Non...Oui - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

05 septembre 2006

Non...Oui

Suis-je capable de dire NON, en souriant et sans m'excuser, sans fournir absolument mille et une excuses, pour bien faire comprendre que vraiment je ne peux pas dire OUI?

(J'ai encore des progrès à faire..parce que quand je dois dire non, pour une très très bonne raison, je me sens coupable de ne pouvoir dire oui, et je donne dix fois s'il le faut mon excuse valable, pour que l'autre comprenne bien que non, je ne peux pas dire oui!)

Peur de ne pas être aimée...mais après tout, si je meurs demain, "on" devra bien se débrouiller sans moi, non?

Ben oui...


Commentaires

    Ah, texte miroir ... je pense que tu n'es pas seule à vivre les "non", nécessaires pourtant, comme des manques de savoir-vivre ... On nous a tellement inculqué qu'il faut être serviable!!!

    Posté par FC, 05 septembre 2006 à 22:39
  • Tu traduis exactement ce que je ressens lorsque je dois dire "non". Avec mes filles c'est très difficile mais il m'arrive de tenir bon même si après avoir dit "non", je ferme "les écoutilles" immédiatement après histoires de ne pas entendre les grincements de dents .
    Dans la vie de tous les jours, il est vrai qu'il est difficile de dire "non" sans avoir peur de s'attirer les foudres. Alors, comme toi, je trouve tout un hamas d'excuses qui empirent encore la situation ).

    Posté par Christine, 05 septembre 2006 à 22:50
  • Dire NON ... une des dernières grandes discussions avec Maman ...
    Dire oui c'est aussi (se) donner ... et il est finalement tellement plus facile de donner que de recevoir
    Dire NON ... j'apprends aussi depuis bientôt 10 ans avec un amoureux patient.
    Dire NON... pour choisir ses OUI...
    Dire NON... pour se sauver.

    Posté par Gabbel, 06 septembre 2006 à 00:17
  • En disant toujours "oui", j'ai accepté certaines corvées qui m'ont finalement laissées pleine de ressentiment vis-à-vis des gens à qui je n'avais pas voulu déplaire. Un jour, j'ai décidé qu'à moins d'être réellement heureuse de rendre un service, je répondrais "non". Tant pis si mon refus devait me rendre moins aimable (= digne d'être aimée).

    Posté par mariebruxelles, 06 septembre 2006 à 00:18
  • ne faut -il pas dire non pour pouvoir nuancer le oui....dire non pour faire du bien (à ses enfants) dire non pour se faire du bien (non merci je ne veux plus de ci ou ca, à son supérieur quand on est déjà débordée) dire non pour ne pas être systématiquemtn prise pour une poire...et oui c'est dur de dire non, cela a une note négative, un oui est si passionné...non?

    Posté par chiette, 06 septembre 2006 à 01:10
  • Lorsqu'une femme dit "oui" cela veut dire "peut-être"
    quand elle dit "peut-être" cela veut dire "non"

    plus sérieusement, très psy cette question...

    tenir bon. Rester clair et ferme et répéter votre refus aussi longtemps que nécessaire. Il s'agit de montrer ce que vous voulez tout en soulignant la solidité de vos sentiments......m'a dit un jour ma jolie psy...

    Posté par SanAntonio, 06 septembre 2006 à 01:37
  • Dire simplement les choses telles quelles sont est souvent la meilleure façon de vivre sa relation avec les autres. Cela n’empêche pas bien sûr de faire parfois des concessions à ceux qu’on aime.

    Posté par Asterie, 06 septembre 2006 à 08:09
  • Dire non, je n'ai jamais su, dire les choses telles qu'elles sont, Astérie a raison, c'est sûrement la meilleure façon de vivre sa relation aux autres, mais j'ai du mal, j'ai toujours peur de "déplaire" de "ne pas être aimée".
    Par contre lire tes billets, je dis "Oui" ils m'apportent tellement.

    Posté par tanette, 06 septembre 2006 à 14:05
  • Quand j'ai lu votre écrit j'ai pensé à mon grand-mère (elle était catholique...oui, l'Espagne!) Elle disait souvent "que votre oui soit un oui et votre non, un non authentic".

