Elle s'est mise à sourire..(.2) - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

31 janvier 2006

Elle s'est mise à sourire..(.2)

La famille s'est donc rassemblée autour de ce bébé qui nous tombait du ciel, chacun a fait de la place dans une maison déjà compressée au maximum, chacun s'est bougé pour dégager un bout d'espace pour M...nos amis nous ont prêtés en catastrophe les affaires de bébé qu'on n'avait plus puisque notre dernière fille qui devait rester la dernière avait déjà 4 ans...

Les  sourires de mes petits bandits ont fait merveille sur le bébé au regard absent et vague , elle a commencé à sourire elle aussi, à réagir comme n'importe quel bébé de 5 mois

Au bout de trois semaines, elle était toujours chez nous, quelle chance on se disait tous car on en était tous déjà fous

L'accueil pour quelques jours s'est transformé en accueil longue durée, orchestré par décision de justice qui réglait les droits de visite des parents qui s'étaient remis ensemble (péniblement) mais ne se sentaient pas capables de reprendre leurs enfants en charge.

M donc régulièrment partait en WE chez ses parents biologiques, y retrouvaient ses frères, et revenait complètement perturbée. Je ne veux pas faire ici le procès de ces gens qui avaient démarré complètement  paumés dans leur vie de couple et de parents: comment donner ce qu'on n'a pas reçu ?

J'avais bcp lu Dolto, donc je parlais beaucoup à mes enfants, donc j'expliquais à ma petite fille tombée du ciel ce qui se passait pour elle, qui étaient ces personnes chez qui elle partait régulièrement

Mais elle rentrait perturbée,et mettait deux ou trois jours à se remettre...pour nous tous aussi, c'était difficile.

Puis les parents ont "oublié" de plus en plus souvent d'exercer leur droit de visite, puis ils se sont séparés, puis il n'y a plus eu de visite du tout...

M a donc vécu chez nous comme une enfant en accueil, qui gardait son nom d'origine, jusqu'à ses 7 ans, mais nous l'aimions comme notre petite fille, et elle nous le rendait bien. Mais l'abandon initial laisse des cicatrices, il ne faut pas se leurrer, les choses n'ont pas été simples tous les jours

Son enfance a été marquée par des cauchemars féroces pendant deux ans...période très difficile pour nous, pour moi ...manque de sommeil, sentiment d'impuissance.....

Puis les problèmes scolaires ont surgi très vite aussi...

(à suivre)


Commentaires

    En cherchant "Pitch", me voilà happée par cette bouleversante traversée d'hier...
    Nous nous sommes souvent dit qu'à notre quatrième enfant nous donnerions non pas la vie mais une famille. Finalement, nous n'avons pas choisi cette fois, découragés par des amis adoptants et assez choqués que des couples "fertiles" puissent enlever à d'autres le possible bonheur d'être parents.
    Votre histoire est belle parce qu'elle s'est écrite presque seule. C'est M qui est venue à vous... Et vous avez ouvert les bras. Le coeur.

    Je poursuis ma lecture...

    Posté par cécile, 17 août 2007 à 13:42

Poster un commentaire