Le cri - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

23 janvier 2006

Le cri

Envie de  remettre le texte que j'ai écris pour Paroles Plurielles, inspiré par une photo de Valclair

Le Cri

  -        Raconte-moi je t'en prie...

-         Il y a un ciel chargé de roulements de tambours que ça tonitrue dans le ventre, que ça fait des paquets de détresse dans le ciel, que ça dégringole et dégouline encore plus mouillé que toutes les eaux de l’océan…

- Et puis…et puis, dis-moi, dis-moi, je t’en prie…

- Et puis quand la terre et le ciel ont pleuré toutes les larmes des hommes, drues et cinglantes, alors apparaît lentement  une timide promesse de lumière, mais je crois que ce n’est qu’un rêve, tu sais…va, rendors-toi

- Non non je t’en prie, continue à me dire les paroles…

- Après il y a des rubans de lumière et des traînées de silence qui s'en viennent caresser les vagues et leur confier de tendres secrets.

- Et après, il y a encore quelque chose? Dis-moi, DIS-MOI…

- Après...  il y a juste un élan vers les l’immensités là-bas, loin et puis, un cri un seul, qui part du plus profond des entrailles et s’en va rejoindre l’infini. C’est un cri pathétique mais il est puissant, aussi puissant que …oui…que l’espérance…je crois bien... 

- Aussi puissant que l’espérance…que l'espérance tu dis...QUE L'ESPERANCE?

 Oh! Merci…merci…à cause du cri, à cause des mains levées vers le ciel, à cause des rubans de lumière, et de la musique cachée au plus profond des coquillages…

      J'emporterai tout cela là bas... quand je vais partir...bientôt...

 

t_ste_marine_dec_05_068


Commentaires

    Adoption

    Bonsoir Courmarine

    Merci de votre commentaire, il y a des mots qui ont une infinie profondeur dans vos écrits. La lecture de ce texte "le cri" m'a ému. J'ai une demande à vous faire malgré que je sois une personne que vous ne connaissez pas. Ecrivez cette aventure de l'adoption cette nouvelle naissance que j'ai égoïstement envie de comprendre du coté d'une maman. Je vous fais cadeau d'un texte souvenir que j'ai écrit pour Mom à ce sujet. Merci. (Prenez la peine d'effacer ce texte par la suite, car de part sa longueur il risque peut être, de perturber les autres lecteurs.)

    Souviens-toi

    xuan-lay souviens-toi, c’était un beau jour du mois de juin, elle était apparue comme une divination, s’était dirigée vers toi et, après t’avoir demandé la permission du regard, elle t’avait serrée dans ses bras.
    Souviens-toi de sa douce respiration, aussi minuscule qu’un grain de poussière, aussi énorme qu’une montagne, dans ton coeur.
    Souviens-toi, le soleil était juste au-dessus de vos têtes, mais tu frissonnais d’émotion.
    Souviens-toi, de ses yeux inondés de gentillesse et de son sourire, duquel naissait une fleur à chaque seconde.
    Personne ne t’avait jamais regardé de cette façon, si intense, si délicieuse, personne ne t’avait jamais serré aussi fort, ni chuchoté aussi délicatement au creux de l’oreille.
    Tu ne comprenais pas ce qu’elle disait, mais les mots ne servaient à rien, son visage exprimait un autre langage, annonçait une découverte.
    Souviens-toi, observant le ciel, pour ne pas croiser son regard, écoutant sa chanson pour garder ton esprit en éveil.
    Il se passait quelque chose, une chose que tu n’avais jamais soupçonné exister, ta joue plaquée contre son épaule, n’osant plus le moindre mouvement, respirant son parfum.
    Souviens-toi de ces petits boutons de nacre, de cette belle étoffe blanche. Elle venait tous les jours et chacun de ces jours, tu étais dans l’attente, tremblant d’émotion.
    Aucune question n’existe dans ton souvenir, mais l’instant ne pouvait avoir une fin et s’arrêter ainsi, comme ça, là !
    Elle s’était tant offerte, tout en tentant de cacher sa joie, son corps rayonnait d’un bien être si fort, si indescriptible, que ce jour elle en pleurait de bonheur.
    Quand elle a disparue, le temps a passé et tu n’as pas compris. Chaque jour un vide incompréhensible t’envahissait et chaque heure tu restais dans l’attente de retrouver cette merveilleuse sensation.
    Souviens-toi de ce matin là, souviens-toi bien, lorsqu’elle est apparue au bout du couloir, comme elle sait le faire encore si bien maintenant. Sans connaître son nom, sans connaître sa vie, sans connaître son langage, tu as compris, pleuré sans savoir que cet instant, serait irremplaçable pour l’éternité.
    Souviens-toi, tu avais presque deux ans, elle t’a pris dans ses bras et elle ne t’a jamais plus quitté.
    Souviens toi ne plus l’avoir lâchée, de peur que le vide incompréhensible ne revienne, de ne plus l’avoir lâchée pendant des jours.
    Souviens-toi, xuan de ces instants merveilleux.
    Ce sont des souvenirs de joie, de peur, de trac inoubliable, plus précieux que les plus beaux bijoux, plus riches que les plus beaux royaumes, plus………..
    Mom, xuan ne te remerciera jamais assez ! Mom, xuan t’aime très fort !

    xuan-lay

    Posté par xuan-lay, 24 janvier 2006 à 21:38

Poster un commentaire