Les mots pour le dire - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

11 avril 2007

Les mots pour le dire

Je pourrais vous parler de l'incroyable douleur à l'épaule qu'aucun antidouleur, aucun anti inflammatoire, même pas un médoc à dérivé morphinique n'a pu valablement soulager, de la détresse dans laquelle je me suis trouvée, de la dépendance pour tous les gestes les plus élémentaires, de la peur de rester à jamais dans ce cauchemar, de l'impossibilité dans laquelle je me suis trouvée pour simplement vivre, assumer le quotidien...ce n'est pas fini, mais cela va mieux, et puis la kiné fait des miracles paraît-il...

Je pourrais vous parler de mes doutes et de mes peurs concernant ma santé, alors que par trois fois ces derniers six mois je me suis trouvée dans une situation difficile, me laissant chaque fois dans un état de faiblesse accrue...que va-t-il se passer à présent? quel est le prochain couac?

Je pourrais vous parler de l'infinie tendresse de ma grande fille infirmière, qui samedi, en l'absence de mon époux (si souvent...bien trop souvent absent) m'a prise en charge, m'a conduite aux urgences, est restée durant les quatre heures d'examens divers et variés...merci ma chérie, je me suis sentie "en sécurité" avec toi...

Je pourrais vous parler de la journée de dimanche durant laquelle mes enfants ont tenu à fêter mon anniversaire, avec une chaleur et un amour dont je m'étonne toujours, moi qui, hélas, ai si peu aimé ma mère (quel euphémisme...) ...accueil chez l'un d'eux, repas comploté en commun, "discours" merveilleux parlant de ce que j'ai été et fait pour eux. Ce qui me fait le plus plaisir, ce n'est pas tant qu'ils aient relevé tout ce que j'ai "fait" pour eux, que ce que j'ai été pour eux et particulièrement écoute écoute écoute. C'est en effet ce que j'ai tenté d'être, je voulais leur donner ce que je n'ai pas reçu, donc c'est possible! Bourrée de médocs et malgré la douleur qui me sifflait dans le corps, j'ai savouré chaque instant de ces heures d'amour partagé.

Je pourrais vous parler de l'absence au repas de ma fille adoptive ce jour-là...venue à l'apéro, repartie par après, elle m'a manqué, je ne veux pas en dire davantage...

Je pourrais vous parler du silence affolant de mon clavier depuis une semaine alors qu'un travail important pour moi m'attend  et me réclame...silence du clavier parce que mon bras n'accepte pas de se poser sur lui, mais aussi silence de mes pensées fécondes, incapacité de mettre ensemble deux mots cohérents, sinon douleur douleur douleur...

Je pourrais vous reparler de la solitude existentielle dans laquelle chacun doit finalement et fondamentalement vivre. Les marques d'amitié, les tendresses n'empêchent pas que c'est à nous et à nous seuls de nous débrouiller pour vivre au mieux les "accidents" plus ou moins graves de la vie. J'y pense à l'instant parce que quand un de mes enfants vit un chagrin ou un problème, malgré tout l'amour que j'ai pour eux, c'est à eux et à eux seuls de le gérer, de trouver LEUR solution...


Commentaires

    C'est juste ce que tu dis à la fin de ton texte Coumarine.

    La solution de nos problèmes est en nous. Nous avons ce pouvoir. Nous sommes puissants. Mais notre civilisation judeo-chrétienne nous a dépossédé de notre propre pouvoir. C'est tellement intéressant de rendre les gens dépendants...

    Je ne sais pas pour les autres civilisations. Je ne connais pas leur mode de vie et de pensée.

    Posté par Annick, 23 septembre 2008 à 13:39
  • Oh Coumarine ! J'espère que ces douleurs vont passer.
    Ton post parle de la vie. Parfois il faut affronter seul les choses. Mais quand même sentir de l'amour de la part des autres nous aide.
    Je t'embrasse !

    Posté par Bellesahi, 11 avril 2007 à 13:17
  • Bien sûr Bellesahi, l'amour des autres nous aide fameusement...mais je veux dire que les épreuves, personne ne peut les traverser à notre place...
    (RV ce soir sur PP, ce sont des photos de Bellesahi qui sont à la base de la consigne 44! )

    Posté par Coumarine, 11 avril 2007 à 14:08
  • Beau texte sur la vie!! Cette éternelle confrontation avec soi (son corps), les autres et encore plus soi et son chemin...ton blog est rempli de très belles réflexions...je pense que je reviendrais souvent me laisser aller à tes mots, maux et émotions.

