Il suffit de deux ou trois secondes... - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

15 mars 2006

Il suffit de deux ou trois secondes...

Deux façons d'aborder la vie font partie de mon credo

- il n'y a pas de hasard...(bon de cela je parlerai un autre jour)

- l'intuition fait partie intégrante du "connaître" les gens, et même les événements

Quand je rencontre quelqu'un (que ce soit pour la première fois ou régulièrement), il y a toujours comme un temps très bref (de l'ordre du deux à trois secondes) où en un clin d'oeil, je saisis quelque chose d'important de la personne. Cela me vient soit en "captant" quelque chose dans son regard, dans une attitude corporelle, dans une expression du visage, dans la pâleur ou au contraire la luminosité du visage, dans la voix (très important la voix et les yeux!)

Ce moment est très bref...autrefois je le balayais, j'étais "raisonnable" (m'appuyant sur la raison...), ou alors c'était mon manque de confiance en moi qui me faisait écarter d'emblée les "informations" qu'il m'était donné de recevoir de cette manière...

Ce moment est très bref, et très discret, il ne me claironne rien avec puissance, c'est comme un chuchotement qui demande que j'y sois attentive, à l'écoute, réceptive, concentrée.

Il m'est arrivé en recevant une lettre de quelqu'un, de percevoir quelque chose de soudain changé, différent dans son écriture...qui me fait percevoir que cette personne ne va pas bien, et...cela s'est avéré exact par après

Il m'est arrivé de voir dans les yeux ou le visage de quelqu'un quelque chose dont il ou elle ne parle pas encore, et quand l'info arrive au grand jour, je la savais, déjà

Il m'est arrivé  dans mes ateliers d'écriture, de percevoir simplement que telle personne est en train d'écrire quelque chose de capital pour sa vie à elle, simplement en la regardant écrire, en percevant sa respiration, en voyant son visage se chiffonner ou au contraire s'éclairer d'une lumière intérieure

Il m'est arrivé même que dans un dialogue par msn, je perçoive aussitôt que quelque chose ne va pas chez l'autre, ou que notre "dialogue" est faussé par un événement dont j'ignore tout mais qui "abîme" notre communication...cela s'est toujours avéré exact

J'ai appris à ne plus me méfier de cette intuition parfois très forte...j'ai appris à me faire confiance

J'ai appris à développer cette intuition càd principalement en ne bridant pas les deux ou trois secondes où je "capte", en écoutant ce qui se passe à l'intérieur de moi (tout en écoutant l'autre), à être réceptacle. (Parfois, je suis fatiguée ou pas en forme et je n'ai envie de capter rien du tout)

Mais j'ai aussi appris à ne pas en faire un moyen de pression sur l'autre, ou de me griser de cet espèce de "pouvoir" que je me découvrais. Il y a eu des événements où réellement j'ai eu peur de ce que je captais ainsi

J'ai appris à mettre cette intuition au service de la relation, à savoir aussi que l'intuition n'est que le premier pas vers la relation ou la connaissance de l'autre, et que bien d'autres choses encore sont importantes pour prétendre approcher un peu du mystère de l'autre

L'intuition je l'ai aussi vàv de moi, bien sûr des événements de ma propre vie (pour autant que je l'écoute, ce qui n'est pas toujours si facile)

Mais j'en parlerai une autre fois


Commentaires

    la question du hasard reste un question en suspens pour moi... je ne sais pas...cela m'intrigue quoi qu'il en soit...

    quant à cette intuition, tu en as parlé ici et là et c'est quelque chose de précieux que tu fais bien de ne pas mettre de côté, pourquoi la raison devrait-elle engloutir ce genre de don ?

    belle journée à toi chère coumarine

    Posté par malisan, 15 mars 2006 à 10:46
  • Oui je sais...

    Oui, Malisan, je sais que c'est un de mes "dadas"
    Mais j'avais envie ce matin d'en parler de manière plus approfondie, sans doute simplement pour moi

    Posté par coumarine, 15 mars 2006 à 10:50
  • ....

    je connais cette sensation de sentir, de percevoir, de voir....pas toujours simple de ne pas demander, de savoir attendre....tu sembles très bien faire "avec", j'ai encore du mal à faire comme si je ne "savais" pas surtout quand il s'agit de mes filles....
    Quant au hasard, j'attends avec impatience ta note car justement en ce moment, le hasard fait bien les choses, pour moi

