui, oh combien oui. je ne veux pas que mes enfants me voient vieille et encombrante

    Posté par mercidemavoirrem, 17 août 2007 à 14:42
  • C'est pour cette raison que je dis que le sujet est subjectif et intime...
    J'aime vieillir parce le temps qui passe me " pose ", me rend plus tolérante, moins " caractérielle ".
    Vieillir tant que je conserve mes fonctions essentielles, une autonomie et ma tête, me convient.
    Le physique m'importe peu ( même si j'y fais attention dans le sens ou je ne me néglige pas )mais les rides font partie de moi tout comme les rhumatismes héréditaires.
    Quand je sentirais que ma tête me joue des tours ou si je deviens dépendante, je m'en irais.
    Quand j'avais 14 ans, Montherlant s'est suicidé parce que ses fonctions intellectuelles déclinaient...je me suis dit que je ferais la même chose le moment venu et je n'ai jamais changé d'avis.
    Même chose si je dois envisager de souffrir avant de mourir.
    Je refuse.

    Posté par Aédia, 17 août 2007 à 15:42
  • Le Corps sourd et sournois, la conscience amnésique...

    Nous ne nous possédons pas autant que nous le voudrions et la dépendance quand elle nous fait peur nous donne aussi l'envie d'y retourner. L'ambivalence est là plus ou moins consciente. Il n'y a jamais eu autant de cas d'alzheimer qu'aujourd'hui, et pourtant ça existait avant. J'ai souvent eu l'impression à l'hôpital que c'était une porte de sortie moins douloureuse que de se déconnecter ainsi prématurément de soi et des siens. Je déplore aussi la banalisation de ces fins de vie qui préfère donner des médicaments au lieu de donner de la présence humaine et compassionnelle aux personnes qui "ont fait leur temps"... La remarque de Yourcenar est pour moi une boutade, une tentative de dépasser un peu les limites étroites de nos trouilles bleues et bien partagées. L'image de la démence ou de la décrépitude est bien sûr bouleversante, et encore plus redoutée lorsque la douleur et l'incurie s'y rajoutent. Mais il existe de nombreux vieillards silencieux et presque sereins qui n'osent pas proclamer qu'ils se sont détachés de la compétition ambiante pour rejoindre quelque chose qui leur fait bien plus envie : la fin des questions et des angoisses universelles. J'aime croiser cette sagesse parfois très malicieuse même si la plainte est plus courante et presque conventionnelle. Je trouve qu'elle est artificiellement exagérée par l'environnement dans bien des cas (plus que par les personnes réellement concernées) : le temps du vieillir chez les autres nous encombre et nous renvoie au temps qu'il nous faudra pour accepter l'évolution naturelle du grand sac bio-psycho-social dans lequel nous cueillons nos sensations et nos désirs tout au long du parcours (très court).
    Quoi, l'éternité ? Ca va pas la tête ? Bisous Coum. (Ca va mieux ton épaule ?). J'ajoute que je n'ai aucune croyance religieuse pour déblatérer comme je le fais... Ne me lapidez pas, je suis encore jeune et déjà cabossée...

    Posté par Mth P, 17 août 2007 à 16:22
  • J'en ai connu une qui a joué du piano jusqu'à presque 100 ans, bien sûr vers la fin, c'était plus ça mais même plus jeune, la fin c'est jamais terrible...

    Posté par heure-bleue, 17 août 2007 à 17:25
  • Encore plus que la paralysie physique, je redoute, pour ma part, celle de l'esprit!!!
    C'est d'actualité...
    Pour moi, il est là le pire:
    Perdre lentement ses facultés mentales, sa raison... être dependant intellectuellement... et ne pas s'en rendre compte!!!

    Posté par val, 17 août 2007 à 18:23
  • Je suis en atelier à Hurtebise. Je reviens lundi pour répondre à vos intéressants commentaires.
    Je vous embrasse.

    Posté par Coumarine, 17 août 2007 à 22:31
  • Coum, je comprends et en même temps, je ne peux pas m'empêcher de croire que l'on ne se sent pas forcément vieux un jour. Sauf à perdre ses facultés physiques mais pas mentales et là, c'est raide (ma grand-mère maternelle a eu la maladie de Parkinson dès 60 ans). Sinon, je crois qu'on espère toujours d'autres choses (aller un peu mieux..), qu'on se projette encore dans l'avenir. Je me demande si nous ne sommes pas fondamentalment optimistes.
    Et ce que tu écris em fait penser à la chanson "La centenaire" de Linda Lemay, tu la connais ?