    Posté par VanessaV, 11 avril 2007 à 14:33
  • merci Vanessa (et bienvenue). ce mot me fait plaisir, tout simplement

    Posté par Coumarine, 11 avril 2007 à 14:46
  • Je suis très touchée par ton témoignage Coumarine ...Je ne sais de quelle maladie tu souffres mais je te souhaite beaucoup de courage pour continuer à l'affronter et la vaincre... C'est parce que voilà de nombreux jours que tu n'intervenais plus sur PP que je me suis inquiètée et suis passée par là ... Bon courage

    Posté par clau, 11 avril 2007 à 15:03
  • Je suis très touchée par ce que tu a écris, par tous ces mots pleins d'émotions, par l'amour qui circule avec tes enfants (quelle belle réussite) par ce que nous avons tous en commun. Car comme tu l'écris, que ce soit une douleur physique ou morale à traverser nous devons les affronter seuls. Et ce silence des pensées...je le vis aussi...mais j'en suis sûre, il finira par passer. Quand? c'est à lui d'en décider, pourvu que reste la confiance.Un abandon confiant. Et tout ira bien...

    Posté par Victoria, 11 avril 2007 à 15:12
  • clau...cela me fait plaisr que tu sois venue "voir" ce que je devenais...comme je le dis plus haut: RV ce soir sur PP avec de magnifiques photos de Bellasahi et une consigne géniale (euh..c'est moi qui le dis hein!


    Victoria...quand mes mots se taisent je sais par expérience que je dois les forcer un peu, les soumettre à des contraintes..
    Mais là, je n'avais plus le goût ni la force de quoi que ce soit...comme tu vois c'est en train de revenir...à bientôt

    Posté par Coumarine, 11 avril 2007 à 15:26
  • Coumarine, j'ai eu les larmes aux yeux en lisant ton billet mais plus encore en lisant ton dernier paragraphe. Je sais que tu as raison quand tu dis que nos enfants doivent trouver LEUR solution. En ce moment tout particulièrement j'essaye de m'ancrer cela en tête mais je suis très malheureuse de voir que malgré tout l'amour que l'on peut progiguer à notre fille (tu sais qu'elle est malade psychique) elle semble s'enfoncer dans une certaine torpeur et déploie une force d'inertie phénoménale ce qui rend encore plus lourds les efforts que l'on peut faire pour l'en sortir. Je relirai ton billet pour me convaincre de ce que je sais déjà. Merci.

    Posté par tanette, 11 avril 2007 à 16:02
  • Il y a des moments où l'on a besoin de se recentrer, de revenir vers l'essentiel et juste l'essentiel. La famille, les proches, rien d'autre.
    Soi là-dedans, finalement à sa place (la chance que tu as ! ) mais bien sûr pas de force supplémentaire pour écrire.
    Sauf que la vie reprend le dessus, toujours, toujours et voilà que ça revient dans les mots…
    Touchants, touché je suis…

    Posté par filaplomb, 11 avril 2007 à 17:21
  • Tanette, j'ai moi aussi été très touchée quand j'ai appris le drame qu touche ta grande fille et vous ses parents...le chemin de croix
    Que faire, que dire? on est impuissants
    (une de mes filles est atteinte de pulsions boulimiques et ...même impuissance en plus de la culpabilité dont je me défends, oui c'est dur...et parfois on craque)
    Je t'embrasse.


    bonjour filaplomb et bienvenue dans mes petites paroles. Oui j'ai de la chance d'avoir une famille unie, des enfants qui s'entendent bien (en gros)
    Mais cela n'empêche pas les problèmes, psy et physiques...
    Je crois comme toi que la vie est la plus forte, mais pour l'instant elle vit au ralenti ma vie...
    alors je lui tiens des discours, je la booste...
    Merci de ton passage

    Posté par Coumarine, 11 avril 2007 à 17:38
  • Oh oui je sais pour les épreuves que personne ne peut traverser à notre place ! Je te comprends ! Ce n'est^pas grave au moins la cause de ces douleurs ?
    A ce soir !