    Posté par Victor Flyte, 06 septembre 2006 à 16:48
  • Victor, ma grand-mère était aussi espagnole et j'avoue que je regrette de ne pas avoir pris note de toutes ses "citations". Elle en avait pour chaque moment de la vie. Elle disait aussi "si un homme fait ouf en s'asseyant et soupirait en se levant, il n'est pas le gendre que ton père recherche" ). J'aimais bien celle-ci, elle me faisait beaucoup rire surtout lorsque j'observais les hommes qui s'asseyaient ou se levaient... oupssss mais je m'égare NON ?

    Posté par Christine, 06 septembre 2006 à 20:08
  • Dire non j'y arrive mais je n'arrive pas à offrir le sourire en prime. Ca passe mieux avec le oui.

    Posté par Muse, 06 septembre 2006 à 20:34
  • Avec le sourire

    Ce qui me semble important c'est ce que tu as mis en gras: avec le sourire et sans s'excuser.

    La peur de dire non et des conséquences qui pourraient suivre fait qu'il est souvent dit avec des parasites. Non apeuré, fuyant, ou non colérique, trop ferme pour n'être qu'un non.

    Savoir dire non avec le sourire c'est le dire simplement, sans en vouloir à l'autre d'avoir à lui exprimer un refus. Comme si dire non créait une sorte de malaise intérieur.

    Finalement le "non" souriant me semble assez peu répandu...

    Posté par Pierre, 06 septembre 2006 à 20:39
  • Quand je dis "non",je le crie parfois.
    Beaucoup ne comprennent pas le pourquoi du comment j'exprime mon "non"...
    Mais je m'en fous.
    Ce "non" là sort du fond des tripes et je suis sûre qu'il a raison.

    Posté par Charlotte, 06 septembre 2006 à 22:02
  • Oh là là...je suis beaucoup absente et je découvre tous vos messages et leur contenu toujours intéressant...
    Je vous remercie tous d'apporter un petit témoignage

    Je reviens simplement sur ce que tu relèves Pierre
    Oui, je crois ces mots très importants: pouvoir dire NON avec le sourire et sans excuses...
    c'est finalement MON affaire et moi seules sait ce qui est bon ou non pour moi...
    A condition simplement que dire NON ne soit pas de l'égoïsme pur et dur

    Victor...tu es Espagnol semblet-il? comment es-tu arrivé jusque chez Coumarine?

    Posté par Coumarine, 06 septembre 2006 à 22:47
  • Un message m'arrive ... le tien ... et je quitte à l'instant ton blog ... les chemins croisés de la Vie ...
    Là-bas, quelqu'un lit mon blog au moment où je lis le sien ... la belle image

    Posté par Gabbel, 06 septembre 2006 à 22:58
  • Gabbel...les chemins croisés de la vie sont parfois des cadeaux...

    Posté par Coumarine, 06 septembre 2006 à 23:47
  • Oui, Coumarine, je suis espagnol. Excusez-moi, je ne parle pas très bien le français; je l'ai commencé étudier l'année dernière à Madrid, dans l'Alliance Française. Je suis allé à la Bretagne, la Provence et Paris aussi. Comment es-ce que je suis arrivé jusque chez Coumarine? Parce je suis en train de chercher des choses belles, la poésie, la chanson composée avec des choses quotidiennes de la vie, l'amour... Alors "Google" m'a dit: "essayez dans le blog de Coumarine". C'est tout.

    Posté par Victor Flyte, 06 septembre 2006 à 23:55
  • Eh bien BRAVO! Victor...
    parler le Français comme tu le fais alors que tu ne l'apprends que depuis un an, faut le faire...!
    Et puis merci pour le gentil compliment qui me touche...
    Tu es le bienvenu, je suis contente de voir ici

    Posté par Coumarine, 07 septembre 2006 à 00:02
  • Savoir dire non est un service que l'on rend aux autres : à ne dire que oui on en arrive vite à nos limites (ne serait-ce que physique et d'emploi du temps), ce qui oblige à laisser tomber, décommander, ne pas honorer les engagements acceptés.
    Au bout du compte et surtout si ce qui est en question est la peur de ne pas être aimé, le résultat obtenu est pire que celui redouté.
    Non ?

    Posté par gilda, 09 septembre 2006 à 10:22

Poster un commentaire