    Bises

    Posté par telle, 17 août 2007 à 23:04
  • Moi je la connais et j'aime enormément cette chanson telle

    Posté par val, 17 août 2007 à 23:34
  • pour cotoyer de par mon travail beaucoup de personnes agées, elles n'abordent pas toutes la vieillesse de la même façon, il y a ceux qui font ce qu'ils faisaient 40 ans plus tôt, en ignorant ou en feignat d'ignorer les inévitables limites physiques de leur corps, il y a ceux qui revendiquent leur vieillesse et les douleurs qui vont de pair,il y a ceux qui souffrent en silence et attendent la fin, résignés à vivre et à mourir, il y a ceux qui répètent haut et fort tous les jours qu'ils voudraient bien partir, et bizarrement c'est ceux-là qui "durent", et il y a ceux qui sont présents en étant absents du monde réel, la compagnie de ceux-là est je trouve la plus effrayante, parce que on se demande (enfin moi je me le demande), comment on ressent la vie quand on a perdu totalement la raison

    Posté par mercidemavoirrem, 18 août 2007 à 18:22
  • Coumarine a pris un coup de vieux.

    Posté par Oncle Dan, 19 août 2007 à 16:15
  • Je suis vieille !

    Ben oui je suis vieille .. non pas centenaire mais j'ai 82 ans et cette année j'ai passé un palier, car il me semble que j'ai pris 10 ans en une seule année.. Oui je ne me sens plus la même,
    les jours sont une suite de recommencements où
    je ne trouve plus ce grain de sel qui donne tant
    de joie dans la vie. Je me sens tout à coup inutile, une forme toute rapetissée, un peu tordue, qui n'a pour l'instant aucune maladie grave, seuleme,t cette décrépitude, qui peu à peu gagne du terrain et m'emplit de tristesse.

    Je me sens inutile, plus en phase avec
    le monde autour de moi. On ne se comprend plus et c'est cet égarement qui me blesse le plus. Oui je sais je ne devrais pas me plaindre, puisque physiquement je ne souffre pas, cela ne m'empêche pas de souffrir moralement. Donc je le dis haut et fort, mii non plus je ne veudrais pas devenior grabataire, ou perdre complètement la tête; Je me demande
    pourquoi Dieu ne m'appelle pas, alors que je suis inutile et ne laisse pas comme beaucoup, d'enfants en bas âge qui ont encore besoin d'une mère. Oui j'aimerais qu'il soit laissé à chacun
    le choix de partir, avant d'être complètement "un légume" une pauvre chose abandonnée qui ne sait plus où elle va

    Merci Coumarine d'avoir soulevé cette question et je suis tout à fait d'accord avec Toi.

    Posté par baguette, 19 août 2007 à 19:00
  • jeune, vieux, demi vieux ????

    moi tu me connais tu m'as lue .
    je cotoie la grande vieillesse tous les jours .
    pas la vieillesse comme on l'imagine, non, la vieillesse qu'on relègue à l'hospice au lieu de la vénérer comme on le faisait " dans le temps" .

    je connais ce que tu imagines, ton imagination est en deça de la réalité mais je ne veux pas lui donner matière à dépasser l'entendement ^^

    par contre j'avoue avoir moi même une arrière grand mère, qui pour être un peu sourde, reste toujours malgré ses 103 autonomme ( c'est à dire qu'elle marche encore et ne porte pas de changes complets) et une maitresse femmme.

    Elle a été infirmière , est ce la le secret de la longévité ???
    aps j'ai pas choisi le bon métier alors -mdr-

    vieillir ?
    on le redoute tous, on a tous dit un jour plutôt mourir que légumer et pourtant les hospices ne désemplissent pas. Changerait on d'avis en vieillissant ? l'aime t on tant que ça cette vie au final ? ou est ce un peu de lacheté ?

    on aura tous à régler nos problèmes face à notre représentation de la mort mais par contre sans nous en rendre compte nous sommes déjà vieux ( l'enfance est passée , du moins physiquement)
    comme disait st exupéry tous les adultes ont été des enfants mais peu d'entre eux s'en souvienne ^^


    des bises

    L_isa

    Posté par L_isa, 19 août 2007 à 22:59
  • il fallait lire => 103 ANS !

    mais tu avais deviné je pense ^^

    Posté par L_isa, 19 août 2007 à 23:00
  • C'est la dépendance qui est insupportable à mes yeux, à n'importe quel âge d'ailleurs...

    Posté par Fauvette, 20 août 2007 à 01:08
  • Écrire, c’est échapper au temps, s’évader de la durée où nous souffrons de naître, de grandir, de vieillir, de mourir… Aujourd’hui, j’ai cent ans et qu’importe si je suis amoureuse…

    Posté par jacques, 20 août 2007 à 09:37
  • Bonne odeur de fournil...

    Baguette, vous êtes à croquer, et je craque en vous lisant ( avec mes rhumatismes et ma peau de cinquantenaire déjà ravinée hélas hélas hélas ... la peau des pensées est protégée du soleil...). J'avais envie de vous le dire ici. Ca ne mange pas de pain ! A vous relire...