    Posté par Bellesahi, 11 avril 2007 à 18:02
  • Magnifiques, tu vas me faire rougir !

    Posté par Bellesahi, 11 avril 2007 à 18:03
  • juste une petite parole

    pour toi qui nous en donne tant. D'ailleurs parfois si tu ne donnes pas trop ? non ! je sais ce que tu vas me répondre, on ne donne jamais trop ^^
    mais parfois il est doux aussi de recevoir ...surtout quand on s'y attend peu.

    alors juste une petite parole d'infirmière : prends soin de toi. Fais tout au mieux pour que ta douleur cesse ou du moins décroisse jusqu'au supportable.

    une petite parole de L_isa : Merci pour toutes les petites paroles que tu nous donnes si souvent et gratuitement, sauf que celle ci a du naître dans une souffrance à chaque lettre tapée, donc encore plus merci de nous avoir fait ce présent.

    une petite parole de maman : profite bien de tous tes ouailles

    des bises de toutes les L_isa réunies ^^

    tendrement

    L_isa

    Posté par L_isa, 11 avril 2007 à 18:10
  • Comme tu es courageuse, Coumarine.
    Je suis désolée de te savoir dans une telle douleur physique.
    Que te dire? Je pense à toi et si toutes les pensées affectueuses que tu reçois faisaient effet d'anti-douleur, tu te sentirais beaucoup mieux.

    Posté par sodebelle, 11 avril 2007 à 18:21
  • Bellesahi...j'ai bien dit: magnifiqes, et tant pis si tu rougis!


    Ta tendresse pour moi me touche beacoup ma petite Lisa...tu le sais, merci pour tes paroles toujours si gentilles. Elles me sont baume en ces moments pas si faciles

    Sodebelle...je crois que tous nous avons une capacité de courage, moi comme toi, comme tout le monde...j'y ai fait appel c'est vrai cette dernière semaine
    Oui je crois que toutes vos pensées affectueuses m'aident beaucoup

    A tous, je me faisais une remarque peut-être bizarre: ce sont des femmes qui me mettent un mot ici (filaplomb inconnu de moi, je suppose qu'il est homme...)
    Comme si d'évoquer une douleur morale ou physique faisait vibrer une fibre "maternelle" profondément inscrite dans la femme...

    Posté par Coumarine, 11 avril 2007 à 19:31
  • J'aime la simplicité avec laquelle tu nous écris ces mots, tes maux.
    Je suis touchée, et comme je n'ai pas trop envie de dire de bêtises, je t'embrasse bien fort.

    Posté par Fauvette, 11 avril 2007 à 20:04
  • Simplement pour te dire que tes mots m'ont touchés. Je pense qu'ils font échos à beaucoup d'entre-nous, chacun avec son propre vécu, ses possibilités,...
    Courage Coumarine!

    Posté par logarithm', 11 avril 2007 à 20:37
  • Je viens de te lire. Et... Ma bouche se rempli de vide. Que dire, quels mots choisir qui pourraient apaiser un peu ta douleur? Je comprends ce que tu vis, pour le vivre un peu moi aussi. Courage! Mais surtout longue vie à Coum' )))

    Posté par Ln10, 11 avril 2007 à 20:44
  • Fauvette, qu'est-ce que tu crois? tes paroles ne sont pas des bêtises mais des paroles de Fauvette, c'est dire...

    logarithm' et LN10, je vous embrasse très fort, vous êtes adorables, je vous ai découvertes sous un autre jour que le jour "officiel" et j'en suis super heureuse
    (on se reverra aux dates convenues, faut que je l'écrive à An. qui vous le transmettra, mais comme ça vous le savez déjà!!

    Posté par Coumarine, 11 avril 2007 à 21:14
  • Chouette!!!
    Super contente de cette nouvelle!

    Posté par logarithm', 11 avril 2007 à 21:31
  • Contente de voir que tu as enfin pu retrouver le chemin de ton clavier. C'est formidable d'avoir des enfants aussi attentifs, on se dit qu'on a vraiment réussi quelque chose. Et qu'on a beaucoup de chance. Pour le reste, tu sais bien ce que je pense ...
    Je t'embrasse

    Posté par amaily, 11 avril 2007 à 21:44
  • De tout coeur, Coum, je te souhaite un allègement de la douleur et de bonnes séances de kiné. Je sais ce que c'est, la douleur physique est un supplice. Et je suis bien contente que ta fille t'aie accompagnée aux urgences (ce n'est pas un lieu de tout repos et on est souvent mal installé et inquiet). J'espère que ce n'est pas "grave" et que tu continueras de prendre soin de toi. Disons quand même qu'avec une grande famille autour de toi, tu n'es pas tout à fait toute seule - même si on est seul quand on est devant une épreuve, ça fait du bien d'être entouré.