    Posté par chiette, 15 mars 2006 à 11:20
  • est-ce à cause de mes origines familiales ? je ne sais pas, mais j'ai toujours fait extrèmement attention à ce que me dicte ma "première impression". sensation parfaitement subjective, qui m'assaille parfois, quand je fais une nouvelle rencontre... celle qui me dit que je "sais" d'avance que je vais avoir un bout de chemin à faire avec quelqu'un... ou bien tout simplement que j'ai quelquechose à faire avec elle... soit pour moi, soit pour elle, d'ailleurs...
    je "sens" quand je vais bien m'entendre avec quelqu'un, de meme que je sens le contraire... et cela a rarement été mis en défaut.

    je n'ai jamais voulu analyser le phénomène.. je me laisse porter par mon ressenti, très important, pour mon équilibre personnel... et ça s'arrete là...ma petite expérience de vie m'a appris qu'il faut savoir écouter ce que dicte ton coeur, surtout quand tu sens une attirance se produire entre toi et l'autre.

    bien sur, je me suis pris des baffes... certaines personnes m'ont blessé, évidemment, et d'aucuns y ont vu là une preuve que je n'aurais pas dû écouter cette petite voix... je suis en désaccord complet avec eux. chaque baffe reçue a été accompagnée d'une leçon, dont j'avais besoin. et même si la leçon est rude à apprendre, elle s'est toujours révélé être un moteur, pour moi.

    on peut toujours nier cette sensation, et vivre confortablement abritée de remous de la vie... ou bien on s'ouvre... on donne et on reçoit... on vit, quoi!

    Posté par pati, 15 mars 2006 à 12:02
  • est-ce à cause de mes origines familiales ? je ne sais pas, mais j'ai toujours fait extrèmement attention à ce que me dicte ma "première impression". sensation parfaitement subjective, qui m'assaille parfois, quand je fais une nouvelle rencontre... celle qui me dit que je "sais" d'avance que je vais avoir un bout de chemin à faire avec quelqu'un... ou bien tout simplement que j'ai quelquechose à faire avec elle... soit pour moi, soit pour elle, d'ailleurs...
    je "sens" quand je vais bien m'entendre avec quelqu'un, de meme que je sens le contraire... et cela a rarement été mis en défaut.

    je n'ai jamais voulu analyser le phénomène.. je me laisse porter par mon ressenti, très important, pour mon équilibre personnel... et ça s'arrete là...ma petite expérience de vie m'a appris qu'il faut savoir écouter ce que dicte ton coeur, surtout quand tu sens une attirance se produire entre toi et l'autre.

    bien sur, je me suis pris des baffes... certaines personnes m'ont blessé, évidemment, et d'aucuns y ont vu là une preuve que je n'aurais pas dû écouter cette petite voix... je suis en désaccord complet avec eux. chaque baffe reçue a été accompagnée d'une leçon, dont j'avais besoin. et même si la leçon est rude à apprendre, elle s'est toujours révélé être un moteur, pour moi.

    on peut toujours nier cette sensation, et vivre confortablement abritée de remous de la vie... ou bien on s'ouvre... on donne et on reçoit... on vit, quoi!

    Posté par pati, 15 mars 2006 à 12:07
  • intuition, instinct, petite voix..c'est étrange c'est le troisième blog où je tombe sur ce sujet cette semaine..

    Je rejoins pati dans ses mots, qui plus est c'est en général quand j'ai refusé d'écouter mon instinct premier que j'ai eu à le regretter vraiment. Par la suite.

    Posté par arcadia, 15 mars 2006 à 14:36
  • Tiens, tiens...
    quelle coïncidence

    Posté par Ségolène, 15 mars 2006 à 16:20
  • il y a en effet des choses que l'on capte de l'autre et qui sont pourtant "subjectives"... comme s'il existait en nous un sens inconnu (sixiéme sens?)... n'est-il pas simplement question de messagers chimiques lorsque la personne est prés de nous? (comme avec les pheromones par ex)... quand à la question de l'existence du hasard, il suffit de croire en lui pour ne plus croire en Dieu... mais au final la croyance compte peu, on reste des être sensibles pour autant...