    Posté par Mth P, 20 août 2007 à 20:38
  • Bonsoir à tous...

    J'ai lu attentivement tous vos commentaires, qui chacun mériterait un nouveau billet? pardonnez moi, mais je répondrai très (trop) vite

    La plus grande fréquence de la maladie d'Alzeimer...ben tu m'étonnes MTh, n'est-ce pas parce que les gens vivent plus vieux qu'elle se manifeste davanatge?

    Oui Telle,je connais la chanson émouvante de Linda Lemay

    Non mon épaule ne va pas tellement mieux, je dois faire avec comme on dit. C'est plutôt mon bras qui refuse de faire les mouvements qu'il devrait faire

    Je suis comme vous Aedia et Val, je redoute la vieillesse de l'esprit. Je refuse de perdre la tête...j'epsère partir avant...

    J'ai lu en effet un de tes bilets Lisa avant que tu ne l'ôtes...il était édifiant et...effrayant...

    Baguette, merci pour votre message...
    Est-ce cela surtout qui est le plus dur en vieillissant: ne plus se sentir utile à personne?
    Je vous embrasse...MTh a raison vous êtes craquante...

    Mth encore pour toi...merci pour ta carte, je n'ai pas encore eu l'occasion (ou pris la peine)de t'en remercier...elle m'a fait un IMMENSE plaisir

    Posté par Coumarine, 20 août 2007 à 22:47
  • beausoir

    et ben t'en as des réflexions
    pour un retour de vacances, tu me remets tout de suite dans le cogitum cogitaré..;
    et ben moi, honnétement je ne veux pas mourire trop vite, mais je ne veux pas non plus vivre comme un légume alors
    comme j'ai 45 soit encore au moins autant avant de mourir vu que les femmes sont plus résistantes, j'espère que d'ici là, z'auront trouvé une solution à mon pbm car , mine de rien cela me soucis un petit peu quand meme !

    bisous et bonne soiree à toi
    à+ rsylvie

    Posté par rsylvie, 22 août 2007 à 22:02
  • c'est vrai Sylvie faut le reconnaître quand même les femmes vivent plus longtemps que les hommes

    Posté par Coumarine, 23 août 2007 à 12:26
  • désolée pour le coté effrayant de certains de mes post

    je ne sais plus si je me suis censurée ou pas , pourtant il reste un de mes posts assez cru par rapport à l'image éducolrée que l'on veut publiquement donner de la vieillesse...

    je sais , c'est pas bien de piétiner les illusions des autres. pardon d'avance alors

    bisous

    L_isa

    Posté par L_isa, 23 août 2007 à 22:49
  • Vaine inutilité

    Eh bien, que de réflexions intéressantes à lire ici, dans les billets et dans les commentaires ! En fait il y en a tant que j'avoue avoir survolé certains passages, m'être arrêtée à d'autres. J'espère donc n'être pas trop hors sujet...

    As-tu vu, Coumarine, cet article
    > http://www.webmember.be/fct/fr/personnel/actu/g/actualite_agence_france_presse_afp.html/2007_08/AFP/News_070813145357.b2dr8w0u%7C36661847_3603972

    (tu auras même la photo)

    Apparemment cette centenaire se portait plutôt bien - notons que ça ne nous dit pas si elle était heureuse.

    Sur le fond, je suis d'accord avec toi et je ne suis pas sure qu'il faille faire durer les êtres coûte que coûte. Je crois aussi que chacun devrait avoir le choix mais il est vrai que ça pose des questions épineuses.

    A Baguette, j'ai envie de dire : je comprends cette problématique de l'inutilité mais je pense que c'est un terrain dangereux. Revendiquer l'inutilité comme justification d'un éventuel terme à une existence, c'est ouvrir le chemin aux totalitarismes qui ne se sont pas gênés déjà, au cours de l'histoire, pour massacrer tout ce qui semblait vieux, faible, pas beau, pas conforme au modèle... Et puis on peut avoir encore de belles choses à vivre une fois qu'on est devenu "inutile" aux yeux de cette société de performance ; mais quid de la traditionnelle sagesse des anciens (pour ne parler d'aucun aspect pratique) ?

    Cordiales salutations à tous, au plaisir de vous lire ici et là.

    Posté par hi3, 03 septembre 2007 à 00:59
  • Bonjour et bienvenue à toi hi3
    (on s'est vu quelque part, mais je sais plus où...)
    Merci de venir me rendre visite, dès que j'ai un peu de temps je viens chez toi...
    MERCI aussi de me mettre ce lien qui me réconcilie un peu avec la grande vieillesse
    C'est vrai que cette femme n'est pas si mal que ça...

    Posté par Coumarine, 03 septembre 2007 à 15:06

Poster un commentaire