    Bisoux

    Posté par Pivoine, 11 avril 2007 à 22:05
  • Et tu seras d'autant moins seule que plus qu'une grande famille, tu as une famille où l'amour nourrit des liens forts, profonds et serrés.

    Posté par Pivoine, 11 avril 2007 à 22:06
  • Coumarine, j'ai lu tes mots dès que tu les as mis en ligne... et je n'ai pas su quoi dire. Je me sens mal à l'aise face aux difficultés d'autrui, me disant que je ne peux rien faire pour les apaiser. Peut-être juste dire que je t'ai lue, et que je compatis...

    Posté par Pierre, 11 avril 2007 à 22:08
  • logarithm...pour moi aussi c'est chouette de vous revoir et de travailler avec vous...


    amaily, oui je mesure ma chance, et pour le reste, merci...

    Pivoine...c'est vrai, il y a du monde autour de moi, mais ils sont grands et chacun a sa vie...un peu peur de déranger. Mais ici cas de force majeure...beaucoup d'amour, oui, c'est vrai...

    Pierre, comme je le fais remarquer plus haut, tu es ici "mon" premier homme, je veux dire le premier qui me met un petit message...je te dis MERCI

    Posté par Coumarine, 11 avril 2007 à 22:19
  • Je me disais il y a....

    quelques minutes que ce devait être temps....oui, mais je ne savais pas ce qui t'arrivait alors je comprends mieux maintenant....Il m'arrive aussi d'être clouée, d'avoir très mal dans mon corps.....je connais la souffrance et je peux entendre celle d'autrui. Tu vas reprendre des forces, et je vois que tu es bien entourée alors....ça ira mieux. Je t'embrasse.

    Posté par bonaventure, 11 avril 2007 à 23:48
  • Douleur et bonheur font un joli article. Je souhite ce tu ailles mieux de jour en jour.

    Posté par mab, 12 avril 2007 à 07:19
  • Chère coum, j'espère que tu vas enfin trouver quelque chose pour te soulager ...La douleur physique quand elle est forte comme la tienne est une source de "brouille" interieure , elle pervertit tout notre interieur et s'invite et s'incruste dans tous les coins de la tête en y laissant peu de place pour le reste... Heureusement que tu as une force d'amour autour de toi, en te lisant on la sent, même au milieu de tes doutes on la sent.... Courage Coum, je pense à toi fort...

    Posté par tilu, 12 avril 2007 à 07:53
  • < bonaventure: je suuis déjà en train de reprendre des forces...merci

    < mab: et en plus ces deux mots riment...seraient-ils si proches l'un de l'autre?

    < tilu: ça va mieux de jour en jour, aujourd'hui j'anime comme prévu l'atelier d'écriture chez moi( je suis incapable de conduire encore..). Tu décris bien ce phénomène de la douleur qui s'incruste partout et nous "brouille" intérieurement, c'est tt à fait ça...
    Oui il y a de l'amour autour de moi, mais aussi en moi, les deux se tricotent
    merci pour tes mots

    Posté par Coumarine, 12 avril 2007 à 08:47
  • J'ai découvert ce matin tes petites paroles et j'ai eu les larmes aux yeux en les lisant. Je suis très touchée...c'est vraie, c'est la vie, mais, tu as tes enfants qui t'aiment, et beaucoup d'amies (selon les commentaires). Je te souhaite le meilleur !!!
    P.S.:désolé pour les fautes orthographiques, je ne suis pas française.

    Posté par Camelie, 12 avril 2007 à 12:18
  • C'est comme ça que je t'imagine : comme un pilier de ta famille, le lien essentiel et aimant entre tous... et ils le savent bien. Et de savoir qu'il y a quelque part quelqu'un qui vous aime et qui se fait du souci pour soi, rien que ça, ça aide...
    Bises

    Posté par Traou, 12 avril 2007 à 12:45
  • moi, je rajoute plein de bisous, de petites fleurs et des chants d'oiseaux parce que sinon ca ne serait pas moi.
    Quand à apprendre à respecter la liberté de souffrance de ceux qu'on aime parce que c'est leur vie, c'est beau dans les mots mais si difficile à vivre.
    bisous, prends soin de toi.

