décembre 2005 : Tous les messages - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

26 décembre 2005

Voeux pour qui? Voeux pourquoi?

Meilleurs voeux qu'on me dit un peu partout, par mail, de vive-voix Meilleurs voeux que j'entends un peu partout, dans les magasins, dans la rue, dans les blogs Mais ça veut dire quoi ça? Meilleurs voeux? Voeux pour quoi? Voeux pourquoi? Voeux pour qui exactement? Est-ce que ceux qui me souhaitent "meilleurs voeux" savent ce qui serait bon pour moi? ce qui me ferait réellement plaisir? ce qui me rendrait heureuse? Ce qui m'épanouirait? Non bien sûr, la plupart disent cela parce que c'est la coutume, parce que... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:24 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

25 décembre 2005

Un message pour toi C...

Un blog est un espace personnel, non? Alors je mets ici un message perso Je voudrais te faire un petit signe tout spécial, chère C...perdre sa maman la veille de Noël a quelque chose d'injuste: je pense à toi, qui ces jours-ci autour de la table familiale, prépare l'enterrement de celle que tu aimais tant. Merci pour ton amitié qui me fait chaud au coeur...je te dirai un jour ce que une amie représente pour moi Je t'embrasse fort
Posté par Coumarine à 11:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 décembre 2005

Katie Melua

Chuuuuuuuuuuuuutttttttt...pas déranger... En transes je suis... J'écoute KATIE MELUA "Piece by piece" Sais pas comment vous dire...je travaille, j'écris plutôt, le casque sur les oreilles, et cette voix...cette voix... C'est trop...trop tout...les mots cette fois me manquent...
Posté par Coumarine à 17:41 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
23 décembre 2005

Mieux qu'un sapin, mieux que des paquets cadeaux

La maladie ou l'accident surviennent comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu. A partir du moment où le diagnostic est posé, implacable et cru, se creuse un gouffre infanchissable entre aujourd'hui et hier. Hier on était heureux, enfin c'est tout comme, les petits soucis de la vie quotidienne, tout ça...finalement c'était pas si important. Si on avait su... Oui, aujourd'hui et demain sont radicalement différents, à vivre dans l'urgence, dans la présence au malade, dans l'angoisse minute après minute, dans l'affrontement des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:17 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
21 décembre 2005

Faut être humble, mon enfant...

Voici un texte de Nelson Mandela, prononcé lors de son discours d'investiture en 1994 On m'a remis ce texte, il m'a drôlement frappée, je le retranscris ici "Notre crainte la plus profonde n'est pas d'être insuffisant. Notre crainte la plus profonde est que nous soyons puissants au delà de toute mesure. C'est notre propre lumière et non pas notre obscurité, qui nous fait le plus peur. Nous nous demandons: qui suis-je moi, pour être brillant, talentueux, fabuleux? Il faudrait plutôt demander: qui êtes-vous pour ne... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:07 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
21 décembre 2005

A propos des "heureux événements"

Je viens de terminer la lecture de "Un heureux événement" de Eliette Abécassis Terrible roman. Ou l'art d'oser dire tout haut ce que pas mal de femmes n'osent même pas se formuler tout bas... Moi en tout cas. D'ailleurs j'oserais jamais en parler tout haut ici, de peur de me faire regarder de travers, de me faire juger, moi la mère de cinq enfants...Etre mère, donner la vie, élever ses enfants, n'est-ce pas la plus belle chose au monde? Des moments difficiles il y en a certes, mais que de moments-bonheur...C'est... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:50 - - Commentaires [19] - Permalien [#]


20 décembre 2005

Chaos de bonheur

Le vent porte mon appel pressant il danse doucement sur ta peau en éclats de désirs chatoyants en tensions de feu et d'ivresse… je respire le soleil brûlant j'entends l’infini qui le hante. Est-ce le ressac de ton désir insolent ou la chamade de mon rire en cascade ? Je rêve d’abandon sur la plage de ton corps et d’être caressée par tes mains de soleil... Coumarine (Ouais bon ça fait pas... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 00:41 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
17 décembre 2005

Pour cause de souvenirs rabougris

Y a des gens dans mes ateliers qui sont très doués pour écrire rigolo, et alors...on rigole, c'est comme je vous le dis Y a des bloggeurs qui sont doués  pour écrire rigolo, très rigolo (ouououille, mais alors vraiment trèstrèstrès! et alors je ris toute seule devant mon pécé, et y a mon ventre qui fait mal tellement je ris Là, maintenant, soudain, comme ça, à l'instant même, je me dis je vais écrire rigolo, c'est vrai quoi, toujours grave dans mes sujets, toujours dans l'émotion ou le sérieux, on se lasse, on se laaaaasse ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:23 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
16 décembre 2005

La vie n'est pas un long fleuve tranquille

Parfois en me promenant chez les bloggeurs que j'apprécie, je perçois au delà de leurs mots, qu'il y a comme qui dirait un petit quelque chose de douloureux. Ce n'est pas vraiment dit comme tel, du genre; je souffre très fort, tellement fort que rien ne va plus, je suis le ou la plus malheureuse de la terre, j'ai la tentation du train, ça va plus tarder... Non c'est suggéré par de petites touches l'air de rien comme ça, des petites touches de détresse: on peut très bien passer à côté sans les voir et passer lire chez le bloggeur... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:32 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
14 décembre 2005

Donne-moi ton visage...

Une femme Madame Tout le Monde... Cette femme souffre sans doute très fort, car elle a décidé d'en finir...Elle a pris une solide dose de somnifères. Elle est là, dans sa maison, couchée, inconsciente, elle ne bouge pas, elle part dans son sommeil sans réveil. Dans la maison, il y a un chien, son chien, qui s'inquiète. Sa maîtresse ne bouge plus, il a beau aboyer, non décidément elle ne bouge pas. Le chien pressent que quelque chose ne tourne pas rond. Le chien ne s'embarrasse pas de manières, je suppose que c'est un chien grand... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:17 - - Commentaires [27] - Permalien [#]


  1  2    Fin »