    Posté par ARNo, 15 mars 2006 à 16:34
  • Tiens, cela fait un moment aussi que je me dis que je voudrais écrire sur la notion de "hasard" qui pour moi n'existe pas. Pas plus que la notion de "chance", d'ailleurs, même si c'est un peu différent. Mais cela fait partie des sujets dont j'attends qu'ils "mûrissent" (comme celui des papillons, mais j'y viendrai promis )

    Posté par Traou, 15 mars 2006 à 17:30
  • L'intuition et l'imagination:coktail parfois explosif!Ce n'est jamais par hasard!
    Je connais l'un et l'autre, pour les fréquenter avec passion.
    L'intuition me donne des coups de coeur que je ne regrette jamais.Elle a toujours senti, pressenti juste et bon.
    Mon imagination, par contre, me joue parfois des mauvais tours!Est ce par hasard?
    Charlotte.

    Posté par Charlotte, 15 mars 2006 à 18:10
  • J'aurais bien une question mais je ne sais pas bien la formuler de peur qu'elle soit indiscrète :
    quelque chose comme,

    et si dans ton entourage proche tu avais quelqu'un qui a des intuitions semblables et devine des choses de toi et toi de lui (ou d'elle), est-ce que ça n'en devient pas oppressant ? Si en plus c'était le cas, comment réagirais-tu ?

    PS : ma longue absence ne vient pas que venir ici ne me plaisait plus, c'est que j'ai mis un temps fou à récupérer ma vraie connexion internet après un dégroupage abusif (téléphone + ADSL), et que pendant ce temps même si j'ai pu continuer à alimenter le mien via un cyber-non-café proche, je n'ai pas pu prendre le temps de lire les blogs amis.

    Posté par gilda, 16 mars 2006 à 01:18
  • Gilda, je ne voudrais pas qu'on confonde, l'intuition et la "prémonition", j'ai dû mal m'exprimer
    Je n'ai pas de prémonitions mais alors pas du tout, de ce qui pourrait ou va arriver
    Il y a juste durant un temps relativement court d'autant plus court si je décide de n'y accorder aucune importance, un moment où je perçois quelque chose de l'état intérieur de l'autre (et en général, c'est qd il ne va pas bien que je le perçois très vite)...
    Mais je ne sais pas de quoi il s'agit, je ne suis pas devin. Alors soit je ne relève pas , soit je tends une perche discrète...parfois la personne me parle, simplement parce qu'elle en a envie...mais parfois pas, et c'est son droit
    Pour la lettre dont j'ai parlé, oui, c'est vrai c'est en voyant l'écriture perturbée (il faut dire que j'ai suivi des cours de grapho) que j'ai "deviné" que la personne était malade, mais sans savoir de quoi
    Il a fait un AVC quelques mois plus tard
    Mais bon, je ne pense pas que ce soit mon rôle d'avertir, d'autant plus que je peux me tromper

    Posté par coumarine, 16 mars 2006 à 08:47
  • Charlotte, tu fais une intéressante distinction entre intuition et imagination
    Il est évident que ce n'est pas pareil
    L'imagination est précieuse dans une écriture de fiction, bien sûr. Elle peut être dangereuse quand on se met à fantasmer sur une personne ou un événement, le grossissant, le déformant
    Ce qui n'apporte que souffrances...

    Posté par coumarine, 16 mars 2006 à 08:50
  • Ce qu'on appelle "coïncidences" sont ces effets du "hasard", qui, quand on peut en faire une lecture attentive nous en apprennent beaucoup
    Oui Traou, j'attends avec intérêt ta note sur les papillons...

    Posté par coumarine, 16 mars 2006 à 08:52
  • Arcadia...cela m'est arrivé de ne pas écouter ma petite voix intérieure qui m'avertissait de ne pas m'engager dans une relation, ou une situation de vie...
    Je SAVAIS, mais comme cela me semblait irrationnel, j'ai écarté, balayé
    Je l'ai en effet toujours regretté

    Posté par coumarine, 16 mars 2006 à 08:54
  • Je connais ça, je suis un intuitif, je fonctionne au feeling. Au premier regard croisé je sens si une petite magie se met en marche ou pas, je ressens aussi les changements d’humeurs, sans mots ou quand les mots disent le contraire.

    Posté par Asterie, 16 mars 2006 à 08:58
  • Merci Astérie...c'est EXAcTEMENT de ca dont je voulais parler...
    Je me sens comprise par toi...
    bizzzzz

    Posté par coumarine, 16 mars 2006 à 09:38
  • Je parlais bien d'intuition aussi, de celle qui fait percevoir les choses à travers un texte au delà des mots, mais c'est vrai que parvenues à un certain degré, la frontière entre les deux peut sembler bien floue.

    Posté par gilda, 16 mars 2006 à 13:14

Poster un commentaire