    Posté par claire, 12 avril 2007 à 13:47
  • C'est un chouette cadeau que t'ont fait là tes enfants, et j'imagine au fond de toi la satisfaction d'avoir mené à bien l'essentiel.

    Tu me vois bien triste de cette souffrance qui t'empêche de vivre normalement. Je t'envoie plein de pensées réconfortantes.

    Posté par telle, 12 avril 2007 à 13:52
  • Camelie...sois la bienvenue dans ces petites paroles. Bravo de t'exprimer sans fautes dans une langue qui n'est pas la tienne

    Traou...merci d'être venue me mettre ce petit mot. Etre un pilier...ça alors, peut-être que je le suis quand même, malgré mes fragilités...


    Claire, toujours fidèle à toi-même dans l'optimisme...tu tiens le bon bout
    Non ce n'est pas facile de s'accepter impuissante dans les maux que vivent ceux qu'on aime

    Telle, je vais nettement mieux...j'ai aussi un tempérament qui me permet de remonter le plus vite possible
    Je t'embrasse

    Posté par Coumarine, 12 avril 2007 à 16:01
  • les gars...

    sont déjà par nature souvent moins expansifs...

    est ce plus féminin , l'empathie ?
    vas savoir ? ?????

    je me garderai bien de faire des généralités, car il faut toujours se méfier des apparences ^^
    et je salue le "courage" de Pierre qui est venu dire qu'il ne savait pas trop quoi dire = une sorte de "tape sur l'épaule" (pas trop fort vu les douleurs^^) pour te dire qu'il était avec toi. touchant.

    j'espère que la douleur perd des points dans la bataille que tu livres contre elle.

    des bises

    L_isa

    Posté par L_isa, 12 avril 2007 à 17:10
  • Ton texte est d'une honnêteté merveilleuse : tu ouvres ton coeur, laisses sortir ta peine et ton bonheur, tes frustrations et tes joies. Car c'est vrai que ces sentiments peuvent être intimement liés. N'est-ce pas dans la douleur et la tristesse que se révèlent aussi des moments d'infinie émotion ?
    Tu vois, Coumarine, je t'avais imaginée très solide, et voilà que nous te découvrons non plus uniquement par la fiction, mais aussi par l'expression d'une souffrance personnelle, tant physique que morale.
    Alors, sache que je pense très fort à toi en ces moments difficiles et que je souhaite ardemment que chaque jour t'apporte une amélioration. Les kinés font aujourd'hui des miracles, j'en sais quelque chose (j'ai une vertèbre cassée et ... rejoue au tennis après des mois de galère). Donc, bats-toi, crois en ta guérison et aussi dans la sympathie de tous ceux qui t'entourent !
    Prends bien soin de toi et profite de ce moment d'incapacité pour penser un peu à toi. Bisous.

    Posté par Micheline B, 13 avril 2007 à 00:05
  • Oui, malgré une magnifique famille, on est seul en face de soi, seul à souffrir... je le sais, et je te comprends.

    Posté par Baïlili, 13 avril 2007 à 01:45
  • Lisa...tu as raison il ne faut pas faire de généralités concernant les hommes et les femmes. Et je vais mieux de jour en jour.Bonne journée à toi


    Micheline je crois que, avant d'être forte ou fragile (les deux finalement) je suis (j'essaie du moins) d'être authentique
    Merci de penser à moi, et bonne journée à toi


    Bailili, je t'embrasse...

    Posté par Coumarine, 13 avril 2007 à 08:34
  • je suis toujours en retard, toujours pressée!
    pourtant aujourd'hui, je tenais à te dire que malgré mes appartions plutôt rares sur PP, je ne suis encore là!
    je ne veux pas qu'envoyer des textes et en lire d'autres!
    c'est pas ton but! ni le mien!
    ce que tu as écris me touche aujourd'hui, parce que c'est vrai que la douleur, même entourée de gens qui nous aiment est parfois "invalidente"!!
    je te souhaite mille bonheurs par jours encore, pour supporter ce qui est le plus dur peut etre...
    les doutes!
    tu es quelqu'un de formidable! ce n'est pas ton blog et PP qui compte pour moi! c'est toi!
    tu aurais peut etre pu croire autre chose, mais la vie me donne des leçons tous les jours!
    j'ai du mal a exprimer ce que je rescents vraiment, mais je me lance; maladroite que je suis!
    L'Humain, c'est ce qu'il y a de plus important!
    Vivre chaque jour comme un cadeau c'est parfois durdur mais je te le souhaite!
    que ce cadeau soit doux à ton coeur, parce que pour moi, tu es "humaine", pas égoiste, pas superficielle!
    pour cela merci!
    affectueusement la p'tite marielle

    Posté par marie.L, 13 avril 2007 à 09:49
  • Tu as l'air d'aller un peu mieux, cela me réjouit.

    Posté par sodebelle, 13 avril 2007 à 11:02
  • grazie per la traduzione sul blog di Belleshai, si sono italiana, abito a Milano.Ciao e a presto!!!

    Posté par mariangela, 13 avril 2007 à 18:25
  • des mots pour le dire

    Je ne vous connais qu'à travers vos mots après avoir découvert votre blog par le plus grand des hasards... J'ai été touché par la simplicité et la justesse avec laquelle vous exprimiez vos maux et vos joies. J'espère que vous pourrez bientôt être soulagée de vos douleurs. Mes amitiés. GB

    Posté par gballand, 13 avril 2007 à 21:48
  • Marie.L...quel gentil message tu me mets là, il me touche énormément
    Et je ne trouve pas du tout que tu t'exprimes avec difficulté...les mots sortent de ton coeur

    Sodebelle, dans très peu de temps, tout cela ne sera plus qu'un (mauvais) souvenir!


    mariangela...comme si fa che scrivi in francese?
    Verro a leggerti sul tuo blog
    a presto

    gballand...je vois en effet que vous venez me lire régulièrement...peut-être n'y a-t-il pas de hasard...
    merci pour votre appréciation

    Posté par Coumarine, 13 avril 2007 à 22:48
  • retard...

    bonjour courmarine
    le temps passe tres vite(je me lance vers une nouvelle orientaion prof ,en gardant mon job) , je viens juste de lire ton message...rempli d amour,de douleur, de verité...
    je compatis avec toi ayant été opérée une dizaine de fois ,la douleur je connais..
    c est vrai que nous sommes vraiment seules parfois car nul autre ne peut vivre à notre place ,ni nous aider dans certains cas...la medecine traditionnelle parfois impuissante
    ceux qui nous aiment sont dans une impuissance totale face à la douleur que nous avons...leur amour est un pansement qui nous aide à nous battre...
    je t envoie plein de pensées printaniéres remplies de couleurs naturelles des fleurs de cette belle saison...
    je me permet de te donner un titre de livre qui m a aidé beaucoup pour mes douleurs...
    DIS MOI OU TU AS MAL ?JE TE DIRAI POURQUOI!
    de ODOUL
    car mieux comprendre ses douleurs est un pas vers..la guérison...
    je t embrasse
    claire

    Posté par soleillune, 15 avril 2007 à 10:18
  • Merci pour ce message plein d'humanité. C'est un peu ce que je cherche à exprimer par mes textes, cette extraordinaire aventure singulière d'être un humain attaché à un corps mortel.
    Amitiés

    Posté par Arthur HIDDEN, 15 avril 2007 à 16:43
  • Bonjour Coumarine
    Je regrette de passer si tard t'apporter un soutien qui si il est virtuel n'en est pas moins sincère. Je renoue aujourd'hui tout juste avec le petit monde des blogs, après m'en être tenu éloigné quelques jours pour les plus belle des raisons...
    Je ne sais trop que dire devant tes mots si touchants une fois de plus, peut-être encore plus qu'à l'ordinaire car on se sent terriblement impuissant face à la souffrance des autres.
    Et puis il y a tout ce que tu dis, l'amour de tes enfants, leur présence, leur absence, les moments de joie au milieu de la douleur, et les souffrances morales qui s'y ajoutent parfois.
    A très bientôt Coum, je ne suis jamais très loin même si je reste silencieux parfois...
    Je t'embrasse

    Posté par Sammy, 18 avril 2007 à 16:00

Poster un commentaire